Massacres Vendée - Google imagesJe ne cesserai jamais de le rappeler – et, Dieu merci, je ne suis pas le seul comme on va le Mémoricide - google imagesconstater ci-dessous – la révolution dite française qui n’a rien à voir avec l’âme profonde de notre patrie, est la matrice de toutes les abominations perpétrées tout au long des deux derniers siècles au nom de la « liberté » de l' »égalité » et de la « fraternité » imposées à coups de piques, de baïonnettes de canonnades, de noyades et d’étripages fièrement revendiqués.
Là où l' »oint du Seigneur » le « sergent de Dieu » fut détrôné et assassiné par ce type de fanatiques que les désordres sociaux amènent toujours au pouvoir, ne pouvait advenir qu’un régime inspiré – d’une manière ou d’une autre – par le « prince de ce monde« . Car, dans la conduite des affaires humaines – individuelles et collectives – il n’y a que deux choix : s’inspirer du Christ le placer à la tête des Institutions (comme vient de le faire la Pologne avec son gouvernement au grand complet) du simple fait qu’Il est « la voie, la vérité, la vie » – ou le rejeter hors de la cité.

Or, qui rejette le Christ, choisit forcément d’adopter une des multiples formes politique par lesquelles le satanisme (avoué ou dissimulé) asservit les sociétés en inventant des systèmes qui flattent notre orgueil et notre aveuglement. Ce qui était, est et sera le cas de toutes les formes de « démocraties » et/ou de « républiques » de tous les temps puisque dans ces régimes c’est l’homme qui, s’érigeant à la place de Dieu, décide du bien et du mal en fonction de sa propre volonté soumise à son bon plaisir. On voit aujourd’hui où cela nous mène.

Cette criminelle illusion de l’homme se donnant sa propre loi a causé bien des ravages de par le monde et continuera de le faire longtemps comme je le disais plus haut.

Mais il est un épisode qui devrait nous ouvrir les yeux à nous Français (je parle des Français de coeur et de sang) c’est celui de la Vendée dont les fonctionnaires de la dés-Education Nationale, soigneusement endoctrinés de Mme Belkacem ne risquent pas de parler à nos enfants.

Plus que n’importe quelle démonstration, la Vendée nous montre à quelles ignominies une idéologie peut aboutir dans son déni du réel, dans sa haine de tout ce qui la contredit, dans son mépris de l’homme de chair et de sang auquel elle préfère l »Homme « , idéal abstrait dont elle s’est forgée l’image et qui lui sert de justification pour se livrer à des massacres impunis.

Un député, a pris l’occasion de la proposition de loi présentée devant l’Assemblée dite nationale qui voulait « rendre justice aux victimes de la répression de la Commune de Paris de 1871 » (1) pour rappeler à ses collègues qu’il vaudrait mieux commencer à balayer devant la porte de nos fervents démocrates, héritiers de ces « citoyens » qui noyèrent une civilisation millénaire dans le sang de leurs concitoyens.

Je vous livre donc, ci-dessous, le discours de Yannik Moreau, député de la 3ème Circonscription de Vendée et qui, en tant que Vendéen, sait donc de quoi il parle.

« […] mes chers collègues, foi de Vendéen, quitte à faire de la repentance, pourquoi ne pas commencer par l’abrogation des lois de la Terreur contre la Vendée, et la reconnaissance de ses crimes ? Vous voulez faire de la morale. Soit, mais alors, commencez donc par abroger les lois de la Terreur ! Reconnaissez l’abjection de l’écrasement de la révolte des Canuts Lyonnais, et plus encore, des crimes commis contre les enfants, les femmes et les hommes de Vendée !

Vendéen, homme de l’Ouest, je sais y compris dans la tradition orale de ma mémoire familiale, ce que furent les persécutions des simples gens qui refusaient le centralisme jacobin, la “levée en masse” de la conscription militaire, et l’interdiction de leur expression religieuse. Le 26 juillet 1793, à la Convention nationale, BARERE réclame la destruction et l’extermination de la Vendée. Savez-vous mes chers collègues que c’est une Loi, la loi du 1er août 1793, votée par la Convention nationale, qui prescrivait l’extermination des hommes, la déportation des femmes et des enfants, et la destruction du territoire de la Vendée ? Savez-vous qu’une deuxième Loi, celle du 1er octobre 1794, vint renforcer l’horreur indicible ?

Le massacre des Lucs-sur-Boulogne qui fit 564 morts, enfermés dans une église qui sera incendiée, en est le tragique symbole. Parmi les victimes, 110 enfants de moins de sept ans. La plus jeune, Louise MINAUD, n’avait que 15 jours. Savez-vous que c’est ce même pouvoir de la Terreur qui ordonnera la mise en oeuvre des noyades collectives dans la Loire, rebaptisée “la grande baignoire nationale” ? Des mariages dits “républicains” voulus par Jean-Baptiste CARRIER, où un homme et une femme étaient enchaînés, nus, avant d’être noyés. Selon Reynald SECHER, 4.800 personnes en furent victimes à l’automne 1793. Comment oublier les tristement célèbres “colonnes infernales” du général TURREAU, dont le nom est encore aujourd’hui gravé sur l’Arc de Triomphe. Ces atrocités coûtent la vie à des dizaines de milliers de personnes. Savez-vous que c’est en Vendée que les premiers essais d’extermination industrielle furent menés ? A Noirmoutier, des camps d’extermination ont été établis. Partout en Vendée des fours à pain sont utilisés comme fours crématoires pour brûler vifs les habitants. La peau des Vendéens sert à l’élaboration de sacs ou de pantalons pour les gendarmes. La peau humaine selon le Conventionnel SAINT JUST était d’une “consistance et d’une bonté supérieure à celle du chamois” et “celle des sujets féminins plus souple mais moins solide”.

Reconnaissez donc les horreurs de la Terreur, comme la loi du 10 juin 1794, qui succède à la terrible Loi des suspects, votée le 17 septembre 1793. Avec elle, le Tribunal Révolutionnaire élimine toute garantie de défense pour les accusés. Il n’y avait désormais ni interrogatoire avant l’audience, ni avocat, ni audition facultative des témoins. Le Tribunal révolutionnaire n’a le choix qu’entre l’acquittement et la mort. Pierre CHAUNU n’a pas hésité à parler de génocide franco-français dans l’avant-propos du livre de Reynald SECHER, tant la barbarie a été organisée minutieusement et systématiquement par le Comité de Salut Public. Cette lettre du général Westermann, surnommé « le boucher des Vendéens », qu’il écrivit au Comité de salut public, en témoigne :

« Il n’y a plus de Vendée, citoyens républicains. Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Je viens de l’enterrer dans les marais et les bois de Savenay. Suivant les ordres que vous m’aviez donnés, j’ai écrasé les enfants sous les sabots des chevaux, massacré les femmes qui, au moins pour celles-là, n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé. »

Les moyens d’extermination des Vendéens mis en œuvre par le Comité de Salut Public et la Convention sont la matrice de ceux des régimes totalitaires du XXe siècle. Voilà un sujet qui mériterait une reconnaissance nationale. Car si “la Vendée pardonne, elle n’oublie pas”.

Voyez comme il est difficile de définir quelles commémorations doivent faire l’objet d’un devoir de mémoire. »

(1) Mais pas aux victimes de cette même Commune qui ne se fit pas faute de fusiller ceux qu’elle accusait de ne pas penser comme elle ou qu’elle qualifiait d' »espions », notamment l’archevêque de Paris et de nombreux religieux. Sans oublier que toutes les grandes « consciences de gauche » de l’époque sans exception aucune,  prirent fait et cause contre la commune et pour la répression par les « Versaillais ».

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 455689Visiteurs Total:
  • 42Visiteurs aujourd'hui:
  • 103Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives