Bonjour à tous les visiteurs et visiteuses de ce blog et excellente année 2023 à toutes et à tous.
Dans un premier temps, je tenterai quelques conseils prévisionnels pour les douze Signes du Zodiaque puisque je sais que c’est ce que vous attendez d’un astrologue en début d’année.
Dans un second temps, je développerai quelques considérations sur la pratique de la prévision en Astrologie, sa nature et sa portée, ce qui intéressera peut-être quelques uns et unes d’entre vous qui désirent approfondir leur culture astrologique.
Cela fera l’objet d’un article distinct, donc publié dans les tout prochains jours.

Vous remarquerez que chacun des douze signes est accompagné de la reproduction d’une aquarelle que nous devons au talent d’une très fidèle et très assidue amie de l’Astrologie. Elle nous vient des Lettres Classiques dont elle fut un éminent professeur pendant des décennies et s’illustre maintenant dans la pratique des arts graphiques.

Il s’agit d’Élisabeth ROLLAND dont je vous communiquerai l’adresse courriel si vous voulez la contacter pour la féliciter.

BÉLIER

JUPITER a gratifié votre signe de sa volonté d’expansion, de son dynamisme et de son optimisme durant une bonne part de l’année 2022. Après avoir rétrogradé jusqu’à la fin des Poissons en novembre passé, il redémarre sa course impérieuse au tout début du premier décan de votre signe le premier janvier et traverse l’intégralité du Bélier pendant cinq mois avant d’entrer dans le Taureau en juin prochain.

Sachez en profiter pour entreprendre, innover, développer, conquérir. Mais attention : Jupiter en Bélier c’est un peu comme conduire une Ferrari de course, ou chevaucher un pur-sang de course … sans y être vraiment entraîné.

Mon conseil : faites preuve de prudence et de contrôle, n’agissez qu’à coup sûr en ayant bien envisagé la conséquence de vos entreprises sur le long terme. Évitez impatience et précipitation … pour ne pas vous retrouver dans le fossé ou dans les choux avant d’avoir atteint le terme de votre destination.

Quelques modèles qui peuvent nous inspirer : Brahms, Descartes, Thiers…

Attention particulièrement aux mois d’avril, mai, (et septembre et octobre, dans une moindre mesure) où Mars, en conflit avec votre signe, pourrait vous mettre en difficulté – colères, rapports de force, rivalités, accidents, etc… – du fait de sa propension naturelle à mettre de l’huile sur un feu et de souffler sur les braises.

Le dernier décan du Bélier en ses derniers degrés, lui, doit encore affronter le carré que PLUTON – remise en question, destruction, corruption, déstabilisation – lui lance depuis 2019 et qui ne se terminera qu’en fin 2024. Une incitation à mettre de l’ordre dans sa vie, si on s’est écarté des lois naturelles en quelque manière que ce soit.

TAUREAU

C’est vous qui accueillez JUPITER à partir de juin 2023 jusqu’en mai 2024.
Dans votre signe, JUPITER l’expansif et l’hyperactif, doit se plier aux contraintes d’un signe qui n’est plus de « Feu = Énergie » comme le Bélier, mais de « Terre = Matière ».
C’est dire que sa puissance d’expansion ne doit plus chercher à entreprendre, conquérir ou s’attaquer aux moulins à vent, mais doit s’efforcer de concrétiser, construire, édifier, consolider.
Attention : cette position incite à s’attacher plus qu’il ne faut aux plaisirs de la possession, de « la chair » … et de la bonne chère. Quelques excès dans l’un de ces domaines (les trois si affinités) sont à craindre.

Sur le plan des comportements, tâchez donc de ne pas vous montrer trop terre-à-terre, cupide ou profiteur durant la période. Cherchez au contraire à développer ce que le Taureau, signe de l’incarnation, peut produire de plus beau : certes consolider vos affaires et plantez les graines qui vous permettront de récolter dans le futur, spéculez, achetez et vendez si vous en avez le loisir, il est probable que vous ferez de bonnes affaires pendant cette visite jupitérienne.
Mais, au-delà, rapprochez-vous de la nature, mettez-vous à jardiner, rénovez votre maison, développez votre sens artistique, prenez du plaisir à faire profiter les autres des bienfaits que la vie vous donne au lieu de les thésauriser dans vos coffres et vos placards. En un mot : cherchez à vous « désintéresser » par tous les moyens.
Inspirez vous de l’exemple de Delacroix et de Matisse pour échapper à des préoccupations trop terre-à-terre et tenter comme eux, dans le domaine qui vous convient le mieux, de canaliser l’ardente sensualité de cette combinaison astrologique, vers une création qui enrichisse tous ceux qui entrent en contact avec elle.

La fin du 2ème et le début du 3ème décan ont un autre visiteur durant l’année 2023 : il s’agit d’URANUS le prométhéen.
Il s’agit-là d’une présence ambigüe car URANUS, tout tendu vers l’avenir, le progrès, la libération, voire la transgression se trouve très mal à l’aise dans un signe beaucoup plus porté à la stabilité et à la conservation.

Il vous faudra donc savoir entrer en vous-même et démêler ce qui participe en vous d’une authentique volonté de progrès en vue d’un accomplissement authentique (corps, âme, esprit) de ce qui ne serait qu’entêtement dans des positions devenus obsolètes, obstination, idée fixe conduisant à la fermeture de l’esprit et à une quelconque forme d’échec au bout du compte.

A des titres divers, vous pouvez classer Napoléon 1er, Sigmund Freud, Stephen Hawking, le pape François dans le second cas.
Mais Beethoven, Nikola Tesla, Jack Nicholson, van Gogh, Alain Delon, entre cent autres … dans le premier

A noter deux aspects mineurs :

  • la fin du trigone de PLUTON qui soutenait les efforts éventuels d’évolution et de transformation du troisième décan (jusqu’en fin 2024).

  • La fin du carré de SATURNE à ce même décan (très sollicité donc) qui a dû accompagner quelque forme de blocage ou de renoncement.

Attention, à la période mi-octobre/novembre où MARS traversant le signe du Scorpion – à l’opposé du TAUREAU – risque de causer quelques perturbations.

 

GÉMEAUX

Vous avez été très sollicités et dynamisés par le passage et la rétrogradation de MARS dans votre signe depuis septembre 2022 et vous le serez sans doute encore jusqu’au début avril 2023.

Aspect très favorable à l’effervescence mentale, à la multiplication des contacts et des rencontres quitte à bouger et se déplacer sans cesse du point de vue physique. Sur un plan plus psychologique, MARS en Gémeaux évoque une disposition d’esprit favorable à l’impulsivité, l’impatience, la polémique, la critique, la taquinerie, l’ironie, la chicane, la revendication ; avec une propension à provoquer la discorde (avec les proches, les amis, les collègues…) quasi pour le plaisir de se disputer.
Mais, lorsque l’aspect est maîtrisé, apparaît la capacité de convaincre et d’entraîner derrière soi. On pense à Édouard Drumont, célèbre journaliste, écrivain et polémiste politique ; à Tristan Bernard romancier redouté pour ses mots d’esprit, voire à Robert Schumann (SOLEIL/MARS en Gémeaux) qui, en parallèle à la composition d’une œuvre musicale proprement géniale, présidait aux destinées d’un célèbre journal de critique musicale dans lequel, doté d’une verve insolente et irrésistible, il taillait des croupières aux compositeurs « bourgeois » de son époque et rompait des lances en faveur  des jeunes génies que le romantisme était en train de susciter : Chopin, Mendelssohn, Liszt entre autres. Double activité qui illustre bien la dualité de votre signe et la largeur de votre champ de conscience. Plus près de nous l’exemple de Martin Luther King est assez significatif pour entrevoir les conséquences ultimes d’une disposition d’esprit polémique qui doit se manier comme de la dynamite. Quelles que soient les justifications parfaitement acceptables de son possesseur.

Que vous conseiller ? Sinon que faire rire au détriment des autres, avoir raison et le clamer, avoir tort et crier encore plus fort, si cela amuse un temps, cela ne peut susciter des soutiens à long terme mais de très vives hostilités. Et, sur le plan de l’action, cette excitation permanente risque d’élargir encore la tendance à la dispersion qui est la marque du signe et de vous amener au bord de l’épuisement, physique et psychique.
Mais, quand l’aspect est maîtrisé, on peut avoir d’heureuses surprises.
Un de mes consultants et ami le plus ancien – solide Capricorne de naissance – possédant déjà un JUPITER dans le signe des Gémeaux, a entreprise, sous ce transit de MARS de fonder une École professionnelle dans son domaine d’activités et a eu l’idée de créer un Espace Culturel en faveur de l’art contemporain dans des locaux qui ont été mis à disposition. Heureusement que l’aspect se termine bientôt car, parti comme il l’est, il aurait peut-être encore entrepris de lancer une chaîne d’Agences de Voyage (axe Gémeaux/Sagittaire) !

On aura donc compris que si cet aspect favorise les activités dans les domaines de la communication, de l’éducation, de la formation et des échanges, voire du sport, il peut constituer une épreuve redoutable dans la mesure où cette agitation mentale et intellectuelle n’est pas maîtrisée et réellement « pensée » : trop d’agitation, d’impulsivité, d’impatience, d’improvisation ne peuvent aboutir qu’à certaines déconvenues.
Heureusement vous avez bénéficié aussi du trigone que SATURNE vous proposait depuis le Verseau tout au long des années 2021 et 2022 (jusqu’en fin mars 2023). Ce qui me laisse espérer que la vive agitation de MARS aura pu être canalisée vers des applications positives et durables. Agitation qui, vraisemblablement, se calmera à partir d’avril prochain.

En revanche les Gémeaux du 3ème décan sont toujours sous le coup du carré que NEPTUNE leur lance à partir des Poissons (son propre signe) ; et ce jusqu’en début 2025 !

Qui dit dissonances neptuniennes, dit automatiquement : confusion, indécision, aspirations chimériques, projets utopiques, duperies – exercées ou subies. Surtout de la part d’un signe comme les GÉMEAUX qui partage avec les Poissons, quoique pour des raisons fort différentes, une même difficulté à obéir à des règles précises en vue d’un objectif clairement et fermement défini.

Ce décan devinera donc aisément quels sont les efforts qu’il devrait consentir au cours de cette année 2023 vers plus de réalisme.

 

CANCER

PLUTON n’aura fini de mettre le 3ème décan sur le grill qu’en fin 2024. Le cycle de PLUTON est très lent, donc très progressif et il transforme imperceptiblement certaines données de notre existence en profondeur. Excellente période pour une introspection sérieuse et la mise à jour des difficultés que vous n’avez jamais songé à interroger. A moins que certains événement  « extérieurs » ne favorisent cette prise de conscience indispensable à votre accomplissement.

JUPITER va bousculer pendant cinq mois encore (il a commencé à le faire en juin 2022) vos habitudes – et cet univers sécurisé auquel nous tenez tant – en vous infligeant ses carrés intrusifs depuis le BÉLIER.
Vous pouvez vous recroqueviller comme le crabe (votre animal fétiche) au fond de son trou lorsqu’il se sent menacé et « attendre que ça passe ». Mais vous pouvez aussi profiter de ce puissant appel à bouger pour entreprendre, de manière maîtrisée, les changements indispensables dont votre existence a, peut-être, le plus urgent besoin.
Il est probable que l’arrivée de MARS dans votre signe en avril/mai 2023, contribuera à vous faire sortir de la routine et à prendre des décisions. Préparez les à tête reposée, elles n’en seront que plus judicieuses et efficaces.

Enfin, à partir d’avril 2023, SATURNE entrant dans le signe des Poissons viendra calmer le jeu et contribuera à restaurer progressivement l’harmonie de votre existence (notamment intime) après les tempêtes jupitériennes et martiennes que vous aurez dû affronter ; mais cela ne se fera pas par un retour en arrière, mais sur de nouvelles bases plus authentiques. Le trigone de SATURNE au Cancer court d’avril 2023 jusqu’à mai 2025 (avec un petit retour d’octobre 2025 à février 2026). De quoi mettre en place des solutions de sagesse – dans les domaines, pratiques ou personnels, qui la requièrent – sans se bousculer.

Quant à NEPTUNE, s’il cause quelques soucis et confusions aux fin-GÉMEAUX, il pourrait favoriser chez les CANCERS un surcroît de réceptivité, d’émotivité, d’hypersensibilité favorisant les activités poétiques, artistiques ; il pourrait aussi développer les tendances maternelles profondes du signe, favoriser les activités exigeant empathie, don de soi, intuition, communion, voire esprit de sacrifice chez les plus sensibles à ce courant quasi mystique.

 

LION

En avril 2023 PLUTON va entrer en Verseau.
Commencera alors pour vous cette longue période de remise en question ou de réforme intérieure qui, imperceptiblement, durera plusieurs années et s’accompagnera sans doute de « crises », inévitables dans le cours de toute existence soumise aux lois naturelles. C’est le cours même de la vie terrestre qui l’exige puisqu’elle consiste en un jeu d’évolutions et de transformations permanentes où « rien ne se crée ou ne disparaît mais où tout se transforme ».

Si PLUTON arrive, SATURNE quitte l’opposition qu’il lançait au dernier décan de votre signe depuis des mois. Vous devriez vous sentir plus libre de vos mouvements et de vos initiatives à partir d’avril 2023.

Mais ce sont URANUS (pour le 2ème et 3ème décan) et JUPITER (pour le 2ème décan surtout) qui semblent vous bousculer quelque peu depuis le signe du Taureau où URANUS séjourne déjà depuis un bon moment, et où JUPITER s’imposera de juin 2023 à mai 2024.

Ces deux symboles – en conflit avec votre signe – évoquent le désir d’expansion, d’ambition, la volonté d’entreprendre  (JUPITER) voire le désir de pouvoir et/ou de dépassement de soi pour URANUS. Rien de tel pour stimuler une nature comme la vôtre qu’on dit généreuse sans doute, mais foncièrement éprise de pouvoir et de reconnaissance.
C’est donc une p
ériode qui peut très bien servir vos efforts en vue d’une création, ou pour atteindre à une position d’autorité s’ils sont parfaitement planifiés et maîtrisés.
Mais attention aux conséquences possibles d’une intransigeance trop marquée, à l’abus de pouvoir, aux conflits avec les autorités en place si vous vous laissez déborder…

A signaler que les cinq premiers mois de l’année où JUPITER traverse le Bélier avant d’entrer en Taureau, sont particulièrement favorables à votre signe : vous pourriez vous sentir portés par un élan et une confiance irrésistibles. Tâchez de garder le contrôle tout de même.

 

VIERGE

PLUTON aiguise l’intelligence analytique des natifs de la fin de votre signe pour quelques mois encore. Or, l’intelligence pratique, le sens de l’utile et du raisonnable, votre sens du service aussi, constituent le plus bel apanage de votre signe. Profitez donc de ces quelques mois pour suivre votre intuition et trouver des solutions heureuses aux problèmes qui se posent éventuellement à vous…sans couper les cheveux en quatre. Sinon, enrichissez vos connaissances en vous intéressant à des domaines situés hors de vos compétences habituelles pour affiner votre compréhension de l’existence.

D’autre part les 2ème et 3ème décan de votre signe bénéficient toujours des trigones d’URANUS et de ces intuitions fulgurantes, de ses capacités anticipatrices, innovatrices, rénovatrices. De quoi sortir de ces schémas, de ces rites et habitudes dans lesquels vous êtes réputés vous mettre à l’abri de tout débordement affectif ou existentiel. C’est donc le moment de prendre des initiatives et de faire preuve d’audace. Mais attention à vous préserver de toute raideur excessive dans vos prises de position; cela ne vous apporterait que des contraintes supplémentaires à dépasser et vous isolerait.

D’autant que, comme le Lion, mais de manière plus harmonieuse, vous allez bénéficier, à partir de juin 2023, du passage de JUPITER en Taureau (grand ami de la Vierge) durant une année complète (le 1er et le 2ème décan surtout).
C’est donc une période très constructive qui s’ouvre pour vous.

Remarquons que la fin du 3ème décan est toujours soumise à l’opposition que NEPTUNE lui lance à partir des Poissons.
Doutes ? Confusion ? Perte de repères ? Désir d’évasion ? Hésitations et oscillations entre des tendances contraires ? Peut-être.
En fait la meilleure façon de vivre cet aspect, consiste à accepter de sortir des limites précises dans lesquelles vous essayez d’enfermer êtres et choses, pour élargir votre champ de conscience et vous ouvrir au mystère, à la poésie, à une forme quelconque d’ouverture au transcendant, au religieux, à l’art éventuellement ou à une activité humanitaire ….

À partir d’avril SATURNE entrant dans le signe des Poissons va affecter le 1er décan de votre signe.
La mauvaise façon de vivre cet aspect consiste à perdre toute confiance en vous ou en la vie, à sombrer dans le pessimisme, le « à-quoi-bon », le découragement, le sentiment d’échec, le repli dans une solitude amère.
La meilleure consiste à utiliser les qualités saturniennes de sagesse et de renoncement pour essayer de trouver et de vivre ce qui vous paraît relever de l’essentiel, en profondeur, et laisser tout le reste de côté.

L’axe VIERGE/POISSONS étant celui de la santé/maladie, ces dissonances – sans vous rendre hypocondriaques – doivent néanmoins vous inciter à ne rien négliger concernant votre hygiène de vie. Mais, de ce côté là, vous n’avez généralement besoin d’aucun conseil particulier.

 

BALANCE

Vous avez bénéficié de deux années de soutien assidu de la part de SATURNE depuis le Verseau. Période qui se devait d’être sérieuse et constructive, peu favorable aux mondanités auxquelles vous êtes tellement sensible, mais bien plutôt à la réflexion, à l’effort soutenu à consentir en faveur de vos objectifs à long terme, à une forme quelconque de croissance, intérieure et extérieure, favorisant votre accomplissement existentiel.
Cette période se termine pour le 3ème décan, dernier bénéficiaire, en avril 2023.

