Deux articles, coup sur coup, consacrés à la « prévision » après avoir négligé mon blog pendant si longtemps en ne lui confiant quelque publication que de temps en temps !
On peut légitimement s’interroger. Sauf que ces deux articles n’ont pas la même nature et ne répondent pas au même objectif comme vous le verrez plus bas.
En fait l’explication de ce silence relatif sur mon blog, se justifie par une démarche professionnelle d’une grande simplicité.
Le Christ un jour a affirmé : « Je suis la voie, la vérité, la vie ». Et, parce que ces paroles étaient fondées dans l’Absolu, nous avons vu éclore, une civilisation magnifique. d’une très haute portée spirituelle, philosophique, morale et pratique, dont voulons oublier – au milieu de nos ténèbres actuelles – que nous sommes les usufruitiers apostats, infidèles, ingrats. Pas moi. Je m’efforce de rester fidèle au seul Homme de l’Histoire – et à la seule Femme, Sa Mère – qui méritent un respect, une confiance et une fidélité absolus. Je suis loin d’y parvenir en toutes circonstances, mais je m’y efforce du mieux possible.
D’un autre côté, je suis un praticien convaincu de l’astrologie. Non par caprice ou fantaisie, mais du simple fait que j’ai pu en apprécier toute la validité et l’utilité après plus de quarante ans de recherches et de pratique assidues.

Or, la vérité, même si elle se reflète de multiples façons dans notre monde terrestre, est néanmoins essentiellement UNE. Il était donc logique que je m’efforce d’établir les liens entre mes certitudes religieuses et mes choix philosophiques d’un côté, et, de l’autre, la pratique d’un art sans cesse ostracisé pour de très mauvaises raisons. Dont la principale réside dans la méconnaissance (soigneusement entretenue par le monde scientifique, universitaire et, en partie, clérical) de sa nature et de ses fondements [1].


Ayant entrepris ce travail de réhabilitation et de réconciliation seul, j’ai très vite rencontré des encouragements précieux de la part. de quelques-uns des penseurs majeurs de notre époque, soit en matière philosophique, soit en matière théologique, soit en matière scientifique et métaphysique. Les préfaces de mes livres et les références auxquelles je fais appel dans le cadre de mes démonstrations, témoignent de la validité de ma démarche. Je ne m’y attarderai donc pas.
Ce long travail de défense et illustration de l’Astrologie, je l’ai entrepris au soir de ma vie, il y a quatre ou cinq ans, quand je me suis senti vraiment prêt à l’entreprendre et le mener à bien.
Voilà les raisons de la « négligence » de mon blog : écrire quelques trois mille pages de réflexions, de démonstrations ou de commentaires dans six ouvrages en moins de cinq ans, ne vous laisse pas beaucoup de temps pour vous consacrer à autre chose. Notamment à un blog que l’on parcourt souvent (pas toujours certes) par simple curiosité ou par désœuvrement.

ANNÉE 2023

On s’attend toujours à ce qu’un astrologue fasse des prévisions, voire des « prédictions » en début d’année. C’est normal dans la mesure où l’astrologie commerciale encourage cette attente plus que de raison. Et cette dérive constitue un des défis auquel se heurte notre discipline : avoir sans cesse à restaurer la vérité en la matière et ne pas céder à la facilité de la « prédiction commerciale » dont certains et certaines font leur miel.
Car l’Astrologie n’est pas un art « prédictionnel » au sens où elle nous indiquerait à coup sûr « ce qui va se passer » ou « ce qui va nous arriver » en termes d’événements tout faits. Pour ce genre de choses il y a les « voyantes » et « voyants » de tout acabit : une centaine de mille recensés en France paraît-il !
Mais elle est pleinement « prévisionnelle » dans la mesure où son caractère analogique et correspondanciel (que je ne peux explorer ici) lui permet d’anticiper le type de situations que nous pouvons avoir à rencontrer, mais sans en expliciter le contenu qui dépend à la fois de notre potentiel de départ et des circonstances pratiques dans lesquelles nous nous trouvons.
Ex : une rencontre entre Jupiter et le Soleil (peu importe comment elle se calcule) peut signifier : succès, réussite, honneurs, promotion, renommée, dans le même temps où une rencontre Saturne-Soleil peut signifier, prudence, maîtrise de soi, retard, mise à l’épreuve, risque d’échec… Mais on comprend bien que ces deux configurations n’auront pas la même portée, ou plutôt ne qualifieront pas le même contenu, la même expérience ou le même événement, chez un homme politique, un acteur, un entrepreneur, un simple cadre administratif, un paysan, un ouvrier ou l’épicier du coin (quand il y en avait encore). On peut donc dire que chacun des intéressés vivra cette analogie de portée générale à l’aune de ses propres qualifications et des conditions générales de son existence. Ou peut-être même ne vivra-t-il rien du tout dans la mesure où ladite existence ne se prête nullement à ce que de telles tendances puissent se manifester. Ce dont son thème natal peut assez aisément rendre compte. Encore faut-il le connaître et le comprendre.

Cela dit, l’année 2023 est très maigre en configurations célestes remarquables :

  • Un carré Jupiter/Pluton en mai

  • Un sextile Jupiter/Saturne en juin

  • Une conjonction Soleil/Vénus en août

  • Une conjonction Soleil/Mars en novembre.

C’est peu par rapport à certaines années où le ciel est en grand remue-ménage.
Je reviendrai sur ces configurations en fin d’article.

QUELQUES RÉFLEXIONS D’ORDRE GÉNÉRAL

Cependant, il ne faudrait surtout pas croire, à la lecture des lignes précédentes, qu’il ne se passera rien d’important en 2023 du fait de la pénurie relative de « grandes configurations ». N’oubliez jamais que, par commodité, nous coupons le temps en années distinctes et que nous observons ce qui se passe à l’intérieur de ladite année pour établir des « prévisions annuelles » ; mais ce procédé est artificiel, car certaines configurations – déjà passées ou à venir – qui n’appartiennent donc pas à l’année de référence, entraînent des conséquences à très long terme qui enveloppent les configurations en cours.
On peut dire, de ce point de vue, que tout ce que nous observons de manière ponctuelle année après année, s’inscrit dans des dynamiques à très longue portée qui viennent conditionner les dynamiques plus courtes ou plus contingentes.
Pour notre temps, je distinguerais personnellement trois configurations qui ont contribué à donner à notre monde occidental (pour ne citer que lui) les structures ou la weltanschauung[2] qui sont les siennes actuellement :

  • La conjonction NEPTUNE-PLUTON de 1891[3] entamant un cycle de 492 ans (environ).

Elle a radicalement accompagné la transformation de notre monde en tous domaines, notamment dans celui des connaissances cosmologiques, scientifiques et surtout techniques qui ont explosé à la fin du XIXème siècle et tout au long du XXème [4].
Ajoutons-y les différentes poussées du processus révolutionnaire arrivé à pleine maturité, qui ont totalement bouleversé et ravagé le paysage européen qui, après la grande guerre n’avait plus rien à voir avec celui de l’Europe du Congrès de Vienne qui suivit la chute de l’Empire [5].
En résumé cette conjonction de 1891/92 a lancé le grand processus d’effondrement de la civilisation occidentale. Effondrement occulté par le culte païen de la « technoscience », du « progrès » et des miracles illusoires réalisés par l’Homme devenu « maître et possesseur de la nature » comme l’avait rêvé Descartes. Un culte, tout droit issu du rationalisme de ce même Descartes (et de ces épigones) où l’homme prendrait orgueilleusement la place de Dieu.

La part essentielle du transcendant et du divin étant niée dans notre approche du Réel, il était inéluctable que les consciences européennes fussent affrontées à la terrible crise que nous vivons actuellement  et qui se présente de la manière suivante : le rejet de la verticalité spirituelle a entraîné le développement exponentiel de tous les « cultes » terrestres : volonté de puissance, cupidité, jouissances hors normes. Qu’est-ce qui pourrait s’opposer à cette libération exponentielle de nos instincts les plus violents si les principes supérieurs qui pouvaient les réguler, en nous représentant leur importance dérisoire, n’existent plus ? Dostoïevski n’affirmait-il pas : Si Dieu n’existe pas, tout est permis ?
Celui qui exprime le mieux les choses à ce sujet dans son œuvre, reste Wolfgang SMITH (édité chez L’Harmattan) qui, avec sa précision de physicien et de mathématicien de haut vol et la profondeur de sa pensée métaphysique, explique que le rationalisme cartésien a abaissé l’Axe Vertical – qui symbolisait notre quête de la vie éternelle et l’aspiration de nos âmes à rejoindre « le Ciel » -, de 90° pour en faire un Axe Horizontal qui oriente cette quête – haletante et illusoire – vers la conquête de jouissances et d’un bonheur purement terrestres, voire de l’immortalité, grâce au culte d’une nouvelle Trinité : la Raison – la Science et le Progrès. Dont on s’aperçoit aujourd’hui, qu’à force de miracles et de prodiges, cette trinité nous mène tout droit à la probable disparition de l’humanité, quel que soit le nombre de COP que l’on réunisse pour bavasser entre soi.
Involution et régression tout à fait prévisible d’ailleurs : l’homme, même lorsqu’il ne croit plus, n’admire plus et ne respecte plus, conserve encore le désir de dépasser les limites que sa condition de « créature » lui imposent, quitte à y perdre tout repère et à s’y casser les dents. La quête du salut qui occupait tant le lumineux Moyen- Âge (Axe Vertical si bien exprimé par la flèche de nos cathédrales) s’est muée en une course effrénée à saisfaire nos besoins les plus primaires dans une sorte de surenchère jamais atteinte dans l’histoire de l’humanité. Et dont nous commençons à peine à payer le prix aujourd’hui, les flèches des cathédrales ayant cédé la place aux supermarchés, aux marchands de perlimpinpin du monde publicitaire, aux illusionnistes du monde politique et aux voyous de la finance internationale.

Ainsi les plus frustrés qui sont aussi les plus avides car c’est chez eux que le « manque » de Dieu est le plus insupportable, ont-ils résolu de satisfaire leur frustration par la conquête du monde, en espérant qu’ils en seraient comblés. Ce dont je doute fort. Ces hommes ont toujours existé bien sûr : Alexandre, Jules César, Attila, Gengis-Khan, Napoléon, Hitler représentent quelques uns des modèles non aboutis de cette catégorie d’hommes. Mais s’agissant de tentatives d’abord et avant tout individuelles, la durée leur était refusée : Alexandre mourut à trente trois ans, le Consulat de Jules César (qui ne fut jamais empereur) ne dura qu’une quinzaine d’années, l’empire mafieux de Napoléon n’a pas tenu onze ans, le Reich que Hitler prétendait« bâtir pour mille ans » s’est écroulé sous les bombes anglo-américaines et l’invasion des hordes mongoles soviétiques au bout de douze ans.

Mais nous n’en sommes plus là.

Nous avons affaire désormais à des entreprises collectives de plusieurs oligarchies concurrentielles décidées à s’assurer la domination politique et surtout économique du monde grâce aux moyens extraordinaires que leur donnent :

1/ les moyens de communication et de façonnement technique et psychique de l’opinion (journaux et surtout télé et radio) qui façonnent les opinions publiques (voyez comment Macron a été élu) via les appareils d’État, institutions, assemblées, groupes de pressions, ONG, instituts de formation que le élites mondialistes mettent inlassablement en place dans tous les lieux de la planète (Georges Soros un des plus sulfureux milliardaires avec Klaus Schwab, ne vient-il pas d’acheter dix-huit stations radio Hispanophones aux USA ? Une enquête récente n’a-t-elle pas révélé son intervention permanente dans la nomination des juges de la Cour des Droits de l’Homme à Bruxelles, un des outils privilégié de la coercition progressiste entreprise par le mondialisme pour dissoudre les cultures occidentales, dissocier les communautés et nations, favoriser le melting-pot criminogène, exciter les revendications les plus révoltantes de certaines « minorités » déjantées ? Quel but vise-t-il à travers ses menées plus ou moins occultes, si ce n’est à semer le chaos d’où naîtra inévitablement ce nouvel ordre mondial, dominé par une caste d’élus, comme l’appellent de leurs vœux, depuis des siècles, certains courants dis « messianiques » ou « prophétiques » en Europe ? Et dont la marque de fabrique est celle du rejet du Christ et la volonté de destruction de toute forme de civilisation chrétienne.

2/ l’autre moyen, qui est aussi une fin d’ailleurs, bien entendu, c’est l’argent, les banques, les multinationales apatrides et gloutonnes, les diverses Fondations, Forums (comme celui de Davos et son créateur Klaus M. Schwab) Groupes (Trilatérale, Bilderberg, etc..) les Institutions dites internationales : ONU, OMS (soumise aux Big Pharma), FMI, UNESCO, Banque Mondiale, Banque Européenne, Commissions Européenne  en bref tout ce qui représente ce que les Évangiles désigneraient – à quelques exceptions individuelles près – comme « œuvres du malin », fournissent l’encadrement et le financement nécessaires à cette vaste entreprise qui permettra à terme aux décideurs des multinationales et des puissances financières dévouées au culte de Mammon [6], d’imposer définitivement leurs volontés aux peuples et à leurs gouvernants (forcément complices s’ils veulent durer) sans aucun souci de légitimité politique, démocratique, populaire ou autre. Et encore moins morale et spirituelle. D’autant que l’usage de plus en plus pointu et perfectionné des outils microélectroniques s’infiltrant dans les domaines les plus intimes de notre existence, assurera à ceux qui les dominent, l’asservissement de notre intelligence et de notre volonté. Bref de ce qui nous fait « à l’image et à la ressemblance de Dieu ».
N’est-ce pas le programme que s’était fixé Lucifer quand il décida de disputer les âmes humaines à l’amour de leur Créateur ?

Mais une même cause peut produire de multiples effets, et, si le rationalisme et le matérialisme de ces deux derniers siècles nous plongent dans « la misère de l’homme sans Dieu » et, nous précipitent dans la fange d’une époque dévolue au seul culte de la consommation, de l’argent et du sexe dans tous ses états, nous mettant à la disposition des puissances ci-dessus décrites, nous n’en avons pas fini avec nos malheurs présents et à venir. « La nature ayant horreur du vide » l’apostasie européenne et l’incendie allumé au cœur de son irremplaçable civilisation chrétienne sous les feux croisés du rationalisme, des « lumières », du marxisme, du freudisme, du libéralisme et autres poisons mortels, a déclenché un immense appel d’air qu’un islamisme virulent – encouragé par les nombreux candidats collabos présents dans toutes les cultures et à toutes les époques -, s’est empressé de vouloir compenser en nous envoyant ses cohortes de « croyants » aussi déterminés à instaurer la sharia dans notre pays qu’ils s’appliquent activement à engrosser leurs épouses pour compenser notre natalité déclinante.

Moment historique de basculement d’une civilisation dans le néant que choisissent nos « représentants » pour inscrire l’avortement dans les tables de la loi et les ériger en immortels principes de la Révolution. Perversion sans borne, haine de soi, volonté suicidaire, goût du mal pour le mal ?
Je ne sais.

Un simple exemple : au moment où j’écris ces lignes et où l’avortement d’abord toléré, puis accepté, puis remboursé et enfin imposé tue plus entre deux cent vingt mille et deux cent trente mille enfants dans le ventre de leur « mère » (si on peut les appeler ainsi) je prends connaissance d’une étude qui montre que 41% des naissances en Europe sont d’origine… extra-européenne. Et je me demande si les gouvernements islamiques du Moyen-Orient, du Maghreb ou d’Afrique dont les ressortissants crient si fort à la discrimination chez nous, accepteraient que 41% des naissances sur leur sol fussent d’origine européenne. Et radicalement et décidées à imposer un droit chrétien de surcroît !

Je constate simplement que l’observation sans parti pris de la réalité suffit à condamner de telles absurdités. Du moins quand on aime la vie et qu’on manifeste une bonne volonté élémentaire. Et j’en conclus donc, une fois de plus, que l’idéologie : c’est à dire la négation de la réalité dans l’élaboration de théories purement abstraites pour le simple plaisir d’une fausse originalité ou pour satisfaire le goût de la masturbation intellectuelle, finit par rendre ceux qui la conçoivent et ceux qui l’adoptent, soit imbéciles soit criminels.
Et souvent les deux.
Paralysés que nous sommes par ces idéologies destructrices de nos vies et/ou de nos identités, qui assimilent toute tentative de préservation de notre culture et de notre sol à des manifestations de haine ou de racisme, toute défense de la vie, de la famille et de la patrie, pour des manifestions de ringardise ou de fascisme, nous laissons dire et faire : complices, serviles, lâches au-delà du raisonnable. Au-delà même du simple esprit d’autoconservation dont il semblerait qu’on en ait dépossédés à force de mensonges, de propagande et de cette manipulation qui n’est rien d’autre que du terrorisme intellectuel.

J’arrête là avec le bref aperçu que nous pouvons associer à la conjonction NEPTUNE/PLUTON qui a accouché du vingtième siècle et poussera ses feux jusqu’au vingt-cinquième siècle pour accoucher d’une autre grande figure civilisationnelle et dont je me demande s’il y aura encore des Français – européens, blancs de culture gréco-latine et chrétienne comme l’affirmait De Gaulle lui-même – pour la vivre.

Rappelons que la précédente conjonction Neptune/Pluton, à la fin du XIVème, début du XVème siècle, avait précédé – entre autres innovations – ce qu’on a appelé les « grandes découvertes » et surtout l’invention de l’imprimerie dont les conséquences dans la culture européenne ont, plus tard, entraîné la « Renaissance » puis la Réforme protestante, le rationalisme du XVIIème siècle, le scepticisme, le mépris des lois divines et naturelles, le « culte de l’homme sans Dieu » du XVIIIème aboutissant à la Révolution ; puis le positivisme, le scientisme, le libéralisme et le marxisme au XIXème, et leurs diverses répliques, et tout ce qui en est découlé de tragique pour les hommes jusqu’à nos jours… [7]

  • Plus près de nous je distingue la conjonction URANUS/PLUTON[8] de 1965/1966

D’une durée de 113 à 141 ans, la dernière rencontre entre les deux compères a été aggravée d’une Opposition à SATURNE (la charpente, la tradition, la durée, l’autorité, la responsabilité, les fondements, etc.).

Ce qui explique l’incroyable attaque concertée contre les structures et la nature même de notre culture en général et, en particulier, de l’Église que j’évoquais plus haut.

On peut se demander (sans pouvoir répondre hélas) si cette crise majeure qui a fait basculer notre civilisation occidentale dans l’hédonisme le plus sordide, le relativisme, voire le nihilisme absolu, quoique prévisible pour qui sait voir les signes, aurait pu produire des fruits aussi amers, si elle n’avait été précédée et comme enveloppée par la configuration de 1891/92 ?

Sur le plan religieux – ou ce qui en tient lieu désormais – « modernisme » triomphant qui avait préparé son offensive de longue date et a complètement subvertie l’Église au profit des théories fumeuses des théologies de la libération, puis de l’Église des pauvres, nouveau lieu théologique de la manifestation de l’Esprit qui n’a plus besoin de l’Institution Église ni de sa hiérarchie pour répandre Sa vérité.

Sur le plan des mœurs c’est à la dynamique URANUS/PLUTON opposés SATURNE des années 60 que nous devons l’incroyable « libération » bientôt suivie de la promotion agressive de toutes les déviations, transgressions et perversions qui avaient été contenues tant bien que mal par la loi sous absolument tous les régimes que la France a connus.

L’apogée de cette dynamique proprement révolutionnaire et prométhéenne a accompagné les sept manifestations du carré URANUS/PLUTON en juin et septembre 2012 – en mai et novembre 2013 – en avril et décembre 2014 et enfin en mars 2015.

Vous ne serez donc pas étonnés que les deux François aient été élus au cœur de cette période :
En 2012 était élu François Hollande, l’inoubliable promoteur du « mariage pour tous », ridicule et lamentable transgression de la loi naturelle préfigurant toutes les dérives qui s’en sont suivies. 2012 marque le point d’orgue d’une offensive de plus en plus agressive des idéologies qui ont toute pour point commun : la dissolution de toutes les normes, lois, digues, règles, mœurs qui constituaient la structure de notre civilisation du point de vue religieux, culturel, national, moral, familial, sexuel.

Et cette « déconstruction » ne s’arrête pas là puisqu’au-delà du civilisationnel et du culturel, on assiste désormais à la négation/dissolution du naturel lui-même : la théorie du genre, l’antispécisme, le transsexualisme sont passées par là pour liquider, noyer, dissoudre tout ce qui de près ou de loin ressemble à un ordre naturel, divin et même humain. Mais 2012 n’était que le prélude, puisqu’on nous annonce la reconnaissance à venir de la pédophilie par l’UE cornaquée, ou plutôt noyautée, par les groupes de pression LGBTQ+++ de plus en plus agressifs.

Cf le lien https://www.medias-presse.info/normalisation-de-la-pedophilie-par-lue-la-police-ecossaise-rebaptise-les-pedophiles-comme-personnes-attirees-par-les-mineurs/168831/

En fait on veut nous refaire le coup qui a déjà si bien réussi dans la manipulation du langage :

– l’avortement, soit la destruction d’un embryon vivant dans le ventre qui est censé le protéger et qui le voue au couteau du chirurgien,  étant rebaptisé « Interruption Volontaire de Grossesse » et les lieux de destruction massive des enfants à naître étant rebaptisés eux « Centres de Santé Reproductive » appliquant les lois dites « de Santé Reproductive ». Il fallait oser le faire ! Ils l’ont fait.

– les pédophiles – si bien en cours dans de nombreuses institutions –  rejoindront les fameuses « minorités sexuelles » que la loi protège déjà, quand on ne les désignera plus que comme « pédophiles », mais comme « personnes attirées par les mineurs ». En effet, comment proscrire, prévenir ou condamner le fait, purement subjectif, d’être « attiré par » ? On pourrait, de la même façon, rebaptiser les assassins « personnes attirées par les cadavres » ;  les violeurs « personnes attirées par le corps de leur prochain ou prochaine » les voleurs « personnes attirées par les biens des autres » et ainsi de suite…
Sodomiser un enfant (à partir de 4 ans, mais avec son consentement, proposent certains !!!), assassiner une personne, violer une femme, voler, escroquer, sont des faits et des crimes. Mais en quoi « être attiré par » pourrait-il tomber sous le coup de la loi ? A coup sûr nous serions tous susceptibles de nous retrouver en prison à un moment ou un autre de notre vie si « être attiré » constituait un crime.
Comment voudriez-vous qu’une telle société puisse survivre ???

  • Dans le même ordre d’idées – ou presque – il faut signaler l’entrée définitive de NEPTUNE en Poissons en janvier 2013.

c’est l’année de l’élection au trône de Pierre du plus acharné liquidateur de l’Église Catholique telle que l’Histoire nous l’a transmise jusqu’à présent. Cette église, corps mystique du Christ, dont les prophéties de La Salette et de Fatima nous avaient averti qu’elle subirait une « éclipse » du fait même de ceux qui sont censés l’incarner, est désormais condamnée en l’état. Mais, ne craignons rien « Quand Dieu efface c’est qu’Il s’apprête à écrire » affirme Bossuet. De plus nous avons la promesse du Christ « les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle ». Alors : pas de panique, cultivons l’Espérance.
En 2013 – François Bergoglio, formé à l’école du péronisme national-socialiste rebaptisé « justicialisme », et créature des jésuites révolutionnaires cornaqués par le P. Arrupe apôtre de la théologie de la libération (comme par hasard élu à la tête de la congrégation en 1965 !) arrive au pouvoir et entreprend la destruction feutrée mais systématique de l’enseignement traditionnel de l’Église. Il y aurait des dizaines de pages à écrire sur le sujet, mais je préfère vous renvoyer, par exemple à l’ouvrage : François – La Conquête du Pouvoir, de Jean-Pierre Moreau aux éditions Contretemps (en vente sur Amazon). Il suffira à vous édifier.

Pour sortir du domaine religieux, rappelons que la précédente conjonction URANUS/PLUTON date de 1848-54 et marque à la fois les révolutions d’inspiration nationaliste et socialiste de 1848 (le Manifeste du Parti Communiste date de 1846), et la réaction libérale et ploutocratique favorisée par l’arrivée au pouvoir de Napoléon III et de « la Banque » en 1851.

Plus près de nous – et pour en revenir au plan collectif/politique, je relève la conjonction URANUS/NEPTUNE (conjonctions exactes 2 février 1993 et 20 août 1993).

Cette combinaison astrale accompagne la création de l’Union Européenne, dernière formule, et l’inféodation (non définitive j’espère) de notre pays à cette structure techno-ploutocratique qu’on appelle « l’Europe » . Cette usine à gaz qui constitue le bras armé de l’entreprise mondialiste décidée à instaurer, à travers elle, ce gouvernement mondial dont rêvent une douzaine de grandes puissances financières apatrides, et destiné à soumettre les populations et leurs gouvernements fantoches à leurs intérêts. Et à réaliser enfin, les objectifs de ce très vieux messianisme qui s’est développé en Europe dès les débuts de notre ère, qui trouve dans les outils extraordinaires que lui donnent les moyens techniques – de diffusion, de communication, de conditionnement, mais aussi de contrôle économique, scientifique, médical et d’oppression de moins en moins discrète des personnes -, de détruire ce qui reste de cette Chrétienté qui forme l’identité de l’Occident et qui disparaîtra avec elle … sauf intervention du Ciel !

Le fin du fin de cette entreprise démoniaque est résumé par un observateur politique très avisé, de la façon suivante :

fin des PME – fin classe de la classe moyenne – fin de l’artisanat – fin des services publics – euthanasie pour tous – crédit social universel – pass carbone – pass sanitaire – retraite a 70 ans – fin de l’argent liquide  – fin de la propriété privée – GPS sur tous les enfants…

À quoi j’ajouterai :

manipulations génétiques et transhumanisme exponentiel – fin de la famille – fin des nations – fin des cultures et des traditions – fin des religions – fin de toutes les libertés – éradication drastique d’un tiers ou d’une moitie de l’humanité (grâce aux virus et aux vaccins censés les combattre pour le plus grand profit de Big Pharma) – établissement d’un vaste marché d’entités anonymes, asexuées, indifférenciées [en fait d’esclaves numérotés – à l’échelle mondiale ; tous logés à la même enseigne, tous dotés du minimum vital, et dans lequel le dieu Mammon des ploutocrates (Multinationales et Banques et leurs complices politiques) pourra puiser à l’envi pour faire tourner sa vaste entreprise dont l’argent et le pouvoir ne constituent que des fins apparentes] – le véritable objectif de cette subversion mondialisée étant la déshumanisation et la damnation de cet homme « créé à l’image et à la ressemblance de Dieu » et qui, lorsqu’il l’oublie et se renie lui-même, enfante les monstres qui vont le dévorer. C’est le moment où Mammon le Dieu de l’argent, cède la place à Baal et à ses soixante six légions de démons qui n’aiment rien tant que se repaître de chair humaine, disent les Écritures.

Qui est derrière tout cela ? Poser la question c’est y répondre : qui, d’après vous, que vous soyez croyants ou non, pourrait avoir intérêt à avilir et à détruire une si admirable Création dont nous sommes, nous humains, partie prenante et sommet ?
Je vous laisse y réfléchir.

Revenons à nos configurations.

La précédente conjonction URANUS/NEPTUNE qui s’étale sur la période 1817/1827, accompagne (après la chute du 1er Empire, fils de la Révolution et de ses dévastations) la tentative de réorganisation de l’Europe après les séismes de la fin du XVIIIème et les débuts du XIXème siècles dont les différentes répliques sont encore à venir. Mais surtout elle marque, pour l’Europe occidentale, le début de la grande entreprise libérale, machiniste et capitaliste qui va broyer et sacrifier les hommes à ses impératifs économiques et financiers, sous prétexte de « progrès ». Ce qui, en retour, entraînera toutes les crises sociales, les révolutions et les guerres que se livreront les puissances financières par peuples et nations interposés tout au long du XIXème et du XXème siècles.

Bien sûr, je ne relève ici, très sommairement, que ce qui fait sens pour un homme de ma formation – philosophie, politique, histoire des idées – et de mes convictions en faveur d’un ordre traditionnel authentiquement chrétien donc encore catholique il y a encore soixante ans, soucieux de défendre la loi naturelle et la dignité de l’homme – pas celui des « droits » maçonniques, mais celui de « Fils de Dieu ». Les églises et sectes protestantes qui se prétendent « chrétiennes », tournant le dos à toute dimension sacrée ou surnaturelle, se sont trop compromises avec les dérives libérales et progressistes, qu’elles ont souvent inspirées et encouragées – cupidité exponentielle, concurrence féroce, règne absolu de l’argent et du business, recherche de la « réussite » matérielle à tout prix et par tout moyen comme preuves de l’élection divine – pour que je puisse encore les considérer comme inspirées par des valeurs authentiquement chrétiennes.

Quant au « mondialisme » prêt de nous submerger qui trouve son origine immédiate (car elle remonte à bien plus loin) dans la vaste entreprise de conquête économique du monde entrepris dès le XVIIème siècle par Cromwell [9] allié aux banques juives d’Amsterdam (importées d’Espagne) qu’il installe au cœur de Londres, dans la fameuse « City », s’il se cache souvent sous les oripeaux d’un prophétisme biblique plus que douteux, il n’a à voir avec l’universalisme catholique (expression d’ailleurs purement redondante) véritable que ce que la pornographie peut avoir de commun avec la charité et l’amour du prochain.

On comprend qu’une toile de fond aussi gigantesque doive inspirer quelque modestie au malheureux astrologue s’il veut intégrer toutes les données nécessaires pour établir une « prévision » ou, pire, une « prédiction » générale d’envergure. Deux astrologues, autant que je le sache, ont consacré une partie de leur vie à cette entreprise démesurée : André Barbault, décédé il y a quelques années, et mon ami Charles Ridoux qui tient un blog fort bien documenté sur le sujet.
Je conseille vivement à tous ceux que ces questions intéressent de le visiter : https://www.ridoux.fr

Pour en revenir à des considérations plus directement orientées vers nos propres préoccupations, je rappellerai – car je l’ai déjà fait plusieurs fois, mais, en la matière bis repetita placent – que de bonnes prévisions, susceptibles d’apporter un réel éclairage sur la façon de conduire sa vie, sur les décisions à prendre, voire sur les évolutions susceptibles d’intervenir dans le cours d’une existence sans « qu’on les ait vues venir », ne peuvent se faire qu’avec le sujet, en sa présence et devant son thème natal dont on procèdera à l’auscultation la plus profonde et précise possible en tenant compte des conditionnements qui l’accompagnent, avant de passer à quelque exercice « prévisionnel » que ce soit.
Ce qui est à peu près impossible dans le cadre de « prévisions mondiales » ou « générales » telles que celles que j’ai évoquées plus haut.

Quel astrologue de 1756, analysant le thème de naissance de Louis XVI (23.08.1754 – 06.26 – Versailles) sans savoir de qui il s’agissait, aurait pu « prédire » qu’il serait couronné roi de France en 1774, alors qu’il n’y était pas « destiné » puisqu’il avait un frère aîné Dauphin de France ? Et surtout aurait-il pu « prévoir » que le « carré » formé par le trio infernal Mars-Uranus-Pluton dudit thème entraînerait sa décapitation en place publique et la fin de la Monarchie française lorsque cette dissonance se reproduirait 37 ans plus tard sous la forme d’une opposition d’Uranus à une conjonction Mars/Pluton ?

Non bien sûr. Ces dissonances annonçaient bien des épreuves à venir et il aurait fallu les analyser au plus près avec les parents ou avec l’intéressé lui-même quand il aurait été en mesure de se pencher sur son propre thème pour en tirer quelque leçon utile. Mais, même dans la parfaite connaissance qu’il s’agissait du thème d’un fils de France, il aurait été difficile à un astrologue de déchiffrer précisément un tel contenu existentiel, dépendant en grande partie de circonstances historiques et collectives absolument impensables en 1756, relevait d’une parfaite illusion.
C’est dire combien les « prévisions » que j’ai consacrées aux douze signe dans mon article précédent doivent être lues avec une certaine distance car – je le répète – il est impossible de mettre un contenu réel sous une configuration symbolique quand on ne connaît pas la personne et le contexte dans lequel elle évolue.

Si bien que vous pouvons maintenant essayer de traduire en langage commun les configurations que j’ai évoquées plus haut concernant l’année 2023 :

  • Le carré Jupiter/Pluton de mai 2023

Semble toucher la vie collective et évoquer peut-être un épisode de corruption, de scandale ou de déboires financiers et/ou politiques ? Rien de bien original sous le règne de Macron, fils spirituel de Rothschild et Attali réunis.

Peut-on aussi y voir une forme quelconque de contestation sociale ? Là non plus, aucune surprise véritable puisque le règne de notre adolescent attardé s’est accompagné d’incessants mouvement sociaux, mobilisant toutes les classes de la société, depuis son début.

Ce carré survient entre le tout début du Taureau et le tout début du Verseau – la matière et l’esprit – la finance et la culture – le réalisme et l’idéalisme, etc… Ce sont donc les natifs de ces deux signes qui semblent plus particulièrement devoir expérimenter cette configuration. Amusant quand son constate que Pluton sera alors pratiquement sur l’Asc de notre si charmant tombeur de vieilles dames…

  • Le sextile Jupiter/Saturne de juin

Il favorise l’adoption de principes d’ordre débouchant sur une forme quelconque de réalisation ou d’expansion. Survenant entre le Taureau et les Poissons, ce seront donc les natifs de ces deux signes qui devraient en récolter les bénéfices s’ils font preuve des qualités d’organisation et de structuration nécessaires. Notamment les Poissons qui manquent si cruellement de réalisme.

  • Une conjonction Soleil/Vénus en août.

Elle intervient sur le 3ème décan du Lion.

Elle pourrait signaler un épisode heureux ou des opportunités agréables dans la vie affective des natifs intéressés. Un « feu vert » s’allume qui donnera libre cours à leur pouvoir de séduction. Du moins je le leur souhaite.

  • Une conjonction Soleil/Mars en novembre.

Configuration beaucoup plus ambigüe et délicate à manipuler :

  • Dynamisme et virilité constructive, esprit de conquête permettant de relever un défi d’un côté, quand l’aspect est bien compris et vécu, c’est à dire quand le Soleil contrôle et canalise la puissance martienne vers des buts constructifs.

  • Impulsivité destructrice, esprit belliqueux entraînant des conflits provoqués ou subis, violence, impatience, révolte, imprudence, manque de mesure, la gamme d’expressions est très grande pour évoquer une telle accumulation de chaleur, de volonté et d’entêtement. Et tout ce qu’elle peut entraîner quand l’aspect n’est pas dominé par la personne qui se laisse, au contraire, dominer par ses instincts ou sa colère. C’est à dire quand le Soleil ne joue pas son rôle et se plie aux sollicitations de Mars.

L’aspect intervient fin Capricorne. A eux de jouer. Mais je ne doute pas que leur sens pratique, leur discipline intérieure et leur endurance ne sache en tirer le meilleur parti.

Voilà les quelques réflexions que je voulais partager avec vous en ce début d’année Je pense que même si certains d’entre vous pourront être troublés par ma façon d’envisager non seulement ma pratique de la prévision, mais mon rôle même d’astrologue fidèle à ses convictions profondes, il était  nécessaire que je me livre à ce petit exercice de sincérité par respect pour ceux qui fréquentent ce Blog, lisent mes articles ou étudient mes livres.

Bonne Année à toutes et à tous. Et courage devant les vicissitudes qui nous attendent en ces périodes eschatologiques. N’oublions jamais que la Parousie a toujours été annoncée comme succédant à des temps pour le moins troublés. Mais l’Esprit veille…

LSM

[1] Quoique je doive reconnaître que la façon dont cette haute discipline est traitée par les innombrables marchands du temple qui s’en sont emparés toute honte bue depuis des siècles, ne facilite pas les choses.

[2] Qu’on peut traduire par « air du temps » ou « conscience collective », au choix.

[3] Conjonctions exactes : 02 août 1891 (08°37′ Gémeaux) – 05 novembre 1891 (08°19′ Gémeaux) – 30 avril 1892 (07°41′ Gémeaux)

[4] Maîtrise de l’électricité, moteur à explosion, capture du son et de l’image (phonographe, téléphone, cinéma), maîtrise de l’air : aviation ; développement de l’instruction publique gratuite, laïque et obligatoire : 90% des Français savaient lire et écrire avant 1914 ; développement exponentiel de la presse : 300 quotidiens en France au début du siècle, etc…

[5] Socialisme, Marxisme, collectivisme, fascisme, nationalisme mais aussi libéralisme, mercantilisme, athéisme et nihilisme, tous fils des « Lumières » – et des sources occultes qui les ont inspirées -, ont entraîné, à des titres divers : deux guerres mondiales. la disparition des empires et des monarchies traditionnelles, l’installation de gouvernements révolutionnaires à l’Est, de dictatures national-socialistes ou d’appareils d’État maçonniques à l’Ouest, pour ne citer que cet aspect des choses. Sans oublier la crise « moderniste » dans l’Église dont le travail de sape arrive à son plein aboutissement de nos jours.

[6] Quand ce n’est pas à celui, bien réel et documenté par de nombreuses études, de Satan lui-même.

[7] Je précise que je tiens à la disposition de ceux qui me le demanderont, la référence des ouvrages et études, parfaitement documentés, qui me permettent de vous proposer ces quelques réflexions sans concession en ce début d’année.

[8] Conjonctions exactes : 09 octobre 1965 (17°10′ Vierge) – 04 avril 1966 (16°28′ Vierge)

[9][9] Cf « Histoire secrète de l’oligarchie américaine » de Caroll Quigley :
 https://www.amazon.fr/Histoire-loligarchie-anglo-am%C3%A9ricaine-Carroll-Quigley/dp/2491861097/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&crid=1J56X4629Q65C&keywords=histoire+des+%C3%A9lites+mondiales+anglo+saxonnes&qid=1672926184&sprefix=histoire+des+%C3%A9lites+mondiales+anglo+saxonnes%2Caps%2C72&sr=8-1

Ou:

« L’Esprit révolutionnaire juif et son impact sur l’Histoire du monde » de E.M Jones : https://www.amazon.fr/LESPRIT-R%C3%89VOLUTIONNAIRE-IMPACT-LHISTOIRE-MONDE-ebook/dp/B09ZPRBB5M/ref=sr_1_3?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&crid=MLEIWTJ2WG5R&keywords=esprit+r%C3%A9volutionnaire+juif&qid=1672926414&sprefix=esprit+r%C3%A9volutionnaire+juif%2Caps%2C73&sr=8-3

 

2 réponses à to “DE LA PRÉVISION ASTROLOGIQUE ET DE SES DÉRIVES…”

  • ROLLAND:

    Bon, encore plusieurs années difficiles à vivre pour des humanistes, ceux qui respectent l’Homme, dans ses dimensions horizontales ET verticales ,que celles-ci soient religieuses ou philosophiques. Je dirai simplement, (et surtout pas au sens cartésien)ceux qui gardent assez de bon sens pour voir l’absurdité et l’horreur des pratiques actuelles qui vont devenant « normales » et la course vers la fin de l’espèce humaine.
    Sauf???

    • Je crains de devoir préciser que nous n’avons QUE des années difficiles devant nous. Il ne peut en être autrement quand on bafoue les lois divines (même si on tient à les appeler autrement par pure vanité) et humaines à chaque occasion. Un droit positif qui ne s’appuie QUE sur l’opinion et les passions « libérées » a autant de chance de favoriser la paix, la concorde,la justice, la dignité des personnes, la pureté des moeurs, et la préservation de l’âme des enfants, qu’une pile d’assiettes posées sur une table à trois pieds a de chances de rester en indemnes.
      Tout s’effondre à tout bout de champ car les lois de la physique sont immuables, tout comme le sont les lois qui doivent gouverner les hommes qui ne peuvent être fondées en DROIT que sur des principes transcendants : ce qu’on appelle le DROIT DIVIN.

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 582551Visiteurs Total:
  • 43Visiteurs aujourd'hui:
  • 106Visiteurs hier:
  • 1Visiteur(s) en ligne:
Archives