Nous avons tous entendu parler de cette invraisemblable histoire suivant laquelle Brigitte Macron, née Trogneux, aurait d’abord été un Jean-Michel fort bien couillu, avant de devenir, grâce aux soins experts de quelque chirurgien fort discret, la Première Dame de France. Celle qui trône à l’Élysée où son présidentiel mari, rencontré quand il n’avait pas quinze ans alors qu’elle en avait déjà trente-neuf, ne songe qu’à la mettre en valeur comme une précieux témoignage de sa mâle et précoce adolescence.
Inutile de vous dire que je ne crois pas plus à cette histoire que je ne crois à l’équilibre moral, affectif, psychique et émotionnel de ce couple improbable.
Mais c’est une autre histoire qui relève plus de la psychiatrie et dont d’autres, plus qualifiés que moi, ont déjà traité  ès qualités.

Lire la suite de cette entrée »

1/ RÉDACTION DE MÉMOIRES – BIOGRAPHIES – THÈSES – ROMANS ….

Une de mes activités à laquelle je n’ai jamais fait allusion sur ce blog consiste à me mettre à la disposition de celles et ceux qui ont quelque chose à dire, notamment sur les expériences que l’existence leur a réservées, mais qu’ils  n’ont ni le temps ni la vocation de coucher sur le papier, alors qu’ils en éprouvent le désir et le feraient bien volontiers si on leur facilitait la tâche. D’autant que ce qu’ils ou elles ont à dire, non seulement satisferait leur besoin d’expression, mais bénéficierait à beaucoup de monde.

Lire la suite de cette entrée »

Rassurez-vous on est gouverné…

Nous avons conclu notre précédent et avant-dernier chapitre consacré au thème de Gabriel Attal, en adoptant le ton de la dérision. Pourquoi ?
Parce que commentant la situation de notre pays en observant les comportement de noss élites décérébrées, caquetantes et impuissantes dont nous nous sommes dotés, je me suis spontanément demandé ce que cette situation, aussi ubuesque que funeste, aurait inspiré à Molière ? Et les vers de Musset rendant hommage à son génie et à son art de la dérision politique (entre autres) dans « Une soirée perdue », me sont revenus en mémoire :

 

J’étais seul l’autre soir au Théâtre Français
Ou presque seul
L’auteur n’avait pas grand succès, ce n’était que Molière
[….]
J’écoutais cependant cette simple harmonie,
Et comme le bon sens fait parler le génie.
J’admirais quel amour pour l’âpre vérité
Eut cet homme si fier en sa naïveté,
Quel grand et vrai savoir des choses de ce monde,
Quelle mâle gaieté, si triste et si profonde
Que, lorsqu’on vient d’en rire, on devrait en pleurer !

Lire la suite de cette entrée »

 … ET, TOUT D’ABORD, UN COMMENTAIRE INTÉRESSANT…

La publication du premier volet de l’étude que je consacre au thème de Gabriel Attal, m’a valu cet excellent commentaire d’une habituée du site, que je ne résiste pas au plaisir de vous communiquer (anonymement et avec son autorisation). Vous y découvrirez un certain nombre de faits que j’ignorais au moment de mon exploration et qui viennent – mais comment s’en étonner quand on connaît les ressources de l’Astrologie – confirmer et colorer ce que la conjoncture astrologique laissait déjà entrevoir.
Je vous livre ce texte sans y ajouter un quelconque commentaire de ma part; il se suffit à lui-même me semble-t-il.

Cher Monsieur,

Évidemment devant un tel thème, on se dit : « Que d’eau, que d’eau ! » Et cela peut laisser dubitatif.
Mais, comme vous l’avez relevé, il y a cette « locomotive », avec la LUNE en wagon de tête et PLUTON en queue, ce qui est un aspect générateur de force, de puissance et de magnétisme, et permet d’exercer un pouvoir.
Il y a beaucoup d’eau… Mais le Grand Trigone d’eau est au sextile de la conj. URANUS-NEPTUNE-SATURNE en Capricorne, et dans une opposition cardinale qui dynamise : il y a là une influence dynamique qui peut s’exprimer de façon constructive. Le sextile est en VI : notion de service.

Lire la suite de cette entrée »

Le THÈME NATAL de GABRIEL ATTAL – 1ère Partie

Cet article est plus particulièrement  destiné aux lecteurs et lectrices disposant d’un minimum de maîtrise du langage astrologique.
Bien que je m’efforce toujours de traduire du mieux possible la dimension symbolique, sémantique, iconique de ce langage très spécifique, dans notre parler usuel, je ne peux totalement m’en affranchir.
En effet il ne s’agit pas de décrire simplement un thème natal sans se soucier de la pertinence du propos, il s’agit pour moi de traduire, d’expliquer et de démontrer, de telle sorte que n’importe quel autre astrologue de métier – même s’il ne partage pas toutes mes analyses – puisse au moins les comprendre et les accepter comme pertinentes car rationnelles. Certes d’une rationalité qui n’est pas celle de la physique ou des mathématiques mais de cette sorte de rationalité qui permet d’approcher au plus près des motivations humaines.

Lire la suite de cette entrée »

Le regard qui tue…

Très pris ces derniers temps par mes activités et quelques soucis d’ordre familial, je n’ai pas eu l’occasion de publier l’article que j’avais écrit à l’annonce de l’accession de notre sémillant et éphémère Ministre de l’Éducation dite Nationale au poste de Premier Ministre.

Depuis, d’autres événements sont survenus qui méritent qu’on s’y attarde : la mort de Badinter et sa panthéonisation, l’inscription de l’AVEN [1] dans le marbre douteux d’une Constitution devenue Code de la Transgression, dernier témoignage d’un peuple tellement avachi qu’il disparaîtra dans les égouts de l’Histoire, comme l’eau au fond du lavabo (pour reprendre une image sartrienne je crois), sans même s’en apercevoir. Notre Dame que nous reconstruisons à si grands frais et avec tant de dévouement ne sera plus alors qu’un temple maçonnique érigé à la gloire du Lucifer Mondialiste en plein cœur de Paris, ou l’une des milliers de mosquées qui ont commencé de recouvrir notre Patrie en lieu et place de ce « blanc manteau d’Églises » dont s’extasiait le moine Raoul Glaber, au début du XIème siècle.

Lire la suite de cette entrée »

Or donc, le Prince qui nous gouverne et dont la brillante lignée remonte probablement à Œdipe et Jocaste (à moins que ce ne soit à Henri II, micheton de Diane de Poitiers), ne s’intéressant à la famille que pour la crucifier un peu plus en gravant un Droit Inaliénable à l’Avortement dans les Tables de la Loi[1], notre divin Prince donc, a nommé un nouveau gouvernement. Et il a bien fait les choses car son équipe à immédiatement montré combien elle était à la hauteur de sa tâche.

Son ministre de l’Éducation dite Nationale (en fait Ministère du Formatage des Jeunes Âmes à la doxa  woko-progressiste) a débuté sa brillante carrière en se mettant tout son personnel à dos (soient plus d’un million de personnes !) en disant tout haut ce que tous les Français ayant des enfants en âge scolaire, finissent par penser un jour ou l’autre.

Lire la suite de cette entrée »

Archives
Visiteurs total: 654 473 👥
Moyenne de visiteurs par jour: 149 👥
Visiteurs en direct: 1 👤