INVJ’interromps provisoirement mon silence volontaire pour vous faire part d’un événement qui m’a laissé abasourdi quand j’en ai pris connaissance sur le site de « Liberté Politique » auquel je suis abonné. Certes les raisons de s’indigner et de se révolter face aux coups portés à notre pays par une classe politique dévoyée et manipulée par les grandes officines du « mondialisme »  de Bruxelles de New-York…ou de Rome (du Vatican plus précisément), ne manquent  pas. Et, si je m’écoutais, je passerais ma vie à  dénoncer les dangers qui nous menacent…..avec le sentiment que devait éprouver Cassandre quand elle essayait de susciter une réaction de survie de la part des Troyens. 
Mais cet événement précis (le vote d’une loi à l’Assemblée dite nationale) outre qu’il ouvre une nouvelle brèche dans la préservation de notre identité et de notre sécurité me paraît très instructif. Il montre en effet que ceux là même qui prétendent défendre les intérêts de la France éternelle et « rendre la France aux Français », se rendent en fait complices de ce qu’ils appellent l’UMPS.
Je veux parler du FN bien sûr qui, en l’occurrence apparaît comme partie prenante – et silencieuse – dans le coup qui nous est porté.

Dans quel but ? Je n’en sais rien. Sauf qu’il manque certainement de noblesse et de loyauté. Et qu’il devrait ouvrir les yeux de ceux qui pensent encore que la solution de survie pour notre pays est une solution politique survenant dans le cadre « républicain » (qui est tout sauf un cadre démocratique) et que le FN en est le maître d’oeuvre.

L’article est signé par un certain Michel Lhomme, politologue.
Je ne le connais pas, mais, ce qu’il nous apprend dans son article étant d’un contrôle facile à la portée de tout citoyen soucieux de se reporter au J.O, je n’hésite pas à vous communiquer son propos, avec ses explications et mes commentaires en fin d’article.

  • Article de Michel LHOMME

 » Jamais aucune loi sur l’immigration n’aura connu  un destin aussi étrange que la loi n°2016-274 publiée le 8 mars 2016 au journal officiel.

Cette loi, en chantier depuis près de deux ans, a fait l’objet d’un silence absolu des médias, de la presse et du monde politique. Le Front national, nourri depuis trente-cinq ans du thème de l’immigration est resté totalement muet. Les Républicains   n’en ont  soufflé mot. Quant au gouvernement, il n’a pas communiqué pour ne pas éveiller la polémique. Il y a donc donc bien eu, sur cette loi, connivence des grands partis y compris du Front National. Lors du vote final de la loi à l’Assemblée nationale, l’hémicycle était quasiment vide: un seul député de l’opposition (Les Républicains) pour une dizaine de socialistes, tandis que les deux députés du Front National brillaient  par leur absence. Or ce texte fondamental bouleverse réellement le droit des étrangers en France dans le sens de l’ouverture et de l’accueil (1).

Ainsi, son article 59, élargit l’accès à la nationalité française par le droit du sol, en introduisant une innovation majeure qui modifie sensiblement le droit français de la nationalité.

  • Il ouvre la nationalité française, à leur majorité, aux personnes vivant sur le territoire français « depuis l’âge de six ans et ayant suivi leur scolarité obligatoire en France […] lorsqu’elles ont un frère ou une sœur ayant acquis la nationalité française [par le droit du sol].» Cette loi crée ainsi une nouvelle forme d’acquisition de la nationalité française, un droit du sol dérivé, indirect, transmis par le lien de fratrie, qui ne nécessite pas d’être né sur le territoire français, mais d’avoir un frère ou sœur devenu lui-même français par le droit du sol.

Son article 13 concerne les personnes en situation irrégulière, malades sur le territoire français.

  • Il prévoit en faveur de tout étranger malade et en situation illégale, un droit à la régularisation si «eu égard à l’offre de soins et aux caractéristiques du système de santé dans le pays dont il est originaire, il ne pourrait pas y bénéficier effectivement d’un traitement approprié».

Un étranger en situation irrégulière en France qui n’aura donc pas les moyens personnels d’être soigné dans son pays d’origine, obtient ainsi le droit à une régularisation et donc celui d’être soigné en France. L’intention est certes généreuse mais une telle mesure risque d’entraîner un appel d’air d’une ampleur inconnue.(2)

  • L’article 17 de la loi crée une carte de séjour pluriannuelle de quatre (ou deux ans) qui sera délivrée «au terme d’une première année de séjour régulier».
    Jusqu’alors, le système français reposait sur la délivrance d’une carte de séjour d’un an renouvelable pendant cinq ans, avant d’accéder au titre de résident de dix ans. Les cinq ans de séjour temporaire constituaient une période probatoire, destinée à s’assurer d’une bonne intégration. Désormais, dès l’expiration du visa de long séjour d’un an, l’étranger obtient le droit à un titre de séjour consolidé, ne nécessitant pas un renouvellement annuel, d’une durée de quatre années, avant l’obtention du titre de dix ans.

L’article 33 chamboule le dispositif de lutte contre l’immigration irrégulière.

  • Il supprime la rétention administrative de cinq jours pendant laquelle le préfet peut décider de garder un étranger en situation irrégulière en rétention, le temps d’organiser son départ. Celle-ci passe à 48 heures, une durée bien entendu insuffisante pour organiser le retour d’une personne dans son pays. Seul le juge des libertés, traditionnellement ultralibéral en matière de droit des étrangers, pourra autoriser une prolongation de cette durée. En outre, la nouvelle loi interdit, sauf exception, le placement en rétention des familles avec enfant.

Le silence du Front national durant toute la discussion de la loi et son absence au vote ne désignent-ils  pas un accommodement tacite avec la gauche de gouvernement ?

Michel LHOMME
Politologue « 

Fin de citation

Nous subissons depuis plus de trente ans une immigration/invasion qui est en train de détruire les équilibres culturels, sociaux, religieux et ethniques de  notre pays. Équilibres qui se sont édifiés sur des siècles d’intégration conduite par le grand souflle de la civilisation helléno-romano-chrétienne. Deux cent mille personnes environ s’installent chaque année dans notre pays, y font souche et y prolifèrent activement, sans que, pour la plupart d’entre elles, elles se sentent ou s’affirment et se comportent en tant que « françaises », respectueuses de nos traditions, de nos valeurs culturelles et religieuses, de nos moeurs et, souvent, de nos lois. Ce n’est même pas à démontrer car cela se constate tous les jours, malgré les mensonges et omissions de nos médias soigneusement organisés pour répandre cette vulgate multiethnique et multiculturaliste qui va emporter notre pays si nous n’y réagissons pas.

Face à cette catastrophe démographique qui s’annonce (du fait aussi des deux cente mille avortements  – la coïncidence des chiffres est troublante – et de la fertilité insuffisante des femmes françaises; face aux dangers que représente potentiellement la présence sur notre sol d’une idéologie religieuse qui a déclaré la guerre à notre culture et qui trouve dans cette immigration un engrais favorable, ce que le gouvernement trouve de mieux à faire c’est de faciliter l’acquisition de la nationalité française au profit de ceux qui risque de ne l’utiliser, à terme, que pour mieux nous subvertir.

Quel nom donner à ce type de politique insensée voire criminelle ? Je vous laisse le trouver.
Quel nom donner à l’attitude de ceux qui prétendent s’opposer à cette vase entreprise de liquidation de la France historique et charnelle et se taisent quand ils devraient – comme Catherine de Sienne – « crier par mille bouches » ? Vous le trouverez bien aussi sans moi.

En attendant vous pouvez toujours interroger votre député – théoriquement représentant des intérêts du Peuple Français –  sur le laxisme criminel dont il a fait preuve en laissant passer cette loi.

(1) C’est moi qui souligne

(2) Qu’en dit Marysol Touraine toujours si prompte à rétrécir la prise en charge des Français sous prétexte de « contraintes budgétaires » ?

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 568529Visiteurs Total:
  • 29Visiteurs aujourd'hui:
  • 117Visiteurs hier:
  • 1Visiteur(s) en ligne:
Archives