De qui s’agit-il, vous demandez-vous peut-être ?

De la « tête de liste » du parti LR aux prochaines élections européennes. Parfaitement inconnu il y a encore quelques semaines, F.X.B est né le 11.10.1985 à 00.50 (E.C) à Paris 13ème et sa notice Wikipédia nous apprend qu’il est professeur agrégé du second degré en philosophie, essayiste et homme politique français et adjoint au maire de Versailles depuis 2008. Parfait.

Pourquoi m’intéresser à lui ? Tout simplement qu’ayant eu l’occasion de l’entendre parler de « liberté » au cours de l’Université d’Été de Renaissance catholique en juillet passé, j’avais été partagé sur le moment par des impressions contradictoires : sympathie pour le personnage, son engagement sur des idées qui me sont proches, son éloquence, mais déception quant à la consistance du propos et à son manque de profondeur véritable.

C’était sans doute que mes idées sur ce que représente la « liberté » entendue d’un point de vue chrétien – une disposition naturelle de l’esprit à tendre vers le Bien auquel elle est ordonnée – ne trouvaient pas leur compte dans le propos de ce jeune homme visiblement très doué pour la rhétorique mais qui semblait hésiter à aller au bout de sa réflexion. Si bien qu’après environ une conférence de trois quarts d’heure au moins, il s’est trouvé dans l’assistance une dame pour lui demander « mais alors c’est quoi la liberté ? » ou quelque chose d’approchant. Et la réponse me parut si convenue qu’elle ne justifiait aucunement une si longue conférence.

Impressions subjectives et qu’il faut prendre comme telles. D’ailleurs je ne doute donc pas que cette conférence, qui a visiblement intéressé tout le monde, ait même pu convaincre quelques personnes qu’elles savaient enfin ce que c’était que la « liberté ».

Pour ma part je m’étais promis de réécouter ou de relire l’intégralité de cette conférence pour en dégager l’essentiel, mais outre que les Actes de cette Université ne me sont pas encore parvenus, je n’ai pas disposé du temps nécessaire pour y revenir.

  • Revenons au thème de FXB et peut-être y trouverons-nous la raison des impressions contradictoires dont je parlais plus haut.

Comme on peut le constater en observant le thème natal ci-joint, le sujet se présente d’abord et avant tout sous une combinaison Soleil/Balance Asc/Lion.

Barbault en affirme que c’est, par excellence une constellation d’extraversion et de sociabilité, et l’extériorisation se fait dans le souci de la forme, de l’harmonie, de la beauté. Chez les uns, elle prend le caractère de l’élégance et de la mondanité ; chez les autres, elle s’oriente vers l’esthétique et l’expression artistique. La volonté s’exerce en souplesse, s’impose avec sympathie.  Et il nous donne en exemple : Laurent le Magnifique. Rien de moins.

Dois-je avouer que ce texte n’a fait que confirmer l’impression générale que j’ai du personnage ?

Une première problématique s’offre à l’analyse dans ce thème :

C’est  celle de la reconnaissance et du besoin de représentation symbolisée par l’angularité étroite du SOLEIL au FC  et de JUPITER aux Dsc.

  • Le SOLEIL angulaire – éclat, rayonnement, égocentrisme de bon aloi, force, conviction, créativité – est d’autant plus valorisé qu’il est aussi le Gouverneur du Thème (par sa maîtrise sur l’Asc). JXB est donc deux fois « solaire », deux fois égocentré.

  • JUPITER, lui, par ses valeurs d’expansion et d’extraversion, le besoin qu’il crée en nous de nus intégrer au tissu social pour y prospérer, y occuper le plus large espace possible dans des fonctions de représentation, de prestige et d’autorité, ne fait que renforcer la dynamique solaire. La différence tenant essentiellement que « Solaire » a besoin de s’identifier à un modèle, à un principe qu’il va projeter sur les autres, alors que le « Jupitérien » cherche avant tout l’approbation de la Société, ne peut vivre sans en être reconnu et ne fait souvent que refléter les attentes qu’elle projette sur lui.

  • Autrement dit, le centre de gravité du Solaire est en lui, celui du Jupitérien est dans le groupe dont il devient le représentant.

Au chapitre positif d’une telle combinaison on peut évoquer l’art de paraître et de s’imposer par l’acquisition d’une maîtrise quelconque, notamment dans le domaine du langage et des idées. L’intérêt pour les grandes questions collectives. La générosité, la vitalité, le sens pratique qui assure le succès des entreprises, l’aptitude aux responsabilités, le goût des fonctions collectives, publiques et politiques. Bref c’est la combinaison idéale pour assumer une forte ambition – autant que possible de bon aloi – et jouir de la considération générale.

Comme on le voit, à partir de ces dispositions il n’est étonnant que le sujet ait pu s’imposer comme adjoint au Maire d’une prestigieuse ville française à 23 ans et tête de liste nationale aux Européennes à 34 ans. 

Mais attention aux dangers d’une telle configuration quand elle n’est pas maîtrisée (JUPITER ici est rejeté par l’Asc donc mal intégré). Ambitions démesurées ignorantes du long terme, despotisme, étalement de la personnalité, souci permanent de plaire, voire d’épater, guettent le sujet qui risque de perdre le sens de ses propres limites.

Ce qui m’avait frappé dans le comportement de FXB tout au long de la conférence à laquelle j’assistai, c’était le tic permanent par lequel il arrangeait, d’une geste quelque peu maniéré, les mèches de ses cheveux qui n’en avaient visiblement aucun besoin.

Or, en matière de comportement non-verbal, attirer l’attention sur les cheveux, notamment chez les femmes, est un signe évident quoiqu’inconscient de séduction.

Cette évidence d’un certain narcissisme ne s’est pas démentie après que j’aie monté le thème natal du personnage. Au demeurant, si le LION qui se sent naturellement le centre du monde, et la BALANCE qui (sauf éléments contraires dans le thème) ne sait vivre autrement que sous le regard et la sympathie des autres, si ces deux signes ne sont pas représentatifs du narcissisme le plus spontané et le plus naturel, on se demande bien où le narcissisme pourra bien aller se loger. Surtout avec le SOLEIL et JUPITER si bien valorisés.

En même temps on connaît les prédispositions de la BALANCE, toujours soucieuse d’entente et d’harmonie, de plaisir et de bien-être à ménager la chèvre et le chou, à faire montre de diplomatie, à adopter les demi-mesures temporisatrices, à accepter les compromis (voire les compromissions) qui ménagent sa tranquillité et c’est pourquoi elle a un si grand succès parmi notre personnel politique ou diplomatique. En démocrassouille il faut toujours pouvoir montrer sa queue pour satisfaire les souris et les ailes pour satisfaire les oiseaux comme dit l’adage..

Le parcours de FXB nous montre que ces qualités « Balance » sont bien maîtrisées chez lui.

Est-ce à dire que c’est un homme sans conviction, un simple arriviste ?

Je ne le pense pas. Pour plusieurs raisons

  • D’abord à cause de l’harmonie entre le SOLEIL et URANUS en Sagittaire.

Le sujet sait ce qu’il veut et il veut ce qu’il a adopté comme principe. C’est, sous le gant de velours de la Balance, un volontaire, un esprit percutant et lucide (ou qui se pense tel). Quelqu’un qui, conscient de ses qualités individuelles, cherche à imposer son pourvoir social ou culturel, ou, tout au moins à l’affirmer car il se pense justifié à le faire.

À noter que, suivant la dimension spirituelle du sujet, une telle harmonie pourrait, si elle n’est pas bien maîtrisée, encourager despotisme, certitude d’avoir toujours raison (le cas emblématique est celui de Donald TRUMP) volontarisme, fermeture aux points de vue différents du sien.

SOLEIL et URANUS étant en aspect du MC (point focal de la destinée et de l’accomplissement) on perçoit bien dans ce thème que le sujet ira au bout de ses convictions, mais en godillant et en s’adaptant aux courants (Balance).

  • Deux autres étapes du zodiaque sont très valorisées dans le thème de FXB : la VIERGE et le SCORPION.

Ces deux étapes ont un point commun : le souci de la critique, de la précision et de la rationalité avec la VIERGE et celui de la purification, de la transformation des valeurs de mort en valeurs de vie (et inversement quelquefois hélas) au SCORPION,

 À la VIERGE (axe de fin de cycle) il s’agit de définir la place exacte d’un objet (d’une personne, d’un geste, d’une idée, d’une fonction) dans un ensemble plus vaste et d’en préciser les limites exactes. D’où le côté pointilleux, sec et ennuyeux de certaines Vierges confites dans leurs habitues, procédures et rituels quotidiens (pensez à Phileas Fogg avant qu’il n’entreprenne son voyage autour de la Terre)

Au SCORPION il s’agit de séparer le pur de l’impur, l’obsolète du neuf, le corrompu du vivant, de détruire un élément pour permettre la croissance de  l’autre, etc…

Il était donc normal que ces deux signes par leurs fonctions critiques (c’est à dire par leur recherche permanente du vrai et la suppression des obstacles à la circulation des énergies) puissent éveiller une vocation de philosophe dont toute la tâche consiste à traquer le réel, le vrai, le juste, à les défendre et à les promouvoir par un engagement sans restriction.

Et on comprend dès lors la relation qui unit ces dispositions secondaires au projet exprimé par le thème à travers les dispositions LION/BALANCE évoquées un peu plus haut.

JFX  a lu Platon et Aristote (je vois mal comment un agrégé de philo ne les aurait pas lus) et il sait quelle est la tâche du philosophe dans ces deux systèmes de pensée : la première, celle de gouverner la cité.

Le thème présente d’ailleurs le BELIER, et son irrépressible besoin de conduire le troupeau, au MC : vocation, carrière, projet de vie.

On peut donc en déduire que la tête de liste aux Européennes n’est qu’une étape dans le plan de carrière lucide et déterminé du sujet et je ne serais pas autrement surpris qu’il ait affiché une gravure de l’Élysée au-dessus de son bureau.

À moins qu’allant au  bout de ses convictions catholiques et ayant pris conscience que la seule solution de survie qui s’offre à la France résidant dans la restauration de la Royauté Sociale du Christ par le biais de l’Institution Royale Légitime, il sache mettre sa détermination réformatrice radicale (discrète et souriante) au service d’une cause qui amputera ses ambitions personnelles de leur aboutissement ultime.

  • Une des configurations relatives à cet aspect des choses (valorisation de la VIERGE et du SCORPION) voit une Lune en VIERGE au trigone de NEPTUNE en CAPRICORNE au double sextile d’une conjonction MERCURE/PLUTON en SCORPION.

Les dispositions intuitives et métaphysiques, religieuses et poétiques du trigone, alimentent ici cette conjonction Mercure/Pluton qui évoque un intellect curieux, une intelligence pénétrante apte à sonder les énigmes, à aller vers le réel ultime, à dénoncer tous les mensonges et illusions par lesquels nous essayons de fuir la réalité. Ici le visionnaire en phase avec les grands courants collectifs est contrôlé par le chercheur de vérité lucide, de même que, inversement, le souci de pénétrer la vérité ultime de toute chose nourrit une vision inspirée mais réaliste du réel (Lune et Neptune sont dans des signes de TERRE : la réalité concrète de toute chose) et notamment des réalités collectives et sociales que le sujet perçoit naturellement.

Et ce n’est pas un hasard si, dans le même temps, la pointe de cette flèche constituée par la conjonction Mercure/Pluton s’attaque à JUPITER en Verseau. JUPITER désignant ici les valeurs admises, la pensée dominante d’une époque, les concepts qui font sens et lien pour une communauté donnée à un moment donné.

Il s’agit donc d’un aspect de contestation radicale conduisant à une redéfinition en profondeur (mort et renaissance dans les rapports SCORPION/Verseau) des valeurs socio-politiques.

La présence du VERSEAU soulignant l’importance donnée aux valeurs éducatives (nous avons affaire à un professeur avant tout) et donc à la critique de l’institution intitulée Éducation Nationale qu’il s’agit de réinventer de fond en comble.

  • La dernière configuration par laquelle nous achèverons ce tour d’horizon du thème de François-Xavier BELLAMY met une vigoureuse conjonction VENUS/MARS en VIERGE, en conflit avec URANUS/Sagittaire et en harmonie avec SATURNE/Scorpion.

Les valeurs attachées à la conjonction VENUS/MARS me paraissent assez faciles à déchiffrer. Les deux symboles travaillent sur le plan de notre contact direct, de notre confrontation avec la réalité concrète de la vie :

  • VENUS évoque nous goûts, nos choix, nos préférences affectives, sentimentales, esthétiques et même morales puisque VENUS dans sa plus haute acception concerne notre accès au Beau, au Juste, au Bon ou, plus prosaïquement, au désirable, ce qui fait vibrer notre concupiscence.

  • MARS, (sous la responsabilité du SOLEIL pôle de la conscience et de la volonté) lui, est entièrement assujetti à notre capacité d’action sur le monde extérieur. Il exprime donc à la fois notre manière d’agir et les objets sur lesquels cette action va préférentiellement s’exercer. C’est par Mars que nous faisons face (ou non) aux nécessités impérieuses et primaires de la vie. C’est par lui que nous avons l’énergie (ou non) de défendre ce qui nous est cher, d’affirmer (ou non) nos convictions les plus passionnées, de travailler (ou non) pour réaliser nos désirs les plus profonds.

La combinaison évoque donc une certaine unité intérieure : le sujet entend bien être aimé pour ce qu’il est et accepté dans ses choix. Il accepte d’ailleurs de vivre la réciproque « si affinités ». Il recherche le plus souvent des relations humaines en profondeur, basées sur des goûts ou des passions communes. Ici les sentiments et les convictions (Vénus) stimulent la combativité (Mars) et inversement la combativité partagée stimule l’attachement à l’autre.

Je ne signalerai que par parenthèse combien les deux symboles, à un niveau plus rudimentaires il est vrai, représentent nos attachements affectifs, charnels, passionnels sous l’angle instinctif et sexuel.

Mais ici il est clair que toute la sphère émotionnelle, affective et sexuelle est dominée par l’intellect, le contrôle de soi, l’auto-perfectionnement, voire même l’autolimitation avec le risque de voir l’insécurité, la peur, les interdits, les préoccupations morales (probité, hygiène et frustration vont ensemble) amputer le sujet d’une partie essentielle de lui-même. de Car nous sommes dans le signe de la Vierge qui évoque cet idéal de pureté (dans toute l’acception du mot) qui lui convient plus qu’à tout autre signe.

La tentation de la transgression existe : c’est le carré que forme cette conjonction VENUS/MARS à URANUS qui, dans le signe d’autonomie à conquérir, d’ouverture, voire de démesure du Sagittaire, invite le sujet à faire éclater les limites dans lesquelles une approche éducative trop étroite l’a peut-être enfermé et à conquérir une liberté à laquelle il se refuse, à libérer des passions qu’il croit avoir enchaînée une bonne fois pour toutes.

Pourquoi ?

Tout simplement parce-que la même ardente configuration VENUS/Mars est harmonique à SATURNE (conscience morale, contrôle de soi, renoncement, ascétisme même, sagesse, détachement…) dans le signe hyper instinctif (et sexuel) du SCORPION. On a mis les passions sous le boisseau et on tient le couvercle bien fermé.

C.G JUNG affirme que tout ce que nous ignorons de nous-mêmes nous revient sous forme d’événement.

Je ne sais s’il a raison mais il y a peut-être dans ce thème quelques bombes à retardement qu’il serait judicieux de désamorcer avant qu’elles ne jouent leur rôle désagréable

LES ELECTIONS EUROPEENNES pour François-Xavier BELLAMY

Tout au long de l’année 2019 SATURNE, Maître de la M.VI (les obligations et les contraintes liées à la santé, au travail, aux soucis de la vie quotidienne, aux collaborateurs aussi) séjourne, dans son propre signe, au carré du SOLEIL. En fait de Mars à Décembre 2019.

C’est un aspect de grandes contraintes, obstacles et difficultés en tous genres. Il ne prédispose pas à la victoire. Tout au contraire. Un avis qui vaut ce qu’il vaut, c’est qu’on ne peut pas mettre en tête de liste un parfait inconnu qui ne bénéficie d’aucun impact populaire (bien au contraire car la « grande presse » s’attache à le présenter comme le réac des réac) quand on espère gagner une élection par listes.

Deux explications à ces dissonances saturniennes :

  • L’une astrologique : cette mise en exergue arrive trop tôt dans la vie du sujet. Saturne (Chronos)  indique clairement ce contretemps me semble-t-il. Le sujet aura donc intérêt à s’affermir s’il veut se remettre de l’épreuve et jouer les premiers violons.

  • L’autre de nature spéculative : la direction de LR a parfaitement conscience que sa liste n’a aucune chance de faire des étincelles. Autant compromettre un jeunot dans l’aventure qui portera tout le poids du discrédit si les choses tournent vraiment très mal. De plus cela lui servira de leçon et pourrait lui rogner un peu les ailes au cas où il aurait les dents trop longues (je sais, cela fait beaucoup de métaphores corporelles, mais cela dit bien ce que cela veut dire. Non ?)…

Le deuxième aspect est celui de l’opposition que URANUS lance à MERCURE en début Scorpion tout au long de l’année (ou presque) là aussi. Cela exige du sujet qu’il redéfinisse certaines priorités, qu’il révise ses convictions, qu’il s’ouvre à de nouvelles perspectives intellectuelles (avec retentissement sur ses projets, ses amitiés, voire ses finances) qu’il se prépare à assumer un nouveau rôle, à vivre dans un nouvel environnement, bref qu’il se réoriente… en faisant les bons choix. Il est à peu près certain qu’une tête de liste d’un grand parti ne peut qu’être élue. Mais je crains pour la suite : une élection sous une dissonance saturnienne ne présage rien de facile ou d’agréable.

JUPITER qui vient dynamiser le sextile SOLEIL/URANUS natal ne semble servir ici qu’à faire sortir FXB de l’ombre et à le rendre visible auprès du grand public. Pour le reste, je ne pense pas que cet heureux aspect, notamment en matière politique, ne vienne vraiment contrebalancer la dissonance de Saturne. Mais je ne demande qu’à être démenti par les faits

NEPTUNE vient lui aussi s’opposer (surtout en 2020) à la conjonction VENUS/MARS et semble symboliser l’amorce d’une évolution où les valeurs collectives, sociales et les convictions religieuses profondes seront appelées peu à peu à se manifester et à se transformer.

Le 08.02.2019

LSM

PS : Je venais de terminer la rédaction de cet article quand on j’ai reçu la dernière livraison de l’excellente revue « Monde et Vie » N° 966 de février 2019 où je remarque, sous la plume du fin observateur de la vie politique qu’est Guillaume BERNARD, un passage consacré à FXB dont j’extrais les lignes suivantes.

Je cite :

D’aucuns pensent que Bellamy sert surtout de caution pour attirer le vote conservateur mais qui ne disposerait pas d’une véritable liberté, d’un authentique pouvoir pour imprimer à la liste LR une identité politique précise. [NdR : Voilà qui pourrait confirmer l’indétermination fondamentale et le souci Balance de ménager chèvre et chou]

Si le score obtenu par la liste LR est bon, il sera attribué à sa composition idéologiquement plurielle [NdR : En effet la liste LR associe des personnalités situées aux deux extrêmes de ce parti divisé sous l’égide de « l’adaptable » Bellamy]; s’il est mauvais (inférieur à celui qu’a atteint Nicolas Sarkozy en 1999), la défaite sera imputée à sa tête. Autant dire que François-Xavier Bellamy joue assez gros : pour lui-même, pour son parti mais aussi pour le courant doctrinal dont il est supposé être l’une des incarnations.

[NdR : On ne peut mieux qualifier les obstacles et difficultés à prévoir tout au long de l’année 2019 du fait de  la dissonance saturnienne au SOLEIL du sujet qui va forcer le sujet à « faire les bons choix »].

Car, à peine sa candidature a-t-elle été officialisé, qu’il a subi une série d’attaques venant tant des adversaires de son parti que de ses propres rangs [NdR : on songe à Henri IV pris en tenaille entre catholiques et protestants]. Laïcisme haineux et masochisme identitaire se sont conjugués pour critiquer (avec une réelle violence) sont catholicisme. Il a dû en être surpris tant il avait pris la précaution (à l’instar d’un François Fillon) de séparer ses convictions personnelles de ses propositions politiques, en particulier sur l’avortement [NdR : revoilà les tendances « opportunistes » et « relativistes » de la Balance]. Un tel positionnement est assez difficilement compréhensible car il indispose à peu près tout le monde. Les anti catholiques lui reprocheront toujours ses convictions (même s’il ne les professe qu’en privé, et ne lui sauront pas grè des concessions qu’il leur fait (elles seront toujours insuffisantes). Les catholiques, quant à eux, ne pourront qu’être heurtés et regretter une forme de schizophrénie sinon morale du moins doctrinale. Car personne n’est obligée d’être ou de se proclamer catholique.

Fin de citation

Il est clair, à la lecture de cet extrait que le sens du compromis, l’esprit d’opportunité peuvent constituer une arme politique de choix quand il s’agit de représenter ou d’associer des forces divergentes. Mais il s’avère funeste quand la nécessité d’adopter une ligne claire et précise pour conduire l’action s’impose avec urgence.

Il me semble bien que la BALANCE Bellamy va devoir faire ses choix : fidélité à ses convictions au risque de l’échec politique, ou louvoiement opportuniste au profit de sa carrière politique.

Quand on comprend que, de toute façon, l’une et l’autre attitude seront condamnées par l’une ou l’autre des parties en présence, on comprend qu’au-delà des choix tactiques du moment, ce qui est éprouvé par ces dissonances saturniennes sur le plan fondamental, c’est la plus ou moins grande capacité de JFX de rester fidèle à lui-même.

Qui disait déjà : «  Je préfère perdre une élection que perdre mon âme ? »

Bonne lecture à tous.

2 réponses à to “François-Xavier BELLAMY : entre besoin de reconnaissance et fidélité à soi-même.”

  • Fomalo:

    https://www.youtube.com/watch?time_continue=399&v=hxRDVnYv9eY
    Désolée, la partie antérieure de mon message sur F.X.B a disparu en vous transmettant ce lien. J’espère que vous nous gratifierez de quelques commentaires sur « Laurent Alexandre » né semble-t-il le 10 juin 1960 à Paris, heure inconnue.
    Merci!
    Isa

    • Je vous remercie de votre message et je regrette que vous nous priviez de votre commentaire relatif à mon article sur FXB.
      Quant à « Laurent Alexandre » je ne vois du tout de qui il s’agit ? Si c’est un homme politique il doit vous être possible d’indiquer son nom et une date sûre; ce que ne laisse pas supposer votre « semble-t-il ». Et à partir de la date et du lieu, il est tout aussi possible de demander un Extrait d’acte de naissance sans filiation pour avoir l’heure.
      Si c’est un particulier – ce dont je doute – il lui est possible de prendre RV avec moi pour une consultation digne de ce nom et non pour établir quelques approximations sur mon blog.
      Bref, comme vous le voyez, je ne comprends pas votre demande.
      Bien à vous

      LSM

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 416124Visiteurs Total:
  • 52Visiteurs aujourd'hui:
  • 124Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives