Eric DOMARD - Google imagesMme Marine LE PEN semble avoir été sensible à la lettre ouverte que je lui ai envoyée et que j’ai publiéeCHARLUS - Google images ici même.
Aussi a-t-elle chargé M. Eric DOMARD, son Conseiller « Spécial » (quelle est sa spécialité, je ne saurais vous le dire…) de me répondre.
Si ce n’est pour me tirer les oreilles à propos de mes réserves sur les fondements (politiques) sur lesquels M. Philippot a assis sa carrière, sa lettre n’apporte rien qui puisse nous expliquer pourquoi Marine Le Pen semble s’être assise sur les valeurs prônées par le FN depuis 1972.

Bref, une lettre bête à pleurer en évitant l’essentiel : la réponse à mon interpellation sur des sujets autrement plus cruciaux que les émois de la volière de Marine.

Parcourant internet, je me suis aperçu que M. Domard, avait répondu quasi dans les mêmes termes, en janvier 2015 je crois, à un Monsieur qui s’indignait de ce que les « gays » se fissent aussi nombreux dans les hautes sphères du FN qui ressemblera bientôt, si sa patronne n’y prend garde, à ce genre de maison qu’aimait tant fréquenter M. de Charlus. Ou, plus vraisemblablement à « la cage aux folles » nouvelle version. De quoi mettre un peu de gaieté en politique, enfin ! Essayez d’imaginer Michel Serrault, la merveilleuse Zaza, dans le rôle de « Conseiller Spécial » à côté de Michel Galabru travesti en Marine Le Pen. Et vous pouvez être assuré de sauver de nombreux suicidaires….

Sans aucun esprit de polémique, mais simplement en usant de cette faculté d' »étonnement » recommandé par Socrate et que doit précieusement entretenir tout apprenti philosophe, on peut réellement se poser des questions sur le fait qu’un chef de parti, décide d’investir une équipe d’invertis militants auprès de lui (et on comprend bien que c’est l’aspect « militant » qui est crucial ici) pour résoudre les maux de d’une société polluée par le libertarisme et le pseudo-« progressisme » .
Car a priori ces personnes – quelles que soient leurs qualités par ailleurs – apparaissent par définition peu susceptibles d’apporter des réponses à ces maux dont la crise des couples, de la famille et de la parentalité, sont les symptômes les plus évidents. Alors qu’elles les approuvent sans réserve pour la plupart. Sans quoi elles ne seraient pas « militantes« . La moitié du mot suffirait….
Que dirions nous si, pour éradiquer la drogue dans notre pays, Mme Le Pen appelait auprès d’elle des personnalités en consommant elles mêmes et surtout radicalement favorables à en libéraliser l’usage pour le plus grand bonheur de tous  ?
Inconséquence, jobardise, sottise, enfumage ? Chacun ira de son jugement personnel.

Ce qu’il me faut simplement rappeler, c’est que notre civilisation s’est construite, non sur les moeurs de Nabuchodonosor, de Sardanapale, ou même celles de Platon et Socrate ou encore de Néron (marié deux fois avec un homme), de Tibère (qui faisait assassiner ses amants après usage) ou de Caligula, mais sur le modèle chrétien (naturel) de la Sainte Famille dont la crèche de Noël nous donne une parfaite illustration ?
Comment prétendre apporter les remèdes à la décomposition d’une civilisation quand on emploie ceux qui, revendiquent ouvertement les fruits de cette décomposition et voudraient encore l’accélérer ?

Bref. A trop vouloir jouer la dédiabolisation qui, en fait apparaît plutôt sous les couleurs de la jobardise, Mme Le Pen est en train de vendre l’âme du FN pour gagner une élection (pour reprendre le mot fameux de ce grand honnête homme de Michel Noir de sinistre mémoire).
Peut-être s’y retrouve-t-elle dans ses signaux contradictoires qu’elle envoie à droite et à gauche. Nous pas. Et la France, demain, encore moins si elle devait la gouverner.
Marine, qui n’a probablement pas lu les Ecritures avec assez d’attention, devrait pourtant savoir que « Si un royaume est divisé contre lui-même, ce royaume ne peut subsister; et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne peut subsister » (Marc 3, 24,25).
Mais nous sommes en des temps de division dont ne peut naître qu’un immense gâchis…avant une hypothétique renaissance.
Marine est sommée de choisir entre Philippot – Monteil et Marion Maréchal sans oublier Jean-Marie, faute de quoi c’est son parti qui, un jour ou l’autre, se scindera entre les deux tendances ou disparaîtra.
Il en est de même du côté de François (pas Hollande mais Bergoglio le Pape « mondialiste ») qui à force de dire une chose et de favoriser son contraire pourrait bien être à l’origine d’un nouveau schisme dans l’Eglise.

A notre niveau, nous ne pouvons faire grand-chose, sinon dénoncer ces tromperies à chaque fois que nous en avons l’occasion…et dire le Chapelet avec confiance.
N’oublions pas que le Christ est le seul vrai Roi de France.

Echange avec M. Domard.

Monsieur

Suite à votre courrier et à votre demande, nous avons fait le nécessaire auprès de nos services afin que vous ne receviez plus de documents du Front National.

Au vu de vos propos désobligeants et insultants envers un vice-président du Front National et le porte-parole de campagne de Marine Le Pen, nous ne pouvons que nous féliciter de ne plus compter sur votre soutien.

Eric Domard
Conseiller Spécial de Marine Le Pen
Membre du Bureau Politique
Adhérent depuis 1989

 

Cabinet de Marine Le Pen
Front National – 78, rue des Suisses – 92000 NANTERRE
Tél : 01.41.20.21.10 – Fax : 01.41.20.21.11
Courriel : cabinet.mlp@frontnational.com

 

Ravi que vous ayez parfaitement compris le sens de mes critiques.
Ravi que vous en ayez tiré les conclusions qui s’imposent.
Ravi de  ne plus avoir à compter sur un parti qui, peu à peu, est en train d’apostasier tous les principes et les engagements sur lesquels il avait réussi à nous redonner quelque espoir.
Avec l’irrésistible introduction au sein du parti, d’un véritable « kollectif » gay dont le plus éminent représentant compare la défense de la famille traditionnelle à la culture des bonsaïs,
Avec la volonté de « sanctuariser » (1) l’avortement affirmée par Mme Monteil [quel dommage que sa mère n’y ait pas eu recours], et, demain sans doute, le ralliement de votre parti au pseudo-mariage homo et sa reconversion aux beautés de la GPA/MPA,
Avec l’étonnante déclaration de Mme Le Pen elle-même qui vient de découvrir que « l’islam est compatible avec les valeurs de la république« , ce qui fait douter de ses dons d’analyse ou de bon sens (2)
Avec l’adoption d’une politique économique étatiste et dirigiste de type quasi-soviétique,

Bref, avec tous ces « signes »
Nous sommes quelques un(e)s à nous demander ce qui désormais distingue votre parti du défunt UMPS que vous avez brocardé si longtemps pour finir par le singer de manière quasi caricaturale et pourquoi nous devrions voter pour Mme Le Pen, l’apostate, plutôt que pour Macron ou pour Mélanchon qui, eux, au moins affichent leurs couleurs. Même si elles sont peut attirantes.

Le pire sans doute c’est que les orientations que vous avez délibérément choisies en trahissant celles pour lesquelles et par lesquelles vous existiez, vous conduisent dans le mur. Et la France avec vous si vous parveniez au pouvoir.
En effet, le désir éperdu de conquérir le pouvoir et la volonté d’y arriver par tous les moyens possibles – y compris les plus tordus – n’assurent pas que, l’Elysée investi, l’entreprise soit, au final, vouée au succès dont je vous rappelle qu’il concerne l’avenir et la survie de la France que nous voulons continuer à faire vivre.

En supposant que Mme Le Pen élue s’installe à l’Elysée et y installe son staff de « techno-mignons »(3) dans les  bureaux attenant au sien, que se passera-t-il  dès le lendemain où elle appliquera sa philipopolitique (puisqu’elle paraît incapable d’en définir une par elle même) ?

  • Soit la « gauchisation » et la tendance « libertaire » de plus en plus affichée dans son discours n’auront été que poudre aux yeux pour ramasser le plus grand nombre de voix possible sur sa gauche. On peut craindre alors qu’au lendemain de l’élection, ces oripeaux de gauche rejetés parce que devenus inutiles, l’adoption d’une authentique politique de redressement politique et de restauration morale et sociétale, ne créent de redoutables remous au sein d’une large population qui se trouvera flouée et qui cherchera à se faire entendre par tous les moyens possibles. En  paralysant le pays par exemple.

  • Soit cette « gauchisation » est sincère, le FN – par conviction, par opportunisme, par noyautage ou par lâcheté – ayant décidé de suivre la pente de la décomposition de notre nation et de notre société au lieu de leur fournir l’idéal, le discours et les moyens du resaisissement. Et c’est toute cette France, ancrée sans même qu’elle le sache quelquefois dans ce que nos traditions culturelles et morales ont de plus sain et de plus vivifiant, une France qui a les pieds sur terre et la tête sur les épaules pour se rire des modèles plus déjantés que subversifs que le mondialisme veut lui imposer, une France chrétienne et saine, une France saine parce que chrétienne, qui ouvrira les yeux sur l’énorme duperie de votre entreprise et se dressera contre ceux qui l’ont flouée comme ce n’est pas permis. C’est de cette révolte contre la parole trahie et de ce désespoir contre des élites apostates que naquit l’OAS en 1961. Dieu seul sait sous quelle forme révolte et désespoir pourront se manifester demain….

  • Nous pourrions nour retrouver alors – mais dans un état de décomposition beaucoup plus grave – dans la situation de 1958 où la France française (je préfère ce terme à France « de droite » qui ne veut pas dire grand-chose si le terme n’est pas précisé) ayant rappelé le général De Gaulle au pouvoir pour restaurer les Institutions avant même de sauver l’Algérie française, envoya à l’Elysée celui là même qui avait déjà décidé de procèder à la « décolonisation » totale et gouverna pendant onze ans dans une ténébreuse complicité avec PC dont il réalisa tous les objectifs (notamment dans l’Education, la Culture et la Politique étrangère). PC qui attint des records de pourcentage sous son mandat.

Mme Le Pen, si on analyse les évolutions de son parti depuis quelques années avec le recul nécessaire, constitue le même recours que la solution De Gaulle en 58, par laquelle le « Système » avait décidé de se survivre en s’adaptant habilement. C’est ce qui avait été tenté aussi par le « système » soviétique en mettant en place Gorbatchev pour se pseudo-libéraliser. Mais il arrive que les trucages mis en place par les apprentis sorciers, leur explosent à la figure.
C’est qui est arrivé à la défunte URSS….pour le plus grand profit d’ailleurs de M. Gorbatchev qui a, dès l’URSS enterrée, entrepris une seconde magnifique et juteuse carrière au service des institutions mondialistes.

Voilà ce que m’inspire votre réponse d’autant plus vertueusement indignée qu’elle s’avère incapable de donner un début de réponse aux criques argumentées qui ont motivé ma lettre-ouverte à votre présidente.

Louis SAINT MARTIN

(1) Il faut remarquer l’extraordinaire inversion impliquée par le choix de ce terme : doit être « sanctuarisé » ce qui est considéré comme « saint ».

Dans une société chrétienne, donc civilisée, ce qui – dans le domaine qui nous occupe – est « sain » et doit donc être « sanctuarisé », en bref ce qui est « sacré », c’est le lieu où la Mère (dont le modèle transcendant est Marie, Mère du Christ) porte l’enfant créé par Dieu et lui transmet les moyens d’éclore à la vie.

C’est pourquoi au Moyen-Âge [je n’ai pu vérifier cette information] les reines de France, dès qu’elles étaient enceintes, étaient, paraît-il, accompagnées par quatre gardes qu’on nommait « les gardiens du ventre« . Ils étaient destinés à protéger cette promesse authentiquement sacrée qu’est la gestation d’un enfant, de tous dangers extérieurs.

Dans la bouche de Mme Monteil (qu’elle ne s’étonne pas si elle mauvaise haleine depuis) ce qui est « saint » donc « sacré » désormais c’est la table chirugicale où le foetus pourra être démenbré et sa cervelle aspirée. Si, bien sûr, il a échappé au pesticide humain concocté par notre cher Docteur Blum-Baulieu….

Personnellement, je vois dans le choix très étonnant de ce terme (qui a dû beaucoup impressionner à l’issue d’un banquet républicain) le signe révélateur de ce que j’appelerai la profonde « satanisation » de notre société, à laquelle – fous que nous étions – nous pensions que le FN, malgré ses tares éventuelles propres à toute entreprise humaine, avait échappé. Nous nous trompions.

(2) Je lui conseille de lire l’ouvrage remarquablement documenté et argumenté « La psychologie de Mahomet » que Ali Sina a fait publier aux Editions Tatamis. Elle pourra y découvrir combien l’islam est le contremodèle violent d’une société civilisée et éclairée telle que la Chrétienté en a suscitée. En revanche, si on considère la « république » à travers le nombre d’absurdités philosophiques qui ont favorisé sa prise de pouvoir,  la masse des félonies perpétrées par les hommes qui l’ont imposé au malheureux peuple français, l’étendu des massacres auxquels elle s’est livrée, la sommes d’atrocités destinée à étouffer toute tentative de résistance en pratiquant la terreur, sans oublier le goût immodéré du blasphème et du sacrilège qui ont marqué son avénement, alors oui, Mme Le Pen qui m’a l’air à peu près aussi cultivée que l’est M. Valls, a raison : l’islam et la république sont faits pour s’entendre comme deux larrons en foire.

(3) Ce que je tiens à préciser ici, c’est que je n’éprouve aucune antipathie ou animosité particulières à l’égard des personnes qui sont victimes d’homosexualité. Je dis « victimes » en toute connaissance de cause car l’homosexualité est une déformation ou une déviation de même  nature qu’une déformation ou une déficience physiques. Et comme telles, le plus souvent douloureuse car empêchant la personne d’atteindre pleinement à son parfait accomplissement. Quarante années de consultations quotidiennes m’ont ont administré la preuve indiscutable.

Il est d’usage aujourd’hui où toutes les valeurs sont inversées dans un sorte de relativisme absolu qui confine au cynisme, de se glorifier de ses infirmités voire d’en faire des moyens de promotion.

C’est le cas de l’homosexualité depuis quelques années.

Pourquoi ? Parce-que  l’homosexualité ou toute autre transgression, constitue un excellent outil de destruction de la famille traditionnelle et, comme tel, est privilégiée par le mondialisme qui a déclaré une guerre sans merci aux société traditionnelles, chrétiennes surtout.

C’est sur ce point que ma critique intervient.

L’homosexualité ou tout autre aberration de nature physique, morale, psychologique ou affective ne doivent eu aucune façon intervenir dans le respect dont nous devons témoigner à une personne dans la mesure où elle même respecte les valeurs et les sentiments des autres.

En revanche, nous ne pouvons accepter que les personnes qui en sont affectées veuillent ériger leur façon de se vivre en  modèles sociaux alternatifs aux modèles naturels et, dans ce but, s’organiser en groupes de pression partis à la conquête de « droits » quelconques.
A fortiori ne peut-on accepter que de véritables organes de pouvoir basés sur la simple adoption de pratiques sexuelles plus ou moins aberrantes, se constituent dans le cadre d’un parti politique ni au sein de nos administrations et encore moins, bien entendu dans notre Education a-Nationale.

Il y a des choses qu’on peut tolérer chez les individus, même si on peut les regretter, mais dont on doit refuser l’extension, la diffusion et la promotion justement parce qu’elles sont contraires au Bien de la personne comme elles le sont au Bien Commun.

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 455685Visiteurs Total:
  • 38Visiteurs aujourd'hui:
  • 103Visiteurs hier:
  • 1Visiteur(s) en ligne:
Archives