Assassin - google imagesUn de mes correspondants a diffusé sur Facebook un article signé par un certain Régis Desmarais (https://www.linkedin.com/pulse/lassassinat-politique-de-fran%C3%A7ois-fillon-christine-deviers-joncour) concernant l’affaire Fillon.
Article qui me paraît tellement instructif que je ne résiste pas au plaisir de vous en faire profiter.

Et de l’assortir de quelques commentaires personnels.

Les sous-titres, les notes de bas de page et les surlignages sont de mon fait.

Voici l’article :

 » L’assassinat politique de François Fillon

Les masques tombent : l’affaire François Fillon se révèle être un véritable assassinat politique, mené tambour battant et avec une efficacité redoutable. Pourtant, un léger recul permet de voir cette affaire d’une façon différente et instructive. Ce qui se passe n’est rien de moins que la révélation des simulacres dans lesquels nos démocraties ont sombré.

Ce matin, sur France Info, un journaliste s’indignait de la réaction de ceux qui critiquent la charge médiatique sur François Fillon en vociférant (enfin presque) « mais on fait notre travail de journaliste ! ». Cette proclamation : « On fait notre travail de journaliste » m’a laissé rêveur quand on songe à ce que nous dit, en creux, cette affaire Fillon sur le mode de fonctionnement de notre démocratie.

Pour décrypter et comprendre ce que cache l’affaire Fillon, il convient évidemment de s’abstraire du tumulte médiatique pour poser à plat les données de cette affaire, en apprécier la portée, voir les mécanismes de pouvoir en jeu et essayer d’identifier qui sera bénéficiaire de tout ce brouhaha médiatique.

Que se passe-t-il dans la maison Fillon ?

La révélation, au moment où François Fillon est devenu le candidat de la droite à l’élection présidentielle française, d’une pratique commune dans le microcosme politique : rémunérer ses proches à des postes laissés à discrétion de l’élu.

Le contexte:

François Fillon, à la différence de M. Macron, n’est pas un jeune nouveau dans le paysage politique. Il a détenu différents portefeuilles ministériels et il a été Premier ministre de Nicolas Sarkozy pendant cinq années… Cinq années au cours desquelles son épouse a perçu une rémunération d’attaché parlementaire. Etrange que la presse qui fait son travail ne se soit pas emparé de cette question à l’époque. Curieusement, ce sujet qui est un vrai sujet légitime, n’est évoqué qu’au lendemain de la primaire de la droite et à quelques mois de l’élection présidentielle.  Les français et les électeurs ne sont pas des gens dénués de sens critique. Il est clair que tout ce remue-ménage à un but : tuer politiquement François Fillon.

Pourquoi le tuer ?

Assurément pour l’empêcher d’accéder au poste de Président de la République. Pour comprendre les vrais motifs du lynchage médiatique de François Fillon, il convient de voir en quoi François Fillon se distingue des autres candidats et quel(s) autre(s) candidat(s) à l’élection présidentielle est(sont) susceptible(s) de tirer les marrons du feu.

Sans se lancer dans une analyse approfondie du programme de François Fillon, ce qu’il conviendrait de faire pour mettre en parallèle ce programme avec celui du (des) candidat(s) avantagé(s) par cette affaire, on peut déjà identifier quelques lignes de force qui distingue François Fillon des autres : sa volonté de réforme, sa vision d’un monde multipolaire, son catholicisme affiché, sa volonté de renouer les liens avec Moscou et la Syrie, sortir le pays d’une situation d’endettement, l’idée de redonner à la France une place forte au sein de l’Union européenne. En clair, François Fillon est une « horreur » pour le système qui depuis des décennies est aux commandes.

Quel est ce système ?

Celui du monde financier dont le seul dieu est l’argent et dont le moteur est la consommation des masses sans cesse développée grâce à l’endettement. Système dont le rêve est celui d’un monde globalisé où les populations se distinguent par leur indistinction car toutes soumises au dictat de la dépense avec pour finalité de l’existence : consommer pour vivre et vivre pour s’endetter.

Je sais, je force le trait mais il n’est pas nécessaire de trop appuyer le feutre sur le papier pour le forcer.

Dans cette affaire, François Fillon a eu le tort de ne pas être le candidat du système en place. Les électeurs de la primaire ont placé en tête de leur choix un candidat qui ne satisfaisait pas aux critères du système. Or, vous le savez bien, qui a l’argent possède le pouvoir. Dans un monde ou plus de 99% des richesses planétaires sont entre les mains de 1% de la population mondiale, il est hors de question que la démocratie, qui par nature est la loi de la majorité, donc des moins fortunés, laisse passer des candidats qui ne sont pas autorisés et souhaités par le système. Ce que les électeurs citoyens doivent comprendre dans cette affaire, c’est que nos démocraties contemporaines sont des simulacres. Oui, on choisit les candidats puis celui qui occupe la fonction suprême mais à la condition que ces candidats soient validés et pré-filtrés par le système lequel est le système financier et le lieu de pouvoir de ces 1% de la population qui possède plus de 99% de la richesse mondiale (8 personnes au monde possèdent même en patrimoine ce que possède la moitié de la population planétaire la plus pauvre cela donne le vertige et permet de comprendre que nos démocraties sont aujourd’hui des simulacres). 

La désignation inattendue de Fillon par les électeurs de la primaire a coupé l’herbe sous le pied de ceux qui attendaient la désignation d’Alain Juppé, un candidat en tout point conforme aux désirs du système. Il était donc nécessaire de virer Fillon et nous assistons aujourd’hui à son assassinat politique pour que ce dernier n’accède pas à la fonction présidentielle.

Ganelon à la manœuvre.

Cette mise à l’écart de Fillon est d’autant plus nécessaire qu’un autre beau et jeune candidat, sorti de presque nulle part, est en vogue et correspond en tout point au profil du candidat du système : Emmanuel Macron[1]. Méditons sur le beau travail des journalistes qui laissent dans l’ombre cette fameuse histoire des 120 000 euros (80% de l’enveloppe budgétaire de représentation du ministère de l’économie) consommée par Macron avant son départ de Bercy pour financer des prestations sans lien avec le ministère de l’économie mais en très fort lien avec la préparation de sa candidature présidentielle. Sur ce sujet, mutisme de la presse. On objectera que si 120 000 euros c’est une somme, elle est toujours inférieure aux 639 000 euros de Mme Fillon, heu pardon, reprenons la méthode de désinformation des médias… les 830 000 euros de Mme Fillon. C’est moins important mais cela s’est produit sur une échelle de temps bien plus courte. Mais vu l’efficacité de la dépense de M. Macron, je vous laisse calculer ce que cela aurait représenté sur 24 ans d’activités politiques…Cela donne des frissons.

 M. Macron ne vient pas vraiment de nulle part mais de la banque Rothschild…eh oui M. Macron est un pur produit du système financier et du monde de l’argent. Regardons ses soutiens : Jacques Attali, Pierre Bergé ou le maire de Lyon qui récemment hurlait sa douleur existentielle en déclarant que vivre qu’avec 4 000 euros par mois était insupportable… Jamais un candidat se déclarant anti-système n’aura été un candidat à ce point issu du système et validé par ce système.

Une embuscade et un timing parfaits !

Enfin la chronologie des évènements parle de façon assez claire :

  • 25 janvier 2017 le Canard enchaîné publie son article sur l’affaire « Pénélope Fillon »,

  • 26 janvier 2017, le Parquet national financier ouvre une enquête judiciaire

  • et le lendemain 27 plusieurs témoins sont auditionnés….

Il faut vite virer Fillon.

En conclusion, vous l’avez compris : la démocratie a « dérapé » en plaçant François Fillon candidat de la droite française. Le système a vite réagi pour sortir ce candidat gênant de la scène politique et tracer un boulevard à un autre candidat construit, façonné et adulé par le système. Si ce dernier candidat ne devait pas percer, alors ce n’est pas un problème car le nouveau candidat de la droite fera l’affaire car, quel qu’il soit, il sera forcément le candidat désigné de force par le système.

L’arnaque

Sauf erreur d’analyse de ma part, François Fillon va être sommé de renoncer à l’élection présidentielle pour être remplacé par un candidat cautionné par le système. Les millions d’électeurs qui se sont prononcés lors de la primaire sont donc désavoués et rappelés à l’ordre : vous deviez désigner celui qui était le favori des sondages ! Pour la première fois, jamais le simulacre de la démocratie ne se sera dévoilé avec autant de pertinence aux citoyens qui acceptent d’ouvrir les yeux et de raisonner en dehors de tout mouvement d’humeur[2]. Un conseil, pour l’élection présidentielle, comme tout est joué d’avance, autant aller à la pêche et conserver en vous une place pour le souvenir de François Fillon, martyr du simulacre de démocratie.

Je ne suis pas un supporter de François Fillon, ni un membre de son parti et je n’ai pas voté aux primaires de la droite.

Incontestablement, François Fillon n’est pas un homme vertueux au regard de l’argent. Mon article et mon propos n’ont pas pour objet de défendre François Fillon mais de porter un regard distancié et réfléchi sur cette affaire pour en comprendre les ressorts. L’objet de cet article n’est pas d’innocenter ou d’excuser les comportements de François Fillon mais de décrire et donner une explication de ce phénomène de lynchage médiatique. Il s’agit de prendre de la hauteur et d’échapper au tumulte.

Il est urgent pour tout citoyen de s’extirper des slogans et gros titres de la presse qui se succèdent pour s’interroger sur les vrais motifs de ce qui se passe. La naïveté serait de croire que tout de brouhaha médiatique a pour objet de défendre la morale, la droiture et la légalité. Si cela était le cas, toute cette affaire serait sortie il y a déjà bien longtemps et si cela était le cas, de nombreux autres hommes politiques devraient subir le même sort. Enfin, je ne pense pas hélas que la presse soit la gardienne farouche de la vertu républicaine et de fait je ne pense pas que sa démarche se fasse dans un tel but.

Ce qui est effarant dans cette affaire c’est le déchaînement médiatique sur François Fillon. Chaque jour nouveau est un jour de nouvelle révélation. Toute cette hystérie ne cessera que lorsque François Fillon renoncera à la campagne présidentielle car telle est le but de cet assassinat politique.

Après, chaque lecteur est libre de rester dans le creux de cette agitation. D’autres peuvent tenter de prendre de la distance pour analyser sereinement cette affaire et croyez-moi, ce que l’on voit est effarant. « 

Fin de citation.

Cette information ne nécessite aucun exercice d’explication de texte en elle-même.

Quelques commentaires peuvent être faits cependant.

 


  • Ce que le rédacteur appelle « le Système » est constitué par cette élite financière, médiatique et politique que le mondialisme a séduite et qui noyaute toutes les institutions internationales (ONU, UE, FMI, BM, BE, etc…) nombre de (pseudo)ONG et enfin les classes dirigeantes de nos pays. La sélection se fait

     

    • soit par cooptation : les Clubs comme Bilderberg (François Fillon en fait partie, ce qui me laisse perplexe quant à sa volonté de combattre le « système » et Macron en est tout proche) la Trilatérale, les Loges maçonniques, les Clubs « Service » (Rotary’s, Lion’s…) et d’autres cercles bien plus puissants et plus obscurs.
    • soit par endogamie à partir du vivier des Grandes Ecoles (notamment Sciences Po et ENA), Ecoles de journalisme où le « système » se perpétue comme de père en fils.

 

Qui tire les ficelles de cette entreprise de domination mondiale rendue possible de nos jours par l’extrême puissance des mafias financières transnationales, le trans-nationalisme de l’économie et de ses décideurs, les extraordinaires moyens d’action, de coercition et de manipulation qu’ offrent la technique et les moyens de communication ? Je ne le sais pas.

Un nom apparaît souvent (arbre qui cache la forêt) c’est celui de Georges Soros, fondateur et inspirateur du CFR aux USA (navire amiral du mondialisme) et qui est derrière nombre de mauvais coups portés à la civilisation occidentale par le truchement de la quarantaine d’officines de déstabilisation qu’il finance dans le monde.

 

  • De toute façon je ne pense pas qu’il faille confondre la fin et les moyens. La concentration et la domination financière,  la tentative d’éradication des nations et des cultures, ce que l’auteur de l’article appelle très justement « l’indistinction » voulue des populations (qui va jusqu’à nier la différence entre les sexes) sont des moyens et non des fins.

La fin, elle, consiste dans une volonté messianique (en fait satanique) de déshumaniser l’homme et de faire un homme nouveau en commençant par le déraciner. Il s’agit de l’arracher à ce que Peilhon (autre serviteur du Système) appelait « ses conditionnements culturels et religieux« , à ses croyances, à ses repères, à son histoire, pour arriver peu à peu à effacer en lui, ce qui le constituait à l' »image et à la ressemblance de Dieu« .

Ceux qui dirigent le « Système » sont déjà riches à milliards; ils disposent d’une puissance qu’aucun tyran, conquérant ou empereur n’a jamais approchée. Que leur importe donc, sur le plan concret et pratique de l’existence, de réduire l’Etre Humain à sa dimension production/consommation/endettement ?

Cela ne leur apportera pas grand-chose de plus puisqu’ils disposent déjà de tout.

 

  • Il s’agit donc d’une authentique entreprise cosmique de perversion narcissique liée à un orgueil et un appétit de pouvoir plus-qu’humain. Limité dans le cadre d’une société traditionnelle où les leviers du pouvoir échappent aux pures ambitions individuelles, ce délire de puissance peut se déployer sans obstacle dans une société démocratique par les moyens que la technique, l’argent et la communication procurent aux plus pervertis pour pervertir les autres, les votants, les citoyens soit-disant « libres ».

 

Or le premier de tous les narcissiques délirants est Lucifer : non seulement il veut être le Calife à la place du Calife mais, en plus, il veut l’humilier, le dominer et détruire jusqu’à son image dans ce qui la reflète : l’Homme. Cet Homme que Dieu aime tellement qu’Il a accepté que Son Fils se sacrifiât pour lui. Tête de Lucifer, le plus beau des Archanges, qui se voit supplanté par ce misérable Adam dans le cœur de son Maître.

 

Il y a donc chez tout mondialiste avéré et volontaire, une faille, un manque, une haine de soi qui l’amène à ne se sentir fort et digne d’estime qu’en humiliant et asservissant les autres.

A un niveau moins métaphysique on peut dire qu’il y a dans toute ambition politique démesurée, une sorte de surcompensation à une blessure d’orgueil qui amène celui qui la subit à penser être en dominant ou en dirigeant les autres, en les dépossédant de leur propre faculté d’exister vraiment hors de la sphère de leur volonté de puissance.

 

C’est pourquoi je suis, reste et resterai opposé au pouvoir du nombre où les plus manipulateurs, les plus menteurs ou les plus dénués de scrupules, les plus injustement ambitieux, l’emporteront toujours sur ceux qui se soucient réellement du Bien Commun. J’ai nommé le « système dit démocratique » la plus belle invention qu’on ait faite depuis le paradis terrestre pour corrompre et dominer les hommes en leur donnant l’illusion qu’ils obéissent à leur propre volonté alors qu’ils sont plus asservis encore qu’ils ne le furent sous Nabuchodonosor ou Attila.

 

  • Autre remarque.

L’auteur de l’article est certain que Fillon sera « sommé de se démettre » et qu’une personnalité de droite  » acceptée par le Système » se présentera à sa place. Ainsi, que ce soit le candidat de gauche ou le nouveau candidat de droite qui soit élu au 2ème tour de la présidentielle, le « Système » sera tranquille et sa domination assurée en France

Il a parfaitement raison. Ces messieurs-dames n’étant autorisés à accéder au simulacre de pouvoir que détient le « président » que pour autant qu’ils soient interchangeables.

 

Mais il oublie une autre éventualité : l’élection malgré tout d’un(e) candidat(e) ayant réussi à franchir les défenses que le Système a mises en place autour de ses chasses gardées.

Or, de  même que Trump a réussi cet exploit de  battre le « système » aux USA et qu’il est train de démanteler le modèle impérial[3] que son pays a mis en place à partir de 1947 avec sa vieille complice la Grande Bretagne, il se pourrait bien que MLP fasse de même chez nous.

On en reparlera.

 

LSM


[1] Je possède un autre témoignage expliquant comment Macron et ceux qui le soutiennent s’y sont pris pour « flinguer » Fillon. Je le diffuserai ultérieurement.

[2] Le rédacteur de l’article oublie comment Sarkozy, précédent candidat « de droite » promu par le « Système  » a cocufié les électeurs avec le Traité de Lisbonne qui reprenait les dispositions de cette Constitution européenne concoctée par cette vieille canaille de Giscard et que les Français avait rejetée à une forte majorité. Pour ne rien dire de ses reculades en matière d’immigration et autres sujets vitaux pour la France.

[3] En fait, le « mondialisme » le « nouvel ordre mondial » cher à Bush père, le « Système« , tous ces termes désignent l’entreprise de ceux qui, depuis toujours essaient d’établir une suprématie sur le monde dont on a vu qu’en fait, elle obéissait à la volonté d’ un « Maître » autrement plus puissant et plus obscur. C’est un « messianisme » – c’est à dire une volonté d’établir un « règne » sur terre – qui se nourrit du messianisme d’abord du messianisme anglo-saxon qui lui donne sa puissance économique et militaire, du messianisme talmudique qui régit la sphère financière et médiatique, du messianisme évangéliste qui donne si bonne conscience aux Etasuniens, et bien sûr du messianisme maçonnique qui a subverti notre régime républicain depuis plus de deux siècles. Tous ces « messianismes », à un degré ou un autre, se trouvent unis et complices dans cette vaste entreprise de subversion mondiale dont le but ultime est de chasser le Christ de la cité et du cœur des hommes.

2 réponses à to “L’ASSASSINAT POLITIQUE de François FILLON (1)”

  • Marie-Luce Duroudier:

    Entièrement d’accord sur votre analyse et la volonté de chasser le Christ du coeur de l’Homme : Le transhumance.
    Mais nous serons tous sauvés car Christ est mort et ressucité pour sauver l’humanité.

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 440088Visiteurs Total:
  • 108Visiteurs aujourd'hui:
  • 103Visiteurs hier:
  • 3Visiteur(s) en ligne:
Archives