Femme savante - google imagesComme je l’ai fait lorsque j’ai été interpellé sur la question de l’avortement, j’ai pensé que l’actuel échange que j’ai eu sur le thème de l’immigration islamique avec une personne issue de l’immigration turque, pourrait intéresser les visiteurs et visiteuses de ce site. Je la reproduis donc ci-dessous.
Il y a eu trois échanges qui sont tous reproduits ici.

Cher monsieur,

Voir des ennemis partout est le meilleur moyen de se les fabriquer. Répétez à un enfant qu’il est mauvais, et il le deviendra. Cherchez en lui la vilaine bête, et il vous la montrera.

  • Il ne pourrait me la montrer s’il ne la portait déjà en lui, mais effectivement ce n’est pas une raison pour ne voir qu’elle et la privilégier. Tout cela ressortit de la psychologie la plus élémentaire. Merci Mme Dolto.

Je suis d’origine Turque né de parents immigrés et sans confession religieuse, naturalisée Française, avec pour prénom d’adoption Jeanne. J’ai choisi ce prénom en référence à Jeanne d’Arc, car je trouvais l’appropriation de cette icône par le front national totalement déplacée.

  • Le FN étant le seul parti politique qui se réfère à des valeurs qui furent toujours révérées et enseignées dans les écoles de la république sous la 3ème et la 4ème – la famille, la nation, la patrie, l’honneur – nous lui devons une fière chandelle. C’est lui qui a assuré la défense de  ces valeurs essentielles après la montée en puissance du système soixante huitard qui a investi tout notre appareil politique, éducatif et médiatique. C’est lui qui nous a empêché d’oublier que nous étions des Français et à quoi cela nous obligeait, malgré les efforts de la dictature progressiste et relativiste qui a pollué la société occidentale de ses poisons individualistes et hédonistes. C’est lui qui nous a rappelé, sans doute de façon maladroite quelquefois, que nous étions avant tout des héritiers, des êtres enracinés, que nous avions des devoirs envers nos aînés qui avaient permis que nous fussions ce que nous sommes, et non de simples individus interchangeables, sans foi ni loi, sans feu ni lieu, sans passé, sans culture spécifique, sans aucun droit à préserver et défendre notre culture et notre sol. Bref c’est lui qui a maintenu le combat en faveur d’une nation enracinée contre tous les efforts d’une culture cherchant à créer un homme nouveau, soit-disant libéré de ses déterminismes (V. Peilhon) mais, en fait, ramené au stade de la satisfaction de ses instincts primaires. Rien de très original par rapport à ce qui, je le répète, avait toujours été enseigné en France jusqu’à ce que De Gaulle ne ramène, sournoisement, la révolution au pouvoir par exemple en confiant l’éducation nationale et la culture à des communistes. Ce qui, grâce aux procédés sémantiques que le progressisme et le marxisme manient avec une grande virtuosité, lui a valu sa qualification d' »Extrême Droite ». La tactique est toujours la même avec les progressistes : on ne répond pas aux objections précises et circonstanciées, on s’attache simplement à disqualifier l’adversaire. Une grande part de ce que vous m’avez écrit relève – inconsciemment j’en suis sûr – de cette tactique qui consiste à émouvoir et à indigner au lieu de raisonner, observer, justifier.

  • A noter que la même évolution vers l’oubli des racines gangrénait l’Eglise à la même époque (et cela n’a fait qu’empirer) avec le risque de voir toute la civilisation occidentale passer par pertes et profits. Dieu merci, de même qu’il y eut l’évêque Rémy pour tenir bon pendant la période arienne qui faillit entraîner l’Eglise vers une apostasie généralisée, il y eut quelques hommes en Europe pour tenir bon contre le raz de marée anti-occidental au sens traditionnel du terme. JM Le Pen et quelques autres en font partie. Et quels que soient leurs défauts personnels nous ne pouvons que leur être reconnaissants.

A propos de l’Eglise de France, planche pourrie ouverte à tous les vents du relativisme religieux et du cosmopolitisme politique, je vais vous raconter une anecdote que j’ai vécue personnellement. J’ai résidé pendant près de 30 ans à Nîmes où une statue de Jeanne d’Arc avait été érigée sur le flanc de l’église des Carmes au milieu d’une grande place de la ville. Lorsque la municipalité (alternativement communiste puis centriste) a voulu réaménager la place où l’église s’élevait, il a fallu décider d’un emplacement nouveau pour la statue de Jeanne. La proposition unanime – maire communiste, préfet, président du CG socialiste, en tête, largement approuvée par la population – fut que la statue soit désormais placée à une place d’honneur : c’est à dire face à l’entrée principale de l’Eglise.
Le seul à s’y opposer et à vouloir la reléguer derrière l’Eglise  fut l’évêque d’alors (décédé depuis) si on peut encore appeler « évêques » les propagandistes du relativisme conciliaire que secrète l’Eglise de France . Mais c’est une autre question.

Je ne remercierai donc jamais assez les animateurs du FN qui ne sont ni pires ni meilleurs que nos élites politiques et morales auto-proclamées, d’avoir replacé ce symbole sacré de notre identité nationale et catholique au centre de notre réflexion politique.

Bravo aussi à vous d’avoir choisi ce prénom. Il ne vous reste plus vous en montrer digne en cessant de penser, de parler et d’écrire comme les plus acharnés ennemis de Jeanne qui n’a jamais haï les Anglais….mais les a foutus dehors quand ils voulaient prendre le pouvoir légitime en France. Ce qui est le programme clairement annoncé par différentes sources islamistes…dont le gouvernement turc comme nous allons le voir un peu plus bas.

Croyez-moi, si la culture Française se trouvait menacée, elle ne trouverait pas de meilleure défenseure que moi. Et nous sommes des millions d’enfants d’immigrés dans ce cas.


Heureux de le lire. Il ne vous reste plus qu’à aligner les philippiques que  nous m’adressez sur votre pétition de principes. Il ne vous reste plus aussi qu’à m’expliquer pourquoi les tenues vestimentaires des « enfants d’immigrés » – garçons et filles confondus – ont évolué de manière foudroyante et majoritaire vers la mode salafiste, wahabite, sunnite ou chiite (au choix) plutôt que vers le velours côtelé et les jupes à carreaux, voire même vers le jean’s ?

Une autre petite information pour répondre à vos pétitions de principes purement gratuites : aujourd’hui même (02.02.2017) au bulletin d’information de 13 H j’ai entendu sur les ondes de France Inter (antenne peu susceptible d’être qualifiée de raciste ou d’anti immigrationisme) que les agressions contre les musulmans et les juifs avaient considérablement baissé en 2016 (amusant quand on sait que la plupart du temps ce sont les premiers qui agressent et menacent les seconds) mais qu’au contraire les délits contre les édifices religieux et les cimetières catholiques s’étaient multipliés de manière exponentielle. Comme toujours quand les média relaient les innombrables injures à caractère raciste, agressions physiques, incivilités, déprédations de matériel public, profanations d’édifices religieux, viols en tournante, vols à l’arraché, truandage collectif, trafic de drogue, truandage aux prestations sociales, resquillage dans les transports publics et autres caillassages ou agressions au couteau des pompiers, policiers, médecins, infirmières et j’en passe. Bien entendu tout cela concerne les agissements de « jeunes » , qui ne peuvent être qu' »un peu déséquilibrés » nous disent benoitement les médias; « jeunes » dont l’origine culturelle ou ethnique, qui n’est jamais indiquée, devrait être recherchée, à mon avis, du côté de la planète Mars sans doute.

Il y a une différence très nette entre être vigilant et être paranoïaque. Je suis vigilante, vous êtes manifestement parano. (je rappelle que ce mot n’est pas une insulte, mais un état psychiatrique)

Il y a une différence très nette entre observer la réalité telle qu’il nous est donné de la subir depuis quarante ans, jour après jour en ouvrant un peu les yeux, en circulant dans certains « quartiers » (de plus en plus nombreux), en montant dans un métro ou un tramway, en consultant les registres de plaintes déposées dans les commissariats, en consultant les affaires qui se jugent dans nos tribunaux, en faisant le décompte des voyous qui peuplent nos prisons…et d’en tirer quelques statistiques élémentaires d’un côté; ou en se comportant en »idiot utile » ainsi qu’on surnomma autrefois les élites intellectuelles qui, dans notre pays,  défendaient la cause des régimes marxistes, les plus criminels de l’Histoire avec l’islam, en fermant les yeux sur ce qu’on ne veut ni voir ni définir. Je suis vigilant, observateur, analyste et je me documente tous les jours.  Et je pourrai donc conclure que vous êtes manifestement schizo ou autiste (à chacun son profil psychopathologique) pour ne pas voir ce qui crève les yeux. Je préfère penser que vous ne pensez pas avec votre tête mais avec vos émotions. Vous vous sentez tellement impliquée dans ce drame de l’immigration – alors que je ne vous ai jamais mise en cause personnellement – que vous en arrivez à broder pour nous une sorte d’immigration idyllique digne des contes de mille et une nuits.

Dire qu’il faut se méfier de ceux à qui vous avez généreusement ouverts votre porte, ça repose sur quoi ? Sur quelques individus. Et les autres, qu’en faites vous? Et que faites-vous de l’apport de ces étrangers pour ce pays ? Rien, bien évidemment. Ce n’est qu’une illusion de gaucho à la noix, bien sûr. Les étrangers ne font que prendre et ne donnent rien, à vous lire.

Nous avons ouvert généreusement nos portes aux Italiens (j’en fais partie), Espagnols, Polonais, Portugais et nous n’avons jamais eu à le regretter. Car ils aimaient la France et la respectaient avant même d’y poser le pied (je le sais par expérience) et se mettaient au travail sitôt arrivés sans jamais essayer de nous imposer leurs moeurs, leur langue, leur loi ou leur religion qui était la nôtre.
Sans non plus affirmer la volonté de nous conquérir « grâce aux ventres de leurs femmes » comme l’annonça Boumediene, idée reprise par bien d’autres islamistes depuis…et ardemment mise en oeuvre, les prestations sociales aidant.

Il y a eu une immigration utile et constructive déclenchée par Pompidou pour le plus grand bénéfice des entreprises françaises à qui cette main d’oeuvre bon marché évitait de se moderniser. Cette immigration fut arrêtée en 1974 je crois, par un décret de Giscard…las, l’année suivant cette grande giroutte de Chirac, décida du regroupement familial en faveur des immigrés. Ce à quoi Giscard et Barre tentèrent de s’opposer par décret. Mais ils avaient oublié que notre pays république n’est pas celui de la démocratie mais celui des juges rouges qui siègent dans les différentes cours, notamment constitutionnelles.  Le décret fut cassé car on ne pouvait empêcher une famille de se regrouper. Mais le Conseil Constitutionnel se garda bien de préciser que ce regroupement devait se faire dans le pays d’origine et non chez nous où il n’avait aucune raison d’être.

Résultat : entre huit et dix millions d’immigrés depuis quarante ans. Il y a autant d’immigrés, d’origine extra-européenne pour la plupart, qui entrent en France tous les ans….qu’il y a d’avortements dans les avortoirs de France. Environ 220.000 ! Quel pays sensé peut-il accepter un tel état de fait ? Imaginez vous que la Turquie accepte de se voir imposer 220000 immigrants nouveaux – non-musulmans de plus – tous les ans, sans réagir ?

En 1991, Jean Claude Barreau (peu susceptible d’être classé à « droite » et spécialiste des questions d’immigration) écrit dans son ouvrage « De l’islam en général et du monde moderne en particulier » où il présente son expérience à l’OMI,  que l’islam « pousse l’enfermement de la femme plus loin qu’aucune autre civilisation » ou encore que « L’islam est la plus réactionnaire, la plus antidémocratique, la plus fermée aux droits de l’homme de toutes les religions ».

 Bien entendu on le démet de ses fonctions à l’OMI.

A peu près à la même période je l’avais personnellement entendu nous expliquer que « 95% des immigrés [sont] des ayant-droits ». Entendez par là, des improductifs vivant grâce à nos généreuses prestations sociales. Droits acquis par le truchement des 5% d’actifs restants. Dans le département où je vivais alors, le directeur des RG que je connaissais à tire personnel me citait le cas d’un homme âgé qui couvrait 50 personnes avec sa carte de Sécu; celui d’un Africain (« sans papier ») que la Mairie, contrainte et forcée, logeait dans un bel appartement du centre ville avec la douzaine de femmes et enfants qui l’accompagnaient, à qui on livrait deux repas par jour (x 12)….et qui s’était plaint parce qu’on ne leur fournissait pas aussi le petit déjeuner. Ce ne sont que des exemples parmi des centaines de milliers d’autres d’abus insupportables qui nous sont imposés sans que nous puissions réagir à cause de la tyrannie des « droits de l’homme », du « multiculturalisme » et toutes les tartes à la crème (empoisonnée) qu’on nous donne à avaler pour nous faire disparaître en tant que peuple historique, mais ce sont des choses dont vous devriez tenir compte – à condition de vous documenter – avant de vous précipiter sur votre clavier.

Il se trouve qu’en plus de l’état civil cité plus haut, j’ai grandi à Verdun. (je vous invite d’ailleurs à visiter le cimetière musulman, il est plein de soldats morts pour la France). Cela vous permettra peut-être de mieux comprendre mes inquiétudes. J’ai aussi deux enfants, dont le père est Français, et que j’espère élever dans l’amour de l’autre, de tout autre. Je leur inculquerai de donner d’abord leur confiance, et de ne la retirer que si elle se trouve finalement bafouée.

Je ne vous ai pas attendu pour visiter Verdun et quelques hauts lieux où la France eut à défendre sa souveraineté, son identité, sa survie. J’ai même fait beaucoup mieux : j’ai combattu contre la barbarie du FLN en Algérie durant vingt-huit mois dans une unité de Tirailleurs algériens, régiment composé à 75% d’Algériens musulmans. Souvent en liaison d’ailleurs avec des unités de Harkis, ce supplétifs que De-Gaulle condamna à l’égorgement généralisé, au dépeçage vivant  ou à l’eau bouillante suivant l’inspiration du moment. Je le sais d’autant mieux qu’après l’indépendance de l’Algérie, je suis resté y travailler soit dans l’Education nationale soit pour le compte de l’Ambassade de France. Ces temps n’existent plus. La guerre d’Algérie reposait sur des revendications politiques et sociales qui avaient d’ailleurs commencé à être mises en oeuvre de telle sorte qu’une séparation aussi définitive aurait pu être évitée.

Mais, soixante ans plus tard, la situation a radicalement changé. Nous n’avons plus affaire au même monde. L’islam s’est réveillé (ou plutôt, les officines du mondialisme l’ont réveillé et armé) et l’islam est un totalitarisme : il « soumet » l’individu sur le plan politique, juridique et social d’abord, le « religieux » ne sert que de justification aux pouvoirs sans partage que Mahomet et ses successeurs ont mis en place. Un individu ne peut plus se déclarer « musulman » et « démocrate » ou « républicain » ou « humaniste » sauf à donner à ces mots des sens complètement artificiels.
C’est pourquoi, alors que j’étais un ardent partisan de l’Algérie française et de l’intégration de l’Algérie (ensemble de douze départements français) à la France, car je croyais ce partenariat possible dans la mesure où il n’y avait du côté des populations algériennes aucune revendication pour l’installation d’un califat islamique exclusif;  je suis un farouche opposant à la présence d’une immigration de peuplement et de colonisation (il n’y a pas d’autre mot) sur le sol de ma patrie depuis 4 générations, car cela ne peut aboutir qu’à une guerre civile. Aucun racisme là dedans, ce que je vous apprends de ma propre destinée ci-dessus devrait vous en convaincre.

Les masses musulmanes en France, si le gouvernement français n’était pas assez volontaire et patriote pour procéder à une ré-migration, ou une migration à l’envers, finiront par se trouver écartelées entre deux choix si, pour notre plus grand malheur, l’islam devait continuer à se développer chez nous comme un virus dans un organisme sain ainsi qu’il le fait actuellement :
– soit elles devraient prendre parti en faveur de la culture qui les accueille, aussi vacillante soit-elle et elles s’exposeraient à toutes sortes de représailles.
– soit elles prendraient fait et cause pour cette « république islamique » que les principaux leaders du monde musulman – qu’il soit chiite ou sunnite – nous promettent depuis longtemps.
Ce qui ne peut manquer, dans les deux cas, de causer des souffrances infinies; d’autant qu’il est plus que probable que c’est la deuxième solution qui s’imposerait à 90%.  Je vous compte parmi les 10% restants et je vous souhaite bien du plaisir si  cet effroyable scénario se réalisait. Si, après la destruction de Palmyre ou des statues de Bouddha il n’y a pas si longtemps, nous devions assister au dynamitage de Notre Dame de Paris ou de la Bonne Mère  au dessus de Marseille pour satisfaire aux exigences d’un dieu islamique encore plus féroce et absurde que Baal lui même. D’ailleurs, m’étant interrompu un moment dans la rédaction de cette réponse, j’ai entendu qu’un fou d’Allah venait de commettre une tentative de massacre au Louvre, armé de deux machettes (!) au cris de « Allahu Akbar ». Sans commentaire.

Et si vous doutez encore de l’éventualité de ce scénario, je vous offre cette citation d’un discours du premier ministre turc à Zurich, qui vaut son pesant de raha loukoum.

Je cite l’article :

« Ahmet Davutoglu, le Premier ministre de la Turquie: « Personne ne peut arrêter l’islam! »

 » Je vais le dire ici à Zurich à nouveau avec élan: l’islam fait partie de l’Europe et continuera d’appartenir à l’Europe. L’islam est indigène à l’Andalousie, ainsi que dans les zones de peuplement de l’Empire ottoman [NDR : C’est à dire tous les Balkans, reconquis de haute lutte contre la dictature ottomane]. Et maintenant ici depuis un demi–siècle le saint mois de mars des Turcs a commencé, qui est venu ici de tous les coins de l’Anatolie [sic]. Au son de la Azan [de prière islamique], nos héros ont apporté à l’Europe, les dômes des mosquées qui ont été dispersés sur tout le continent – nous allons les prendre tous sous notre protection. Et que la lutte contre tous ceux qui veulent nuire à ces symboles va continuer. Je baise le front de mes frères qui ont apporté l’appel Tekbir [ « Allahu Akbar »] à Zurich. Puisse Allah bénir ceux qui vous ont élevés, et tout aussi bénis sont tous ceux qui ont déménagé ici dans la pauvreté, avec seulement une valise, mais le cœur richement rempli de leur foi [ l’ islam]. Ce sont des saints ces gens qui sont venus ici et ont déposé les graines, qui poussent maintenant avec l’aide d’Allah, un grand arbre de la justice dans le milieu de l’Europe si grand que personne ne sera capable de l’arrêter [ l’ islam]. « 

Commencez vous à comprendre ce que nous, Français de souche, de tradition chrétienne ou même humaniste (l’autre nom de l’athéisme) pouvons ressentir à la lecture de ces phrases ? Et pourquoi il est urgent de nous mettre en état de résister à une éventuelle menace, d’autant plus vicieuse et dangereuse qu’elle utilise la vieille tactique du Cheval de Troie par le biais d’une immigration exponentielle mais fort peu fraternelle puisque instrumentalisée en vue d’une domination future. 
Vous ne faits pas partie du lot ? Tant mieux. Vous n’avez donc pas à craindre. Sauf peut-être de ceux dont vous avez apostasié la religion. Mais c’est votre problème.

Autre chose, de manière rapide. Vous parlez souvent de la France en disant « votre » pays. vous ne vous sentez donc pas pleinement française. Vous portez un nom (si c’est votre nom d’épouse) qui est assez communément répandu en Turquie. Vous n’avez donc pas « épousé un Français » mais un immigré turc en France. Ce qui montre assez bien la tendance quasi écrasante des immigrés à épouser des personnes de leur origine et de leur religion – au lieu de s’assimiler vraiment par le mariage – et à reconstituer des « communautés » de plus en plus présentes et pesantes sur notre sol.
Chez les garçons, même très « intégrés » on va « chercher une épouse au pays » (l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, etc…) chez les filles il n’est même pas envisageable qu’elles puissent épouser un non-musulman puisque c’est par elles que se transmet l’appartenance quasi biologique à l’islam.
Quant à vos enfants, nous verrons bien comment ils évolueront. J’espère que ce n’est pas comme la petite fille d’une de nos amies d’origine algérienne, née en France, musulmane par naissance mais tellement inquiète de voir l’évolution générale de notre société qu’elle n’ose plus aller à un grand marché qui se tient tout près de chez nous dans un quartier à majorité turque, parce qu’il s’est couvert de voiles islamiques depuis quelques années. Si bien qu’on la regarde de travers, elle dont on sait qu’elle est d’origine musulmane et qui s’habille à « l’européenne » et qu’elle se sent en insécurité. Alors elle n’y va plus.
Quant à son frère aîné, il est arrivé en pleurs chez elle il y a deux semaines en lui disant que sa fille âgée de 17 ans, bac obtenu avec mention à 16 ans !, parfaitement « intégrée » jusque là, avait pris le voile islamique et voulait partir en Syrie combattre avec son petit ami.
Nous verrons comment les vôtres évolueront quand l’expression de leurs racines véritables recouvrira la nationalité parfaitement administrative qu’ils ont reçue. Faisons confiance à la Providence.

Quant à leur inculquer la confiance en attendant de la retirer si elle est déçue, c’est un très beau couplet mais vous feriez mieux de leur inculquer le discernement et la lucidité. Cela leur sera beaucoup plus utile le jour où un charmant monsieur, essaiera de les attirer en leur offrant des  bonbons ou en leur racontant qu’il est à la recherche de son petit chien disparu. Notre société est tellement pervertie que ces cas d’enlèvements, de viols et de meurtres d’enfants se sont multipliés de manière exponentielle. Alors, moi qui ai sept petits enfants âgés de 4 à 15 ans, j’ai peine à lire de pareils poncifs sur la bonté humaine, la confiance, etc, etc… Cela ne mérite même pas qu’on en discute. Faites ce que vous jugez bon pour vos enfants et laissez nous nous occuper des nôtres.

Au contraire, vous préconisez de se méfier quoi qu’il arrive, en vue du pire qui ne peut qu’advenir. C’est bien triste, et ce n’est pas comme ça que le monde deviendra meilleur.

Parce que vous pensez qu’il le deviendra avec vos incantations et vos plaintes ? Je me demande si vous êtes vraiment sincère (j’ai choisi de le croire) ou si vous utilisez la vieille tactique qui consiste à désarmer les autres en se présentant comme victime et comme chargée de toute la bonne volonté du monde ? Je ne sais si « le pire ne peut qu‘advenir » mais je sais « qu’il peut advenir » et que se comporter en citoyen responsable d’une famille, en patriote solidaire des destinées de sa nation, le devoir commande de se comporter en fonction des signes qui nous sont donnés et des informations dont nous disposons. Or, nulle part au monde, n’existent de sociétés aussi violentes et instables que celles dominées par l’islam. Et je ne dis rien du sort des minorités religieuses qui sont obligées d’y vivre. Les Arméniens, les anciennes nations balkaniques et/ou orthodoxes, les kurdes aujourd’hui, pourraient vous dire combien il est agréable de vivre dans un pays soit disant laïque depuis Ataturc, mais musulman à 99%.
Sur un plan plus général, on ne peut se laisser porter au fil de l’eau sans rien prévoir. Y compris et d’abord le pire. C’est le seul moyen d’assurer un minimum de sécurité dans une période aussi violente bouleversée religieusement, moralement, socialement que la nôtre.

Comme vous le voyez, mes « pensées mielleuses » n’ont aucunement pour but de me faire la défenseure du grand « bien » contre le vilain « mal ». Simplement, je me bats pour que mes enfants vivent dans un monde juste, un monde d’amour, et de respect de chaque vie, quelle que soit son origine. Toute vie ayant la même origine, laquelle reste à définir, à mes yeux.

Je me bats pour les mêmes raisons mais, au lieu d’en rester aux belles incantations idéalistes, j’essaie de comprendre le monde tel qu’il est  et de dénoncer les périls qui nous sont imposés de l’extérieur et sur lesquels j’essaie de vous ouvrir les yeux. L’islam en est un – et majeur. Et c’est en le dénonçant et en y renonçant sincèrement que les immigrés pourront, peu à peu car il faut trois ou quatre générations pour « être vraiment du pays », devenir Français et se comporter comme tels. Ni mieux ni pire. Comme tels. On n’en prend pas le chemin….Il n’y aurait quasiment pas de problème avec l’immigration – dans la mesure où elle reste dans une proportion assimilable et acceptable – si ne s’y mêlait pas la question de l’islam. C’est lui que je dénonce, beaucoup plus en fait, que l’immigration en elle même….dont je suis moi même issu comme vous le savez maintenant.

Cordialement. (car effectivement, je suis cordiale, courtoise, et non fourbe. Mais cela, n’est-ce pas le défaut que vous prêtez trop volontiers à tous ceux de mon espèce. C’est-à-dire non français de souche, et même pire, issue d’un pays majoritairement musulman).

Le mieux à faire pour répondre à cette nouvelle perche que vous me tendez avec une candeur qui n’a pas d’autre explication que votre profonde méconnaissance de ce dont vous parlez, je vais vous offrir un petit extrait du livre d’Ali Sina, musulman iranien, profond connaisseur de l’islam, « mais doté d’un esprit curieux, rationnel, qui s’interrogeait, vérifiait et recherchait la preuve avec persévérance » comme l’écrit Ibn Warraq dans la préface qu’il consacre à l’ouvrage du dit Ali Sina :  » La psychologie de Mahomet et des musulmans » (Ali Sina anime aussi un site intitulé Faith Freedom International, qu’on ne doit pas avoir beaucoup de peine à trouver.

Voici l’extrait. Je cite :

 » Pour les musulmans les engagements ne signifient rien. Ils promettent quelque chose et puis y renoncent ensuite si tel est leur choix. Bukhari rapporte un hadith où Mahomet dit : « Par Allah et la Volonté d’Allah si je prends un engagement et trouve par la suite que quelque chose d’autre est meilleur, alors je fais ce qui est meilleur et je renonce ‘ l’engagement »167.

I:I il conseilla à ses fidèles d’agir de même : « Même si vous prenez un engagement de faire quelque chose et trouvez ensuite quelque chose de mieux à faire, alors vous pouvez rompre votre engagement et faire ce qui est meilleur »168.

Cela explique le comportement des musulmans. Ils mentent. Ils mentent dans les médias ; ils mentent au public ; et ils mentent au gouvernement. Ils font des promesses seulement pour ne pas les tenir plus tard. La parole de musulmans ne signifie rien ; leurs promesses ne les lient pas; et même leurs offres sont sans valeur. Cela est cohérent avec le TPN Les narcissiques croient qu’ils ont droit à quoi que ce soit qu’ils désiren et leurs promesses et obligations ne les engagent pas « 

167 Sahih Bukhari 7,67,424
168 Sahih Bukhari 9,89,260

Cela vous choque ou vous étonne. C’est que vous n’avez pas compris l’islam.
Pour un Chrétien un engagement vaut par soi-même parce qu’il est configuré au lien d’alliance que Dieu a conclu avec Son peuple et qu’Il ne trahira jamais. Tous les engagements pris par le Chrétien le sont sous le regard de Dieu, comme le mariage par exemple, ce qui explique sa nature indissoluble.
Par conséquent ce qui compte dans un engagement, un serment, ce n’est pas tant l’objet sur lesquels ils portent mais le degré de sincérité et d’engagement personnel que nous y appliquons et dont nous sommes seuls responsables. C’est pourquoi le Christianisme est la religion de la conscience, de la responsabilité et d’une volonté tendue vers l’expression de la Vérité (« Je suis la voie, la vérité, la vie »). Par essence le mensonge est négation de ces principes que Dieu a inscrits une bonne fois pour toutes dans ce que nous appelons « la loi naturelle »et, comme Il nous veut libres, Il nous laisse toute liberté de nous faire nos choix. Un engagement non respecté, donc un mensonge, une trahison, une forfaiture, ne sont donc pas seulement des marques de blasphème contre Dieu, mais ils sont, avant toute chose, des atteintes portées à notre intégrité de « créatures formées à l’image et à la ressemblance de notre Créateur ». En bref, quand nous mentons à quelqu’un c’est nous même que nous trompons plus que lui.

Ce n’est pas du tout le cas de l’islam où on chercherait en vain la marque d’une quelconque tentative de développer une authentique conscience personnelle responsable. Il y a ce qui plaît à Allah (en fait, ce qui plaît à celui qui s’est institué son « messager » et qui a chargé son « enseignement » de prescriptions absurdes) et il y a le reste. En obéissant à Mahomet il y aura toujours moyens non seulement de justifier une trahison, un mensonge ou le mépris d’un engagement par une quelconque  obscure sourate ou par un hadith pour rester parfaitement digne d’estime, mais on pourra même présenter son action comme une sorte de profession de foi envers Allah. Quand on lit Ali Sina reprenant pas à pas l’itinéraire de Mohamed, on s’aperçoit que celui-ci a transgressé ses engagements de multiples fois quand cela l’arrangeait….quitte à « entendre » une nouvelle sourate qui justifiait sa forfaiture de la veille. Or, un bon musulman, est un musulman qui imite Mahomet en tous points.

Il ne faut donc pas s’attendre à une quelconque loyauté telle que nous l’entendons dans les engagements d’un musulman conséquent et il faut encore moins s’attendre à ce que cet état de fait puisse le moins du monde le gêner en quoi que ce soit. « Il est vain de négocier avec un Arabe quand vous n’êtes pas en position de force, il vous rirait au nez » disait (à peu près, car je cite de mémoire) le maréchal Lyautey qui s’y connaissait un brin en matière de négociation en pays musulman.

Dieu merci il y a de très heureuses exceptions. J’en connais et vous en faites sans doute partie. Raison pour laquelle vous avez peut-être quitté la Turquie et les charmes de sa culture musulmane, mais pourquoi considérer comme une bénédiction de les  retrouver ici alors ?

Je constate que vous avez affiché mon dernier message sans y apporter de réponse. C’est votre droit le plus absolu, mais pourriez vous indiquer pourquoi vous refusez de réagir à ce message. Les causes pouvant être très variées, j’aimerai savoir si j’ai perdu mon temps à tenter de vous expliquer que notre pays,_ car la France est aussi et pour toujours mon pays,_ compte aujourd’hui effectivement de nombreux Français autrefois originaires d’ailleurs, mais que ces « nouveaux Français », qui n’ont aucunement l’intention de remplacer les « anciens », ni de les « corrompre » en aucune manière, aiment et respectent leur pays d’accueil au moins autant que vous, qu’ils sont certes riches d’autres cultures, mais qu’ils sont heureux et fiers d’avoir également assimilé celle du pays des Lumières, des Droits de l’homme, et de bien d’autres belles et grandes choses encore. (je veux parler des arts, entre autres).

Très beau couplet auquel je suis très sensible, mais qui ne correspond pas à la réalité intégrale des faits. Si ce que vous dites est vrai, on ne verrait pas se multiplier à l’infini les barbes, les djellabas et les voiles islamiques partout dans nos villes et même nos campagnes.
Au demeurant,  et comme je vous le faisais remarquer plus haut, les révolutions et les prises de pouvoir n’ont jamais été réalisées par le plus grand nombre mais par une minorité agissante, déterminée, violente, cruelle, sans état d’âme qui, terrorisant les masses, les amènent là où elles veulent qu’elles aillent.
Une immigration bien comprise est une immigration utile et  bénéfique au pays d’accueil. Celle que nous subissons ne l’est pas : ni économiquement, ni socialement, ni culturellement, ni religieusement. Elle constitue même un danger majeur pour les raisons que je viens de vous expliquer. Et même si nous quittons le problème crucial de l’hégémonie islamique qui tente de s’imposer grâce à l ‘immigration, une société multiculturelle est toujours une société instable et violente : voyez l’Irlande, le Liban, la Crète, l’Inde, l’Espagne, la Belgique (vous voyez, je  ne choisis presque que des pays non musulmans pour que vous ne me soupçonniez pas d’idée fixe). Il peut y avoir une culture qui absorbe ou intègre des éléments d’autres cultures pour s’enrichir elle même (la France l’a toujours fait) mais il ne peut y avoir plusieurs cultures cohabitant sur le même territoire : cela tourne toujours mal.

Aie-je été capable de vous faire changer tant soit peu d’opinion sur « les étrangers aujourd’hui Français », ou non?
Non, parce que vous ne traitez pas du problème tel qu’il se présente, mais vous ne vous focalisez que sur ce qui pourrait nous le dissimuler.

Ou alors, ce qui me désolerais profondément, ne suis-je parvenu au contraire qu’à attiser votre allergie et votre méfiance, pour ne pas dire pire.

Ni allergie, ni méfiance, ni « pire » car si je respecte votre avis, je ne vois pas en quoi vous m’avez démontré quoi que ce soit. « Souhaiter que » « estimer que » « vouloir que » n’est rien si on ne commence par voir les choses comme elles sont.
D’autre part je vous dirai très clairement que je considère que le devoir de tout homme ou femme est de servir la patrie et la culture qui l’a vu naître et l’a nourri, car c’est là où il/elle peut le plus être utile à ses semblables. La France a subit de multiples invasions : les huns, les francs, les vandales, les vikings (ancêtre des Normands) puis ce furent les anglais, les espagnols, les autrichiens et les russes, et enfin trois monstrueuses invasions allemandes. Je ne sache pas que les Français aient émigré par millions. Ils sont restés chez eux, ont affronté l’adversité et ont continué à transmettre leur héritage à leurs enfants.
Je crois qu’il devrait en être de même aujourd’hui : l’immigration affaiblit les pays de départ et agresse les pays d’arrivée. Il faut que cela cesse et que chacun règle les problème chez lui et avec ses compatriotes.

En l’absence de réponse de votre part,  parce que je crois en l’homme, en Dieu, et que je suis une optimiste quasi forcenée, je considérerais que vous avez peut-être un peu entendu mes propos.

Je remarque qu’un peu plus haut vous n’adhériez à aucune religion particulière et là vous me dites croire en Dieu. J’en conclus qu’il s’agit d’un dieu que vous vous êtes fabriqué à votre convenance comme le font  beaucoup de nos semblables et comme l’a très bien réussi Mahomet lui-même.
Pour le reste, j’ai parfaitement entendu vos propos, même s’ils me paraissent marqués par un évident irréalisme.

Troisième Message – Troisième Réponse

A votre guise, monsieur. Mais en ce cas, ajoutez-y donc ceci, car un lecteur pourrait s’y perdre dans la mesure où cette conversation est partie de la question de l’avortement.

Il me semble que ce qui divise et continuera encore longtemps de diviser sur cette question, c’est de savoir si oui ou non un fœtus est un être vivant. Et donc si l’avortement est un crime. Pour ma part, un fœtus, c’est déjà de la vie, mais pas encore une vie. De la vie, il y en a aussi dans une fleur, et cela n’en fait pas un être vivant. 

Vous qui semblez avoir assez de temps pour beaucoup lire et beaucoup monopoliser mon temps par des messages auxquels je m’efforce de répondre de manière objective et sérieuse, vous devriez relire « Le Sophiste » ou « Le Gorgias ». Bref, n’importe quel ouvrage qui distingue entre sophistique et dialectique ou argumentation reposant sur le réel. Un foetus c’est déjà « de la vie mais pas encore de la vie » est un raisonnement aussi digne de respect qu’un « juif certes est un être humain mais d’une humanité inférieure » ce qui justifiait les fours crématoires (à la grande joie du Grand Muphti de Jérusalem).
Je pourrai vous faire remarquer aussi qu’un enfant n’étant pas un être aussi accompli que l’adulte qu’il pourra devenir, est tout aussi digne d’être éliminé qu’un foetus car si l’enfant « a de la vie » il n’est le « plein accomplissement de la vie ». Quand au vieillard,lui, « il ne l’est plus ». Ouste, à la poubelle…..

Et le comble c’est la comparaison avec la fleur  » qui a de la vie mais qui n’est pas un être vivant » ! Je ne voudrais pas me montrer désobligeant mais avez-vous tout votre bon sens ? Ne vous est-il jamais apparu qu’une fleur n’étant pas un être humain, un végétal n’étant pas un animal ou un minéral, et vice versa, nous ne pouvons pas appliquer à l’un les catégories morales que nous appliquons sauf se complaire dans une sorte d’indifférenciation intellectuelle et moral qui confine à l’aberration mentale ?

Quant à la question de la foi, de l’avortement vue d’un point de vue religieux, n’étant d’aucune confession religieuse – je pensais que vous croyiez en Dieu, comme vous le dites plus haut ? – je suis mal placée pour en parler. Toutefois, j’aimerais qu’on m’explique, si l’IVG offense Dieu, quel est le dessein de Dieu Lui-même, lorsqu’il y a fausse-couche, ou pire , la perte d’un enfant. 

Quel est le dessein de dieu quand j’attrape la grippe ou quand je souffre d’un cancer ?
Il y a le mal naturel à la condition humaine, au monde terrestre où les choses sont soumises à différents facteurs propices ou destructeurs, et il y a le mal que nous commettons délibérément en pleine conscience, en utilisant ce libre arbitre que j’évoquais plus haut.

Enfin, dans l’un de vos messages, vous me conseillez de lire un certain Ali Sina. (auteur qui n’aurait sans doute jamais été publié si ses écrits ne répondaient pas, même involontairement, à des peurs bien d’aujourd’hui).

Alors, pour vous, l’oeuvre d’un chercheur universitaire ne peut être publiée que si elle correspond à une peur ? Quant à la quantité d’ouvrages qui se publient pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes et voir dans  l’islam « une religion d’amour, de paix et de tolérance » à quels finalités sont-ils publiés. Je vous ai cité Sina parce que c’est le dernier en date que j’ai étudié, mais je pourrai vous citer Joseph Fadelle, Irakien converti au christianisme et son ouvrage « Le prix à payer« , celui de Guy Pagès « Interroger l’islam« , ou encore celui d’Olaf « Le grand secret de l’islam » (que vous pouvez d’ailleurs télécharger gratuitement) et tant d’autres que j’ai tous étudiés le crayon à la main

Je vous répondrais ceci: Non merci. Ni lui, ni Ramadan, ni Zemmour, ni Soral, ni tel expert en terrorisme, ou qui sais-je encore. Tous ces imbéciles heureux qui font leur beurre sur les peurs qu’ils génèrent eux-même. Tout comme madame Le Pen, qui a repris la boutique à son papa, et se contente de la garder rentable.

Arrivé à ce niveau de démonstration, je vous laisse le dernier mot, même s’il est lamentable.

Ces derniers temps, je lis Flaubert, Camus, et Robert Walser. Et je vous conseille à mon tour de changer un peu de lecture, pour votre bien-être et votre hygiène psychique.

1/ J’ai lu Flaubert, Camus (par Robert Walser) bien avant vous et quelques autres encore, d’abord pour le plaisir de la connaissance, et ensuite pour obtenir ma Maîtrise et mon DEA de Philosophie.
2/ Je ne vous ai jamais « conseillé de changer de lecture » me contentant de vous donner une référence pour vous instruire sur une question que vous voulez absolument ignorer.
3/ Mon bien-être et mon hygiène psychiques fonctionnent à merveille et me permettent de me documenter, d’observer, d’écouter (j’ai un métier qui me permet d’avoir de nombreuses sources de réflexion) et de réfléchir.

Je souhaite vivement qu’il en soit de même pour vous, encore que l’évidente obstination que vous manifestez (quelquefois de manière pédante) à rester enfermée dans vos illusions commodes en vous fermant à tout ce qui pourrait la troubler, me fasse douter que mon souhait puisse se réaliser.

Puisqu’il a été beaucoup question de « culture Française » dans nos échanges, laissez-moi vous dire que je rêverais de voir revenir l’un de ceux-là, entre autres, pour nous dire ce qu’ils pensent des misérables vitrines de nos librairies.

Voilà un point sur lequel je suis entièrement d’accord avec vous : le formidable effondrement de notre littérature (pour ne rien dire des déjections de l’Art Contemporain).

Dieu merci il  nous reste tant de bons auteurs du passé que ni vous ni moi n’aurons le temps de lire avant notre mort, que, tout comme Jules Renard, je ne peux que me réjouir

Ci-joints pour essayer de vous ouvrir un peu les yeux malgré votre volonté de les tenir « grands fermés » suivant l’expression de Stanley Kubrick. Ce sont des faits, que des faits, aucune littérature et c’est très rapide à lire  :p.18-19 p.20-21 p.22

 

13 réponses à to “Une « femme savante » à sens unique nous instruit sur les beautés de l’occupation islamique.”

  • Jeanne ASLAN:

    Cher monsieur,

    Si les musulmans étaient tous comme vous le dites « obligatoirement » corrompus par une religion « néfaste » la logique voudrait qu’une bombe ou un coup de couteau, ou un camion bélier, ou que sais-je encore, nous échoue au moins chaque seconde, au vu du nombre de musulmans (que vous soulignez avec beaucoup d’agitation) que compte le pays.
    Or, Dieu merci, nous n’en sommes pas là. Nous en sommes même très loin, et moi et d’autres « cucu-la-praline » œuvrons pour que ça dure. (au lieu de quoi, vous, vous participez à la grande folie qui échauffe les esprits)

    La Turquie compte elle aussi beaucoup de migrants, comme vous ne pouvez pas l’ignorer. Certes, ce ne sont pas des migrants catholique, mais ils sont actuellement au nombre de 3 millions. Des migrants que la belle Europe demande à la Turquie de bien vouloir garder en son sol, ou de parquer, au choix, en attendant que la tempête passe.
    Le pays dont je suis originaire est loin d’être un modèle en bien des points, et mon propos n’était en aucune manière d’en faire l’éloge. En revanche, puisque vous vous y attardez, je vous demanderais de ne pas faire l’impasse sur le fait que c’est un pays où des gens (en très grand nombre) luttent tous les jours et depuis fort longtemps contre les fanatismes et la dictature. Pour le seul respect de ses individus (je le répète très nombreux) vous ne devriez pas faire de généralité.

    Le Dieu que je me serais selon vous inventé, a au moins un avantage sur celui que vous, vous jugez plus solide et surtout « bien réel », le mien se résume à un mot « Amour ». Et il suffit à me guider. (tous vos grands mots à vous, et votre documentation ne sont pas de taille à lutter). En revanche, le vôtre, ou celui des autres, dont je veux bien vous accorder à tous qu’il soit « le vrai », est aujourd’hui la source de tous les maux de cette pauvre terre. C’est pourquoi je préfère de loin le mien. Riez si le cœur vous en dit, ça me fera plaisir, car le rire est une belle chose, et l’humour manque cruellement dans vos propos.

    Je vous avais naïvement tendu la main, et effectivement il faut que je sois folle pour l’avoir fait, et vous avoir ainsi laissé charcuter mon message pour le tourner à votre idée. De le même façon que vous citez tel ou tel politicien, ou autre, de manière dirigée.

    Inutile donc, effectivement, que je continue de perdre mon temps.

  • Jeanne ASLAN:

    Soyez donc tout à fait honnête, pour changer, et invitez vos lecteurs (dont je doute et espère qu’ils ne soient pas trop nombreux) à lire notre échange dans son intégralité, au lieu de l’amputer et de le livrer de manière aléatoire et selon votre bon plaisir.

    Au passage, l’intitulé de votre article « femme savante » devrait être un indice de votre rapport aux femmes, et de votre misogynie. Ce qui vous rapproche finalement beaucoup de ceux que vous attaquer sans cesse, et avec une hargne qui confine à la folie.

    Un autre conseil, cher monsieur, vous devriez renommer votre site « paranoïaque.fr », il me semble que ce serait bien plus approprié, et finalement toutes les lettres qui vous plaisent y sont encore, s’y ajoutent seulement votre nature profonde.

    Sur ce, adieu, cher petit monsieur.

  • Jeanne ASLAN:

    Un dernier petit mot, et promis, je vous laisse à vos idées noires, et votre haine xénophobe qui vous rend si proche de ceux que vous haïssez (à juste titre sans doute, puisqu’ils vous ressemblent. Cherchez donc l’erreur).
    Je me demande qui de nous deux est « à sens unique », quand vous omettez volontairement de dire qui est à l’origine de la folie qui secoue le monde musulman, qui donc a mis le feu aux poudres dans ces régions aux seules fins de mettre la main sur ce qui fait avancer votre voiture. Qui est à l’origine de ce qui vous rend malade aujourd’hui, et moi aussi, le seul point sur lequel on est d’accord.

    Et vous osez dire que je vous caricature, alors même que vous êtes presque un artiste en la matière, relisez donc votre couplet sur les « étrangers non catholiques », qui n’ont pas la moindre morale, vol et violent, bref, sont la source de tous les maux de la France, (et pourquoi pas les responsables de la fonte des glaces, tant qu’on y est?!)

    Non, vraiment, à quoi vous sert toute cette érudition si votre esprit est à ce point bornée, votre jugement altérée par la haine.

    C’est tellement dommage, quand on pense que vous pourriez lutter utilement contre ce que vous dénoncez, alors que vous vous contentez d’une solution qui n’en est pas une, et qui est absolument impossible à mettre en oeuvre, à savoir: tous dehors ! Restons entre nous qui sommes des gens de biens, et avons une conscience!

  • Milhau:

    Bonjour M. Saint Martin,

    J’ai lu avec plaisir vos réponses à la fois sensées, instruites et courtoises aux messages de Mme Aslan. Au-delà du dialogue de sourd(e), il me semble que vous vous êtes prêté au jeu de ce que l’on appelle de nos jours un »troll ». Wikipédia suffit à le définir clairement : »Un troll est un usenaute ou internaute qui écrit de manière intentionnelle des messages désobligeants, polémiques, provocants, absurdes, de mauvaise foi, voire insultants, et souvent répétitifs, sur des sites communautaires et de dialogues tels que les forums de discussion ». Bien entendu l’activité du troll, baptisée trolling  » est l’envoi de messages dans le but de créer une controverse interminable. »
    Cependant, au vu du caractère hostile puis franchement insultant des messages de cette personne, le trolling est devenu flaming : « Le flaming ou flamebait, anglicisme que l’on peut traduire par « propos inflammatoire », est une pratique consistant à poster des messages délibérément hostiles, insultants et généralement avec l’intention de créer un conflit sur un groupe de discussion (sur Usenet), un forum (sur un site web) ou une liste de diffusion (par courrier électronique). De tels messages sont appelés flames. Une séquence d’échange de flames est connue sous le nom de flame war. Il s’agit généralement d’une « explication » ou « engueulade »[1] entre contributeurs.

    Le flaming n’a jamais pour but d’être constructif, d’éclaircir une situation ou de convaincre quelqu’un. La motivation du flaming n’est pas dialectique mais plutôt sociale ou psychologique. Les « flameurs » essayent de s’imposer par la force, l’intimidation, la dissuasion ou la persuasion plutôt que par la discussion. »
    Bien évidemment trolling et flaming « produisent souvent le même genre de résultat : une baisse notable du rapport signal-bruit du groupe ou de la liste, souvent motivé par l’intention de détourner l’attention du sujet principal ».

    Tout un chacun pense détenir la Vérité depuis sa petite lucarne. L’allégorie de la caverne de Platon nous dit bien pourtant combien les hommes (et femmes cela va sans dire) prennent des illusions pour la réalité. Sans doute aujourd’hui plus qu’hier, notre monde technologique finira d’enfermer définitivement l’Homme dans sa caverne… Et vive la préhistoire…(un peu d’ humour, désolée).
    Pour ma part je ne peux que constater que Mme Aslan a un goût prononcé pour le conflit et que malheureusement elle est la première à en souffrir. Ses phrases quoique bien tournées manquent cruellement d’ argumentation et ne sauraient cacher la détresse interne qui est la sienne. Elle l’englue dans une subjectivité mauvaise qui ne peut jamais entendre les arguments pourtant documentés de son interlocuteur.
    Merci pour ces arguments M. Saint Martin, ce fut un plaisir de les lire.
    Que l’ avortement soit un crime d’une rare violence (oui…on arrache un bébé au ventre de sa mère) est simplement une considération de bon sens. Le comparer à une fausse couche est d’une stupidité sans nom. Surtout quand on sait que la Nature étant bien faite, si le corps maternel rejète un embryon, c’est qu’il y a une anomalie quelque part.
    Rappelons enfin l’extraordinaire »réponse » de ND de Guadalupe quand, alors que le Mexique légiférait sur l’IVG, une messe était donnée pour tous les avortés. Les fidèles demandèrent à la Vierge de leur donner un signe: C’est alors qu’une lumière ayant la forme d’un foetus se dessina sur son ventre, sur cette image miraculeuse qui résiste à toute tentative d’explication scientifique. La Vie elle même nous parle quelquefois…d’ une manière si simple que toute l’ humanité peut l’ entendre. La Vie…la source de toute vie…ce que l’on nomme Dieu et qui apparaît pourtant toujours sous des traits féminins que les Chrétiens assimilent à la Vierge.
    A mon sens, il ne peut y avoir de débat sur cette question.
    L’ avortement est envisageable uniquement lorsque la vie de la mère est en danger…ce qui met de fait les deux vies en danger…cas rarissime. Ou le cas d’un viol. Pas celui où la femme n’a pas »osé » dire non. Nous parlons de l’Horrible. J’ écris bien »envisageable », pas « obligatoire ». La porteuse de la vie, en de tels cas dramatiques, doit pouvoir décider. En toute situation il y a des cas particuliers. Pour autant en aucun cas des cas particuliers ne doivent faire jurisprudence au point de donner lieu à la banalisation d’ une pratique qui offense la vie, qui détruit. Pourquoi ne pas avorter parce que c’est une fille (je veux un garçon), qu’il a les yeux gris (je veux qu’il ait les yeux bleus) etc.
    Mais surtout jetons la pierre à ceux qui osent dire qu’ils condamnent l’avortement…
    Merci à ND de Guadalupe de rappeler un peu de bon sens à l’humanité…

    • Merci, chère Madame, pour ce petit exposé qui remet les choses en perspective et qui, de plus, a le mérite de nous alerter sur les méthodes d’enfumage utilisées sur le net pour fausser les débats (trolling et flaming si j’ai bien compris). Un homme averti en vaut deux paraît-il. J’ai toujours pris garde à ne répondre aux agressions dont je faisais l’objet que de la façon la plus courtoise (ce ne m’a pas toujours été facile) et la plus argumentée possible; car la vérité « est signe d’elle-même  » comme l’écrivait Spinoza et une bonne argumentation quand elle repose sur des faits avérés finit toujours par faire taire les esprits fumeux qui mobilisent le discours au service de leurs passions individuelles.
      Pour ma part j’essaie toujours sincèrement de défendre ce qui me paraît « vrai »….même si cette vérité peut blesser certaines de mes attentes ou tendances car je suis soumis aux mêmes sollicitations égotistes et hédonistes que tous les autres hommes. Mais, au moins sur le plan de la raison, je me suis toujours efforcé de mettre la distance nécessaire entre ce qui me paraît favorable à l’humanité, à la vie, à mon pays, à tout ce que à quoi je crois comme vrai, beau ou juste….et ce qui pourrait satisfaire mes caprices personnels. Et rien ne pourra jamais me faire tomber dans l’arbitraire. Et je m’en porte très bien. Que je puisse me tromper ? C’est évident. Mais c’est toujours de bonne foi et, si mon interlocuteur « troll » veut bien me donner des arguments solidement étayés, je suis tout prêt à remettre mes convictions en question. Mais il ne serait pas « troll » s’il disposait vraiment de ces arguments, n’est-il pas ?
      Par conséquent je reste solidement campé sur l’attitude qui me paraît convenir en matière de discussion : toujours essayer de revenir au soc de la réalité et bâtir un argumentaire à partir du réel et non à partir de quelque opinion la mode. Puisque vous citez Platon, je dirai que j’essaie d’opposer une rigoureuse dialectique à la doxa de mes interpellateurs en leur accordant le crédit de la bonne foi. Ce qui explique mon effort de courtoisie, même si je ne suis pas totalement dupe des motivations réelles qui poussent certain(e)s à m’insulter sous couvert de vertueuse indignation.
      Pour la question précise de l’avortement je n’ai rien à ajouter tant votre propos touche à ce réel qui me préoccupe tant.

      En revanche, n’étant pas un spécialiste des pratiques internautiques, je serais heureux d’avoir une petite explication sur ce que vous entendez par la phrase :  » Bien évidemment trolling et flaming « produisent souvent le même genre de résultat : une baisse notable du rapport signal-bruit du groupe ou de la liste, souvent motivé par l’intention de détourner l’attention du sujet principal ». Je crains de ne pas très bien comprendre ce qu’est un « signal-bruit du groupe ou de la liste« .
      Encore merci à vous et bien cordialement vôtre.

      LSM

  • Milhau:

    Bonjour M. Saint Martin,

    Je suis bien désolée car je ne suis pas non plus spécialiste d’ internet. Mais nous y retrouvons les mêmes (pardonnez le terme) c…. que dans la vie ordinaire. Avec des agressions plus fréquentes envers les idées d’ autrui car derrière un clavier l’ individu n’a peur de rien.
    Je vous ai fait un copier-coller de la définition de Wikipédia. Elle manque un peu de clarté c’est vrai. Comme vous…je ne suis pas sûre de comprendre totalement la phrase en question. Je peux donc me tromper. Je l’ai comprise ainsi : « la baisse notable du rapport signal- bruit du groupe ou de la liste » reviendrait à dire que les échanges seraient en baisse. Les messages (« signal ») ne parvenant plus à intéresser le groupe qui habituellement y répond ( » bruit »), le résultat est une désertion dudit forum. C’est un dynamitage finalement. Je voulais surtout retenir la fin de la phrase: »motivé par l’intention de détourner l’attention du sujet principal » car c’est évidemment ce qui arrive inéluctablement lors de ces échanges. Le point de départ était l’ avortement. De là l’attaque classique et facile va être de vous taxer de misogyne, de s’en prendre à vos convictions religieuses et par glissements successifs d’ en arriver à opposer des religions pour pointer du doigt intolérance, racisme etc tout en s’erigeant en modèle. « Plus je te rabaisse et plus je brille » credo des pervers narcissiques. Peu importe la possible bonne foi de la personne…par moments. Tout l’ art de ces individus consiste à retourner sans relâche toute situation à leur avantage et comme cela les arrange. La Vérité n’est pas leur préoccupation première mais plutôt leur orgueil blessé. D’où les insultes qui leur paraissent légitimes puisqu’ils se sentent attaqués et donc se défendent (« ça y est je suis méchante »). Leur plaisir est l’attaque permanente…même s’ils s’en défendent…car leur besoin de rabaisser autrui pour se hisser au dessus est de fait pathologique. Quelle profonde jouissance pour ces personnes que de croire avoir cloué le bec à un homme aussi intelligent et érudit que vous l’ êtes!! Il est tentant de répondre aux attaques. Mais c’est inutile. Il n’y a d’autre solution que d’ étouffer ce type d’échanges dans l’oeuf : C’est désormais ce que je fais moi même en pareil cas.
    Rappeler simplement la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen. « Nul ne peut être inquiété pour ses opinions politiques ou religieuses »par conséquent nul n’a à s’en expliquer! Vos arguments donneront toujours de l’ eau au moulin des trollers qui se délecteront de continuer. Vous…vous aurez perdu votre temps et votre énergie.
    La brièveté et la fermeté d’ une fin de non-recevoir vaut mieux qu’un long discours.
    Bien cordialement,
    C.M.

    • Merci pour cette explication parfaitement claire sur le langage informatique et qui correspond à ce que je croyais avoir compris de mon côté.
      Je suis aussi tout à fait d’accord sur les motivations véritables des « narcissiques » qui n’attaquent et ne tentent d’humilier l’adversaire que pour le plaisir de briller (croient-ils).
      Je comprends qu’on puisse décider de ne pas leur répondre et qu’on préfère les renvoyer à leurs macérations acides.

      Aussi, ne réponds-je jamais à ce genre d’attaques pour essayer de convaincre mon contradicteur, car je sais que ce serait fatigant et inutile.
      Je le fais pour toutes les autres personnes qui visitent le site et qui pourraient être sensibles aux arguments de quelqu’un de très à contre-courant, qui ne crie donc pas avec les loups, qui se fiche du « politiquement correct », mais qui essaie, dans la mesure de ses moyens et de ses lumières, de défendre la vérité contre vents et marées.
      Et vous voyez que cet effort n’est pas vain puisqu’il m’a valu deux belles interventions de votre part qui contribuent à faire avancer les choses dans le bon sens.
      Soyez donc encore remerciée.
      Bien cordialement à vous

      LSM

  • Christiane de Croix:

    Restons confiants : en Europe l’Islam s’est toujours vu repoussé violemment mais il reste vivace.
    Donc: obligation pour nous de prises de conscience régulières et d’un peu de ménage de temps en temps.

    Pour « le soldat d’Allah » contemporain, prendre conscience de son arriération et inaptitude intellectuelle entraîne toujours des conséquences comportementales dommageables envers une société moderne plus fortement et plus généralement éduquée.Ce qui l’oblige à se recentrer sur les pires préceptes de sa religion, contrepartie de son humiliation .
    Il n’est aussi que de voir ce peuple digestif et obnubilé, vraie plaie de nos sociétés évoluées(à débattre) tourner autour de sa Kâaba et en arriver, lors de pélerinages-bousculades moutonniers,en arriver à s’éliminer lui-même … il est permis – et souhaitable – de filer la métaphore.
    Au XIV° siècle,l’Occident vivait sa splendeur .
    Qu’en est-il du XIV° siècle de l’Hégire ?
    Que notre dieu nous garde .

    • Je reprends votre texte pour mieux y répondre.
      Restons confiants : en Europe l’Islam s’est toujours vu repoussé violemment mais il reste vivace.
      Donc: obligation pour nous de prises de conscience régulières et d’un peu de ménage de temps en temps.

      – Je ne partage pas totalement votre optimisme car l’occident est entré dans la période le plus sombre qui soit, celle où il se nie et se hait lui-même : tolérance, repentance, auto-accusation, immigrationisme délirant et autres comportements suicidaires et masochistes. Quel meilleur partenaire pour un masochiste que l’islam qui a su justifier toutes les horreurs dont un sadique peut se rendre coupable sous le manteau d’un « prophète » menteur, pilleur, massacreur, violeur, pédophile, à imiter ? « Prophète » dont l’étude approfondie d’Ali Sina nous montre qu’il est avant tout un pervers narcissique délirant.
      Quant à l’islam c’est une fausse religion dont le fondement se trouve du côté de l’enseignement délivré par les judéo-nazaréens aux peuples arabes et qui fut ensuite repris par les différents pouvoirs (Califes) au grè de leurs intérêts et de leur volonté de puissance. Bref une supercherie qui a magnifiquement réussi. Mais nous connaissons cela nous en occident avec socialisme, communisme et nazisme ces brûlots idéologiques que Satan a inspirés aux hommes pour qu’ils les lancent à l’assaut de la civilisation chrétienne. Pour de plus amples renseignements sur l’effarante mystification qu’est l’islam voir « Le grand secret de l’islam » par Olaf (https://books.google.fr/books/about/Le_Grand_Secret_de_L_Islam.html?id=TTJlCQAAQBAJ&source=kp_cover&redir_esc=y&hl=fr)

      Pour « le soldat d’Allah » contemporain, prendre conscience de son arriération et inaptitude intellectuelle entraîne toujours des conséquences comportementales dommageables envers une société moderne plus fortement et plus généralement éduquée.Ce qui l’oblige à se recentrer sur les pires préceptes de sa religion, contrepartie de son humiliation.

      – Parfaitement vu. L’ennui supplémentaire c’est que ce sont ces préceptes violents qui sont les clairs clairs et les accessibles dans le coran, car, pour le reste, on a affaire à un tissu d’absurdités incompréhensibles et de contradictions. Tout cela est d’ailleurs parfaitement compréhensible quand on découvre comment le coran « inspiré à Mahomet par l’ange Gabriel » s’est en fait construit pendant près de trois siècles pour servir les intérêts circonstanciels des différents califes.
      De plus, il y a une question à se poser qui, à mon avis, décide de tout.
      L’islam se proclame comme l’accomplissement de la religion instituée par Abraham. Mais il suffit de le lire en parallèle avec les Evangiles pour être aveuglé par la régression qu’il opére avec le message christique. C’est quasi un retour à la religion de Baal qui avait plus ou moins précédé le christianisme dans ces contrées.
      De nombreux travaux érudits sont effectués de nos jours – malgré les dangers qu’ils représentent – pour dénoncer les origines véritables du coran et de l’islam. C’est une mystification qui est prête à éclater au grand jour….mais que de dégâts à craindre en attendant.

      Il n’est aussi que de voir ce peuple digestif et obnubilé, vraie plaie de nos sociétés évoluées(à débattre) tourner autour de sa Kâaba et en arriver, lors de pélerinages-bousculades moutonniers,en arriver à s’éliminer lui-même … il est permis – et souhaitable – de filer la métaphore.

      – Il faut reconnaître qu’en matière d’abrutissement collectif et coercitif on peut difficilement faire mieux que l’islam.

      Au XIV° siècle,l’Occident vivait sa splendeur.
      Qu’en est-il du XIV° siècle de l’Hégire ?

      – Ce que vous écrivez me rappelle l’aventure arrivée à une célèbre Encyclopédie qui, ans les années 70, avait eu l’idée d’établir une tableau comparatif des apports des différentes civilisations sur le plan scientifique, artistique, culturel au sens large. Or, à partir du XIVème siècle (chrétien) il n’y avait plus rien à inscrire dans les cases réservées au monde musulman. Résultat, le politiquement correct à obligé la dite Encyclopédie à supprimer ses tableaux comparatifs. Quant au XIVème siècle de l’Hégire (le nôtre)il n’est même pas besoin d’épiloguer.

      Que notre dieu nous garde

      – Sage attitude que d’invoquer Dieu.
      Avec deux remarques cependant. Dieu n’aide que ceux qui s’aident eux mêmes tout simplement du fait qu’Il respecte l’intelligence, la volonté et le libre-arbitre dont Il nous a dotés. L’Europe s’est toujours vaillamment défendue contre les agressions musulmanes au cours des siècles et Dieu l’a aidée. La dernière fois c’était à Vienne en 1683 quand l’Erdogan d’alors essayait de la conquérir avant de s’attaquer au reste de l’Europe.
      Aujourd’hui celle-ci dans son ensemble est gouvernée par une oligarchie mondialiste qui a tout intérêt à ce que les nations chrétiennes et européennes disparaissent pour réaliser le fantasme d’une humanité totalement indifférenciée où l’individu, arraché à ses protections naturelles (famille, nation, religion) sera interchangeable, taillable et corvéable à merci. De ce point de vue l’islam est un allié précieux à mobiliser.. quitte à le renvoyer dans ses foyers ensuite. D’ailleurs tous les mouvements islamiques sont manipulés et financés par les obscures officines mondialistes de Washington, cet Etat dans l’Etat dont Trump voudrait se débarrasser (d’où la campagne destinée à l’abattre dans l’opinion).
      D’où aussi le discours dominant sur le « vivre ensemble » la « tolérance » « l’islam c’est pas ça » ( au fait, c’est quoi ?) « l’anti-racisme » le « padamalgamisme » et autres formules d’accusation/culpabilisation destinées à détruire dans l’oeuf toute tentative de résistance chez ceux qui dénoncent l’invasion-colonisation dont ils sont les victimes.
      C’est donc par là qu’il faut commencer : chasser les « élites politiques » qui aident à la subversion, à l’invasion ou à la trahison, trois mots pour exprimer la même réalité.

      La deuxième remarque c’est que – sous réserve de nous aider nous mêmes comme je le disais plus haut – il est beaucoup plus sage actuellement de s’adresser à Dieu qu’à – sinon Ses saints – du moins à l’Eglise qui prétend le servir car celle-ci est passée avec armes et bagages du côté de l’immigration exponentielle dans laquelle elle voit le signe d’un messianisme en marche ! D’où les encouragements multiples aux musulmans à rester dans leur religion qui « est aussi une religion du salut« , le refus de les convertir quand ils le demandent, et les gestes nombreux de bonne volonté mais, en fait, de rémission et de soumission, de notre autorités religieuses envers l’islam, en commençant par le pape lui-même qui donne le tempo à cette vaste entreprise de déchristianisation qui fleure bon l’apostasie.
      La fameuse prédiction de la Vierge à La Salette est en train de se réaliser :  » Rome a perdu la foi« .
      Nous ne pouvons donc plus compter sur l’Eglise pour mobiliser les volontés contre les dangers qui nous menancent. Nous ne pouvons non plus compter sur l’Armée, socialiste dans ses cadres, et musulmane à 30% de ses effectifs. Et je ne dis rien de la police et de ses conditionnements idéologiques et de ses préoccupations syndicales.
      Les piliers de l’occident s’étant plus ou moins effondrés, que nous reste-t-il ?
      Dieu, l’Espérance et le courage des citoyens.
      Bien à vous.

      LSM

  • Christiane de Croix:

    Monsieur,
    Merci pour le soin dans les réponses que vous apportez à chaque courrier de vos lecteurs .
    Il est toujours très utile de rappeler et compléter les données qui nous affligent;ce qui- peut-être- nous permettra de réagir en toute connaissance de cause s’il nous est nécessaire de le faire un jour.
    Bien à vous .

    • Merci pour cet aimable commentaire.
      En effet, je crois que mon rôle consiste à offrir à chacun de mes lecteurs les clés de lecture qui me paraissent saines et de nature à décrypter les multiples mensonges et illusions qui nous sont imposés par des médias qui, à 95%, sont financés par deux ou trois « annonceurs » qui, depuis longtemps, ont fait leur deuil de la France, de sa culture, de son histoire et du peuple français lui même.
      Je ne sais si je fais oeuvre utile, mais je fais ce que je peux avec les moyens dont je dispose à partir d’une conviction intime : seul le Christ, roi des nations, peut nous sortir de l’égout dans lequel nous batifolons avec délice et dont nous ne sortirons pas sans une sérieuse prise de conscience de l’état d’avilissement dans lequel nous nous complaisons.
      Bien cordialement à vous

      LSM

  • Marie-Thérèse:

    Bonsoir à tous,

    merci à vous Monsieur de nous faire partager vos réflexions. J’en prends de la graine pour remettre quelques personnes immigrées à leur place.
    Peut-on savoir de quoi vit la brave dame qui vous a si longuement écrit ? Elle travaille pour la patrie France ? Elle vit aux crochets de la patrie France ? Ou seul son Amour la nourrit, elle, le mari et les mômes ?
    Merci pour la suite.

    • Ma position est simple : je me fiche des idées subversives à la mode et je ne crains aucune des « minorités » qu’on instrumentalise pour faire avancer des idées hostiles aux intérêts vitaux de l’immense majorité du peuple français, attaché comme moi à la France charnelle, historique avec tout ce qui la constitue depuis le Vème siècle. Ce peuple « des périphéries » qu’on ignore superbement mais qui pourrait se réveiller un jour et envoyer ces « élites » mondialistes qui le méprisent et lui imposent leurs forfaitures, à leurs chère études. Au mieux.
      Droit-de-l’hommisme, progressisme, libéralisme, relativisme, immigrationnisme, slogans du « vivre ensemble », de l' »accueil de l’autre », de l' »ouverture », etc, tous ces mots d’ordre destinés à nous donner mauvaise conscience et à paralyser nos réflexes de survie devant les dangers qui nous menacent, doivent être mis au panier quand il s’agit de protéger l’essentiel : notre civilisation française. Quand il s’agit d’assurer à notre pays sécurité et pérennité sur le long terme.
      Le mot « France » ne doit pas être réduit à une définition purement administrative occupant une petite cas au sein du grand empire plouto-technocratique que veut installer le mondialisme. Entreprise proprement « luciférienne » qui utilise tous les moyens possibles pour détruire les nations charnelles. Surtout celles qui sont le plus marquées par le christianisme.

      Aucune hostilité envers qui que ce soit, une égale bienveillance envers tous les hommes……mais une ferme volonté de repousser tous ceux qui voudraient nous imposer des moeurs, un mode de vie, des conceptions, des « cultures » (si on peut employer ce mot dans certains cas) une religion, un régime politique, qui nieraient les nôtres et saperaient les bases mêmes de notre identité.
      Amitié et sympathie envers tous ceux qui, au contraire, voudraient s’établir en France pour la servir et non pour se servir ou la détruire. Et toujours dans la mesure des besoins réels de la France.
      C’est clair et simple et c’est ce que j’ai voulu exprimer à la correspondante que vous évoquez.

      Quant à savoir comment cette correspondante vit et de quoi, je lui laisse le soin de le préciser si elle le souhaite. Mais cela n’entre pas en ligne de compte pour moi, personne n’étant irremplaçable. Et, quoiqu’elle puisse faire d’utile (si elle fait quelque chose d’utile) elle ne doit pas oublier qu’elle restera toujours immensément redevable envers ce pays qui lui apporte infiniment plus qu’elle ne pourra jamais lui donner, dût-elle travailler pendant un siècle. C’est d’ailleurs notre cas à tous. Et, si nous voulons nous montrer justes et équitables, nous ne devons jamais oublier que l’héritage dont nous bénéficions entraîne infiniment plus de devoirs qu’il ne nous ouvre de droits.
      Bien à vous

      LSM.

      PS : Sur toutes ces question et sur bien d’autres, je conseille vivement de lire l’ouvrage intitulé « La France buissonnière » que nous devons à François Bousquet – Ed. du Rocher, janvier 2017.

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 440088Visiteurs Total:
  • 108Visiteurs aujourd'hui:
  • 103Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives