enfant« Soyez toujours dans la joie du Seigneur ; laissez-moi vous le redire : soyez dans la joie. Que votre sérénité soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Ne soyez inquiets de rien, mais, en toute circonstance, dans l’action de grâce priez et suppliez pour faire connaître à  Dieu vos demandes. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce qu’on peut imaginer, gardera votre coeur et votre intelligence dans le Christ Jésus. »

(Saint Paul Apôtre aux Philippiens (4, 4-7)

Ce soir nous allons fêter NOEL !

En famille, avec des amis ou, plus tristement, nous le vivrons seuls si la vie nous a séparés des êtres chers.

NOEL pour un païen  – ce que nous sommes très largement devenus en notre beau pays de France – est synonyme d’échanges et de cadeaux avec ceux que nous aimons. Les enfants surtout bien sûr, tétanisés par l’incertaine visite du fameux Père Noël dont peu de personnes savent qu’il s’agit d’une invention commerciale de Coca-Cola qui a supplanté Saint Nicolas et le Christ Nouveau-Né dans le cœur des Occidentaux.© Copyright 2015 Corbis Corporation

Une crétinerie mercantile et débilitante de plus à mettre au crédit de la « civilisation » étatsunienne qui n’en est pas à une près.

Au-delà de cette dérive, pourquoi tant de réjouissance à Noël et pourquoi faisons-nous de Noël la fête des enfants ?

Levy-Strauss, qui a souvent cherché midi à quatorze heures, a élaboré là-dessus une explication qui, pour moi, est sans doute une belle construction d’intellectuel, mais d’un intellectuel à qui il manque cette ouverture de l’esprit, cette « intuition » si chère à Bergson, qui seule permet de saisir la vérité des choses.

 Pour moi NOEL fête la victoire assurée sur la mort, le froid, la solitude, le dépouillement extrême alors même que nous entrons dans l’Hiver dont ces austères réalités sont les caractéristiques essentielles.

Contradiction ?naissance 2

Que non pas.

Car l’entrée dans la nuit et le froid de l’hiver marque aussi le signal de la reconquête de la LUMIERE. C’est à Noël, en effet, que les jours commencent à regagner en longueur en grignotant chaque jour quelques minutes supplémentaires sur l’emprise quotidienne de la Nuit.

Phénomène cosmique que les civilisations les plus anciennes n’avaient pas manqué d’observer et de fêter, chacune à sa façon au fil des siècles, dans des cérémonies diverses. Dont les fameuses « saturnales » à Rome.

C’est donc une fête de l’Espérance qui symbolise plus que tout autre le pari sur l’avenir, le retour du printemps, de la chaleur et de la lumière après l’âge sombre de l’hiver assimilée à la vieillesse et à la mort de l’homme.

Or, qu’est-ce-qui peut le mieux symboliser cette victoire de la vie, cette pérennité assurée par-delà notre propre mort que la présence de nos enfants auprès de nous ? Nos enfants dont la joie et le sourire expriment si bien, au cœur de l’hiver, l’assurance que la remontée des ténèbres est assurée ? Nos enfants sont donc les « dieux » qui fabriquent l’avenir et il est normal de rendre hommage aux « dieux », de les remercier de leurs bienfaits futurs.

Voilà pour l’explication païenne ou naturelle qui n’était qu’une anticipation de l’explication spirituelle ou surnaturelle qui puise son origine dans l’événement unique survenu il y a 2015 ans.

Si nous assimilons, comme nous l’avons fait plus haut, la Nuit à la Mort (même provisoire) et la Lumière à la Vie, et si nous acceptons l’assurance, en tant que Chrétiens, que le CHRIST nous ouvre les portes de la vie éternelle,  nous comprenons sans effort pourquoi Il naît à Noël et pas à un autre moment de l’année. On saisit aussi combien cette naissance dans des conditions aussi austères (la crèche, l’étable, le dénuement, le bœuf et l’âne pour tout confort) fait écho à l’épreuve de la Passion culminant au Golgotha et à la descente au tombeau creusé dans la pierre (symbole capricornien). Mais le tombeau est vaincu, la pierre qui le scellait est roulée, le Christ est ressuscité : c’est le retour du printemps que nous espérions à Noël. Notre confiance est récompensée.

Donc affronter l’Hiver pour un homme revient à passer par le tombeau du froid, de la vieillesse et de la mort, en sachant que la pierre en sera  roulée « au 3ème jour » (il y a trois mois entre Noël et Pâques) et qu’il retrouvera la Vie grâce à l’Enfant qui est né à la remontée des jours.

N’oublions pas non plus que c’est une Etoile qui a guidé les Rois Mages auprès de l’enfant de Bethléem. Or qu’est-ce qu’une Etoile si ce n’est un SOLEIL ?

Et là où le monde païen fêtait la victoire future du Dieu Soleil, nous nous devons nous réjouir de la naissance de Celui dont le Soleil n’est que la représentation symbolique : le CHRIST.

Celui qui indique la Voie. Comme le Soleil par son lever, sa culmination et son coucher nous permet de nous repérer dans l’espace.

Celui qui est la Vérité. La Lumière du Soleil éclaire toute chose et nous permet d’agir en connaissance de cause.

Celui qui est la Vie. Sans la chaleur du Soleil, pas de synthèse chlorophyllienne donc pas de vie animale, donc pas de vie tout court sur terre.

Voilà pour une explication analogique très naturaliste.

Mais celle qui compte bien sûr c’est l’explication spirituelle.

La Voie. Le Christ, par Sa soumission au Père et Sa confiance inébranlable en Lui jusqu’à Son dernier souffle, par Son amour inconditionnel pour tous les hommes source de fraternité véritable, par Sa pureté et Son innocence, nous indique la seule voie possible de divinisation offerte à l’homme naturellement ordonné au Bien…mais l’ayant oublié.

La Vérité. Le Christ par la lumière qu’Il déverse dans nos âmes, y révèle les ombres qui l’habitent : le péché, le manque, l’erreur et nous permet de les dissoudre car ces ombres n’ont aucune consistance. Ces ombres qui nous entraînent « du côté obscur de la force » (nous sommes en pleine hystérie de la Guerre des Etoiles)

La Vie. Il a traversé l’épreuve de la mort. Il nous indique comment nous en affranchir à notre tour.

Voilà ce qui se joue à Noël. Voilà ce qui devrait orienter nos réjouissances alors que nous avons peu à peu transformé, au fil du temps révolutionnaire et luciférien qui a couvert notre pays de son ombre, cette fête de Lumière en fête de jouissances, de consommation, de mensonge, voire de transgression.

naissance 3Cet esprit de NOËL fut celui qui, sur le plan politique,  se manifesta dans la naissance de la France lorsqu’au soir du 24 Décembre 496 Clovis, roi des Francs, fut baptisé Chrétien avec trois mille de ses principaux officiers.

Début de la grande geste de notre pays pendant treize siècles. Si la France fut, aux dires de Jean-Paul II la « grande éducatrice des nations » elle le doit uniquement à ce baptême qui lui fut donné, en la personne de son roi, à Noël 496 et qui fit d’elle la championne du Christianisme en Europe encore dominée par le paganisme et la violence des moeurs barbares.

Et il n’est pas absurde de souligner la coïncidence historique qui fit que cette mission spirituelle et politique, s’acheva elle aussi au moment de Noël puisque le procès de Louis XVI – dernier « sergent de Dieu » et « Lieutenant du Christ » – et, avec lui, de la France chrétienne, s’ouvrit le 11 décembre 1792 et que la dernière déclaration du roi devant ses accusateurs fut prononcé le 26 décembre, lendemain de Noël. Tout était alors accompli. Et depuis, nous vivons un temps de ténèbres que les victoires de la science ou de la technique nous ont dissimulée jusqu’à ce que nous nous réveillions devant le gouffre d’une humanité condamnée peut-être à disparaître du fait même de leurs délires.

Aujourd’hui la France chrétienne (et la France tout court d’ailleurs) n’est plus que l’ombre d’elle-même et on en est arrivé au point où bientôt il faudra se battre pour avoir le droit d’exposer une crèche de Noël alors que cette crèche qui représente une famille unie et pleine d’amour autour d’un berceau, devrait à jamais symboliser ce que notre patrie, défigurée, humiliée et trahie par ceux qui la dirigent depuis cinquante ans, n’aurait jamais dû cesser de symboliser pour le monde :  une nation est une famille de familles unies par les liens indissolubles de la chair, de l’amour et de l’esprit, puisant les ressorts de sa grandeur et de sa vitalité dans la fidélité à Celui qui l’avait choisie et réunie entre toutes.

Cet esprit nous a désertés ou plutôt c’est nous qui l’avons trahi avec la complicité de ceux qui devraient le mieux le maintenir et le défendre. Il va nous falloir assumer cet héritage de mort. Ce qui veut dire qu’il nous faudra de plus en plus de courage.

 

C’est ce que je souhaite à tous ceux et à toutes celles qui me liront en ce 24 décembre 2015

JOYEUX NOEL

ET

VIVE LE CHRIST QUI EST LE ROI DES FRANCS

 

4 réponses à to “JOYEUX NOËL”

  • N.G.:

    Vos prévisions concernant le domaine professionnel se confirment Depuis le 19 octobre 2015, j’occupe un nouveau poste(remplacement qui pourrait devenir vacant). Par contre aucune augmentation malgré un travail beaucoup plus important et des horaires plus contraignants (snif)…Pour mémoire, vous m’aviez parlé de « deuil symbolique » à faire, suite à cette prise de fonction. Coïncidence(?), le 12 octobre un collègue de travail est brutalement décédé. Le poste de mon défunt collègue aurait ma préférence, mais ma hiérarchie « bloque » ma candidature. Mon poste actuel comprend aussi des soirées (théâtre) donc pas de « candidat » pour me remplacer si je pars.
    J’espère dans l’avenir une autre évolution (plus intéressante).
    Je ne manquerai pas de vous informer de la suite:).
    Bien cordialement. Excellentes fêtes…

    NG

    • Chère Madame,
      Je ne fais pas de « prédictions« , je me contente de « prévisions » avec toute la part de probabilisme que cela évoque.
      Tant mieux si ces « prévisions » sont confirmées par l’évolution de votre situation professionnelle. Il semble donc que les courants planétaires soient en phase avec les circonstances précises dans lesquelles vous vivez. A vous de savoir les utiliser au mieux.

      D’autre part et si je comprends bien, du fait que vous me dites « occuper » un poste « vacant » (ce qui, à première vue est contradictoire) c’est que, tout en l’occupant vous n’en êtes pas encore titulaire. On peut donc penser que les augmentations interviendront si vous réussissez à être nommée à titre définitif.

      Ce « deuil symbolique  » qui apparaissait dans votre carte du ciel semble indiquer – toujours en fonction des circonstances actuelles – que rien n’est encore joué et que sur l’un des deux postes (celui que vous occupez ou celui que vous convoitez) des évolutions positives sont à espérer. D’autant qu’à la fin de 2016 et pendant tout le premier semestre 2017 Jupiter se trouvera sur votre Soleil natal, position forte et brillante qui devrait puissamment aider à votre promotion….

      Je reste à votre écoute pour les informations que vous voudrez bien me fournir pour la suite des événements.

      Bonnes fêtes à vous aussi et tous mes voeux pour que 2016 satisfasse vos attentes.
      Bien cordialement à vous.

      LSM

  • ROLLAND:

    Un mot sur le père Noël: coca-cola a profité du personnage qui existe depuis bien avant cette entreprise mondiale. Que le « oh,ho,ho » puéril lui doit sa notoriété, sans doute. Mais j’y tiens, ce personnage en traineau, venant du grand Nord, de chez les Hyperboréens existe depuis bien longtemps, parfois habillé de vert, toujours vieux, avec une barbe blanche. Souvenir du Vieil Homme de la forêt? De Saturne apportant l’âge d’or aux humains (jeune, il fut cruel et quasi patricide, se serait-il amélioré avec l’âge, contraint et forcé par la génération montante?). Ce qui est sûr, c’est que le « père Noël » est tout à fait païen, mais fut très populaire, raison pour laquelle, je crois, St Nicolas et l’enfant Jésus (dans mon enfance, c’était « l’enfant Jésus » qui nous apportait encore les cadeaux) ont été chargés de le remplacer, sans succès, ils cohabitent. « l’Esprit de Noël », plus vif chez les anglo-saxons que chez nous est lui aussi, tout à la fois païen et chrétien: païen dans le sens « esprit » = être d’un autre monde et chrétien quant aux sentiments qui devraient nous habiter en cette fête de la Nativité.

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 480988Visiteurs Total:
  • 69Visiteurs aujourd'hui:
  • 132Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives