Articles avec le tag ‘Emmanuel MACRON’

Rassurez-vous on est gouverné…

Nous avons conclu notre précédent et avant-dernier chapitre consacré au thème de Gabriel Attal, en adoptant le ton de la dérision. Pourquoi ?
Parce que commentant la situation de notre pays en observant les comportement de noss élites décérébrées, caquetantes et impuissantes dont nous nous sommes dotés, je me suis spontanément demandé ce que cette situation, aussi ubuesque que funeste, aurait inspiré à Molière ? Et les vers de Musset rendant hommage à son génie et à son art de la dérision politique (entre autres) dans « Une soirée perdue », me sont revenus en mémoire :

 

J’étais seul l’autre soir au Théâtre Français
Ou presque seul
L’auteur n’avait pas grand succès, ce n’était que Molière
[….]
J’écoutais cependant cette simple harmonie,
Et comme le bon sens fait parler le génie.
J’admirais quel amour pour l’âpre vérité
Eut cet homme si fier en sa naïveté,
Quel grand et vrai savoir des choses de ce monde,
Quelle mâle gaieté, si triste et si profonde
Que, lorsqu’on vient d’en rire, on devrait en pleurer !

Lire la suite de cette entrée »

J’écoutais, il y a peu, une des nombreuses conférences dans laquelle Pierre Hillard analyse, avec sa verve coutumière, les décisions de plus en plus autoritaires et coercitives de notre Ganelon national pour nous soumettre à la tyrannie de l’hydre mondialiste par Covid interposé.

Il est clair pour moi (comme pour lui) qu’Emmanuel Macron, agent du « système » n’a été élu – grâce à un effort sans précédent de notre presse nationale inféodée à cette hydre [1] – que pour faire avancer le projet mondialiste qui ne pourra se réaliser tant que ne seront pas détruits les des deux piliers qui peuvent encore incarner la civilisation chrétienne moribonde :

Lire la suite de cette entrée »

fric fracNavré de décevoir tous ceux ou celles qui m’ont demandé des pronostics détaillés sur la présidentielle 2017. Mais j’arrive dans la dernière phase de l’écriture de mon ouvrage sur l’anthropocosmologie et, comme un cheval qui pressent l’écurie, je voudrais accélérer un peu le tempo.  D’autre part j’ai décidé de ne pas me laisser distraire par le commentaire de l’actualité et de ses remugles.  Au nombre desquels, cette « présidentielle » dont l’ambiance est tellement chargée de vapeurs méphitiques que je la nommerais plutôt la « pestilentielle », les innombrables turpitudes des candidats apparaissant au fil de jours comme de grosses bulles à la surface d’un égout. Voici néanmoins quelques commentaires qui vous intéresseront peut-être. Lire la suite de cette entrée »

Statistiques
  • 639918Visiteurs Total:
  • 34Visiteurs aujourd'hui:
  • 76Visiteurs hier:
  • 1Visiteur(s) en ligne:
Archives