Articles avec le tag ‘mariage’

mariage 2Une de mes élèves et consultante du Nord de la France, me fait parvenir cet article signé par un professeur de Lettres classiques, qui semble savoir ce que parler veut dire.

Cette mise au point vient à l’appui de tous mes arguments concernant les ravages du nominalisme à l’oeuvre dans notre sous-culture actuelle où l’on vide les mots de leur sens pour mieux justifier les aberrations comportementales ou les déviances des un(e)s et des autres. Ainsi en est-il du « mariage » de la « parentalité » de la notion de « droit » de celles  d' »égalité » de  « liberté » et d’autres encore. Tous concepts qu’on manipule au gré de cette « pensée affective » que dénonçait Paul Diel (cf. sa « Psychologie de la Motivation ») en son temps et qui nous mène tout droit au défoulement généralisé et légalisé de toutes les turpitudes dont la nature humaine est capable.

C’est une démonstration de choix que j’offre là aux visiteurs de ce site. J’ai conservé l’anonymat de ce distingué professeur puisque j’ai eu connaissance de son article par le biais d’une tierce personne, mais qu’il soit ici vivement remercié pour la clarté d’une pensée et d’un propos qu’il me paraît difficile de contester sans une sacrée dose de mauvaise foi…ou de bêtise. L’une allant souvent de pair avec l’autre d’ailleurs…

LSM

Dans le concert des arguments développés par les « pour » et les « anti » mariage gay, il est une voix qu’on n’a jamais entendue : celle de la langue française.

Au cours de mes 40 années d’enseignement (collège et lycée) en qualité de professeur de Lettres Classiques, j’ai toujours attaché une grande importance à la valeur des mots. Choisir le mot exact, le « polir sans cesse » comme disait Boileau, c’est à la fois s’assurer qu’il exprime parfaitement ce que l’on veut dire mais c’est aussi s’assurer que l’on sera bien compris de son auditoire.

La polémique que suscite le projet de loi sur le mariage gay offre un bel exemple de cette dilution de la pensée dans le brouillard d’une terminologie approximative. A force de triturer les mots dans tous les sens, les mots n’ont plus de sens et l’opinion déboussolée y perd son latin. Les slogans réducteurs répercutés par les médias ne font qu’entretenir la confusion au point qu’on a parfois l’impression d’avoir perdu le sens commun. Lire la suite de cette entrée »

Statistiques
  • 575006Visiteurs Total:
  • 39Visiteurs aujourd'hui:
  • 120Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives