Terrorisme 4 - Google imagesEgorgeur dhihadiste - Google images

Gesticulations et jérémiades n’y feront rien : nous sommes attaqués mais notre responsabilité dans ce qui nous arrive est très lourde. Quand on méconnaît la loi naturelle ou qu’on la méprise, il faut s’attendre à en prendre plein la g…..
Ainsi avons nous tous appris – le 26.07.2016 –  qu’un pauvre prêtre de 86 ans avait été égorgé et une religieuse grièvement blessée (peut-être décédée au moment où j’écris ces lignes) au sein de l’église près de Rouenoù ce groupe de catholiques inoffensifs participait à une messe, ou à ce qui en tient tristement lieu depuis 1970.

C’était deux jours avant le  222ème anniversaire de l’exécution de Robespierre en 1794. Anniversaire qui tombe aujourd’hui 28.07. Le premier « terroriste » de l’Histoire, emporté par sa propre folie meurtrière et génocidaire, inventeur de la « Terreur d’Etat » et père de tous les terroristes qui s’en inspirent depuis plus de deux siècles, quelles que soient leurs motivations,

 

Terrorisme 2 - Google imagesL’assassinat d’un prêtre ! De quoi faire rire le dit Robespierre là où il est, lui qui lança d’une main de fer des armées d’assassins sur notre pays. Terroristes qui ne manquèrent pas d’imaginer mille et un moyens de faire périr des milliers de prêtres, de religieu(x)ses et des centaines de milliers de simples fidèles –  hommes, femmes, enfants – par fusillades, noyades, dépeçage, décapitation, égorgement, pendaisons ou encore jetés vivants dans des fours incandescents….pour leur apprendre à vivre sous les immortels principes de la Révolution.

Abominations auxquelles il ne manqua même pas de multiples épisodes anthropophagiques ; notamment à Caen dans cette belle Normandie où le sans chrétien, le sang français, vient de couler, quand le gouverneur de la citadelle royale s’étant rendu aux émeutiers, fut proprement égorgé, dépecé et son cœur rôti sur un barbecue improvisé qui répara les forces des émeutiers éprouvées par leurs ardeurs citoyennes.

Mais les mêmes scènes peuvent être recensées dans toutes les villes d’un royaume qu’on appela dès le XIIème siècle, du temps de nos Rois – ces « tyrans » comme on le sait – « la doulce France« .

Et, oublieux de notre passé, fort peu enclins à reconnaître – nous qui chantons à gorge déployée et souvent avinée « qu’un sang impur abreuve nos sillons » à chaque match de foot – la part de responsabilité qui nous incombe dans ce retour de l’humanité à l’état pré-bestial (et non « bestial » comme je le lis ici ou là, car les animaux ne connaissent pas la férocité ou la perversité, tares spécifiquement humaines et morales dont ils sont bien incapables), nous voilà une fois de plus à crier notre vertueuse indignation devant la perpétration d’actes si abjects. Alors qu’on devrait réfléchir à ce que signifie l’arroseur arrosé, le criminel qui crie « à l’assassin! », l’incendiaire qui crie « au feu ! », le maître qui s’indigne d’un élève trop doué et qui le dépasse !

Il n’est qu’à lire ce qui s’écrit sur les réseaux sociaux pour être fixés sur ce torrent d’indignation ! Indignation soit oublieuse, soit hypocrite car les actes anti-catholiques se sont multipliés depuis l’arrivée des sectes liberto-socialo-progresso politiques au pouvoir sans que personne ne s’en émeuve vraiment. J’entends par « sectes » (un simple raccourci) aussi bien les gouvernements de Mitterrand que de Chirac, de Sarkozy que de Hollande qui ont tous à peu de chose près, le même comportement relativiste, la même morale laxiste et perverse pour aborder les questions de société; la même attitude veule, quand elle n’est pas complice, envers la tentative de subversion musulmane qui nous est imposée et qu’ils ont favorisée par une politique d’invasion migratoire qui ne peut satisfaire que les instances mondialistes mais nullement le peuple français.  Ainsi, nul ne s’est indigné depuis trente ans et plus de nos églises et cimetières profanés quasi quotidiennement, des inscriptions injurieuses sur les murs de nos églises, de nos autels couverts de déjections, de nos tabernacles fracturés, de nos hosties profanées et piétinées. Et j’en passe.

En revanche, qu’une pierre tombale soit déplacée dans un cimetière juif ou une tête de cochon déposée à l’entrée d’une mosquée (ce que je n’approuve nullement, rassurez-vous) et le torrent politico-médiatique rompait ses digues et nous submergeait d’un flot d’incantations et d’imprécations comme la ville de Troie dut en être submergée quand les Grecs la mirent à feu et à sang. Deux poids, deux mesures, toujours orientées contre la réalité historique de l’identité française.

 Je n’évoque même pas le sort de nos coreligionnaires chrétiens dans les pays du Maghreb, du  Moyen-Orient, d’Afrique ou d’Asie, soumis à des régimes musulmans où ils ont, au mieux, le droit de survivre …..quand ils ne sont pas égorgés, enflammés, crucifiés en masse comme dans les territoires soumis aux forcenés qu’on préfère qualifier d' »islamistes » quelque nom que ceux-ci se donnent, pour n’avoir pas à nommer le mal réel.

J’ai pu ainsi intervenir sur le compte facebook d’un excellent ami pour faire une petite mise au point, sans doute décapante, mais très nécessaire car il n’est pas de possibilité d’éradiquer un mal quand on n’a pas établi un bon diagnostic. Aussi dérangeant soit-il.

C’est ruminant ces tristes pensées dans l’état d’esprit que vous devinez, que j’ai pris connaissance du message diffusé par un excellent ami sur son compte facebook auquel je suis « abonné ». Je lise très rarement ce qui se dit sur « facebook », effaçant les messages au fur et à mesure, mais là un mot a accroché mon regard, j’ai donc lu son intervention, et me suis mis en devoir de la commenter, sans doute de façon décapante, mais très nécessaire car il n’est aucune possibilité d’éradiquer un mal quand on n’a pas établi un bon diagnostic et engagé un vrai traitement. Aussi dérangeant ou désagréable soit-il.

  • Voici ce qu’écrit cet ami sur sa page facebook :

 » Quand on écrase nos enfants, égorge nos curés, décapite nos entrepreneurs, tire sur nos ados à des concerts , il faut mettre l’armée dans les rues, donner plus de moyens à la police, enfermer les méchants , faire respecter et durcir les lois , rétablir les contrôles aux frontières et instaurer un couvre-feu .
Ce n’est pas être « facho », c’est juste être un citoyen RESPONSABLE.
Qu’attendons-nous pour agir et sortir de cette situation gravissime et hélas durable ?
Ou sont nos leaders politiques RESPONSABLES et visionnaires ? « 

  • A quoi, un de ses « amis » répond :

 » Les principaux acteurs de ces abominations sont nés sur notre sol ou en Europe, sont des trafiquants de drogues et des délinquants qui ne connaissent rien à la culture et à la religion Arabe et sont, dans la plupart des cas, des néo-convertis bien souvent par des imams incultes !
Les musulmans n’ont rien à voir avec ça !
Il faut prendre le mal à la racine …
Reconquérir les banlieues, lutter contre la pauvreté et faire fonctionner l’ascenseur social à plein régime !
La loi doit être respectée la police et la force s’imposent sous l’autorité de la justice et les sanctions appliquées avec célérité, force et vigueur !
Je partage le point de vue de X
[mon ami]…. »

Les préconisations de ce « commentaire » méritent quelques remarques spécifiques et j’y reviendrai en fin d’article.

 séparation

  • Voici maintenant ma propre intervention en réaction au message de mon ami. Elle sera suivie de quelques réflexions complémentaires.

Nous ne pourrons pas réellement nous considérer comme « responsables » si nous ne commençons à examiner lucidement la part de réelle responsabilité qui nous incombe dans ce qui nous arrive. Toutes les mesures que tu préconises – quoique parfaitement indispensables – sont des mesures défensives qui n’auront d’autre portée, si elles s’avèrent efficaces, que de nous conforter dans notre aveuglement spirituel, moral et politique (dans l’ordre décroissant). Quel sens donnons-nous à notre vie ? Quel modèle, quelles valeurs à partager offrons-nous à ces foules d’immigrés que nous avons follement laissé s’installer chez nous comme en pays à conquérir et qui forment le milieu nourricier à ces écraseurs d’enfants ou égorgeurs de curés ? Je lis chez l’un de tes commentateurs que « les musulmans n’ont rien à voir avec cela« . Soit. « les musulmans » pris dans leur globalité certainement non, mais si tous les musulmans ne sont pas terroristes tous les terroristes le sont.

Hier on pouvait affirmer que tous les Allemands n’étaient pas nazis, mais que tous les nazis étaient Allemands et participaient à la même idéologie délirante concoctée par l’un des leurs. Non ?

Si bien qu’il faut porter l’analyse un peu plus haut.

Qu’est-ce-qui fonde et « justifie » l’action de ces terroristes ?

Le Coran et les Hadiths de Mahomet lui-même où on trouve, quand on se donne la peine de lire au lieu de pérorer sur les beautés du « padamalgamisme » (par conviction ou par veulerie), tous les arguments et injonctions nécessaires pour justifier les actes que nous ne nous lassons pas de dénoncer sans jamais remonter à la vision du monde qui les cause.

Ce qui veut dire que pour éviter que de « bons musulmans » ne deviennent de « mauvais musulmans terroristes » il faut les aider à s’arracher au poids du conditionnement historique et mental que l’islam (donc le Coran) fait peser sur eux.

Car le Coran n’est qu’une imposture, une fausse religion inventée pour des raisons de conquête et de pouvoir politique (je fournirai une bibliographie à qui me la demandera). Une « hérésie qui a réussi » comme disait je ne sais plus quel penseur. Et comme le dit l’abbé Guy Pagès dont je recommande la lecture des ouvrages : « Réfléchissez un peu, qu’est-ce-qui peut venir après le Christ ? » nous demande-t-il. Sous-entendu : que pourrait bien apporter un pseudo prophète après que le fils de Dieu et Dieu Lui-même ait parlé ? Une parodie ? Une caricature ? Une dénaturation ? Je laisse à chacun sa réponse.

[ A parté : J’en étais là de ma réponse à mon ami su son compte facebook, quand, grâce à un des nombreux « blogs » auxquels je suis abonné, je suis tombé sur la déclaration reproduite ci-dessous et que vous pourrez retrouver sur le site de vidéos catholiques EUK Mamie. Elle émane du père jésuite Samir Khalil, islamologue de l’université Saint-Joseph de Beyrouth et intervenant dans plusieurs universités pontificales.Celui-ci dénonce  [une fois de plus mais en vain], je cite :

« la persécution contre les chrétiens du Proche-Orient de la part de l’islam. Pour lui, il n’y a pas de doute : l’Etat islamique, c’est vraiment la mise en œuvre de l’islam, appuyée sur l’exemple de Mahomet : « Daesh, l’Etat islamique, n’a rien fait contre la loi islamique. Il a appliqué ce qui se trouve dans le Coran ou dans la vie de Mahomet, et dans ses paroles. »

(fin de citation)

Vous avez bien lu. Les distinctions que nous établissons sous la rubrique générale « padamalgamiste » ne sont que des tentatives pour mettre l’aveuglante vérité sous le boisseau : l' »islamisme » n’est pas une dérive de l’islam, mais sa parfaite mise en oeuvre. Peut-on être plus lucide, plus clair…et plus courageux ?

Dans un pays où  un responsable des « Républicains » (qui se croit présidentiable) peut refuser de s’asseoir aux côtés de Marine Le Pen sur un plateau de télévision (1), où la classe politico-méditique peut se permettre de vilipender avec horreur Victor Orban(2) pour sa vision chrétienne (donc pacifique et tolérante) de la société hongroise, pour ne rien dire de Poutine, honni pour son « nationalisme » et sa politique de restauration de la religion orthodoxe,  ou accepte, à l’inverse, et même on nous enjoint de croire en un « vrai islam », religion de paix – comme le prétendait encore le soir même de l’assassinat le vice-président du Conseil des institutions musulmanes de France (il faudrait écrire « en » France et non « de » France) – au lieu de le considérer pour ce qu’il est : un système théologico-politico-social totalisant dont la doctrine officielle est la conquête de la planète par la conversion forcée et représentant une menace de guerre civile dans notre pays et en Europe en général.
Je ferme là cet a parte de dernière minute et je reprends la translation de mes entretiens sur facebook]

séparation

Mais malheureusement, après qu’on ait répondu à la question précédente, il faut  se poser la suivante : arracher les musulmans à leur fausse religion, OK. Mais pour leur offrir quoi ? L’avortement, le mariage pour tous, l’euthanasie, la course éperdue au fric ou au dernier modèle d’I-phone, la défense des avantages acquis, les « droits de l’homme à se comporter comme des porcs, des égoïstes et des irresponsables », le relativisme moral, religieux, l’hédonisme à tout va, l’individualisme forcené, « la jouissance sans entrave » des crétins de 68 (dont notre cher Hollande) ? A quoi il faut maintenant ajouter la « théorie du genre » (fortement prônée voire imposée aux états membres par les institutions internationales, ONU et UE en tête) qui permettra demain à de gros déjantés type LGBT, d’aller uriner dans les toilettes des petites filles en prétextant qu' »ils sont des femmes » ?

Ce sont ces valeurs que nous voulons défendre et que nous pourrions opposer au terrorisme islamiste comme société ou civilisation à sauver ?

C’est dérisoire et nous sommes battus d’avance. Alors ?

Alors il reste que nous avons jeté la foi de nos pères, ses exigences et ses beautés par-dessus les moulins, nous avons apostasié les fondements mêmes de notre identité française et chrétienne, française parce-que chrétienne dès l’avènement de Clovis et le pacte de Reims; nous avons voulu croire que les hommes pouvaient se donner leurs propres lois et transgresser les lois transcendantes du Décalogue et nous avons libéré tous les démons qui dorment en nous.

Nous n’égorgeons plus les prêtres comme le faisaient les révolutionnaires de 89, nous les nions, nous les humilions de nos sarcasmes, nous les vilipendons…nous les oublions. Et comme un prêtre par définition est configuré au Christ, un nouveau Christ (quelles que soient ses limites individuelles) c’est le Christ, roi des Nations, c’est Sa Mère, reine de France depuis toujours et plus particulièrement  depuis l’acte de consécration officielle de Louis XIII en 1638, que nous avons mis à la porte de notre pays, de nos institutions, de nos foyers.

 séparation

Qu’avons-nous alors à opposer aux islamistes qui viennent agiter sous nos yeux leurs abominations qui ne soit un reflet de nos propres trahisons ? Qui ne soit cette « ombre » que nous ne voulons pas voir tant elle pourrait nous faire honte et nous obliger à renoncer à nos propres transgressions ?

Que sont quelques attentats meurtriers face aux véritables massacres de masse de la 1ère et de la 2ème guerre mondiale ? Que sont-ils face aux cent millions de morts du communisme européen, aux dizaines de millions du communisme asiatique (Chine, Corée, Viet-nam, Cambodge, Laos) ? Ces idéologies qui promettant « les lendemains qui chantent » ont tant fait rêver quelques idiots utiles au XXème siècle parce-que leur athéisme forcené leur cachait l’inspiration directement luciférienne de ces poisons intellectuels.

Et je ne parle pas des souffrances et destructions infligées actuellement même à l’humanité entière par les agissements d’une oligarchie techno-financière avide de prendre le contrôle de la planète. La même qui finance d’ailleurs l’outil islamique utilisé à déstabiliser l’Europe grâce aux migrations que cette violence entraîne.

Peut-on me dire encore la différence qu’il y a entre égorger un prêtre de 86 ans et découper un fœtus de 6 ou 7 mois (donc parfaitement viable) dans le ventre de sa mère comme le permettent certaines législations à travers ce qu’on appelle pudiquement « une IVG avancée » et d’en récupérer les viscères pour les revendre ? Si oui, vous aurez gagné une semaine de pension complète dans une de ces cliniques d’avortement qui fournit des « pièces détachées » aux lobbies industriels de la santé aux USA ou ailleurs.

Qu’est-ce qui distingue un « terroriste » armé de son couteau et s’attaquant lâchement à un vieillard de 86 ans, d’une équipe médicale de cauchemar armée de pinces,  de scalpels et de ciseaux découpant des embryons impuissants et gigotants pour faire du fric ?

Qu’est-ce qui distingue une idéologie primaire et féroce d’une législation policée mise en place dans un régime démocratique qui permet de massacrer autant d’enfants que voulu, ou à refuser d’en accueillir « pour mieux profiter de la vie« ,  jusqu’à en arriver à ce que l’Europe, voie le nombre des décès l’emporter sur les naissances, comme c’est le cas actuellement pour la première fois dans les temps modernes, malgré les « progrès » médicaux dont on nous rebat les oreilles ?
Ivan BLOT (Enarque, Haut fonctionnaire (bien sûr), ancien député à l’A.N puis au pseudo Parlement européen et actuel membre de « Les Républicains ») dans le denier numéro de « Monde et Vie »  explique que la « révolution » [qu’elle soit française ou islamique] doit se lire  » à travers la problématique anthropologique (mise à jour par John McLean et Roland Guyot). Je veux parler de ce qu’ils ont appelé les trois cerveaux de l’homme…..il y a le cerveau reptilien, celui de l’agressivité et des pulsions; il y a la raison calculatrice et auto-justificatrice; et puis il y a le coeur . Le mouvement djihadiste (et le mouvement révolutionnaire en général) suppose des instincts de destruction très violents, une justification rationnelle impeccable et, en même temps, la mise à l’écart du coeur, cette troisième dimension sans laquelle l’homme devient si facilement un monstre. A travers cette sinistre alliance entre l’instinct et la raison, on débouche sur la légitimité de tous les massacres. » (fin de citation).

Je doute du coefficient intellectuel des djihadistes, mais pas de ceux qui les manipulent au plan mondial. Il n’en demeure pas moins qu’ils représentent la version « hard » de l’attitude transgressive, pervertie, violente souvent, haineuse la plupart du temps, que nous avons adoptée comme le nec plus ultra de la manifestation d’une liberté devenue luciférienne en lieu et place de la liberté spirituelle que le Christ nous avait apportée.

Car il n’y a qu’une seule force qui puisse tout régénérer comme elle le fit après les siècles d’incroyable inhumanité romaine et barbare, c’est celle du Christ et de Son Eglise (quand elle veut bien jouer son rôle au lieu de pleurnicher ses repentances et d’agiter ses ostensoirs pour encenser les autres croyances la niant elle-même, ou  la Maçonnerie des « droits de l’homme sans Dieu »). Le Christ est toujours là, disponible et prêt à sauver ce qu’il est convenu d’appeler « la civilisation » mais, hélas, comme je viens de l’évoquer, l’Eglise qui est censée Le représenter, polluée par « l’esprit du monde« , est entièrement (ou presque) passée à l’ennemi depuis Vatican II.  Certes elle prétend toujours affirmer la vérité, mais en utilisant son langage et en « catholicisant » les aberrations d’une société déchristianisée. François, mais avant lui Paul, Jean-Paul, Benoît sont passés maîtres, à un titre ou à un autre, dans ce double langage qui nous fait entrer dans un monde où l’homme est roi et législateur, tout en utilisant encore quand il le faut, d’une rhétorique chrétienne vidée de sa substance.

Et si aujourd’hui on compte sur François pour nous armer spirituellement contre le danger que font courir à l’Occident autrefois chrétien, les multiples idéologies qui ne rêvent que d’éradiquer le Christ des consciences humaines, on se prépare à de sombres désillusions puisque désormais, dans le discours du pape et des plus hauts dignitaire de l’Eglise, toutes les religions se valent et deviennent outils de salut.

Un simple exemple : comment expliquer que, dans un temps ou les Chrétiens sont persécutés dans un Moyen-Orient qui se vide de leur présence, François soit revenu de Nicosie en emmenant dans son avion douze femmes, toutes musulmanes. Pas une seule Chrétienne à se reprocher. C’est-y pas beau « l’oecuménisme » et la « tolérance religieuse » ?

Conclusion : si les mesures préconisées par mon ami – mesures que j’approuve pleinement – s’avèrent indispensables sur le court terme, elles ne serviront de rien si elles ne sont accompagnées, soutenues et enracinées dans la nécessaire conversion spirituelle et morale, donc politique (car toute politique est une métaphysique disait déjà Péguy il y a un siècle); conversion devenue d’autant plus indispensable que la survie de l’humanité y est désormais indissolublement lié.

Autre conclusion : 2016 marque le centenaire de l’assassinat de Charles de Foucaud par un musulman, lui qui vivait en toute fraternité avec la population locale dont il partageait les sobres conditions de vie. Quel signe !

Toute l’histoire de ce dernier siècle montre – comme l’affirmait Foucaud lui-même dans une lettre à René Bazin – qu’il n’y avait aucune possibilité de vie en commun entre Musulmans et Chrétiens et que la seule solution pour que des musulmans  devinssent ou restassent unis à la France ou devinssent des Français avec toute la loyauté que cela comporte, passait par leur conversion. Autrement, préconisait-il, il y a aura séparation…. Mais il n’avait pas prévu l’invasion à rebours qui s’ensuivrait.

Mais nous avons pris un chemin inverse sous l’influence dominante des idées maçonniques et progressistes, La troisième république a interdit les conversions. la cinquième désormais dominée par la Maçonnerie internationale nous a fait adopter tous les principes qui nous condamnent irrémédiablement à disparaître en tant que nation historique et enracinée : « droits de l’homme », « tolérance », « non-discrimination », « ouverture, », « multiculturalisme » etc, toutes idées généreuses en soi mais qui, habilement manipulées, sont devenues les armes par lesquelles nous subissons et acceptons notre propre disparition, notre propre suicide.

Maintenant, comme promis plus haut, je reprends le texte de la réponse qu’un correspondant a faite à mon ami.

séparationCe correspondant écrit :

« Les principaux acteurs de ces abominations sont nés sur notre sol ou en Europe, sont des trafiquants de drogues et des délinquants qui ne connaissent rien à la culture et à la religion Arabe et sont, dans la plupart des cas, des néo-convertis bien souvent par des imams incultes !

Les musulmans n’ont rien à voir avec ça ! »

Première idée fausse. Les jeunes qui se laissent endoctriner, qui partent en Syrie pour faire le « dhihad », ceux qui ont commis la plupart des attentats en Belgique, en France, ou ailleurs, sont souvent des jeunes gens issus de familles aisées, intégrées et qui ont suivi un cursus scolaire dans nos écoles et lycées. L’égorgeur du prêtre de Saint Etienne du Rouvray, avait décroché un Bacc. professionnel

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet mais faites vos propres recherches et vous verrez que la plupart qu’ils soient « des trafiquants, ou des délinquants » ou, inversement « inconnus des services de police » sont en fait des graines de « petits bourgeois » aussi stupides que leurs aînés de 68…. mais en plus dangereux.

Deuxième idée fausse : Notre ami confond les Arabes et les musulmans (puisqu’il passe de l’un à l’autre sans nuance). C’est insulter les millions d’Arabes chrétiens dont quelques penseurs ont contribué à l’édifice de la culture chrétienne, parmi lesquels la transmission de certains textes grecs…. faussement attribuée à l’islam du simple fait qu’on confond les deux [ARISTOTE AU MONT SAINT-MICHEL. LES RACINES GRECQUES DE L’EUROPE CHRÉTIENNE de Sylvain Gouguenheim. Seuil, « L’Univers historique », 282 p., 21 €.].
Distinguons pour unir, disait Maritain. Il n’est jamais trop tard pour dénoncer les idées, en partie, fausses.

Poursuivons :

  •  » Il faut prendre le mal à la racine …
    Reconquérir les banlieues, lutter contre la pauvreté et faire fonctionner l’ascenseur social à plein régime ! »‘

 C’est une troisième idée fausse qu’on nous ressasse depuis des lustres, idée d’ailleurs finalement dénoncée par le sieur Pierre Joxe soi-même qui avait fini par manger son chapeau en reconnaissant que « les problèmes des banlieues » n’était en rien assimilable à une quelconque question sociale et qu’il s’était trompé sur le sujet (je cite de mémoire). Surtout si on prend en compte les dizaines de milliards qui ont été déversés sur les dites banlieues dans le cadre de la « politique de la ville ».

Quand on observe sur le campus de nos universités ou dans les rues de nos villes  ces élégantes jeunes filles voilées, munies de portables dernier cri, qui se sont multipliées de manière exponentielle depuis trente ans, on a peine à considérer que leur radicalité a été dictée par « la pauvreté » ou par une « panne de l’ascenseur social« …..qui oublie si souvent nos enfants de souche qui n’ont pas le loisir d’aller agiter des drapeaux algériens, marocains, tunisiens ou palestiniens à chaque occasion, car il leur faut essayer de gagner, souvent avec beaucoup de difficulté, leur vie…. ou s’expatrier car « nul ascenseur social » n’est spécifiquement réclamé pour eux. « Il manquerait plus qu’on favorise les enfants du pays qui se conduisent en patriotes, non mais ! »

  • « La loi doit être respectée la police et la force s’imposent sous l’autorité de la justice et les sanctions appliquées avec célérité, force et vigueur !
    Je partage le point de vue de X… »

Vous parlez d’or, mais reportez-vous à ce que j’écris plus haut et vous comprendrez que ce type de déclaration c’est « du bruit avec la bouche », « flatus vocis » disait-on quand nous savions le latin.

  • « Je n’ai parlé que des auteurs des divers attentats pas d’autre chose. Ils sont majoritairement français et reconnus trafiquants, délinquants ou déjà condamnés par la justice de la République !
    Et vous faites beaucoup plus de bruits que moi! »

Le danger permanent dans lequel nous vivons parce que nous l’avons attiré sur nos têtes mérite qu’on fasse quelque bruit. Au demeurant je ne sais si le bruit que je fais peut contre balancer les gémissements ou les indignations des « padamalgamistes » qui peuplent tout notre univers informationnel et médiatique. Quant à « démonter » c’est bien une idée de rhétoricien : pas plus que le mouvement ou la vie ne se démontrent mais s’éprouvent, la violence intrinsèque à l’islam qui ne s’est jamais propagé dans l’histoire que par la force des armes et l’égorgement qui n’a jamais pu coexister avec d’autres systèmes politiques sans les écraser ou les éradiquer, ne se démontre mais s’observe pour qui a des yeux pour voir…..et quelque chose entre les jambes si vous me permettez cette image tellement d’actualité. L’islam est une fausse religion mais un vrai système politique totalitaire qui n’accepte aucune défection, aucune conversion et qui ne laisse donc de choix au musulman que de se soumettre ou de périr. Les officiels de l’islam en France peuvent bien nous dorer la pilule et nous raconter des salades tant qu’ils seront minoritaires : cela s’appelle la Takkya et est prévue par le Coran pour tromper l’adversaire, mais le discours changerait du tout au tout si, la Providence nous ayant vraiment abandonnés, l’islam devenait majoritaire dans le pays…aidé en celui par les « dhimis » déjà tout prêts à le servir.

  • Pour les délinquants nous ne devons pas avoir les mêmes sources!
    Pour le dernier, sa Kelton, il l’a pas achetée aux Galeries Lafayette!
    Il n’y a pas de trafics dans les banlieues…

 Outre que je trouve votre argumentation ambigüe, je constate que vous déplacez le problème. Je persiste à dire que ces « jeunes » soit-disant « manipulés » pour partir faire le djihad en Syrie et revenir massacrer quelques dizaines d’innocents n’ont rien à voir avec les racailles des banlieues (suivant l’inoubliable formule de Sarkozy) car très souvent issus de milieux qui n’ont rien à voir avec « Les misérables« . Même s’il y a quelques exceptions, car il y a toujours des exceptions. La radicalisation ne vient pas des conditions sociales mais de la haine d’un pays dans lequel ils sont nés et dans laquelle ils ont été élevés, pays qu’ils ne reconnaissant pas comme le leur pour toutes les raisons que j’ai déjà évoquées. Renseignez vous et nous en reparlerons.

  •  « Je n’ai parlé que des auteurs des divers attentats pas d’autre chose. Ils sont majoritairement français et reconnus trafiquants, délinquants ou déjà condamnés par la justice de la République ! »

 Vous êtes donc une victime du nominalisme contemporain qui met sur les choses les étiquettes qui lui conviennent sans se soucier du contenu. Pour moi ces auteurs ne sont pas des Français et ne le seront jamais : un Français est d’abord et avant tout un specimen de type caucasien, européen, celte, latin, germain d’origine et de culture gréco-latine et chrétienne. Point.
On est Français par ses origines (jus sanguinis) et non par le fait que le hasard ou le calcul vous ont fait naître sur le sol de France car, ainsi que l’affirme le proverbe russe « une hirondelle ne devient pas vache quand elle naît dans une étable« .
D’autre part un Français pour l’être ou le rester doit adhérer à toutes les valeurs qui ont fait notre civilisation, dont les valeurs chrétiennes (même s’il n’est pas Chrétien de fait) – il doit accepter notre histoire comme un bien inaliénable qu’il doit absolument respecter; et pas seulement celle qui commence en 1789. Un étranger – notamment un extra Eruopéen – peut-il devenir Français ? Oui, bien sûr, en manifestant des mérites avérés qui lui permettent d’y prétendre : le sang versé pour la patrie par exemple.
Hors ces cas exceptionnels, je pense, comme Maurras l’écrivait il y a quelques décades, qu’on ne peut pas être Français qu’à troisième ou quatrième génération de présence familiale sur le sol français. Il ne s’agit pas, de ma part, du mépris pour les autres nationalités. Bien au contraire je les respecte toutes et je me réjouis de leurs diversités parce qu’elles constituent une dimension essentielle de notre humanité qui est commune et plurielle tout à la fois. Et je me refuse à les voir galvaudées comme nous le faisons pour la nôtre (avec le but avéré de nous affaiblir et de détruire notre identité). C’est pourquoi, dans ce domaine, j’ai beaucoup de respect pour les Indiens ou les japonais dont on me dit qu’ils n’octroient leur nationalité qu’avec beaucoup de circonspection et d’exigence. C’est pourquoi  Mère Térésa – qui reçut la nationalité indienne – apparaît comme un cas si exceptionnel. D’ailleurs le Chris envoyant Ses apôtres en mission à travers le monde, ne leur dit-Il pas : « Allez et baptisez les nations [et non les hommes !] au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » ?


Ces auteurs d’attentats et, très souvent la famille dont ils sont issus, sont des « Français » de pacotille, en fait des imposteurs et restent des « corps étrangers », des « sangsues » vivant sur le dos de la nation qui les accueille, les instruit, les nourrit mais qu’ils exècrent. Une vraie politique au service de notre pays – c’est à dire des Français – devrait commencer par revoir en détail les circonstances dans lesquelles la nationalité française a été octroyée aux immigrés musulmans réguliers ou clandestins depuis 1974. Cela permettrait déjà d’y voir clair et de séparer le bon grain de l’ivraie.

En fait ces personnes ne sont Françaises ni par le sang, ni par le coeur, ni par l’esprit et ne veulent surtout pas le devenir (d’où le message qui nous est envoyé à travers l’explosion du nombre de femmes voilées en France); de plus, elles se comportent en ennemis des Français et ne manquent pas de manifester leur fidélité à leurs patries d’origine à chaque occasion.
Après nos échanges, je suis allé à la pèche aux informations et j’ai découvert que 30% de la population musulmane présente sur notre sol (sol qui n’a rien à faire d’une présence musulmane aussi importante, soit dit en passant) ne « désapprouvait pas les actes terroristes » : admirez l’euphémisme ! Et que 10% de cette même population se déclarait « prête à passer à l’acte si on le lui demandait » !
L’auteur se basait sur une population de cinq millions de musulmans en France. On peut penser qu’il est au-dessous de la vérité mais enfin acceptons ce chiffre : cela fait un million cinq cents mille personnes qui ne désapprouvent pas qu’on puisse foncer dans la foule avec un camion ou égorger un prêtre de 86 ans dans son église….et cela fait cinq cent mille personnes prêtes à commettre des attentats « au nom d’Allah »
(le « Miséricordieux« , comme chacun sait). Il faudrait enfin briser les lunettes idéologiques qui nous conduisent à voir dans les « auteurs d’attentats » de simples voyous ou de petits malfrats déboussolés. Chaque enquête montre que les auteurs d’attentats bénéficient d’un réseau de soutien et de préparation qui n’a rien à voir avec la petite ou grande délinquance. Mao disait que le « terroriste doit pouvoir se mouvoir dans la population comme un poisson dans l’eau« . C’est exactement ce qui se passe chez nous avec un aquarium d’un million cinq cent mille personnes prêtes à aider, cacher, protéger ces braves fils d’Allah (« que béni soit Son nom) ! Il serait temps que les bonnes consciences de gauche – notamment les cathos dits de gauche – les immigrationnistes, antiracistes, multiculturalistes, droit-de-l’hommistes de tout poil, apprennent à distinguer ce qu’est une force d’occupation, une présence étrangère hostile installée dans notre pays et qu’ils cessent de considérer comme « Francais » ceux qui les massacrent aujourd’hui et les oppresseront demain si on les laisse croître et embellir sans réagir. Quand j’entends sur les ondes de France Inter (voir ma lettre) que l’égorgeur du prêtre était un « jeune Vosgien » je me demande vraiment si la  bêtise idéologique paralyse les cerveaux de nos enfumeurs médiatiques à un point tel qu’ils imaginent vraiment que nous allons avaler cette appellation de « Vosgien » pour argent comptant ?
Mais, en fait, là encore je crois qu’il faut, avant toute autre considération, se demander si les sympathies manifestées en faveur de l’immigration musulmane, le padamalgamisme, les efforts pour dissimuler les origines réelles de ceux qui sèment la terreur en France, sont l’expression d’une sympathie réelle pour les immigrés extra-européens ou d’abord et avant tout celle d’une haine morbide envers notre propre pays…

Peu après avoir écrit cet article, j’ai découvert, que le correspondant de mon ami auquel je m’adresse ici, faisait un vibrant éloge du « parti radical » le « plus vieux parti de France« .
Or, qui dit « parti radical » fougueusement « républicain » (ce n’est qu’un leurre) dit surtout vitrine acceptable de la Maçonnerie la plus radicalement (c’est le cas de le dire) engagée dans la haine des Nations, obstacles à l’établissement d’un gouvernement mondial, qu’elle espérerait (même si d’autres messianismes interviennent dans le projet).
Et tout aussi férocement (et même encore plus) engagée dans le combat à mort contre l’Eglise catholique, cette maîtresse de vérité, qui s’obstine à ne pas mourir et dont la tâche, faut-il le rappeler, est de gagner les coeurs à l’amour du Christ pour  les délivrer de l’emprise luciférienne dont les différents messianismes à l’oeuvre dans les hautes sphères de la géopolitique mondiale,  ne sont que les manifestations trompeuses.

Bien sûr, quand je parle de l’Eglise, j’entends l’Eglise fidèle à elle-même et non soumise à ces « fumées de Satan qui se sont infiltrées » jusqu’à sa tête, comme le déplorait ce Gribouille de Paul VI.

Terrorisme 1 - Google imagesQuant à notre gouvernement, à nos élites, aux gardiens de la cité que devraient être les hommes et femmes chargés de gouverner leur patrie et d’assurer, autant que cela dépend d’eux, le bonheur, la sécurité de leurs citoyens, le maintien de leur culture et de leur identité, ils suscitent un tel mépris que je n’ai même pas envie d’en parler. Quand l’Histoire aura passé et que les générations futures de Français (s’il existe encore une France) découvriront leur parcours, leurs actions, leurs comportements où les ambitions personnelles le disputent à la veulerie, l’indigence intellectuelle à la déliquescence morale, ou les loyautés idéologiques  suscitent les pires forfaitures pour précipiter une catastrophe ardemment attendue, ils se demanderont comment nous avons pu les supporter pendant quarante ans et plus sans réagir, sans manifester le moindre mouvement d’auto-conservation ?

Ils se demanderont sans doute, quelle était l’origine de cette terrible culpabilité nationale, qui nous a conduit à prendre pour bergers de notre troupeau ceux là même qui avaient décidé de le précipiter à l’abîme. Et de nous obstiner dans notre choix en les élisant, en les réélisant au lieu de les exiler – sans haine et sans violence – quelque part dans une île déserte où ils puissent subir la pénitence qu’ils méritent. Je vous donne quelques réponses ci-dessus qui peuvent expliquer la culpabilité qui paralyse notre nation dans la défense de sa survie. Je vous laisse trouver vos propres explications.


Mais, pour moi, tout s’enracine dans la date du 21 janvier 1973 et dans l’assassinat du Roi.
Crime d’autant plus monstrueux qu’il était parfaitement injustifié sur quelque plan que ce soit si on s’en tient à des considérations purement juridiques, politiques et humaines. Il faut aussi se rappeler que les Anglais avaient de même décapité leur Roi (Charles 1er) 150 ans auparavant sans que la nation anglaise (et, plus largement britannique) n’entre dans ce processus de lente décomposition qui est la nôtre.

Alors ?

Alors il se trouve qu’en ce 21 janvier ce n’est pas à Louis XVI, pas seulement à lui en tout cas, qu’on a tranché le col.
C’est au représentant du vrai Roi de France : le Christ Lui-même qui régnait sur notre pays depuis le pacte de Reims en 496 à travers la personne royale : « l’oint du seigneur », le « Lieutenant du Christ », le « Sergent de Dieu », je ne me lasserai jamais de la rabâcher car il faut que ces choses là soient enfin entendues.
Au moins par ceux qui me lisent. Les Francs-Maçons qui ont inspiré et conduit la révolution à ses pires extrémités, n’avaient d’autre but en tête que de détruire le règne du Christ  et de le remplacer par le culte du « nombre, le règne de la pseudo « volonté générale » qui n’est jamais que la volonté d’un très petit nombre (d’initiés) manipulant le jeu perfide de la démocratie pour exalter le culte de l’Homme, en lieu et place du culte de Dieu à la tête des institutions.

Donc notre régicide, déjà fort traumatisant en soi, comme peut l’être un parricide qui ne laisse aucun membre de la famille indemne et dont les descendants manifestent les blessures les plus graves (c’est le psychogénéalogiste qui parle) – est en fait un déicide par personne interposée.
Nul ne peut vivre une telle apostasie sans conséquences.

C’est un poids qui pèse sur nos consciences et nos comportements depuis plus de deux siècles, qui explique au moins en partie, toutes les tribulations que nous avons pu traverser et qui ne cesseront sans doute que le jour où, ayant reconnu la faute, nous l’effacerons par notre conversion nationale en replaçant nos institutions sous la protection du Sacré Coeur de Jésus et en renouvelant le pacte de Reims.

Avec ou sans l’Eglise de France qui semble avoir perdu toute notion de sacré.

Puisse ce jour arriver le plus tôt possible

 Louis SAINT MARTIN

PS : J’ai bien conscience que dans une société occidentale totalement déspiritualisée et convertie depuis longtemps au idoles du matérialisme, du consumérisme et du sexe; une société qui a remplacé les lieux de culte par les banques ou les super-marchés; qui préfère les déjections télévisuelles ou la pornographie à la Messe du dimanche, mes propos puissent paraître à certains – y compris à de nombreux prêtres ou évêques – ceux d’un doux illuminé (encore que pour ce qui est de la « douceur« …).
L’avenir nous dira qui avait fait preuve de lucidité (et ici je ne parle pas de moi bien entendu) dans l’analyse des raisons qui nous conduisent nos sociétés aux portes de l’abattoir sans résister : ceux qui ont conscience qu’on ne peut comprendre les réalités humaines sans les rapporter à leurs dimensions métahistoriques, surnaturelles; ceux qui savent qu’on ne peut comprendre le malheur des fils sans évoquer la faute des pères, la disparition des peuples sans accuser la corruption de leurs élites, la soumission à de nouvelles idoles sans dénoncer l’abandon de leurs croyances constitutives; ou ceux qui préfèrent enfermer la réalité dans leurs vision tellement réductrice et prosaïque qu’elle confine à la bêtise.

NOTES

 (1) – Elle qui, à ma connaissance n’a pas de sang sur les mains, n’incite à aucune guerre sainte, n’approuve aucun terrorisme, préside un parti dont les élus appliquent les principes républicains à la lettre, n’impose pas le « hallal » dans les écoles et les fast-food, n’oblige pas les femmes de son parti à se couvrir de voiles des pieds à la tête, etc….

(2) Même remarque.

(3) Même remarque : Wladimir Poutine bénéficie d’une très haute côte de popularité dans son pays et il a été légalement élu.

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 575800Visiteurs Total:
  • 73Visiteurs aujourd'hui:
  • 97Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives