débatLe lundi soir 07 novembre, j’ai assisté, contrairement à mes habitudes, au débat qui opposait quatre représentants des quatre partis principaux qui se sont disputés nos votes dimanche soir…avec les résultats que nous savons.

 Il y avait là une représentante des EELV et une représentante du FN. Malheureusement j’ai oublié leur nom.

Et il y avait un représentant des « Républicains » en la personne de M. Christian Jacob et une représentante du PS en celle de Mme Juliette Méavel…. qui m’a littéralement scotché sur mon siège tant elle faisait preuve d’arrogance agressive. Une gorgone un rien excitée intervenant sans cesse pour couper la parole de sa malheureuse interlocutrice qu’elle cherchait à intimider, je dirais même à détruire verbalement sous le flux de ses jugements péremptoires et parfaitement gratuits, de ces accusations sans justification aucune, de ses apriori idéologiques; bref tout le contraire d’un débat ou d’une discussion mais quelque chose qui ressemblait à ces réquisitoires où s’illustrèrent toutes sortes de procureurs asservis au Système dans cette merveilleuse URSS de si heureuse mémoire.

Face à elle qui cherchait sans doute à faire oublier les pitoyables résultats de son parti – pitoyables tant sur le plan politique que sur le plan électoral – la représentante du FN subissait sans mot dire, sans couper la parole à qui que ce soit, ce feu roulant d’accusations – qui étaient plus des insultes que des arguments.  Affrontant la harpie haineuse et méprisante qui lui faisait face et qui l’accablait d’un feu roulant d’invectives aussi rapidement qu’une pièce de DCA (c’est qu’on sait causer chez les socialistes, et accuser et invectiver, on ne sait même faire que cela)  cette dame qui aurait pu être sa mère, attendait son tour calmement et demandait à intervenir auprès des deux « modérateurs » en levant la main, bref faisait preuve d’une patience et d’une bonne volonté pour démonter les arguments à l’emporte-pièces dans lesquels on voulait l’emprisonner, dignes d’un esclave stoïcien face à son bourreau.

Tel que je me connais, je n’aurais pas supporté un tel traitement très longtemps et je crois que ma tendance naturelle à la répartie cinglante (que je contrôle, soyez rassurés) m’aurait inspiré quelques noms d’oiseaux parmi lesquels ceux de bécasse agressive, de poule caquetante ou de buse excitée auraient eu quelque chance de me venir à l’esprit.

Quant aux deux autres participants on peut dire que le représentant de l’ex UMP rebaptisée, s’est montré très correct, gardant toujours le ton de la réflexion et de l’argumentation et que la représentante EELV a oscillé entre les deux attitudes, tantôt posée et modérée, tantôt accusatrice mais sans les excès de sa collègue.

Il est vrai que celle-ci est native du Bélier avec MERCURE (la parole) dans le signe du Bélier (parole rapide et impulsive); son SOLEIL étant opposé à URANUS (nette tendance doctrinaire et intolérante). On constate aussi une conjonction MARS/SATURNE (qui signe ce qu’on appelle un « mauvais » caractère : chicaneur, opiniâtre, retors) en Gémeaux (flux verbal, goût de la polémique, esprit procédurier, peu enclin à la bienveillance) au carré de PLUTON (ce qui n’arrange pas les choses sur le plan de la tolérance d’esprit) en harmonie exacte avec le SOLEIL…ce qui confère à cette dame un redoutable esprit critique et offensif qui en aurait fait un excellent inquisiteur il y a quelques siècles.

D’ailleurs c’est exactement le ton et l’attitude qu’elle prenait devant la représentante du FN : on sentait que l’excommunication et la condamnation au bûcher étaient décidées avant même que la discussion ne commençât.

Alors, j’ai eu envie d’aller sur son blog dire à cette furie ce que je pensais de son intervention. Je l’ai fait par l’intermédiaire de la rubrique « Commentaires » du dit blog. Inutile que vous cherchiez à le lire, elle ne l’a pas publié. Pas folle la guêpe, elle ne laisse passer que les commentaires qui la félicitent ou qui ne risquent pas d’égratigner son égo surdimensionné.

Mais elle a tenu à me répondre malgré tout.

 

  • Voici sa réponse à laquelle je n’ai rien changé :

 

 » Monsieur,

A vous lire je me dis que je n’ai sans doute pas dissuadé un électeur de gauche de venir voter dimanche prochain.

Juste une info : les temps de parole ont été comptabilisés par la rédaction de France 3. Celui qui a eu le plus de temps c’était C. JACOB.  Ensuite j’étais exactement dans la même durée d’intervention que la députée européenne du FN à  la seconde près.

Vous voyez comme on peut, de bonne foi, se tromper …

Je me soucie de l’avenir de la France, de cette France issue de tant et tant de brassage et de cultures variées qui lui ont donné au fil des siècles sa créativité et son génie. La figure de « l’étranger  » que vous visez dans votre mail est une richesse des lors que la République lui permet de suivre et de s’intégrer conformément à  ses lois.

 Cordialement « 

 

Inutile de faire remarquer que cette réponse…ne répondait en rien à mon commentaire.
Je n’avais pas contesté son temps de parole (que je n’ai pas calculé) mais la façon déshonorante dont elle s’était comportée avec son adversaire (puisque la république a créé des adversaires politiques, prêts à s’étriper quand les circonstances le permettent) le ton qu’elle avait employé, la technique d’interruption répétée qui fait perdre le fil des explications de celui ou celle qu’on veut empêcher de témoigner, les accusations gratuites qui tendent à le ou la disqualifier, etc….

Quant « au génie de la France constitué de tant et tant de brassages et de cultures variées » une telle contre-vérité méritait une mise au point.

 C’est ce que j’ai fait il y a un moment.

Je vous communique donc la réponse que j’ai faite à cette dame in-extenso.
Vous vous ferez une idée par vous même.

Bien cordialement à tou(te)s.

 LSM

 

  • Ma réponse à Mme Juliette Méavel :


 » A madame Juliette Méadel, porte-parole du PS.

 

 » Madame,

Je vous remercie de votre réponse qui m’autorise à vous faire remarquer que je ne parlais pas de la « durée » de vos interventions (bien que je sois un grand admirateur de Bergson ) mais de vos interruptions permanentes pour empêcher votre interlocutrice de s’exprimer, de votre style agressif et méprisant, de vos accusations stériles. D’ailleurs il est évident, pour qui a assisté à l’émission, que si vous  n’aviez été rappelée à l’ordre à plusieurs reprises par les « modérateurs » (qui vous étaient pourtant tout acquis) vous auriez largement débordé votre temps de parole sans le moindre scrupule.

Maintenant, en oubliant votre cas personnel, il me semble que dans un régime civilisé et gouverné par le bon sens et la fraternité (la vraie, pas celle de la « république ») il devrait être possible de manifester le désir de servir tant les intérêts supérieurs que les intérêts pratiques du pays, en proposant des solutions différentes à partir d’une vision différente des responsables au pouvoir, sans se trouver diabolisés par ceux qui ne voient pas les choses du même oeil que nous. On pourrait discuter sur les buts et les moyens certes, mais en gardant à l’esprit que celui qui présente une solution et des moyens différents des nôtres, n’est pas moins digne de respect et de considération que nous même du simple fait qu’il a adopté un paradigme étranger au nôtre.

Or, on s’aperçoit, que le discours de la gauche (et celui de la droite qui est toujours à la remorque des idées de gauche avec un temps de retard, la propagande de gauche ayant su la persuader qu’elle avait raison avant elle et qu’il fallait la rattraper) ne respecte en rien cette nécessité absolue du vivre ensemble, du gouverner ensemble. Pourquoi ? Parce que  » la république » (qui n’est que la traduction cryptée de l’idéologie maçonnique) – et contrairement à ce que vous prétendez – n’est pas une pratique qui rassemble mais une doctrine qui divise. Et cela dès les origines lorsque les vertueux républicains de 1792 massacraient allègrement les Français qui avaient le malheur de ne pas trop apprécier le régime de terreur que ces dits républicains, amoureux de la liberté, de l’égalité et de la fraternité – comme on le sait – étaient en train d’imposer à la France après avoir renversé un Régime contre le désir même des Français qui les avaient élus, dévasté les Institutions qui avaient assuré le rayonnement de notre pays pendant treize siècles, assassiné son souverain légitime et sa famille, persécuté la religion chrétienne qui avait donné naissance à la France et jeté l’Europe dans une guerre continentale.

La « république » que vous invoquez n’est pas un mode de gouvernement mais une religion rien moins que tolérante (une idéologie en fait) qui, à l’instar de toute autre religion archaïque, ne supporte pas qu’on contredise ses régles, sa vision de l’homme et de la société (celle d’un l’Homme universel, déraciné, acculturé, se donnant ses propres lois et tournant le dos à la Révélation). La « république » veut contrôler le politique, le social et le religieux : il n’y a qu’à écouter Peilhon hier Valls ou  Belkacem aujourd’hui pour être fixés sur ses objectifs réels. Elle vise à l’emprise totale sur les âmes et sur les esprits. Elle est donc d’essence totalitaire. Comme l’islam qui n’est pas une simple religion mais un projet de société intégral.

Et cela explique que vous considériez comme une richesse l’implantation de dix millions de musulmans sur le sol de France (quelles que soient leurs qualités individuelles, mais les Allemands de 1940 n’avaient-ils pas des qualités individuelles qui leur fussent propres ?) dont le vote, demain, pourra installer la Sharia dans notre pays. Il y a une réelle affinité entre l’idéologie « républicaine » qui a provoqué d’innombrables révolutions violentes de par le monde et qui a ainsi enfanté le national-socialisme, le communisme et le fascisme… et l’idéologie islamique qui produit le djihad et ses tueurs. Dans les deux cas nous avons absorption du politique, du social et du sociétal, par le religieux ou l’idéologique dont la marque première est le fanatisme et l’intransigeance. Dont vous auriez dû nous préserver car « gouverner c’est prévoir« .

Ces affinités intellectuelles expliquent que vous vous sentiez autorisés, vous et vos coreligionnaires socialistes, à rejeter aux enfers ceux qui, tout en désirant servir leur pays dans la loyauté et la fidélité, n’adhèrent pas à vos mots d’ordre et aux « valeurs » que je viens de résumer. Ou, pire, ceux qui s’obstinent à considérer que la grande idée de la France n’est pas née en 1789 mais en 496 quand elle fut portée sur les fonts baptismaux de Reims. Une France chrétienne ! Quelle horreur ! Faisons donc comme si elle n’avait jamais existé.

Quelles que soient leurs qualités personnelles, leur bonne volonté ou leur efficacité pratique, ces personnes qui s’inscrivent hors des cadres bornés de vos préventions « républicaines » telles que vous les concevez [la « république » qui, en son fonds, n’est que « la chose commune » n’appartient à aucune famille idéologique] ne peuvent qu’être ostracisées, vilipendées, déconsidérées voire condamnées. Bref, occuper la place de la brebis galeuse ou du bouc émissaire – si cher à René Girard – dans votre conception du légitime et de l’acceptable.
Cela explique la façon dont vous vous obstinez à traiter les militants et les électeurs du FN qui ne sont que de braves Français comme moi et peut-être même comme vous…..quoique l’abondance de vos études théoriques vous ait peut-être un peu coupée des réalités prosaïques.  Et il y a peu de chance que vous puissiez les comprendre tant que nous n’aurez pas été lavée de la doxa socialiste que le Système a imprimée dans  votre esprit, comme le Maoïsme configurait l’esprit des pauvres Chinois dans ses camps de rééducation démocratiques et populaires….

Attitude d’intimidation et de propagande tellement intelligente de votre part, que le FN est désormais le premier parti de France et qu’il est en mesure d’emporter la moitié de ces Régions françaises que vous avez si bien administrées et si bien tenté de fanatiser contre lui, qu’elles vous placent presque partout en 3ème position. Sauf en Bretagne où la personnalité de Jean-Yves Le Drian, le seul ministre qui fasse bien son boulot, compte sans doute pour beaucoup.

