désinformation - Google images

Je viens d’entendre tout à fait par hasard – car, depuis des années, je n’écoute plus France Inter qui est devenue l’antenne socialo-libertaire, disons « révolutionnaire »,  la plus virulente idéologiquement de toutes les antennes françaises – et j’ai entendu de la bouche de la « journaliste » (elle aurait parfaitement réussi sur « Radio Paris » pendant l’occupation en matière de désinformation) que Marine Le Pen avait donné une interview à « PRESENT » présenté comme un « hebdomadaire d’extrême droite« .

Bref, la sottise associée à la négligence. Et ce n’est là qu’un exemple, le plus récent, des accrocs permanents à la vérité, toujours orientés dans le même sens, qui m’ont conduit à abandonner l’écoute de France Inter.
Car si cette dame s’était donné la peine de creuser son sujet, elle saurait que PRESENT n’est pas un « hebdomadaire » mais un « quotidien » depuis les années 90 je crois et que ce titre n’a rien à voir avec une quelconque « extrême-droite » comme l’a démontré à de nombreuses reprises son fondateur, Jean Madiran, qui a même consacré un ouvrage définitif à ce sujet.
C’est un quotidien d’inspiration catholique traditionnelle. Point.

Mais comment les responsables de l’information sur France Inter pourraient-ils connaître ce qu’est réellement PRESENT puisqu’ils n’invitent jamais un de ces collaborateurs à une quelconque émission ou débat ? Ces pseudo débats se cantonnant aux journalistes de « Le Monde », « Libération », éventuellement « L' »Express » ou le « Nouvel Obs », bref des comparses, voire des complices, et jamais de réels contradicteurs.

Il est vrai que pour faire preuve d’objectivité,

  • encore faut-il vouloir vraiment informer les auditeurs du service public (et on sait ce que veut dire « service public » en régime socialiste) et non s’efforcer de les abrutir de politiquement correct;

  • et faut-il aussi vouloir écouter ce que ceux qui ne pensent pas comme nous ont à dire au lieu de les caricaturer ou de les calomnier;

  • et faut-il enfin – et c’est le plus difficile – renoncer aux lunettes idéologiques qui déforment le regard que ces « journalistes » portent sur l’actualité….Il est vrai que s’ils laissaient tomber leurs lunettes – idéologiques et communautaires – ils ne pourraient plus travailler à France Inter où, visiblement on ne recrute que par cooptation.

Où est-il le temps où France Inter restait dans une honnête marge de « non parti pris » quand, par exemple, Eve Ruggiéri nous régalait de ses biographies et de ses sujets d’actualité ? Quand le 7/9 était assuré par un Pierre Douglas qui savait à la fois nous informer et nous amuser. Et ce ne sont là que des exemples qui me viennent spontanément à la mémoire.

Depuis 81 progressivement une sorte de secte a été installée à « France Inter » pour en faire une arme entièrement dévolue au combat dit « progressiste » ou « libertaire », une véritable caricature d’un authentique organe d’information qui donne – si on en juge par les émissions dites « d’humour » – de plus en plus dans le vulgaire, le scatologique, la dérision et l’insulte.
Côté « impartialité » je lisais il y a peu sous la plume d’un journaliste aussi connu et lu qu’Ivan Roufiol « qu’il n’avait jamais mis les pieds à France Inter » n’y ayant jamais été invité (voir plus haut). Normal on n’y invite, quelque soit le sujet du débat, que ceux dont on est sûr qu’ils appartiennent à la même famille de pensée (si on peut parler de pensée en matière de propagande).

Heureusement, quand la nature invente un « poison » elle nous délivre le « contre-poison » nécessaire.
C’est ainsi que la radicalisation forcenée de France Inter et ses efforts de désinformation en faveur de la dérive hédoniste et libertaire de notre société, se sont accompagnés de la croissance exponentielle de réseaux d’informations libres. Certes il faut prudence garder et trier ce flot d’informations dont l’origine n’est pas toujours assurée. Mais il existe désormais plusieurs « blogs » de très bonne réputation et solidement installés dans le paysage médiatique pour nous désintoxiquer des « informations » et commentaires diffusées par France Inter. J’avoue préférer les lire et les comparer entre eux que d’écouter les couplets arbitraires d’une antenne qui trahit sa mission.

Peut-être un jour votre Antenne re-méritera-t-elle de faire figurer le beau mot de « France » dans son titre en s’efforçant de respecter vraiment les faits, les personnes, notre culture, notre Histoire, nos moeurs, bref de respecter l’ensemble des citoyens français qui payent pour être informés et non endoctrinés par une antenne du « service public« .

Ce temps viendra peut-être plus vite qu’on ne pense, laissons faire la Providence…

Bien à vous.

Louis SAINT MARTIN

 

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 575009Visiteurs Total:
  • 42Visiteurs aujourd'hui:
  • 120Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives