NVB - Google imagesMme  Najat Belkacem que le défunt gouvernement socialo-maçonnique avait installée à la tête de notre Ministère du Décervelage National a tenu à marquer son départ  (forcé et sans doute provisoire) des responsabilités politiques par une de ces crétineries dont elle a le secret.

Non que Mme Belkacem soit ignare bien sûr; même si elle a échoué deux fois au concours de l’ENA, elle a réussi à décrocher une modeste licence de droit et a bénéficié des prestigieux enseignements qui sont dispensés à Sciences Po entre deux organisations de « Semaine Queer ».
D’autant que la culture et la civilisation ne s’acquièrent pas sur les bancs de notre Education Nationale. Tant s’en faut. La culture c’est comme le gazon anglais, il faut arroser et tondre pendant trois siècles pour obtenir une belle pelouse. Or notre ex-ministre est une Française de très fraiche date. Et, quand on l’entend parler, on se demande ce qu’elle peut bien avoir de français à part la carte d’identité ?

 De plus, il est de plus en plus évident que l’idéologie, quelle qu’elle soit (de gauche ou de droite), en fermant l’esprit au bon sens d’un côté, à la capacité critique et au sens de la nuance de l’autre, rend bête. Mais bête à bouffer du foin. Il n’est pas nécessaire de remonter jusqu’aux immortelles crétineries des enragés de 1792/95 pour en avoir la preuve.

Bref, toutes ces raisons font que Mme Vallaud-Belkacem n’a pas une grande cervelle ce qui a conduit, tout logiquement, à ce qu’elle dispose d’un esprit étroit. Un esprit rapidement et entièrement occupé par les théories libertaires et, furieusement anti-identitaires, anti-chrétiennes, de Terra Nova. Théories qui ne font probablement qu’exprimer sa façon de régler ses comptes avec son milieu d’origine et qu’elle a assimilées avec délice, comme ses ancêtres marocains buvaient le petit-lait qui accompagnait leur couscous.

C’est ce qui explique qu’elle ait pu proférer juste avant de laisser la place à la tête d’un Ministère qui pèse lourd quant à l’avenir moral, intellectuel et spirituel de nos enfants, donc de notre nation – une de ces absurdités, qu’on peut juger imbécile dans un premier temps, mais fort inquiétante si on devine le raisonnement dont elle procède et les conséquences qu’elle annonce.

Le cochon :  » Un menu confessionnel « 

Qu’on vous explique. La cantine scolaire de Chalon/Saône ayant décidé de supprimer les menus de substitution (entendez par là, les menus destinés à satisfaire une communauté qui cherche par tous les moyens à nous imposer ses mœurs et ses lois) Mme Vallaud-Belkacem – ministre de France, je le rappelle –  a déclaré : « Supprimer la possibilité d’avoir un menu non confessionnel, je trouve que c’est une façon, en réalité, d’interdire l’accès de la cantine à certains enfants. »

Vous ne rêvez pas, les vérifications ont été menées, c’est la phrase exacte qu’elle a prononcée. Notre propagandiste de l’Occupation silencieuse (pour le moment) a donc bien dit : « la possibilité d’avoir un menu non confessionnel ».

Ainsi, mettre du petit-salé aux lentilles ou de la saucisse-purée au menu de nos cantines (et, bien entendu, de nos hôpitaux, administrations, universités en attendant les menus de nos repas familiaux) constituerait un acte hautement « confessionnel » !!!

D’où il faut conclure que le catholicisme qui a façonné la civilisation française, et que notre pays apostasie tous les jours un peu plus, se maintient de manière sournoise grâce au culte du cochon, auxquels nos compatriotes sacrifient tous les jours pour leur plus grand régal.

Bien entendu, et pour aller jusqu’au bout de ce paralogisme déjanté, imposer un plat halal dans les cantines de France et de Navarre, pays qui, à ma connaissance, n’ont rien à voir avec l’Islam et avec ses violentes pratiques, constituerait un acte parfaitement laïque car « non confessionnel » !

 Idéologie + Stupidité = un ministre de l’Education Nationale

On se demande à quoi carbure la charmante Najat – dont le prénom évoque bien plus la morsure d’un serpent venimeux que les douceurs du rahat-loukoum (pour rester dans une notre délibérément culinaire) – pour avoir inventé une religion où le Goret Suprême (non il ne s’agit pas d’un président qui ne l’est plus au moment où vous lisez ces lignes) aurait remplacé à la fois la Sainte Trinité et Allah le Miséricordieux, tous frappés de la même apostasie.

A chaque fois que je mordrai dans un jambon-beurre, désormais mon âme chrétienne sera troublée par une question récurrente. Car je me demanderai si désormais continuer à honorer le Christ qui est mort sur la Croix pour assurer le salut des hommes, Sacrifice que le prêtre catholique (quand il l’est encore) renouvelle de façon non sanglante au moment de l’Eucharistie, me maintient bien dans la foi de mon pays et de mes pères, ou si, au contraire et sans que je m’en aperçusse, le vrai Sacrifice ne se déroulerait pas dans l’arrière-boutique de mon charcutier-traiteur, la rondelle de saucisson remplaçant désormais l’Hostie Immaculée. Aurais-je sauté un épisode sur l’évolution de ma religion que cette fille inspirée du maghreb et de l’islam serait chargée de me rappeler ?

Comprenez mon émoi. Si ce que dit Najat est vrai, je commettrais un véritable blasphème en agrémentant mon casse-croûte de cornichons ou de moutarde avant de l’engloutir – suprême insulte – avec un petit verre de Beaujolais. A-t-on vu une Hostie parfumée au piment d’Espelette ou à l’oignon ? Non  bien sûr. Alors comment accepter les mille et une recettes et les innombrables ingrédients avec lesquels notre écoeurante gourmandise nationale profane le corps désormais sacré du cochon ?

Oui, la pauvre Najat, elle qui aurait pu servir de modèle à ce brave Pinchon quand il a inventé le personnage de Bécassine (Belkacem-Bécassine, ça va bien ensemble, non ?) s’il avait eu, comme nous la chance de la connaître et de l’entendre dévider ses inepties idéologiques, a réussi à troubler ma conscience.

Français : découvrez votre nouvelle religion !

Se pourrait-il  qu’il n’ait jamais existé « ni juifs, ni grecs » comme l’affirme saint Paul, ni catholiques, ni orthodoxes, ni protestants, mais de simples consommateurs de cochon, unis dans la même religion universelle sans même le savoir ? Religion dans laquelle ils seraient même « copains comme cochons » avec les athées et les agnostiques qui, eux aussi, sacrifient au rite charcutier ?

Le plus triste c’est que de telles absurdités aient été reprises par toutes sortes de médias complaisants (passés depuis longtemps du côté des ennemis de notre identité, de notre culture et de notre Histoire) : l’AFP, Le Monde, BFM et leurs congénères (quel mot évocateur !) ont relayé les stupidités de Najat avec tout le sérieux et l’absence d’esprit critique  qui sont de mise  quand la grande exécutrice de la décérébration nationale s’exprime. Pas l’ombre d’une réserve, même pas une trace d’humour dans leur façon de relayer les propos de Mme Bécassine Antiporc.

 Ainsi, peu à peu, tout s’inverse en France : nous avons dû supporter un premier ministre Catalan et franc-maçon, qui, naturalisé à vingt ans, se prétend « aussi français que la famille Le Pen », une Ministre de l’Education Nationale qui hait la France historique et chrétienne et tente par tous les moyens de favoriser l’Islam ne feignant d’agir pour la laïcité et nous devrons maintenant considérer nos goûts culinaires, qui font une large place au cochon – « chez qui tout est bon  » comme on le sait – comme le reflet de mœurs d’un autre âge marquées par l’intégrisme et le racisme les plus abjects, en prenant des leçons d’ouverture et de tolérance chez ceux qui, à défaut des cochon, préfèrent égorger tous ceux et celles qui n’épousent pas leur mœurs et leurs croyances barbares !

Nous faudra-t-il alors remplacer le pâté cornichon par le kebab-beur, la saucisse de Toulouse par la merguez et la palette de nos choucroutes par de l’agneau halal pour faire preuve de nos bonnes mœurs citoyennes et laïques ?

Nous faudra-t-il encore faire repentance des siècles de consommation de porc qui ont régalé nos aïeux « souschiens » comme les appellent les coreligionnaires de Najat dans nos banlieues ? Nos enfants auront-ils à dénoncer le rôti de porc dans le frigo familial comme les petits Saoudiens, les petits Afghans, les petits Marocains, Algériens, Irakiens, Indonésiens, Lybiens, Nigériens et autres contrées, les dénoncent quand ils se dérobent à l’appel du muezzin pour la prière ?

Que sommes-nous devenus ? Comment pouvons-nous supporter que des français d’importation, devenus hauts responsables payés par nos impôts, installés par des majorités élues par le peuple français, veuillent nous soumettre aux leurs diktats, eux qui ne semblent avoir quitté leur pays d’origine que pour importer leur barbarie naturelle dans le nôtre ?

Si encore ils essayaient de le faire intelligemment. Mais relisez les paroles de Najat et dites mois s’ils ne reflètent pas une insondable bêtise que seuls le Sapeur Camembert ou M. Prud’homme, dans des genres infiniment moins graves, pourraient égaler ?

Comment tout cela finira-t-il ?

Je n’ose y penser.

LSM

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 343284Visiteurs Total:
  • 104Visiteurs aujourd'hui:
  • 114Visiteurs hier:
  • 2Visiteur(s) en ligne:
Newsletter