Je vous le disais : le fanatisme et l’idéologie rendent stupides mêmes les plus doué(e)s.

Je ne sais si « vous vous souciez de l’avenir de la France » mais il est évident que vous vous y prenez mal en adhérant à un parti qui nous a vidé de notre identité et de notre souveraineté

  • par le haut avec l’édification d’une Europe détournée de sa vocation première et  asservie aux intérêts du mondialisme libre-échangiste (essentiellement anglo-saxon) qui a passé les pays et les nations à la trappe depuis longtemps. Une Europe technocratique qui, progressivement, nous a privés de notre agriculture, de notre sidérurgie, de  notre industrie, a étouffé notre commerce et qui contrôle notre législation à 80%.

  • mais un parti qui nous dilue aussi par le bas en important un électorat de rechange grâce à une politique migratoire qui a installé environ (puisque toutes les statistiques sont interdites sous votre beau régime de « transparence ») dix millions d’extra-Européens qui n’en ont « rien à cirer » (comme diraient mes enfants) de notre Histoire, de nos moeurs, de nos valeurs, de notre culture et qui y sont même plutôt hostiles dans l’ensemble. D’où la multiplication des « voiles » que nous n’observions pas il y a quelques années……Sauf à m’opposer de rares exceptions que vous vous empresseriez de me citer en exemple si vous pensiez pouvoir me convaincre.

  • Un parti qui non seulement a favorisé l’invasion/colonisation de notre pays mais, en appliquant le droit-de-l’hommisme maçonnique de façon radicale, s’est arrangé pour que, au fil du temps, « l’étranger » (que vous appréciez tant) soit mis d’abord sur un pied d’égalité puis soit privilégié par rapport au Français d’origine (le « souchien » comme disent vos protégés étrangers) en interdisant à celui-ci de se défendre sous peine d’ excommunion « raciste » (voir le dernier ouvrage de Philippe de Villiers et l’histoire de la monumentale escroquerie mise sur pied par François Mitterrand avec « SOS Racisme » pour empêcher les Français de dire leur refus de l’immigration).

Si bien que ce que vous servez ce n’est pas la France mais le projet qui consiste à la dissoudre pour l’inféoder à l’un des deux « Empires » (pour parler comme dans « La guerre des étoiles ») qui se dessinent à l’horizon et dont

– l’un prendra la forme d’une sorte de république universelle, mondialiste dont l’oligarchie financière internationale (essentiellement anglo-saxonne, je le répète), aura pris le contrôle,
– et dont l’autre pourrait être le Dar Al-Islam que vous favorisez avec votre « padamalgamisme » et votre « égalitarisme » imbécile entre les cultures.

– empires dont vous serez (étant donné vos brillantes études, votre relative jeunesse et les services que vous vous sentez prête à leur rendre) une des fonctionnaires les plus zélées plus tard. La seule différence pour vous étant que dans le premier cas vous n’aurez pas de hidjab ou de burka à porter et ne serez pas en concurrence avec trois autres épouses.

Enfin un dernier mot (pardon d’avoir été si long mais dès qu’on ne se contente pas de parler politique en se jetant des slogans ou des invectives à la tête, mais qu’on cherche à vraiment s’expliquer, on ne peut éviter de développer) mais je ne peux laisser passer cette pure affirmation de propagande, cette phrase toute faite pour fin de banquet (républicain off course) suivant laquelle la France serait :

« issue de tant et tant de brassage et de cultures variées qui lui ont donné au fil des siècles sa créativité et son génie« .

Je veux bien croire que les études que vous avez suivies soient toutes inspirées du politiquement correct – c’est à dire anti-français, anti-identitaire et tiers-mondiste – mais vous êtes une grande fille et vous pouvez essayer de vous instruire par ailleurs comme j’essaye de le faire tous les jours depuis plus de soixante ans.

Vous découvrirez ainsi qu’à la veille de la guerre de 14/18, en 1911 pour être précis, une étude démographique publiée dans la presse française montrait que la population de notre pays comptait moins de 3% de personnes d’origine étrangère. Moins de 3%.
Où est-il ce grand brassage ?
Question subsidiaire : A quel pourcentage en est-on un siècle plus tard, grâce à vous les socialistes en général et à Mitterrand en particulier ? Sans oublier ce que nous devons en la matière à Giscard, à Chirac et à Sarkozy qui portent une lourde responsabilité dans l’invasion/colonisation de notre pays…

Contrairement à ce qu’on nous serine avec tant de force que cela devrait éveiller la méfiance des braves gens, notre pays n’a jamais été un pays d’immigration importante au cours des siècles. D’ailleurs si vous exceptez Mazarin, le maréchal de Saxe, et, éventuellement, Gambetta, Zola et Bergson et, sans doute quelques autres plus obscurs, vous trouverez difficilement un nom à consonance étrangère dans la liste, Ô combien serrée, des génies, des saints, des artistes et des grands hommes de toutes disciplines qui ont illustré notre Histoire nationale. Quant à y trouver un nom islamique, je vous souhaite bien du plaisir à vous et à cette grande giguedouille de Jacques Chirac qui changeait de conviction encore plus vite que Lucky Lucke ne tirait son pistolet, et qui évoquait « les racines musulmanes de l’Europe » sans rire et sans faire rire ceux qui l’écoutaient.

Certes il n’en est pas de même pour le vingtième et le vingt-et-unième siècle avec les Polonais, les Espagnols, les Italiens et les Portugais qui se sont installés chez nous : tous Européens, tous Chrétiens de culture et de moeurs (même les furieux républicains espagnols) tous amoureux de la France et prêts à la servir voire à mourir pour elle avant même d’y poser le pied. J’en parle avec pertinence car je suis issu de quatre générations d’Italiens qui ont tous travaillé pour la France au lieu de se brancher sur ses services d’assistance comme des sangsues sur le cou d’un chien et qui m’ont tous appris à la révérer. Qui d’ailleurs ont combattu pour elle lorsqu’elle a été menacée, de 1914 à 1962. Ce qui m’autorise à m’exprimer en tant que Français aujourd’hui alors que » je n’ai pas une goutte de sang français…à me reprocher » comme je le dis souvent à ceux qui m’accusent de « haïr les immigrés« .

Il n’en est plus de même avec cette colonisation de peuplement extra-européenne, conditionnée par des siècles d’obscurantisme musulman, que vous avez encouragée, financée, imposée, d’abord pour favoriser la destruction de l’unité et de l’identité d’un pays que vous vouliez préparer à se fondre dans le grand melting-pot mondialiste si cher au messianisme républicain et maçonnique qui ne peut concevoir l’homme qu’apatride, désidentifié et déraciné.
Et accessoirement  (comme je le disais plus haut) pour « remplacer » l’électorat ouvrier quasi disparu du fait de l’effondrement des activités qui le faisaient vivre,  par un « électorat » étranger. Ce qui, en matière constitutionnelle devrait s’interpréter comme une forfaiture – pour ne pas dire une trahison – et dont vous aurez un jour à répondre, sinon devant une Haute Cour, du moins devant le tribunal de l’Histoire. Si tant est que vous ayez laissé une chance à notre pays de poursuivre ses destinées, autrement que de façon virtuelle comme un simple nom sur une carte de géographie.

