Un de mes consultants et amis, musicien de son état, chef d’orchestre et directeur de conservatoire dans une grande capitale étrangère, très féru d’Astrologie, m’a récemment adressé quelques réflexions après qu’il ait étudié le premier Tome de mon Initiation à l’Astrologie Comparée. Je les ai trouvées fort pertinentes car j’y ai perçu le travail de l’intuition qui a permis à ce consultant de rapprocher mon approche du thème de l’écrivain Jacques Rivière (ci-contre) de celle qu’on pourrait avoir du thème d’un musicien (ci-après) avec lequel il travaille depuis de  nombreuses années. Cette démarche qui participe, à mon avis, de la perspicacité d’un esprit éveillé à la « comparaison » fonde la bonne approche que nous pouvons avoir de l’existence pour la comprendre… et de la pratique astrologique pour nous y aider.

J’ai pensé que notre échange pouvait intéresser les personnes qui s’intéressent à ces sujets. Je le publie avec son autorisation et en respectant son anonymat, bien entendu.

J’adjoins à cet échange, les deux Cartes du ciel, celle de Jacques Rivière (15.07.1986 – 04.00 – Bordeaux)

et celle de M…… H… le musicien (22.06.1975 – 22.15 – Newport, Virginia, 76W25 – 36N58),  pour que vous puissiez « comparer » à votre tour.

Bonjour Louis.

Depuis que vous m’avez transmis votre premier tome sur l’astrologie ? j’ai réuni autour de moi les cartes du ciel des personnes que je fréquente de façon régulière (amis et famille particulièrement) dans le but de déceler des correspondances, terme qui sied bien à l’astrologie, entre les éléments qui y figurent et leur comportements.

Hier je suis tombé, en p. 25, sur l’annotation que vous consacrez  au philosophe Jacques Rivière et que vous décrivez comme un personnage effacé derrière les grandes plumes de son temps.

Je cite: « … né sous le signe du Cancer,  il était affecté d’une conjonction de Saturne au Soleil et d’une opposition de ce même Saturne à la Lune en Capricorne, configuration qui ne prédispose pas du tout à attirer la lumière sur soi … mais, au positif, expressive d’une grande exigence et portant le sujet à s’effacer totalement derrière la tâche à remplir, la responsabilité à assumer et s’y accomplissant totalement. »

À la lecture de ces lignes j’ai tout de suite pensé à M… H… contrebassiste de grand talent, avec lequel je joue régulièrement depuis plusieurs années. C’est un personnage très effacé qui a délibérément choisi cet instrument pour ne pas avoir le premier rôle. C’est pourtant un musicien hors pair, membre de mon trio et de mon quintet réguliers, dont je connais la volonté de rester dans l’ombre et l’aversion pour la mise en avant sur scène. En revanche, il est l’élément liant indispensable dans un groupe de jazz et sa capacité à interagir, embellir et révéler la musique à laquelle il participe, sont vraiment les qualités que l’on peut attendre d’un sideman. Il participe à beaucoup de projets divers mais n’a jamais développé le sien propre en 20 ans de carrière : toujours au service la musique des autres, passant rarement deux jours sans un concert tant il est apprécié.

J’ai été heureux de constater que ce trait de caractère commun se révélait dans une configuration légèrement différente dans son thème,  configuration dont j’avais eu spontanément l’intuition à vous lire et impliquant les mêmes acteurs sur un axe presque similaire : conjonction Soleil Saturne (plus de 10 degrés tout de même – est-ce une conjonction ? ) en Cancer,  et un Soleil opposé à la Lune comme chez Jacques Rivière (bien qu’elle soit en Sagittaire et non en Capricorne chez mon contrebassiste)

Saturne est-il en mesure d’exercer un rôle restrictif et peut-être limitatif de l’action du Soleil (affirmation du moi) à cette distance ? Et la Maison VI (domaine du travail symbolisant également la fin du processus d’individuation)  joue-t-elle un rôle dans cet effacement des valeurs solaires affrontées à une Lune presque conjointe à Neptune (valeurs d’intériorisation et de déconnexion du réel) ?

J’essaie pour la première fois de saisir un ensemble de symboles pour en comprendre la signification comme le préconise Claire Santagostini, théoricienne de l’Astrologie Globale ou Synthétique dont vous conseillez si fort la lecture attentive.

Pouvez-vous me dire si je fais fausse route?

Je vous remercie.

J-F.

Mon cher J-F.

Non seulement vous ne faites pas « fausse route » et ne « m’ennuyez nullement » comme vous l’écrivez, mais vous avez fait preuve de beaucoup d’intuition en rapprochant ces deux thèmes et avez eu raison de me solliciter.
Je voudrais bien savoir comment l’idée vous en est venue ???

Quelques petites réponses pour vous aider.
En astrologie globale deux corps célestes situés dans le même signe donc pris dans une « conjonction » assez large certes, peuvent être considérés comme participant d’une communauté d’action et de destinée. Il y a donc bien un « conjonction » Soleil/Saturne par le biais du Cancer leur domicile commun.

  • Tout ce que vous dites de la Maison VI et de la conjonction Lune/Neptune est juste mais demande à être approfondi. N’oubliez pas que c’est :
    1/ au Cancer que commence la diminution des forces de jour (donc solaires) qui étaient en expansion constante depuis l’entrée en Capricorne.
    2/ que Saturne, force de construction de soi, d’accomplissement et de pleine autonomie,  est « en exil » en Cancer, signe même de la dépendance à un milieu protecteur.

  • Quant à la Lune en Sagittaire et non en Capricorne, elle indique clairement la différence d’ambiance dans laquelle ces deux hommes pouvaient (ou peuvent) donner le meilleur d’eux-mêmes, les appartenances intimes auxquelles ils se sentent liés en profondeur et qui conditionnent leur bien-être en quelque sorte.

A partir de ces quelques indications, peut-être pourriez-vous essayer de mieux cerner maintenant ce qui différencie les orientations de ces deux hommes au-delà d’un comportement commun que vous avez si bien décelé (dont la Lune dans deux signes différents bien sûr) mais en vous intéressant à d’autres éléments saillants du thème de ce musicien et qui différencient peut-être mieux sa démarche de celle de Jacques Rivière.

Je serais heureux de pouvoir faire un article à partir de cet échange et de le publier sur mon site.

M’y autorisez-vous ?

Il va de soi que votre anonymat et celui de M…… H… seraient absolument préservés.
A très bientôt donc pour la suite de l’enquête……

–  (2ème Réponse, suite à l’accord de J.F-G pour la publication)

Mon cher J-F.

Je vous remercie pour votre accord concernant la publication de notre échange.

Ce que je vous me dites de votre parcours, de vos intuitions et de vos rapprochements démontre que vous êtes sur la bonne voie.

Le travail et l’expérience aidant, vous ferez sans doute un très bon astrologue.

N’oubliez pas que, pour moi, l’astrologie est transdisciplinaire, elle offre un langage aux autres connaissances humaines et montre les corrélations à établir entre le plan céleste (sémantique) où se déploie l’image d’un certain niveau d’« Être », et la façon dont les humains le reçoivent dans leur existence, leurs sentiments, leurs comportements et leur pensée.

Donc quelques lectures du côté de la philosophie, des biographies, de la psychologie bien sûr ou d’autres sources de connaissance, seront les bienvenues car elles vous donneront de multiples occasions d’établir des corrélations, donc de nourrir votre approche astrologique.

LSM

A suivre, bien sûr, si mon correspondant voulait approfondir son intuition première…..

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 399013Visiteurs Total:
  • 113Visiteurs aujourd'hui:
  • 116Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives