J’ai reçu mardi 14 janvier ce message de l’association CIVITAS qui constitue une de mes  nombreuses sources d’information grâce auxquelles j’essaie de couvrir une vaste échelle de positions culturelles et politiques.
Je vous la communique telle que je l’ai reçue sauf que, n’ayant pas les pudeurs du rédacteur de Civitas, j’ai restitué les mots orduriers employés par Frédéric Fromet dans leur intégralité.
Dans une seconde partie je vous transmets la « Lettre Ouverte » que j’ai envoyée à Mme Bloch, présidente de France-Inter (alias France- Sphincter).

 1/ Communiqués de Civitas (Média-Presse-Info a publié lui aussi un communiqué qui va totalement dans le même sens)

Ignoble blasphème contre le Christ sur France Inter – Réagissons !
Un ignoble blasphème public a été commis contre Notre-Seigneur Jésus-Christ et ne peut rester sans réaction.
Le vendredi 10 janvier, sur les ondes de la radio France Inter, une « chanson » ordurière intitulée « Jésus est pédé » a été diffusée, entonnée par le soi-disant « humoriste » Frédéric Fromet.
Pour que chacun mesure la gravité du blasphème, voici quelques extraits de ce qui a été diffusé par une radio du service public.

« Jésus est pédé, membre de la LGBT…
« Du haut de la croix pourquoi ne pas l’avoir enculé »
« Jésus de Nazareth était en vérité, Jésus du quartier du Marais ».
« Jésus est pédé, il n’y a pas que l’hostie qu’il faut sucer ».
« Cette manif’ qu’on appelle la cène fut la première gay pride »
« Jésus est pédé, chante Boutin et de Villiers »
« Jésus est pédé, à tous les homophobes »…. c’est à dire « les Chrétiens » of course…

Ce « chanteur-humoriste » Frédéric Fromet n’en est pas à sa première provocation foncièrement antichrétienne. Il s’était déjà illustré sur cette même radio France Inter en chantant “Elle a cramé la cathédrale” – aux paroles également ignobles – quelques jours seulement après l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.
Le blasphème public diffusé par France Inter vendredi dernier a entraîné l’hilarité des animateurs présents sur la plateau radio.
Il est bien évident qu’il serait inconcevable que France Inter diffuse une chanson qui se moquerait de façon équivalente du judaïsme ou de l’islam. Sous couvert d’humour, c’est le christianisme qu’ils haïssent publiquement.
CIVITAS appelle tous les catholiques à réagir massivement. Non pas par une pétition mais en protestant directement auprès de France Inter. Nous devons exiger des excuses publiques et des sanctions à l’égard des responsables récidivistes d’actes antichrétiens.

(Fin de citation).

2/ Ma Lettre Ouverte à Mme la Présidente de France-Sphincter.

Mme la Présidente,

Vous dire le mépris que m’inspire une Antenne qui m’a si longtemps et si heureusement distrait ou informé disons, en très gros, jusqu’aux années 80, est inutile. Il est bien mort le temps des Roland Dordhain, des José Arthur, des Eve Ruggieri, des Jacques Chancel, des Jean Garetto et Pierre Codou, des Pierre Douglas et même des Claude Villers et il ne reviendra plus. Quelles que fussent leurs idées, ces personnes et quelques autres qu’il serait trop long d’évoquer, étaient de grands professionnels de la radio, respectueux de leurs auditeurs et de leurs convictions sans rien céder de leur liberté de pensée. Cette race de journalistes, toutes spécialités confondues, a désormais été remplacée par une horde de militants, acharnés semble-t-il à faire du passé table rase et à nous faire oublier nos identités nationales, culturelles, religieuses, morales. Mais cela ne durera qu’un temps j’espère.

Le mépris, pour revenir à lui, ne peut atteindre que ceux qui ont conservé un certain sens de la dignité, une certaine  noblesse d’âme et d’esprit pour pouvoir le comprendre et, si possible, renoncer à leurs turpitudes en prenant conscience de leur abjection. C’est loin d’être le cas de vos journalistes ravis d’être tombés dans la marmite du libertarisme, du cynisme et de la promotion des déviances de toutes sortes. Ce n’est pas une malédiction qui pèse sur eux car, en fait ils ont été choisis pour cela par le Big-Brother qui vous a vous même nommée au poste où vous êtes. Il savait, en les plaçant là où ils sont, qu’ils barboteraient avec délice dans le purin idéologique destiné à empoisonner l’esprit de vos auditeurs. Sous peine de se faire virer.

Aussi, ne croyez surtout pas qu’un avorton comme Frédéric Fromet invité habituel de cet autre homoncule pathétique nommé Nagui puisse, avec ses vulgarités,  atteindre les femmes et hommes de foi en quoi que ce soit. Depuis l’aube des temps le soleil se lève sur tout le monde : les imbéciles, les dégénérés et les âmes viles comme sur les héros, les justes et les saints. On ne peut rien y faire.

Ce qui m’indigne dans les déjections radiophoniques de ce Frédéric Fromet  c’est la lâcheté dont elles témoignent.
Qu’il chante « Jésus pédé » ou de « Elle a crâmé la cathédrale » n’a strictement aucune importance ; et que les imbéciles réunis sur le plateau de France-Sphincter l’applaudisse ne me surprend nullement. Ils sont invités pour cela. Tout cela n’est que du bruit avec la bouche. Et si mes compatriotes sont tombés si bas qu’ils ne réagissent même plus aux tombereaux d’insanités que le système qui les enfume fait tomber sur leurs épaules par le biais d’une Chaîne dit nationale autrefois qualifiée de « voix de la France » par Georges Pompidou, je ne peux que le déplorer sans pouvoir rien y changer.

Mais ce qui est insupportable, toute question de convictions religieuses étant laissée de côté, c’est cet acharnement à insulter une communauté – la communauté catholique qui fut l’âme de la France et forgea sa civilisation – dont on sait qu’elle ne mordra pas la main qui l’outrage; alors que le même pitre se gardera bien de chanter « Elle a cramé ma synagogue » ou encore « Mahomet pédé ». Car cet avorton provocateur sait très bien qu’il ne tarderait pas à prendre une sacrée dérouillée dans le premier cas, de se faire égorger et émasculer (les deux pour le même prix) dans le second.

Férédric Fromet est de ceux qui, étant enfant, devait systématiquement se ranger derrière les plus forts et les plus méchants quand ils dérouillaient les plus faibles dans la cour de l’école. Il devait même pour leur décocher un coup de pied sadique sans aucun risque. Il est de ceux qui, sous l’Occupation, se serait bien gardé de chanter « Il a cramé le Reichstag » ou encore « Hitler pédé », quitte à retrouver sa voix dès que le dernier SS aurait quitté le sol français. Que c’est agréable de pouvoir se livrer à des jeux scatologiques sans craindre que maman puisse vous flanquer la fessée !

Bref, il fait partie de ces éternels, de ces lamentables esprits serviles envers les plus forts, de ces personnalités « castrées » qu’on voit se manifester dès qu’il y a des coups à donner sans risque, et qui portent certains d’entre eux à manifester le plus haut degré de sadisme en période troublée où tout est permis. Dieu seul sait si l’histoire de notre pays en a fourni maints exemples, notamment en périodes révolutionnaires ou le plus haut degré de barbarie fut atteint  par des personnages qui ne devaient pas penser très différemment que ce charmant Frédéric.

En fait, je m’aperçois qu’au lieu de vous accuser, vous Mme la Directrice dont je doute que vous ayez l’âme très française et encore moins très chrétienne, je devrais vous remercier. Car laisser s’exprimer un pareil olibrius qui écrit ses textes avec le produit de ses sphincters sur une Antenne financée par les Français qu’il insulte  –  onze millions cinq cent mille d’entre eux de 18 à 50 ans sont des catholiques –  en mettant en évidence à quel degré de bassesse idéologique et d’irresponsabilité morale les médias « français » sont tombés, ne peut qu’inciter les esprits libres et les coeurs généreux de notre pays (je crois sincèrement qu’il en reste) à réagir et à nettoyer les écuries d’Augias abritées par la Maison de la Radio.

Non par la violence comme choisissent de le faire ceux qui n’ont pas rencontré le Christ (encore que quelques paires de baffes à la Obélix, ne seraient sans doute pas mal venues) mais par des moyens plus conformes à la dignité humaine. Je crois que l’exemple de Gandhi et de sa désobéissance civile envers les autorités d’occupation de son pays – nous sommes nous mêmes un pays occupé par un personnel politique, médiatique et intellectuel qui s’acharne à détruire l’identité française au profit de la ploutocratie mondialiste – pourrait nous inspirer quelques solutions.

En attendant, ma famille et moi qui n’écoutions plus France-Sphincter que de loin en loin, ne l’écouterons plus du tout.

Et j’engage ceux qui me lisent à faire de même. En cherchant bien ils s’apercevront que des sources d’information saines existent qui peuvent prendre le relai.

Je vous prie d’être assurée, Mme la présidente, de mes sentiments particulièrement choisis.

Louis SAINT MARTIN

LIENS :

https://www.medias-presse.info/

http://www.civitas-institut.com/

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 451616Visiteurs Total:
  • 65Visiteurs aujourd'hui:
  • 214Visiteurs hier:
  • 1Visiteur(s) en ligne:
Archives