Une chose devrait malgré tout vous inspirer un peu de bon sens quand vous évoquez cette chance pour la France que représente, d’après vous, la présence mahométane massive sur notre sol. C’est que tous les tueurs qui se sont illustrés ces derniers temps par les carnages qu’ils ont perpétrés sur des compatriotes et des visiteurs étrangers que vous, au pouvoir, aviez la charge de protéger, tous avaient une nationalité européenne : française surtout ou belge si j’ai bien suivi ! La plupart étaient donc nés en France, avaient été à l’école de la République où ils ont appris (dans l’héritage de la pensée soixante-huitarde qui n’a pas fini de distiller ses poisons dans notre Enseignement dit national) à mépriser la France raciste, la France coloniale, la France discriminatoire, la France inégalitaire et liberticide, la France homophobe, islamophobe, promiscuitophobe, bobophobe, toutcequonveutphobe…… mais ne leur a jamais appris à aimer la France en tant que mère civilisatrice et pourvoyeuse de tout ce dont nous, Français, avons hérité d’irremplaçable et pouvons nous honorer : une culture, une civilisation, un art de vivre exemplaire, une terre splendide, une patrie illustre, une Histoire  prodigieuse et une Espérance communes sanctifiées par notre enracinement dans la foi chrétienne. Même les athées bénéficient chez nous de l’apport chrétien dans notre culture et nos moeurs, comme ils bénéficient de l’influence adoucissante du Gull-Stream sur notre climat sans même le soupçonner.
De plus, il est apparu que ces « jeunes chances pour la France  » n’avaient jamais été endoctrinées en prison, ni même dans la mosquée de leur quartier. Ce ne sont donc pas des « jeunes égarés » et détournés du droit chemin par des influences nocives, mais des jeunes parfaitement conscients des engagements qu’ils prenaient. Et où se sont-ils donc assimilés cette culture islamiste qui les a poussés à agresser le pays qui les nourrissait et qui aurait dû leur inspirer amour et reconnaissance, si ce n’est dans leurs quartiers, leurs familles, leurs « banlieues », leur « communauté », leur culture endogène ? pour blesser un pays où pourtant ils avaient vu le jour…..
Ce qui démontre au passage, s’il en était encore besoin, que le jus solis d’une part et la politique d' »intégration » au lieu de l' »assimilation » d’autre part sont des crimes contre la France dont il faudra s’expliquer à un moment ou un autre.

Philippe de Villiers a affirmé, il y a une vingtaine d’années que « nous vivions avec une bombe dans le ventre« .
Cette bombe à commencé d’exploser et elle aura hélas des répliques, mais ce qu’il faut savoir c’est que cette bombe c’est votre « république socialiste et droit-de-l’hommiste » qui l’a fabriquée et programmée et vous aurez peut-être à en rendre compte un jour là aussi.

Vous avez commencé à expier vos mauvais coups contre votre pays par les résultats que vous avez obtenus au dernier scrutin.
Mais il est visible, à vous entendre vous et vos comparses, et à vous lire, que vous n’êtes pas à la veille d’une saine conversion intellectuelle et d’une nécessaire repentance, votre idéologie vous rendant incapables de tirer les conclusions qui s’imposent. Vous êtes comme ces émigrés qui « n’avaient rien appris et rien oublié« . En plus, vos postes et les avantages qui s’y attachent, dépendant directement de votre capacité à vous maintenir au pouvoir – en enfonçant un peu plus notre pays dans l’ornière – il vous est difficile de ne pas persévérer …

Donc, il n’y a rien à espérer de votre part (je parle toujours des « républicains » en général sinon de vous en particulier).

Mais ce peuple que vous méprisez comme vous le faites en le traitant comme un peuple de demeurés (certains propos de nos hauts responsables sont très significatifs du peu de confiance qu’ils ont en la démocratie, la vraie, celle qui se manifeste dans les urnes et pas dans les loges, les appareils et les média) en couvrant d’opprobre le FN qui en est désormais l’expression majoritaire,  ce peuple donc est en train de vous dire : « Arrêtez votre baratin, on a compris qui vous êtes et où vous étiez en train de nous mener. Dehors les artistes on vous a assez vus ! ».
D’où votre numéro d’indignation méprisante sur FR3 : il fallait bien sauver la face et, bien que vous me soyez apparue très odieuse dans vos comportements, je vous plains.

Comme je vous le disais, je suis royaliste Légitimiste, je ne crois pas que la « révolution » et la « république » aient été bénéfiques à ma patrie et à l’humanité. Si bien que – hors-jeu par définition –  je me sens autorisé à juger des choses que je vois et entends avec assez de recul pour prétendre à une certaine impartialité. Je ne sais ce que le FN est en mesure de faire pour arrêter l’effondrement de notre civilisation et le déclin de notre pays agressé de toutes parts (agressions souvent silencieuses mais non moins destructrices). Mais ce que je sais c’est qu’il lui sera difficile de faire pire et plus pervers que vous et l’UMP alternativement.

Certes, il devra absolument prendre des dispositions qui pourront s’avérer difficiles à vivre dans un premier temps, vautrés que nous sommes dans ce matérialisme hédoniste et libertaire qu’on a tellement encouragé sous vos législatures et celles de la « droite » honteuse. Mais tout autre parti décidé à atteindre le même objectif – le redressement du pays – serait obligé de prendre les mêmes mesures car la réalité ne dépend pas de nos apriori idéologiques, mais du cours des choses que nous devons apprendre à comprendre et à respecter si nous voulons le maîtriser.
On ne redresse pas, un organisme affaibli par des lustres de pratiques (politiques) destructrices sans une médication qui soit à la hauteur du pronostic vital. Et peu importe quel médecin vous la prescrit si elle vous sauve la vie.
N’est-il pas ?

Le tout c’est que la France et le peuple de France survivent, que mes petits-enfants grandissent dans un pays ayant évacué les poisons qui le menacent et dont ils pourraient souffrir en tant que Français et en tant que Chrétiens : or le socialisme, le libéralisme, l’islamisme, le mondialisme,  et le républicanisme (tel que vous l’entendez) qui les condensent tous, constituent ces poisons instillés dans l’âme de notre Patrie. Je doute que le FN puisse nous en délivrer totalement. Mais il pourra peut-être favoriser un redressement authentiquement national et préparer les voies de cette restauration spirituelle de notre pays sans laquelle toutes les gesticulations politiciennes resteront vaines dans le meilleur des cas. Mortelles dans le pire.

Le FN aujourd’hui apparaît comme un Service d’Urgence qui stoppe l’hémorragie et prépare le grand blessé à subir l’opération qui le sauvera (peut-être) dans le Service de Chirurgie. Et ce n’est déjà pas si mal s’il se montre à la hauteur de sa tâche.

Faisons confiance à la Providence qui guide notre Histoire depuis plus de quinze siècles et qui choisit, pour l’accomplissement de ses desseins, les voies les plus efficientes – même si, à vue de politicien(ne) elles peuvent sembler étranges – pour nous indiquer, le moment venu, la voie définitive c’est à dire les Institutions propres à assurer la pérennité de notre patrie : la royauté très chrétienne.

Saint Pie X (vous lui préférerez sans doute Jaurès ou Clémenceau) affirmait que la cité idéale n’était pas à inventer, qu’elle existait déjà et que c’était la cité catholique.

Il avait parfaitement raison dans le sens où dans le Christianisme le politique et le religieux sont parfaitement distincts et complémentaires et n’empiètent pas l’un sur l’autre (ce qui n’est pas le cas dans votre république ni dans l’islam). On peut aboutir à une organisation harmonieuse de la société, avec des institutions soucieuses du Bien Commun où exigences morales et spirituelles ne sont pas ignorées dans le traitement des nécessités profanes, pratiques, économiques, sociales assurées par le politique. Une société dans laquelle, par exemple, on ne tolérera pas la pornographie qui envahit les écrans de nos enfants sous prétexte que son énorme chiffre d’affaire intervient dans le calcul du PIB. Dans laquelle on ne forcera pas les gens à travailler le dimanche, jour de la famille et du Seigneur, pour qu’ils soient en mesure de payer leur loyer…

Il y a une vision chrétienne de la société qui repose essentiellement sur le Décalogue, c’est la tâche de l’Eglise que de nous la communiquer (si elle veut bien recommencer à jouer son rôle) et il y a une application pratique aux réalités concrètes sur le terrain avec le concours des citoyens appelés à voter. Le roi – arbitre indépendant de tout intérêt partisan – les institutions laïques au vrai sens du terme (les assemblées) où le peuple est amené à se prononcer sur les questions qui le touchent de près.
C’était le programme des Légitimistes qui, à la fin du XIXème siècle étaient les seuls à combattre pour le suffrage universel….contre les républicains et les bonapartistes qui n’en voulaient pas !
Vous l’ignoriez ? Je suis heureux de vous l’apprendre car cela devrait commencer à vous ouvrir les yeux.

Dits en d’autres termes, ni les exigences économiques et commerciales d’un côté,  ni celles de la mise à disposition des biens pour tous de l’autre, ne peuvent aboutir, d’un côté :  à la domination des intérêts mercantiles sur tout autre considération (philosophie du libéralisme ou du libre-échangisme) ni, de l’autre,  à la collectivisation des moyens de production et à la suppression du droit de propriété (doctrines socialiste et marxiste). Voilà pour l’économique.

D’autre part, aucune considération d’essence doctrinaire/idéologique, ne doit jamais aboutir à la mise en danger de l’épanouissement spirituel humain dans sa dimension religieuse et, inversement, aucune impératif religieux ne peut aboutir à la condamnation d’un homme sous prétexte qu’il veut choisir une religion autre que celle de ses pères, de consommer ceci ou cela, de faire ceci à tel moment et cela à tel autre, et autres aberrations équivalentes; ou à celle d’une femme qui préfère s’inspirer de la mode du moment plutôt que de porter la burka qui insulte à sa dignité de femme.
Les deux exigences doivent s’équilibrer dans une commune observation des règles de  bon sens et de bienveillance.
Et seule  la doctrine sociale de l’Eglise inspirée par la Parole et le Témoignage du Christ et non celle du Livre et de ses archaïsmes idéologisés, remplit à ma connaissance, cette double exigence du respect des deux ordres – le religieux/moral et le politique/social – le sacré et le profane.

Deux ordres que le « républicanisme » tel que vous l’entendez et le pratiquez ne respecte pas lui non plus puisqu’il se veut politique et religion de l’Homme tout à la fois.

Je pourrai poursuivre ma démonstration sur le plan de la sphère du culturel en montrant que le multiculturalisme si cher aux socialistes n’est pas l’égal respect de toutes les cultures mises arbitrairement sur un pied d’égalité sans tenir compte de leurs spécificités et leurs diversités, mais qu’il est un outil pour déclarer la guerre aux cultures enracinées et les détruire les unes par les autres

–        soit par le nivellement et l’indifférenciation entre des cultures d’inégales valeurs (car les cultures sont fondamentalement inégales) comme on le fait à l’école en déclarant l’égalité intellectuelle entre tous les élèves ce qui permet de fabriquer « des crétins » qui seront aptes, plus tard à avaler la doxa socialiste sans sourciller étant privés de tout esprit critique.
L’égalité devant Dieu annoncée par saint Paul, a été transformée en égalitarisme absurde, voire criminel.

–        soit à assurer sournoisement la domination d’une culture sur toutes les autres : la « culture » anglo-saxonne par exemple (pour les libéraux) ou la culture droit-de-l’hommiste (pour les socialo) occupant le champ de la culture chrétienne qui est la  nôtre et l’étouffant peu à peu.

Dans tous les cas ce qui est en jeu c’est la disparition des repères, des références et des réflexes, qui nous ont constitués au cours de l’Histoire, pour faire advenir la Grande Religion Mondialiste, d’inspiration maçonnique, donc socialiste, donc républicaine (donc luciférienne, ajouterai-je pour ma part) que les responsables véritables de votre parti, appellent de tous leurs voeux sans même que les braves socialistes de base qui espéraient voir leurs conditions de vie s’améliorer grâce à vous, puissent soupçonner vers quoi on les achemine vraiment : la perte d’identité, l’enfer du multiculturalisme, l’insécurité fondamentale d’un homme privé de la protection des défenses naturelles que constituaient la famille (que vous vous acharnez à détruire) la nation (idem) la religion (ibidem) et toutes les autres communautés naturelles qu’il a mises en place au cours de l’Histoire et qui, ensemble, configurent une civilisation désormais moribonde grâce à vos bonnes oeuvres.

Pardon pour cette dérive philosophique, merci de m’avoir (peut-être) lu jusqu’au bout et bonne chance à la France…qui n’est pas la « république » et qui le sera j’espère de moins en moins malgré vos efforts.

LSM

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 440088Visiteurs Total:
  • 108Visiteurs aujourd'hui:
  • 103Visiteurs hier:
  • 1Visiteur(s) en ligne:
Archives