Dans le même temps, JUPITER entrant en Bélier – votre signe opposé – comme un chien dans un jeu de quille, risque de vous réveiller de cette longue période de calme et de retrait, de manière quelque peu insolite., pour vous replonger dans une forme quelconque d’action.

Se terminent aussi les carrés angoissants de PLUTON au 3ème décan fin mars. Ainsi que – toujours fin mars – la stimulation positive de MARS qui, allié, à SATURNE n’a pu que vous aider à agir positivement dans un domaine quelconque : par exemple. celui des relations humaines ou des activités sociales qui sont deux de vos domaines privilégiés.

Bref, la vie pourrait bien reprendre sur un rythme un peu plus accéléré par rapport à celui de ces deux dernières années.

 

SCORPION

Agité, angoissé, tendu, souvent sur la défensive, et même quelque peu agressif de nature, vous allez devoir inventer une manière originale et constructive de vivre les grandes oppositions d’URANUS qui, depuis août 2019, sollicitent votre signe ; fin du 2ème et 3ème décan en particulier pour l’année qui vient.
Nous savons qu’avec URANUS il s’agit toujours de s’affranchir, se libérer, progresser, s’élever, contester, s’opposer, etc… La difficulté c’est de le faire à bon escient et dans la bonne direction : celle qui accomplit les richesses transformatrices de votre signe au lieu de libérer son potentiel destructeur. Qui est très grand.

À partir de juin, JUPITER entrant en Taureau se met de la partie : attention à ne pas avoir les yeux plus grands que le ventre, attention à ne pas entrer systématiquement en conflit avec quelque forme d’autorité que ce soit pour le simple plaisir de vous opposer, de nier, de contester ; attention de ne pas lâcher la proie pour l’ombre en décidant de changer d’emploi, de partenaire, de vie au lieu d’améliorer ce qui existe déjà. Que vos décisions soient murement réfléchies et non-passionnelles et qu’elles contribuent à bâtir, développer, créer et non à vous ériger, tout dard dressé ( ce n’est qu’une image), dans une forme quelconque de rébellion stérile contre des circonstances contraires à vos ambitions ou vos attentes.

De ce point de vue, la conjonction entre ces deux fortes têtes s’établissant progressivement à partir de l’été 2023 pour culminer en janvier 2024 et se dissoudre à l’été 2024, il sera intéressant d’observer la carrière d’Emmanuel MACRON, dont le thème natal sera particulièrement affecté par ladite conjonction se formant à l’opposition de son URANUS natal en Scorpion, sur sa LUNE natale en Taureau, et, pour une bonne partie de l’année, au carré de son MARS en Lion. Année sans doute pleine de surprises mais fatigante pour notre charmant Œdipe qui se prend, paraît-il, pour Jupiter (le dieu, pas la planète !).

En revanche, le 1er décan bénéficiera des cadeaux (souvent éprouvants) de SATURNE du début printemps 2023 au début printemps 2024. J’ai déjà longuement décrit ce qu’on peut attendre de SATURNE en traitant du Cancer et de la Balance, je n’y reviens pas.

Notons, à titre purement anecdotique, la traversée du Scorpion par MARS entre mi-octobre et novembre prochain : les intéressés seront bien avisés de faire quelques réserves de maîtrise de soi pour arriver à brider leur émotivité, leur intransigeance, voire leur violence, durant ces deux mois.

Ce conseil sera d’ailleurs valable, à un moindre degré, pour les TAUREAUX –les  LIONS  et les VERSEAUX.

 

SAGITTAIRE

Quand il ne met pas ses qualités au service de son seul désir d’expansion et de représentation, quand il a donc vaincu son nombrilisme fondamental, sa vanité toujours en embuscade, son ambition illimitée, sa tendance quelque peu mégalomaniaque dans certains cas, ce signe généreux, chaleureux, enthousiaste, optimiste constitue un véritable bonheur pour ses concitoyens qu’il sait encourager, entraîner, rassembler, protéger (par l’exercice d’une saine autorité) rassurer, aider à s’élever au-dessus d’eux-mêmes (le bon Centaure qui le représente était chargé d’éduquer les jeunes grecs pour en faire d’authentiques héros au service de la cité). Dans le premier cas vous aurez reconnu : De Gaulle, Brejnev, Chirac, Macron par exemple ; dans le second Beethoven, Flaubert, Musset, Guynemer, Disney, Raimu, Piaf, Churchill, Callas, Dubcek, Lévi-Strauss et, surtout, d’innombrables acteurs dont la liste est trop longue pour la reproduire ici : professions du spectacle dans lesquelles ils excellent car elle leur permet d’élargir leurs propres limites en s’identifiant à des personnages plus ou moins célèbres. De manière plus politique, le Sagittaire épousant une dimension collective éprouve le besoin soit de dire et d’incarner la loi (l’adapté) soit de la contester pour imposer la sienne (le rebelle) et d’apparaître ainsi dans la pleine lumière du personnage jupitérien (voyez Macron) qu’il porte en lui.

Bien entendu les « types purs » n’existent pas et on peut imaginer toutes les combinaisons possibles entre les deux polarités.

Cela dit les Sagittaires ne me paraissent pas tenir la vedette durant cette année 2023 (sauf s’ils ont des relations Jupiter/Uranus dans leur thème natal, ce que je ne peux vérifier qu’en consultation individuelle).

Disons simplement que l’incursion de JUPITER en Bélier durant le cinq premiers mois de l’année ne fait que leur apporter une bouffée supplémentaire de cet oxygène dont ils ne manquent pas (leurs amis ne disent-ils pas d’eux « qu’ils ne manquent pas d’air ?). Les voilà donc prêts pour de nouvelle « performances » (on rencontre souvent un MARS en Sagittaire chez les sportifs de l’extrême et les champions).

MARS, pour en revenir à lui justement, qui s’est agité pendant des mois dans le signe des Gémeaux (opposé au Sagittaire) va le quitter pour le Cancer en avril et l’agitation ou la pression qu’il exerçait sur ledit Sagittaire vont donc un peu tomber… quoique relancées par l’aspect jupitérien que je viens d’évoquer.

Le 3ème décan (comme le 3ème des Gémeaux et de la Vierge) est toujours affecté par le carré de NEPTUNE en Poissons (jusqu’en début 2025) ce qui ne peut qu’amplifier encore les tendances du signe qui se voudraient généreuses, universalistes, humanistes (internationalistes, supranationales et mondialistes en matière de politique) mais trop décalées et fantasmatiques par rapport au réel (c’est le propre de NEPTUNE que de vouloir y échapper pour lui substituer un autre réel purement imaginaire)  pour ne pas s’avérer totalement utopiques et précipiter le natif et ceux dont il a la charge, dans des désordres et des déboires pires que ceux auxquels ils tentaient d’échapper.

Donc : rester toujours attentif au réel et savoir faire la part des choses entre imagination créatrice et affabulation pour fuir une réalité qui ne convient guère constitue le défi à relever pour ce décan au cours de la période ci-dessus évoquée…

 

CAPRICORNE

La cible que le Sagittaire entreprend de rejoindre dans son effort permanent pour aller plus loin, plus haut, plus vite, c’est vous qui, en définitives, êtes chargé de lui assurer des fondations solides et durables quand elle est atteinte. C’est bien beau d’explorer ou de conquérir de nouveaux territoires, mais ensuite il faut les administrer et c’est là où souvent vous intervenez. En matière politique, par exemple, c’est toute la différence qu’on peut relever entre le tempérament des personnages que j’ai évoqués au Sagittaire, et celui des Capricornes tels que, par exemple, Benjamin Franklin, Konrad Adenauer, Howard Hughes, Richard Nixon, Josef Staline, Antoine Pinay, Giulio Andreotti and so one…
On pourrait dire aussi qu’il ne suffit pas d’être un Henri VI recouvrant son trône de haute lutte, il faut un Sully qui vienne ensuite mettre le royaume en valeur. Un Colbert, administrateur et organisateur génial, est indispensable au maintien de la grandeur de Louis XIV; un Pinay à De Gaulle, etc…

PLUTON qui est entré dans votre signe en 2008 ne le quittera définitivement qu’au cours de 2024. C’est donc votre 3ème décan qui subit sa dernière période de transformation – de « décapage » dirais-je même – institué par le passage de PLUTON. J’en ai déjà beaucoup parlé dans mes analyses précédentes, je n’y reviens donc pas.
Mais l’essentiel de cette année 2023 (voire 2024) est signalé par les très heureuses dispositions que JUPITER et URANUS ont la charge de vous signaler : dispositions, je le rappelle succinctement, à construire, édifier, développer, améliorer , innover, progresser, surtout pour la natifs du 2ème et 3ème décan. Qu’ils sachent donc en profiter, il est à peu près certain que leurs efforts (aide-toi et le ciel t’aidera) ne resteront pas stériles et donneront sans doute de beaux fruits.

La fin du 3ème décan bénéficie même d’une source d’imagination et d’inspiration fort bienvenue, du fait du sextile que lui adresse NEPTUNE depuis les Poissons. C’est l’occasion pour un signe aussi logique, rigoureux, scientifique et technique qu’est le Capricorne, de s’ouvrir à une autre façon de percevoir la réalité et de s’ouvrir à ce que le rationalisme ou le mécanisme typiquement saturniens, tout puissants dans notre culture actuelle, ne pourront jamais lui apporter.

 

VERSEAU

PLUTON va effleurer votre signe durant le printemps 2023 et s’y installera durablement à partir de février 2024 pour vous mener au-delà de 2040. La lecture de toutes les occurrences où le mot PLUTON apparaît dans les rubriques précédentes pourra suggérer ce qu’il faut attendre d’un tel mouvement. Mais ce qu’il faut retenir c’est que des périodes aussi longues signalent d’abord et avant tout de profondes mutations collectives et culturelles et n’ont de répercussions individuelles que d’une manière secondaire et accessoire. Beaucoup de choses vont évoluer, changer, se modifier, se transformer ou être détruites durant cette très longue période pour l’ensemble de l’humanité, mais elles ne vous affecteront – de façon progressive, ou par « crises » existentielles – que suivant les dispositions de votre thème natal. Notamment au passage de PLUTON sur votre SOLEIL natal.

Naissance (conception) et mort font partie du processus logique et de la symbolique de PLUTON représentant majeur des lois qui président à la manifestation de toute forme de vie organique ou organisée : le corps certes et toutes les autres formes de substance animales ou végétales (du point de vue naturel) mais aussi les groupes, les familles, les sociétés, les cultures (du point de vue culturel) qui obéissent eux aussi aux lois de la conception, croissance, culmination, dégénérescence et mort. Le moment où PLUTON « transitera » votre SOLEIL natal en Verseau comme je l’évoquais plus haut, ou tout autre corps céleste qui s’y trouverait à votre naissance, signalera certainement une des étapes de ce lent processus de transformation.

Forcément positif puisqu’étant inéluctable il doit être accueilli avec calme et sérénité.

Autre chose : vous aussi – en tant que votre signe est en conflit avec le Taureau – êtes pleinement impliqués dans les processus que j’ai décrits plus haut : désirs d’expansion, réussite, promotion, esprit d’entreprise avec JUPITER – libération, changement, réorientation, rupture, innovation avec URANUS : les 2èmes et 3èmes décans surtout.
Rien de fondamentalement négatif si vous vous faite l’effort de vous mettre à la hauteur des défis qui vous attendent.
Comparons cela à un temps orageux où il s’agit de tenir le cap non seulement pour tenir le navire à flot, mais pour le mener à bon port en se servant habilement de l’énergie procurée par les vents et les courants.

C’est donc de votre réalisme – une qualité qui manque singulièrement à nombre de Verseaux, connus comme idéalistes, plus portés aux spéculations abstraites qu’à la pleine considération de la réalité – et de votre capacité adaptative et manœuvrière au service d’un sain réalisme (définir le bon objectif, tenir compte des circonstances, adopter la bonne attitude, le bon comportement et la bonne méthode) que dépendront le plein succès ou les déboires éventuels de cette période où vous ne sauriez rester les deux pieds dans le même sabot.

Enfin, rappelons que la fin du transit de MARS en Gémeaux, les trois premiers mois de 2023, favorise l’esprit d’initiative, la combativité et l’activité des trois décans du Verseau.

Pour le reste faites vous confiance et suivez votre intuition… qui n’a rien à voir avec vos impulsions ou vos engouements.

 

POISSONS

Souvent obsédé d’entraves imaginaires auxquelles vous cherchez à échapper, vous avez des comportements erratiques que les autres comprennent mal dans la mesure où ils ne soupçonnent pas combien il est difficile pour vous de vous centrer, de vous constituer un moi solide à partir duquel vous puissiez décider de votre vie. Vos changements, fluctuations, retournements, contradictions et reniements ne sont que le reflet de cette nature osmotique et mouvante qui vous apparente à l’élément de votre signe : l’océan, sans cesse agité de courants contraires. Ex : Charles VII et sa volonté chancelante et erratique avant la rencontre avec Jeanne d’Arc.
Mais lorsque vous arrivez à faire de ce tout illimité et désorganisé, un ensemble ordonné par un sentiment supérieur, une vocation ou une foi transcendante vous produisez des J.S Bach et des V. Hugo, des Bernanos, des Chopin, des Einstein…et des Charles VII après que Jeanne d’Arc l’ait rassuré et conforté dans sa vocation véritable.

Comme les Capricornes par rapport à PLUTON, vous aussi avez accueilli un long transit depuis 2012 : celui de NEPTUNE, corps céleste qui gouverne votre signe et qui ne vous quittera qu’en début 2025.

Du point de vue collectif, – le seul qu’on puisse prendre en compte dans la cas d’un transit aussi long, d’une planète aussi lente – on ne peut que constater l’état de déliquescence avancée, ou, si on préfère, l’état de dissolution dans lequel nos lois et nos mœurs ont sombré.

C’est une analyse que je poursuivrai dans un deuxième article auquel vous pourrez vous reporter si vous désirez élargir cette réflexion avec moi.

Pour nous en tenir au propos strictement prévisionnel de cet article, je signalerai que les Poissons bénéficient, quoique de façon plus discrète que les Taureaux, les Vierges ou les Capricornes, de la très expansive, ambitieuse, autoritaire et constructive présence d’URANUS et de  JUPITER en Taureau. Cela pourrait être pour eux l’occasion de sortir de l’état velléitaire qui les bloque souvent, et de donner forme à certaines de leurs aspirations les plus chères en leur insufflant cet élan, cette confiance, cette énergie et cet esprit pratique qui leur manquent tant la plupart du temps. Voir plus haut pour plus détails.

J’espère que ces quelques observations et conseils sans prétention pourront éclairer certains d’entre vous, voire décider certains à entreprendre une véritable exploration du potentiel de leur thème.

Je suis, bien entendu, à leur entière disposition pour entreprendre ce travail avec eux.

On peut me contacter soit par lsm@pronoia.fr – soit par téléphone : 0563979240.

Meilleure année possible à tous et à toutes

Louis SAINT MARTIN

2 réponses à to “QUELQUES APERÇUS PRÉVISIONNELS POUR LES DOUZE SIGNES EN 2023…”

  • Nanker:

    « Quand il ne met pas ses qualités au service de son seul désir d’expansion et de représentation, quand il a donc vaincu son nombrilisme fondamental, sa vanité toujours en embuscade, son ambition illimitée »

    Ah ah ah! J’ai un ami Sagittaire et à chaque fois que le téléphone sonne la conversation peut se résumer à des « je je je… » « moi moi moi ».

    Je rêverais qu’il parle un peu des autres ou du monde en général mais non, le sujet de conversation préféré de cet ami c’est lui-même.
    A noter que si cette « ambition illimitée » sort par tous les pores de sa peau elle n’a pour l’instant jamais trouvé de réalisation concrète, ce qui doit le contrarier fortement.
    Je m’aventure maintenant peut-être trop loin dans la symbolique de ce signe mais le Sagittaire étant mi-homme, ni-animal, il est coupé en 2 au niveau de la taille. Or un terrible accident de la circulation a laissé cet ami paraplégique, cad physiologiquement coupé en 2 au niveau de la taille.
    Etonnant non?

    Meilleurs voeux pour 2023!

    • Merci, chez Monsieur, de ces commentaires au sujet du Sagittaire, « pris sur le vif », si je puis dire.
      Dieu merci, nos amis Sagittaires ont bien d’autres qualités qui compensent cet irrépressible étalement de la personnalité qui les amène à oublier quelquefois la personnalité des autres et à faire comme s’ils représentaient le modèle unique à quoi chacun de nous devrait s’identifier. D’où leur succès dans tes les fonctions de « représentation » comme je le soulignais dans mon article.
      Quant à votre parallèle entre la dualité du signe et cette de votre ami, elle ne peut que nous amener à réfléchir et à ruminer l’idée de Pascal suivant laquelle nous ne sommes « ni anges, ni bêtes et qui fait l’ange fait la bête ».
      Sauf qu’il faudrait inverser la proposition, parce-qu’en fait, le Sagittaire (comme nous tous à un moindre degré) est ange et bête plus que tout autre, et que plus il veut faire l’ange (comme Macron avec ses postures et ses beaux monologues de comédien interprétant le rôle de président) plus les passions qui animent la bête en lui, deviennent évidents et finalement insupportables. Il n’y a qu’à constater l’état d’ensauvagement de notre pays où des enfants – garçons aussi bien que filles – de 11 ans et moins, se font violer en pleine rue, pour en être convaincus.
      « Malheur à la ville dont le Prince est un enfant » dit l’Ecclésiaste revu et corrigé par Montherlant, mais, quand l’enfant est un enfant pervers plus ou moins enfermé dans ses délires de toute puissance sagittairienne et infantile, cela devient catastrophique pour les pauvres sujets que nous sommes.

      Meilleurs vœux à vous aussi et merci pour vos commentaires.
      LSM

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 582550Visiteurs Total:
  • 42Visiteurs aujourd'hui:
  • 106Visiteurs hier:
  • 3Visiteur(s) en ligne:
Archives