Articles avec le tag ‘France’

Le regard qui tue…

Très pris ces derniers temps par mes activités et quelques soucis d’ordre familial, je n’ai pas eu l’occasion de publier l’article que j’avais écrit à l’annonce de l’accession de notre sémillant et éphémère Ministre de l’Éducation dite Nationale au poste de Premier Ministre.

Depuis, d’autres événements sont survenus qui méritent qu’on s’y attarde : la mort de Badinter et sa panthéonisation, l’inscription de l’AVEN [1] dans le marbre douteux d’une Constitution devenue Code de la Transgression, dernier témoignage d’un peuple tellement avachi qu’il disparaîtra dans les égouts de l’Histoire, comme l’eau au fond du lavabo (pour reprendre une image sartrienne je crois), sans même s’en apercevoir. Notre Dame que nous reconstruisons à si grands frais et avec tant de dévouement ne sera plus alors qu’un temple maçonnique érigé à la gloire du Lucifer Mondialiste en plein cœur de Paris, ou l’une des milliers de mosquées qui ont commencé de recouvrir notre Patrie en lieu et place de ce « blanc manteau d’Églises » dont s’extasiait le moine Raoul Glaber, au début du XIème siècle.

Lire la suite de cette entrée »

[On se souviendra peut-être que, le 05/08/2021, j’avais publié un petit article concernant l’anagramme qu’il est possible d’établir avec le nom et le prénom de celui qui sert de président à la république. Pour ce qui est de la France -, royaume des Lys placé sous l’autorité spirituelle de ND et de Son divin Fils – c’est tout autre chose. On ne saurait confondre, non plus le Roi – Sergent de Dieu, Lieutenant du Christ – avec Triboulet, son bouffon… ou sa caricature.
Cet anagramme, dont chacun peut vérifier la pertinence est celui-ci : « Mammon enculera ».
Un de mes lecteurs, enchanté par ma trouvaille a brodé une petite réflexion sur le sujet, que je ne résiste pas à vous communiquer, sans rien y changer.
Bonne lecture à vous]

Mammon est un mot à l’étymologie obscure qui désignait à l’origine les possessions matérielles, les trésors, l’argent, voire le bénéfice.
Il s’est vite trouvé personnifié en un des princes de l’Enfer.

C’est lui qui, en l’absence de Moïse, monté au Sinaï pour recevoir les tables de la Loi, aurait inspiré aux Hébreux l’adoration du Veau d’Or.
Les Évangiles ont donc sommé chacun de choisir clairement qui servir, Dieu ou Mammon :
Aucun homme ne peut servir deux maîtres : car toujours il haïra l’un et aimera l’autre. On ne peut servir à la fois Dieu et Mammon (Matthieu 6:24). »

Lire la suite de cette entrée »

En ces temps des grandes manœuvres de la Rentrée où nos marionnettes politiques s’efforcent d’exister en vue de l’élection de 2027, je suis retombé sur un texte d’Honoré de Balzac, qui vaut son pesant de cannabis ou de buddha blue, les cacahuètes n’ayant jamais fait fantasmer nos banlieues « multi-ethniques et multiculturelles », ces véritable mines de « chances » pour la France.

C’est le temps où Gérard Darmanin, incapable de contrôler une immigration-invasion toujours plus hostile à notre nation et de protéger ses concitoyens contre des violences toujours plus graves, pense impressionner la galerie par une gesticulation qui consiste à prononcer la dissolution de CIVITAS, parti politique catholique des plus dangereux étant données les quantités invraisemblables d’Évangiles, d’eau bénite et de chapelets que la BAC (Nord ou Sud) risquerait de découvrir dans ses caches souterraines si elle organisait une descente dans ses locaux !
C’est bien plus grave que les kalachnikov, fusils, pistolets, armes de poing et autres mortiers d’artifice qui s’entassent dans certaines cités où personne ne songerait à aller les chercher : il faut éviter tout démarche qui apparaîtrait raciste ou discriminatoire, n’est-il pas ?

Lire la suite de cette entrée »

1/ RAPPEL DES FAITS

Il y a neuf ans, les circonstances m’avaient amené à offrir à mes lecteurs, un florilège de déclarations sur l’Islam qui nous viennent de personnages parfaitement respectés, et même honorés, de notre Histoire culturelle, religieuse et politique, puisque de nombreuses rues portent leurs noms.
C’était un temps où les auteurs, les hommes politiques et même les sujets du roi de France (comme Voltaire par exemple) pouvaient encore s’exprimer sur tous les sujets sans risquer de se faire ostraciser, invectiver, condamner par la justice, ou pire…
C’était un temps où on ne connaissait ni la langue de bois, ni la langue de buis qui sont les deux langues communes adoptées par tous les lâches, les profiteurs et les transfuges de tous les régimes et de toutes les confessions, depuis que le monde est monde. On appelait un chat : un chat -, un terroriste : un ennemi du genre humain – un immigré officiel irrespectueux des lois du pays qui le nourrissait : un ennemi de la nation – un immigré entré illégalement sur le territoire national : un clandestin à renvoyer chez lui et non un « sans papier ».

Heureux temps où les mêmes règles – y compris celles du langage – s’imposaient à tous et où chacun devait s’efforcer de les respecter, au lieu de les contourner ou de les dévoyer, pour en tirer profit ou faire un mauvais coup.

Lire la suite de cette entrée »

Un de mes correspondants me fait parvenir la copie du dessin ci-dessus qui a enthousiasmé les Hollandais chez qui il reste encore quelque lueur de lucidité après des lustres de libéralisme économique et moral, vecteur de toutes les compromissions et dépravations possibles et imaginables.

Lire la suite de cette entrée »

Après que j’aie publié mon premier article sur l’incendie de Notre Dame de Paris en plaine Semaine Sainte et que j’aie asticoté un peu le trio Barbarin, Moulins-Beaufort et Pontier que j’ai assimilé à la fameuse trilogie des trois singes dont l’un ne voit rien, l’autre n’entend rien et la troisième ne dit rien, et alors que je m’apprêtais à rédiger la suite de cette étude sur le plan astrologique, la nouvelle d’un massacre de plus de 207 personnes (au moment où j’écris ce lignes) et je ne sais combien de blessés, perpétré dans les Églises du Sri Lanka est tombé sur les  téléscripteurs.

Lire la suite de cette entrée »

Coeur SacréDe « bons vœux » ? Pourquoi pas ?Satan 3

D’abord parce que, comme le disait une de mes amies à l’humour ravageur, « ça ne coûte pas cher et ça fait plaisir !« 

Ensuite et plus sérieusement, si on part du principe clairement énoncé par Maurras il y a quelques décennies qu’en « politique tout désespoir est d’une sottise absolue » on peut se permettre de souhaiter le meilleur à notre pays et à nos concitoyens en tâchant d’y croire et d’espérer. Lire la suite de cette entrée »

Archives