DJIHAD 1Lettre Ouverte à  M. Dalil Boubakeur,

Recteur de la Grande Mosquée de Paris

et président du Conseil Français du Culte Musulman.

 

M. le Recteur,

Suite à la longue série de crimes et de massacres perpétrés par les adeptes de l’Islam dit radical, situation qui a pris un relief tout particulier ces derniers jours, mais qui, en fait, a commencé dès le VIème siècle et ne s’est jamais interrompue, je vous ai entendu à plusieurs reprises – ainsi que certains des plus éminents responsables du culte musulman en France – exprimer votre indignation et votre condamnation sans nuance concernant ces « pieuses » décapitations au couteau en nous rappelant que « seul Dieu donne la vie, seul Il peut la reprendre et que personne n’a le droit de le faire à Sa place ou de l’abîmer » (je cite de mémoire, mais je ne crois pas trahir votre pensée).

Je me suis dit alors : «  Tiens ! le Recteur est devenu Chrétien ! ». Mais je me suis aussitôt repris : «  Voyons, si Dalil Boubakeur s’était converti, cela se saurait ! Les grandes orgues médiatiques ne tariraient pas de commentaires et le monde musulman « français » serait en pleine ébullition. Or ce n’est pas le cas. Donc tu te trompes » ai-je conclu in petto.

Si bien que je suis plongé depuis, dans la plus extrême perplexité. En effet ou vous même mais aussi les innombrables braves Musulmans de France qui nous rebattez les oreilles en toute occasion avec « l’Islam, religion de paix, d’amour et de tolérance » ne connaissez pas le Coran et l’histoire de la prédication islamique écrite au fil du cimeterre bien plus qu’à la plume d’oie et vous êtes de bonne foi ; ou vous le connaissez et alors vous vous moquez de nous.

Passe pour le Musulman de la rue qui, probablement, ne connaît pas plus les textes de base de sa religion que le Catholique lambda ne connaît les Evangiles et les textes du Magistère. Mais vous, M. le Recteur, pouvez-vous les ignorer ? Et, si nous refusons de vous offenser en acceptant cette idée, il nous faut bien vous avouer que nous ne comprenons pas que vous puissiez proclamer urbi et orbi que l’Islam est une religion de paix et d’amour puisque c’est tout le contraire qui apparaît soit dans les faits, soit dans la lecture du Coran lui même, soit dans son exégèse par des générations d’érudits au cours des âges. Pour ne rien dire des interprétations de certains responsables contemporains.

Il n’est qu’à ouvrir les yeux sur ce qui se passe dans le monde musulman pour être parfaitement édifié sur la façon dont les adeptes de Mahomet entendent les mots « paix, amour, tolérance » : que ce soit du côté sunnite ou du côté chiite. Non par des groupes terroristes mais par des nations et des gouvernements dument représentés à l’ONU, officiellement musulmans (ayant adopté la Sharia dans leurs « constitutions »)  et qui n’ont rien à voir (du moins officiellement) avec les forcenés de l’« Etat Islamique » et leurs épigones.

Les exemples de lapidation, exécutions par le fer et le feu, massacres collectifs, conversions forcées sont si nombreux et connus que je ne vous ferai pas l’injure de vous en fournir quelques exemples, vous les connaissez sans doute mieux que moi. Mais vous avez décidé qu’ils ne vous concernaient pas, vous le Musulman « modéré », bien intégré, etc….

Cette surprenante attitude schizophrénique était déjà soulignée dans un article  paru dans les 4 VERITÉS du 12 octobre 2012 (n°862) où  Christian Lambert,  ancien Ambassadeur, porte un regard expérimenté sur l’Islam et les comportements divalents de ses adeptes en France. Il écrivait :

« Nous voulons simplement souligner ici que les musulmans modérés très bien intégrés en France n’ont rien à voir avec le fondamentalisme salafiste; et nous nous étonnons que certains d’entre eux protestent contre les attaques portées contre le terrorisme islamique en prétendant être stigmatisés en tant que musulmans ?

Ou bien ils sont des «taupes» complices et nous comprenons pourquoi ils protestent, ou bien ils sont vraiment lucides, objectifs et modérés et alors on devrait les entendre et les voir aux premiers rangs de la lutte contre le salafisme et le terrorisme.

Quand donc acceptera-t-on d’admettre une fois pour toutes que le premier jet des révélations inspirées de Mahomet a pu créer un mouvement religieux honorable (Coran de la Mecque) mais que par la suite Mahomet (et ses successeurs) a pu dévier en abrogeant certains versets initiaux pour les remplacer par des versets guerriers, violents, voire épouvantables, qu’on a pu taxer à juste titre de «sataniques» (Coran de Médine) C’est à ces derniers versets que se réfèrent les terroristes mais…. que font semblant d’ignorer les modérés ! Pourquoi ce tabou dans l’exposé du Coran ?
Il est surprenant que tant de Français nient encore l’évidence: L’Islam est en guerre contre le monde occidental judéo-chrétien. Les preuves en sont multiples: l’attentat à New York, le 11 septembre 2001 (3000 morts), est une véritable déclaration de guerre; les attentats meurtriers en France, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Argentine, les enlèvements en Afrique sahélienne, au Yémen, en Somalie, la guerre ouverte en Afghanistan menée par le Pakistan musulman, les préparatifs iraniens pour rayer Israël de la carte du monde, Al-Qaïda solidement implanté au Nord du Mali et du Nigéria ainsi qu’en Libye, les récentes manifestations anti-occidentales à la suite de la publication de caricatures hostiles à Mahomet qui ont provoqué des douzaines de victimes dont, le 11 septembre, l’ambassadeur des États-Unis, Chris Stevens, connu cependant pour son activisme en faveur des « printemps arabes » et de la « Libye libérée » (comme Hillary Clinton, Nicolas Sarkozy et BHL). Autant de preuves indéniables de l’offensive mondiale de l’Islam contre l’Occident.

Ceci étant, il me faut dire que les attaques publiques contre une religion, quelle qu’elle soit, sont inacceptables.

 [….]

Cette offensive de l’islam s’inscrit dans une continuité séculaire.

Dès sa création, l’Islam, religion spirituelle et temporelle totalitaire, a eu pour objectif prioritaire de supprimer tout adversaire pour établir sur terre le royaume suprême d’Allah. Il faut tuer le Juif, le chrétien, le mécréant… Au Xlle siècle, l’Islam dominait de l’Inde jusqu’à l’Espagne, La Mecque était un peu le centre du monde. Au XlXe siècle, l’empire ottoman dominait la Grèce, les Balkans, et l’Afrique du Nord. La Méditerranée était la mer des Barbaresques qui lançaient des expéditions sur les rivages de France et jusqu’en Islande, pour procurer des femmes au sultan et autres califes aux milliers d’esclaves chrétiens.

Dans la deuxième partie du XlXe siècle, la supériorité technologique de l’Occident permit la colonisation et le retrait de l’Islam pendant près d’un siècle. Les Européens établirent la civilisation en Afrique et en Asie. L’Islam recula.

Mais, en 1945, l’idéologie de l’illusion et de la faiblesse engagea l’Occident sur la voie du suicide.

La colonisation disparut et l’islam revint en force. il règne maintenant au Proche et au Moyen-Orient, dans une grande partie de l’Afrique et de l’Asie, en Afghanistan, au Mali où la charia fait amputer le voleur de la main ou de la jambe, où les couples non mariés sont lapidés à mort (s’il en était ainsi en France, quel chantier!), où les églises sont incendiées, où un musulman qui se convertit à une autre religion est aussitôt condamné à mort. À tout cela s’ajoute un gigantesque trafic de drogue. L’Afghanistan est le premier producteur mondial d’héroïne. Des tonnes de cocaïne passent par le Sahel islamique à destination de l’Europe, où se trouvent désormais 40 millions de musulmans. Tous, assurément, ne sont pas terroristes, mais si 0,1 % le sont, cela fait 40 000, avec combien de kamikazes? On vient d’avoir un petit aperçu de cette réalité sur la place de la Concorde, devant l’ambassade des États-Unis, où ont manifesté les salafistes de France après la publication d’un film injurieux et stupide. Le jour où les musulmans modérés neutraliseront eux-mêmes les fondamentalistes, on pourra croire à l’islam modéré. Pas avant! [C’est moi qui souligne]

Le problème ne se limite donc pas à interdire le port du voile, de la kippa, et de la croix. La France compte aujourd’hui 1900 lieux de culte musulmans, dont une cinquantaine tenue par des fidèles du wahhabisme saoudien. La grande mosquée de Strasbourg vient d’être inaugurée, construite grâce aux fonds de l’Arabie, du Maroc… et du contribuable français! Et les monarchies pétrolières, qui paraissent proches de l’Occident, financent, en fait, discrètement les extrémistes islamistes avec la participation de la Ligue islamique mondiale et les moyens considérables de diffusion de la télévision (Al Jazeera) et d’internet. L’Arabie propage, en outre, le salafisme, dans ses universités de Ryiad, de La Mecque et de Médine. Des milliers d’étudiants sont ainsi endoctrinés.

Enfin, les oeuvres d’art impies doivent être détruites. Les grands Bouddhas de Bamyan en Afghanistan inscrits au patrimoine mondial de l’humanité ont été dynamités. Le musée de Kaboul a été anéanti. Et le trésor de Benghazi ? Et le musée de Bagdad ? C’est sans doute ce qui a fait dire à Manuel Valls, le 27 septembre  : « Soyez fiers de l’islam que vous construisez! »

Si vous voulez une idée du climat, lisez la sourate 33, verset 39: « Ô Prophète, dis â tes épouses, tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leur grand voile… » Immuable depuis les origines, l’islam interdit toute adaptation. La souveraineté n’appartient pas au peuple. Elle ne doit revenir qu’à Allah, le Tout-Puissant.
L’islam est totalement incompatible avec la démocratie.

Ce qui fait que notre ministre de l’Intérieur a longuement salué, toujours le 27 septembre, « le discernement, la maturité, la responsabilité, la sécurité, l’attachement total aux valeurs de la république »  dont fait preuve l’Islam en France et, sans doute, partout ailleurs. Tout cela est très clair. Espérons que ce ne sera pas encore plus clair quand une voiture piégée explosera devant les galeries Lafayette ou qu’un TGV déraillera à 300 km/h.

Un mot pour terminer: un réseau terroriste vient d’être démantelé. Ce sont des Français convertis à l’islam, a déclaré avec insistance Manuel Valls. Évidemment, il est naturalisé plus de 100 000 immigrés par an et Manuel Valls veut encore augmenter ce nombre. Et bien, on récoltera ce qu’on aura semé ! »

 

  • Quelques chiffres éloquents

On n’est pas obligé de partager l’intégralité du point de vue de M. Lambert, mais je ne crois pas non plus que les événements survenus depuis la rédaction de cet article paru il y a deux ans, puissent aller dans le sens d’une contestation possible des faits et des comportements qui y sont succinctement dénoncés surtout quand on constate que « l’un des propos les plus anciennement transmis de Mahomet est le suivant : « J’ai reçu l’ordre de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils disent « point de divinité excepté Allah ». Le combat militaire est par conséquent consubstantiel à l’Islam, particulièrement  en temps de réveil religieux » comme nous le rappelle « L’Homme Nouveau » en sa dernière livraison[1]

Toujours dans ce même Numéro, on découvre un chiffre auquel nos médias se sont bien gardés de donner une quelconque publicité : « un sondage a montré que 16% des sondés en France disent soutenir l’Etat Islamique d’Irak et du Levant » (Max Fisher, directeur des contenu du site US Vox Media en date du 27.08.2014).

A la question : «  D’après ce que vous savez, pouvez-vous me dire si vous avez un opinion très favorable, plutôt favorable, plutôt défavorable ou très défavorable sur l’Etat Islamique ? » 

–        3% des 1001 sondés se disent très favorables

–        13% plutôt favorables

–        Contre respectivement 2% et 5% en GB et 0% et 2% en Allemagne !!

Et c’est encore pire si on prend en compte l’âge des sondés :

–        27% chez les 18/24 ans 

–        22% chez les 25/34 ans

–        20% chez les 36/44 ans

Et le commentateur ajoute : «  Rapporté au nombre de répondants les plus jeunes (de 18 à 34 ans) le pourcentage des sondés favorables à l’Etat Islamique se retrouve exactement dans la fourchette du résultat global : 16% ! C’est cette tranche d’âge qui était hégémonique dans les cortèges, majoritairement musulmans, qui ont battu les pavés de Paris, Lille, Lyon…. lors des manifestations de soutien aux Gazaouis en juillet dernier et qui n’hésitaient pas à arborer les drapeaux de l’Etat Islamique et d’autres groupes islamiques associés……[Puis le commentateur dénonce l’interdiction de publier des statistiques fondées sur l’origine ethnique ou religieuse en France qui nous empêche d’apprécier le poids de plus en plus sensible de la jeunesse issue de l’immigration musulmane en France et de son inclination de massive vers l’Islam radical et il conclut] : «  Ce n’est qu’une conjecture, certes, mais 2000 jeunes Français mèneraient le djihad en Syrie et en Irak, alors que seule un poignée de nos compatriotes s’efforce, sur place, d’en adoucir les méfaits ».

Il n’y a malheureusement rien à contester dans ces observations,  sinon les termes de « Français » et de « compatriotes » utilisés par le commentateur. Chausser les lunettes du nominalisme actuel pour attribuer des étiquettes rassurantes à des réalités qui ne leur correspondant nullement, ne sert qu’à reculer encore la prise de conscience nécessaire si nous voulons réagir avant qu’il ne soit trop tard. Ces jeunes hommes ne sont ni des « Français » ni des « compatriotes » car ils se revendiquent d’une tout autre identité et d’une tout autre patrie que la mienne. pour laquelle ils constituent, au contraire, une menace.

 

  • La tolérance à la sauce « Islam modéré »

Prenons maintenant un autre exemple de la tolérance des milieux officiels musulmans modérés. Exemple qui prêterait franchement à rire si le sujet n’était pas aussi grave.

Il s’agit de la mésaventure survenue au Pape François qui, sans doute parce que « à son âge il n’a pas grand-chose à perdre » d’après ses propres paroles, multiplie les gestes de bonne volonté vers l’Islam (gestes déjà fort nombreux sous Jean-Paul II) en pensant être payé de retour. Je me demande si les écailles lui sont tombées des yeux lorsque le Sheikh Mohammad Jamaalla-Din Abu al-Hunud, venu prier devant l’olivier (arbre de paix entre tous) planté dans les jardins du Vatican par François, Mahmoud Abbas et Shimon Peres et censé symboliser la réconciliation entre les frères ennemis du Moyen Orien,  a récité la sourate suivante :
« [….] Ne nous fais pas porter un fardeau comme tu as fait porter à ceux d’avant nous. Notre Seigneur ! Ne nous fais pas porter ce dont nous n’avons pas la force. Gracie-nous, pardonne-nous et aie miséricorde envers nous. Tu es notre allié. Secours nous contre les gens mécréants, le infidèles » !!

Vous avouerez, M. le Recteur, qu’il faut le faire !

Venir prier au cœur du Vatican et – sans doute pour mieux montrer combien l’Islam est tolérant –  fustiger les « infidèles, les mécréants » ! Les infidèles et les mécréants – au cas où un lecteur l’ignorerait –  désignent, en langage clair et en laissant de côté la rhétorique fleurie qui permet généralement à la pensée orientale de dissimuler le poignard sous les fleurs – toutes les autres religions du monde. Et singulièrement, bien sûr le Christianisme qu’il venait donc narguer et insulter en son cœur même.

  • Faut-il encore vous rappeler que le responsable de l’UOIF invité chez Robert Ménard à I-Télé au moment de l’affaire Mehra (encore une chance pour la France) a « persisté à défendre Al-Qaradawi et dit comprendre le père de Merah, lequel prétend poursuivre la France en Justice pour le meurtre de son fils.

Que je sache, l’UOIF est bien une institution légale et officielle ? Or, son responsable «  dit comprendre le père de Mohamed Merah et nie les propos de Yussuf Al-Qaradawi sur les Juifs, en présentant ce Sheikh (qui veut tuer aussi les homosexuels et les apostats) comme quelqu’un de « tolérant ». Une posture de déni qui en dit long sur la principale fédération d’associations musulmanes de France. (UOIF) »

(Extrait de presse)

 

  • Le « vrai » et le « faux » Islam

Dans vos interventions vous prenez bien soin de distinguer entre le « vrai » Islam (religion de paix, etc….) et ses « dérives » terroristes et totalitaires que vous nous déclarez totalement étrangères à l’Islam. Soit.  Or le salafisme constitue une variante de ces dérives. Donc, si je vous entends bien, il ne fait pas partie de la religion que vous défendez avec tant d’éloquence ?

– « Bien sûr que non ! » me répondrez vous, en levant les bras au ciel.

Patatras ! Le professeur de droit Yadh Ben Achour (Université de Tunis), spécialiste de l’islam politique, dit le contraire dans son ouvrage : « La deuxième Fâtiha, l’islam et la pensée des droits de l’homme » paru aux Presses universitaires de France, 2011 et ainsi présenté dans un ancien numéro de l’Observateur:

« L’erreur serait de supposer que ce salafiste est un pauvre égaré dans l’histoire de l’islam. Cessons de croire à la théorie de l’aberration qui veut que le salafiste ne représente pas l’islam ou que c’est l’enfant maudit de la famille. Il faut rappeler que ce dernier ne manque ni de cohérence, ni de force de conviction et de persuasion. Derrière lui, pour le soutenir, se profilent les armées du savoir religieux, avec des chefs remarquables: les ‘Ash’arî, Shâf’i [lire ses textes], ‘ibn Hanbal, Bâqillânî, Ghazâlî [note de l’Obs-I : loué par BHL], ‘ibn ‘Asâkir,Subkî, Fakh a-dine a-Râzi [loué par BHL aussi] ‘ibn Taimiyya. Derrière lui, une tradition triomphant à travers les siècles de tous les adversaires, hérétiques, libres penseurs, poètes maudits, philosophes. Devant lui, sous sa bannière, sur tout l’espace de la planète, des peuples entiers se mobilisent pour la défense et l’intégrité de leur religion. Des Etats et des gouvernements se mobilisent pour le servir. La sainte alliance n’a jamais disposé d’autant de force » page 175

« La version intégriste représente une interprétation possible du texte fondateur lui-même ainsi que de son expression dans l’histoire. Ce point de vue serait même le plus proche de la vérité du texte. Mais le plus important est de garder à l’esprit que les différences entre les salafistes et les autres sont plus apparentes que réelles. C’est précisément de là que provient le malentendu le plus grave. Il convient, par conséquent, de rappeler l’existence d’accords fondamentaux, avec des divergences sur la seule action politique, entre cet islam intégriste et l’islam « de tout le monde ». Sur le fond, les deux islams se retrouvent : la cité terrestre doit préparer la cité céleste, la parole incréée de Dieu définit les droits de Dieu et ceux des hommes, pour la restauration de l’ordre divin  et naturel le musulman est tenu par un « devoir de violence », qu’on ne peut nommer autrement et qui se manifeste notamment par la loi pénale (hudûd) et la théorie du djihâd. L’existence entière s’articule autour du culte et des prières qui rythment la vie, mais également autour des règles détaillées sur le licite et l’illicite moral et juridique. Le poids des anciens, salafistes, pèse également sur les uns et les autres. » page 179

Et le journal ajoute dans un NDLR : « Aveu terrible. Qui confirme que les musulmans dits modérés sont : ou des complices hypocrites ou bien, sans doute pour beaucoup d’entre eux des ignorants….»

Et vous, M. le Recteur, où vous situez-vous ? Dans le clan des ignorants ? Je n’ose le croire. Ne vous resterait-il que celui des hypocrites ?

Auquel cas, le terme de « modéré » que l’ensemble de la communauté musulmane utilise comme masque doctrinal, deviendrait une sorte d’équivalent du terme « gruyère » pour la souris qui rencontre le piège qui va la détruire…..

  • De la modération en toutes choses.

Et puisque nous parlons de « modération » je vous livre aussi une déclaration faite par Sadok Chourou, député tunisien laïc d’Ennahda, (le parti islamiste modéré qui a remporté les élections haut la main).

Le 23 janvier, au Parlement, il a demandé de sévir contre ceux qui osent encore manifester dans les rues alors que la révolution est achevée. « Ceux qui font des sit-in et qui bloquent les rues » – a-t-il dit – «  il faut les punir comme le dit le Coran[2]: les tuer, les crucifier, les amputer, les expulser». Le propos a suscité une certaine émotion chez les libéraux et la colère des artisans de la révolution de jasmin… Interrogé à la radio le lendemain, Sadok Chourou a réitéré son propos, expliquant : « Ce n’est pas un appel à la haine[3] mais un appel à mettre fin à ces faits qui sont un crime envers le peuple[4] et méritent un châtiment des plus sévères.» Et ces châtiments sont dans le Coran. Il s’agit en effet du verset 33 de la 5e sourate: «La récompense de ceux qui veulent faire la guerre contre Allah et son Messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays.» « Or » – ajoute-t-il – «  ils sont coupables de faire la guerre contre Allah et son Messager, tous ceux qui ne sont pas contents que leur révolution ait débouché sur la dictature de l’islam« 

CQFD. Est-il besoin de commenter de si édifiantes paroles, M. le Recteur ?

Mais je crois que nous avons assez tourné autour du pot. Plutôt que d’invoquer le témoignage des uns et des autres, allons plutôt voir du côté de Mahomet le fondateur de l’Islam. Nous y trouverons peut-être quelques éléments qui viendront nous éclairer

  • De Mahomet….. (à comparer avec la vie de Jésus).

Voici d’abord  un résumé de la vie de Mahomet tel qu’on peut le lire en faisant quelques recherches sur Google :

« Alors pour en revenir à Mahomet interrogeons l’Histoire…

Et l’histoire, la vraie, nous dit que Mahomet avait un don naturel de médiumnité et que dans la première partie de sa vie, au cours d’états seconds, il avait été en contact avec des entités spirituelles bienfaisantes inspiratrices, en l’occurrence l’ange Gabriel envoyé par Allah; elles avaient jugé que le climat moral et religieux du Moyen Orient de l’époque nécessitait un sérieux coup de barre, car les clans chrétiens s’entredéchiraient dans de féroces batailles théologiques et étaient peu portés à évangéliser les populations polythéistes de la région. Le résultat en fut la rédaction inspirée du Coran durant la période mecquoise de la vie de Mahomet, Coran où l’on retrouve de fortes empreintes judéo-chrétiennes. Ce sont précisément les versets et sourates de ce Coran là que l’immense majorité des musulmans, dits modérés, lisent volontiers aujourd’hui…

Mais bientôt, profitant du désarroi moral d’un Mahomet persécuté par les mecquois pour ses croyances monothéistes et réformistes, des entités malfaisantes que certains musulmans osent taxer de sataniques (Salman Rushdie) s’emparèrent de son esprit. C’est alors qu’il fut sujet à des visions fantasmagoriques, comme par exemple sa prétention d’avoir été adoubé comme prophète par Allah lui-même après une chevauchée nocturne fantastique à travers les airs sur Bouraq, une monture mythique, en direction de Jérusalem d’où il prit ensuite son envol pour rencontrer Adam, Abraham, Jésus, Gabriel et enfin Allah lui-même en son paradis…
LLa vie devenant vite très difficile à la Mecque, surtout après la mort de son épouse Khadidja qui avait été son égérie et son soutien principal; il s’enfuit de la ville avec une petite troupe de partisans pour s’installer à Médine, comme invité des tribus du lieu (Hégire)

A partir de là tout changea.

Peut-on parler d’un dérangement mental ?

Fini le prophète d’un Dieu bienveillant et aimant… »

  • Celui auquel vous vous référez, Monsieur le Recteur, sans doute de très bonne foi….mais en fermant les yeux sur le reste.

 » D’invité il devient le maître de Médine par la ruse et le massacre; et le prophète d’un Dieu miséricordieux se mue en un chef d’état astucieux et retors, un dictateur politique, un guerrier implacable et sanguinaire, transformant le djihad personnel en djihad pour la conquête du monde et un législateur créateur d’une charia implacable sans aucune charité, faisant de la femme une esclave… Et nous nous garderons d’insister sur sa libido exubérante le poussant à avoir un harem important et à mettre dans son lit à plus de soixante-dix ans une enfant de 9 ans (Aicha).

Bien entendu comme sa conduite allait à l’encontre de ses préceptes du temps de la Mecque, il édicta au nom de Mahomet des versets coraniques nouveaux abrogeant beaucoup d’anciens versets mecquois. C’est ce que l’on peut appeler le Coran de Médine, ce Coran que suivent à la lettre les Islamistes fondamentalistes, le seul valable selon eux parce qu’il représenterait les toutes dernières paroles d’Allah… ».


Voilà pour un très bref résumé de la carrière de Mahomet.

  • Du Coran

Voyons maintenant de plus près, ce qu’il en est du Coran lui même.

Voici quelques extraits du :

« CORAN », traduit de l’arabe par Régis Blachère,   Professeur à la Sorbonne – G.P. MAISONNEUVE & LAROSE éditeurs 1966″.

Et commentés par Gérard Messadier, journaliste scientifique, essayiste et écrivain dont l’œuvre couvre les genres du roman historique, de la biographie, les essais sur l’histoire des religions et la théologie et même la science-fiction inspirée par l’ésotérisme. Il a été aussi le rédacteur en chef du magazine scientifique Science et Vie, pendant 25 ans.

[Abréviations : s = sourate –  v = verset -xxx/yyy :    xxx = Edition Flügel   –   yyy = Edition du Caire]

Comment expliquer pourquoi, dans le monde, certains musulmans se transforment volontairement en barbares cruels et sanguinaires, en fanatiques « fous de Dieu », en bombes humaines dans le but de tuer au hasard, avec le sourire, avec la satisfaction du « devoir accompli, » des civils, des enfants, des femmes, des vieillards, tous innocents, et dont certains sont aussi des musulmans ?

 Qu’est-ce qui les motive ? Les incite à de tels comportements ? 

Eh bien, c’est un aspect de leur religion, l’islam, issu de leur livre saint : le Coran. 

La lecture de ce livre permet de découvrir des versets sans équivoque, lorsqu’ils sont pris au pied de la lettre. 

Et quand on a la foi en certains messages délivrés par ce livre qui se veut religieux, on croit dur comme fer aux versets suivants, très motivants pour celles et ceux qui possèdent un esprit faible et borné.

 Exemples :

 S2 v212/216à213/217 : « Combattre vous a été prescrit, bien que vous l’ayez en aversion. Il est possible que vous ayez de l’aversion pour une chose qui est un bien pour vous et il est possible que vous aimiez une chose qui est un mal pour vous. Allah sait, alors que vous ne savez pas.»

Commentaire : Avec ce verset, Mahomet ne donne aucun choix à ses fidèles les plus pacifiques, les forçant à combattre les non musulmans.

S3 v79/85 : « Quiconque recherche une religion autre que l’Islam, [cela] ne sera pas accepté de Lui (Allah) et il sera, dans la [Vie] Dernière, parmi les perdants.»

C : Habile conditionnement de Mahomet qui ne laisse aucun choix aux individus ! Habile manière de faire croire qu’en dehors de lui, Mahomet, point de salut ! Habile manoeuvre pour endoctriner les individus et les empêcher de raisonner !

S33 v60à62 : « Certes, si les Hypocrites, ceux au coeur de qui est un mal et ceux qui tremblent, ne cessent point, à Médine, Nous te mettrons certes en campagne contre eux [Prophète ! ] Ensuite, ils n’y resteront tes voisins que peu [de temps]. Maudits, quelque part qu’ils soient acculés, ils seront pris et tués sans pitié, selon la coutume d’Allah à l’égard de ceux qui furent antérieurement. Or, tu trouveras la coutume d’Allah non modifiable.»

C : Ainsi la coutume non modifiable d’Allah le Bienfaiteur miséricordieux est de tuer sans pitié ?

S48 v14 : « A Allah la royauté des cieux et de la terre. Il pardonne à qui Il veut et Il tourmente qui Il veut. Allah est absoluteur et miséricordieux.»

C : Les humains ne seraient donc que des jouets destinés à distraire d’Allah ?

S6 v39 : « (…) Celui qu’Allah veut [perdre], Il l’égare. Celui qu’il veut [sauver], Il le met sur une Voie Droite.»

C : Ainsi les non-islamiques, les infidèles, les païens, le sont de par la volonté d’Allah, lequel demande ensuite de les tuer ?

S33 v26à27 : « Il (Allah) a fait descendre de leurs castels ceux des Détenteurs de l’Ecriture (juifs Qurayza) ayant prêté assistance [aux Factions]. Il a jeté l’effroi en leur cœur. Une partie d’entre eux a été tuée par vous, une autre réduite en captivité……. Il  vous a fait hériter leur terre, leurs habitations, leurs biens et une terre que vos pieds n’ont point foulée. Allah est sur toute chose omnipotent.»

C : Cela ne s’appelle-t-il pas  piller ?

S4 v91/89 : « [Les Hypocrites] aimeraient que vous soyez impies comme ils l’ont été et que vous soyez à égalité [avec eux]. Ne prenez pas parmi eux de patrons (‘awliya) avant qu’ils émigrent (sic) dans le Chemin d’Allah ! S’ils tournent le dos, prenez-les et tuez-les ou que vous les trouviez ! Ne prenez parmi eux ni patron, ni auxiliaires.»

S4 v86/84 : « Combats dans le Chemin d’Allah ! Tu ne seras chargé que de ton âme ! Encourage les Croyants ! Peut-être qu’Allah conjurera-t-il la rigueur des Infidèles, contre vous, [car] Allah est plus redoutable en rigueur et en châtiment.»

C : Allah n’est donc plus bienfaiteur et miséricordieux (qui pardonne) ?

S9 v29à30 : « Combattez ceux qui ne croient point en Allah ni au Dernier Jour, [qui] ne pratiquent point la religion de Vérité, parmi ceux ayant reçu l‘Écriture ! [Combattez-les] jusqu‘à ce qu‘ils paient la jizya (Racket), directement et alors qu‘ils sont humiliés. Les Juifs ont dit : « Ozaïr est fils d‘Allah« « Les Chrétiens ont dit : « Le Messie est le fils d‘Allah ». Tel est ce qu’ils disent, de leur bouche. Ils imitent le dire de ceux qui furent infidèles antérieurement. Qu’Allah les tue ! Combien ils s’écartent [de la Vérité] ! »

(NB – jizya = Taxe imposée par les Musulmans aux populations monothéistes vaincues. Racket ? )

S9 v14 : « Combattez-les ! Par vos mains, Allah les tourmentera et les couvrira d’opprobre, alors qu’Il vous secourra [victorieusement] contre eux, qu’Il guérira le ressentiment des Croyants.»

C : Ainsi Allah est raciste !

S9 v124/123 : « O vous qui croyez ! combattez ceux des Infidèles qui sont dans votre voisinage ! Qu’ils trouvent en vous de la dureté ! Sachez qu’Allah est avec les Pieux ! »

S61 v4 : « Allah aime ceux qui combattent dans Son Chemin, en un rang [serré], comme s’ils étaient un édifice scellé de plomb.»

S4 v73/71 : « O vous qui croyez ! prenez garde ! lancez-vous [en campagne] par groupes clairsemés ou lancez-vous en une masse ! »

C : Verset d’actualité avec l’incitation aux attentats aveugles (groupes clairsemés) et aux attaques militaires pour former des états islamiques (en une masse)

S4 v102/101à103/102 : « Quand vous parcourez la terre, il n’y a pas de grief à vous faire d’abréger la Prière, si vous craignez que les Infidèles ne vous tourmentent. Les Infidèles sont pour vous un ennemi déclaré. »

« [Prophète ! ] quand tu te trouves à la tête des Croyants et que tu diriges pour eux la Prière, qu’un parti d’entre eux se tienne debout, à tous côté, et que ceux qui le composent prennent leurs armes ! Quand les Croyants se prosternent, qu’ils soient derrière vous [qui veillez sur eux]. (…) »

 S4 v105/104 : « Ne faiblissez pas dans la poursuite de ces gens ! Si vous vous trouvez souffrir, eux aussi souffrent comme vous souffrez, [mais] vous espérez d’Allah ce qu’ils n’espèrent point. Allah est omniscient et sage.»

S8 v15à16 : « (O vous qui croyez ! ), quand vous rencontrerez ceux qui sont infidèles, en marche [contre vous], ne leur tournez point le dos ! Quiconque leur montrera le dos, en ce jour -sauf s’il se détache pour un [autre] corps-, [celui-là] encourra la colère d’Allah, et son refuge sera la Gehenne ( enfer ). Quel détestable « Devenir » ! »

S8 v62/60 : « Préparez, contre [ces Infidèles,] ce que vous pourrez de force et de chevaux par quoi vous effraierez l’ennemi d’Allah et votre ennemi et d’autres, que vous ne connaissez pas et qu’Allah connaît ! Quelque chose que vous dépensiez, dans le Chemin d’Allah, vous sera exactement rendu et vous, vous ne serez point lésés.»

S8 v66/65 : « O Prophète ! Encourage les Croyants à combattre ! S’il se trouve, parmi vous, vingt [hommes] constants, ils en vaincront deux cents. S’il s’en trouve cent, ils vaincront mille de ceux qui sont infidèles, car ceux-ci forment un peuple qui ne comprend pas.»

S47 v37/35 : « Ne faiblissez donc pas ! N’appelez point à la paix alors que vous avez la supériorité ! Allah est avec vous et Il n’abolira pas vos [louables] actions.»

C : Allah « le Bienfaiteur miséricordieux (qui pardonne) est en réalité un despote guerrier.

 S9 v41 : « Lancez-vous, légers et lourds ! Menez combat de vos biens et de vos personnes, dans le Chemin d’Allah ! Cela sera un bien pour vous, si vous vous trouvez savoir.»

S3 v150/156à152/158 : « O vous qui croyez ! ne soyez point comme ceux qui sont infidèles et ont dit de leurs frères partis au loin ou à la guerre : « S’ils étaient demeurés chez nous, ils ne seraient pas morts et n’auraient point été tués. » Qu’Allah fasse de cela une affliction en leurs coeurs ! Allah fait vivre et fait mourir. Allah est clairvoyant sur ce que vous faites. En vérité, si vous êtes tués dans le Chemin d’Allah ou si vous mourez [de mort naturelle], c’est là un pardon [venu] d’Allah, et une grâce préférable à ce qu’ils amassent. En vérité, si vous mourez [de mort naturelle] ou si vous êtes tués, vers Allah, certes, vous serez rassemblés.»

Allah a donc besoin de la guerre pour étendre son influence sur les individus qu’il a lui-même créés et qui peuplent la terre !

C : Est-il besoin de commenter ? [NDLR]

S4 v93/91 : « Vous trouverez d’autres [Hypocrites] qui désirent vivre tranquilles avec vous et tranquilles avec les leurs. Chaque fois que ceux-là seront ramenés à vous tenter [en votre foi], ils essuieront un échec en [cette tentation]. S’ils ne se tiennent pas à l’écart de vous, [s’ils ne] se rendent pas à vous à merci et [ne] déposent pas les armes, prenez-les et tuez-les où que vous les acculiez ! Sur ceux-là, Nous vous accordons un pouvoir éclatant.»

C : Quelle merveilleuse tolérance [NDLR]

S8 v17 : « [Croyants] vous n’avez donc point tué [ces infidèles], mais [c’est] Allah [qui] les a tués. Tu n’as point visé quand tu as visé. C’est Allah qui a visé afin de faire éprouver aux Croyants une faveur venue de Lui. Allah est audient et omnipotent.»

C : Déculpabilisation de ceux qui tuent au nom d’Allah ! A l’inverse du Dieu chrétien qui interdit de tuer et demande de pardonner, Allah recommande exactement le contraire ! Fait plus accablant, les sourates du Coran (sauf la 9) commencent par « Au nom d’Allah le Bienfaiteur miséricordieux (qui pardonne ) ! Allah n’est Bienfaiteur et miséricordieux que pour les musulmans qui tuent en son nom.

S4 v78/76 : « Ceux qui croient combattent dans le Chemin d’Allah, alors que ceux qui sont infidèles combattent dans le Chemin des Tâghout. Combattez donc les suppôts du Démon ! Faible est la machination du Démon.»

(NB – Tâghout : fausses divinités )

S4 v79/77 : « N’as-tu point vu ceux à qui il est dit : « Mettez bas les armes ! Accomplissez la Prière et donnez l’Aumône (zakât) !  » Quand il leur est prescrit de combattre, voici qu’une fraction d’entre eux redoute ces gens à l’égal d’Allah ou plus encore et s’écrie : « Seigneur ! pourquoi nous as-Tu prescrit de combattre ? Que ne nous reportes-Tu à un terme prochain !  » Réponds-leur : « Jouir de la [Vie] Immédiate est peu alors que la [Vie] Dernière est meilleure pour qui est pieux. [Au jugement Dernier], vous ne serez point lésés d’une pellicule de datte. »»

S48 v16 : « Dis à ceux des Bédouins laissés en arrière : « Vous êtes appelés contre un peuple plein d’une redoutable vaillance. [Ou bien] vous les combattrez ou bien ils se convertiront à l’Islam. Si vous obéissez, Allah vous donnera une belle rétribution, alors que si vous tournez le dos, comme vous avez tourné le dos antérieurement, Il vous infligera un Tourment cruel. »»

S9 v112/111 : « Allah a acheté aux Croyants leurs personnes et leurs biens, contre don à eux du Jardin (d’Eden, le paradis). Ils combattent dans le Chemin d’Allah. Ils tuent ou sont tués. Promesse [solennelle] ! devoir pour Allah [énoncé] dans la Thora, l’Evangile et la Prédication ! Or qui donc, mieux qu’Allah, tient bien son pacte ?

Réjouissez-vous de l’allégeance que vous avez conclue avec Lui ! C’est là le Succès Immense.»

 Allah place les combattants musulmans au-dessus des non-combattants :

s4 v76/74 : « A : Que ce personnage combatte, dans le Chemin d’Allah, ceux qui troquent la [Vie] Dernière contre la Vie Immédiate ! B : Que combattent, dans le Chemin d’Allah, ceux qui troquent la Vie Immédiate contre la [Vie] Dernière. A ceux qui, combattant dans le Chemin d’Allah, sont tués ou sont vainqueurs, Nous donnerons une rétribution immense.»

S4 v97/95à98/96 : « (…) A tous, Allah a promis la très belle [Récompense, mais] Allah a mis les Combattants au-dessus des non-combattants, en [Sa] rétribution immense, dans la hiérarchie [qu’ils occupent ] , par rapport à lui, [dans Son] pardon et [Sa grâce]. Allah est absoluteur et miséricordieux.»

S3 v163/169à164/170 : « Et ne crois point que sont morts ceux qui ont été tués dans le Chemin d’Allah ! Au contraire, ils sont vivants auprès de leur Seigneur, pourvus de leur attribution, joyeux de la faveur qu’Allah leur a accordée et, à l’égard de ceux qui, après eux, ne les ont pas encore rejoints, ils se réjouiront [à l’idée] que ceux-ci n’éprouveront nulle crainte et ne seront pas attristés.»

C : Allah serait donc  un chef de guerre. Il ne peut donc pas être bienfaiteur et miséricordieux !

De nos jours, ce texte est une incitation à perpétuer des attentats aveugles, tuant des civils, même musulmans, et même à laisser sa vie dans des actes kamikazes « pour la plus grande gloire d’Allah le Bienfaiteur miséricordieux« .

Ces textes sont une incitation au meurtre contre les mécréants (toute personne non musulmane ou musulmans non pratiquants.)

Ces textes indiquent aussi que ces tueries, ces assassinats commis sur cette terre seront récompensés par Allah dans son Paradis.

Mais qu’est-ce que le Paradis d’Allah ?

Et qu’est-ce que les égorgeurs au nom d’Allah, les « fous de Dieu« , les martyrs qui se transforment en bombes humaines espèrent obtenir de si motivant, dans ce Paradis

Pour répondre à cette question il faudra se reporter encore au Coran.

Ce sera peut-être l’objet d’une autre lettre ouverte qui ne manquerait pas d’intérêt.

Mais il nous faut savoir nous limiter et j’en resterai donc là de l’Islam par ses actes, par ses hommes et par ses textes.

 

CONCLUSION

Ainsi, je ne doute nullement qu’il y ait une foule de braves gens (les plus nombreux sans aucun doute) qui, accueillis généreusement dans notre pays et se réclamant de l’Islam parce-que celui-ci représente une composante importante de leur identité, éprouveraient un sentiment d’une trahison s’ils dénonçaient la religion de leurs pères et de leurs mères. Mais je les engage à approfondir leur religion, à en découvrir les origines et les ressorts évidents basés sur la soumission/domination, la violence, la guerre et l’ignorance (le pseudo Etat Islamiste, vient d’interdire l’enseignements des sciences sur son territoire….en plein accord avec le Coran).

Quand ce travail aura sincèrement et sérieusement été fait, je les engage à lire les Evangiles, à entrer en contact avec la personnalité et les paroles du Christ, à étudier la vie de Ses principaux disciples….et à faire la différence avec celle de Mahomet, de ses successeurs, de ses sectateurs.

Je vous y engage vivement aussi M. le Recteur.

La rencontre avec le Christ vous permettra de mieux mettre en perspective vos propres certitudes (ou ce que vous essayez de nous faire prendre pour telles)  et de vous distancier de ce discours invraisemblable que votre statut vous oblige à adopter, contre toute vraisemblance quand on les met en rapport avec  les textes doctrinaux dont votre religion se réclame et qu’on observe les faits qu’elle engendre.

Vous me répondrez peut-être, car c’est de bonne guerre :  » Mais le Christianisme n’a-t-il pas lui aussi connu ses épisodes de violence ? »
« Bien sûr ! » vous répondrai-je « mais il l’a fait en dépit de l’enseignement, de l’exemple, du modèle que nous a transmis son Fondateur et ses Apôtres qui n’ont jamais prêché que l’amour« . Le contraire de la prédication de Mahomet et de ses successeurs comme nous venons de la voir.
Tout acte de violence religieuse (en dehors de l’auto-défense) dans le Christianisme est une trahison!
Tout acte de violence religieuse dans l’islam, n’est qu’application des préceptes du Prophète et vous ouvre les portes du paradis d’Allah.
Nous sommes donc dans des attitudes religieuses parfaitement inconciliables.

  • Un appel prémonitoire ?

Je vous offre pour terminer et pour alimenter votre réflexion, l’avertissement solennel à l’Occident que l’archevêque chrétien chaldéen de Mossoul, Mgr Amel Shimoun Nona, a lancé en août dernier contre la vague de violence islamiste qui se manifeste actuellement en Irak et en Syrie.

Cela vous aidera peut-être à ouvrir des yeux que vous semblez vouloir tenir « grands fermés » jusqu’à présent.

Cette déclaration a été faite au quotidien italien de grande diffusion le Corriere della Sera, mais n’a pas été relayée par les médias français pour des raisons que je ne veux même pas commenter tant elles me paraissent lamentables.

Le prélat n’a pas hésité à mettre en garde ses frères occidentaux en des termes dépourvus d’ambiguïté : « Notre souffrance est un prélude à ce que vous-mêmes, chrétiens européens et occidentaux, souffrirez dans un futur proche ».

Et le prélat ajoutait : « Si vous ne comprenez pas cela rapidement, vous tomberez victimes d’un ennemi que vous aurez accueilli dans votre maison. S’il vous plaît, il faut que vous compreniez. Vos principes libéraux et démocratiques n’ont aucune valeur ici. Vous devez reconsidérer la réalité du Moyen-Orient, car vous accueillez un nombre croissant de musulmans. Vous aussi, vous êtes en danger. Il vous faut prendre des décisions courageuses et dures, y compris en allant à l’encontre de vos principes. »

« L’évêque de Mossoul, ville prise d’assaut et dévastée par les djihadistes début juin, a insisté sur le fait que les valeurs transmises dans la violence par l’islam radical ne sont pas les mêmes que celles dont l’Occident est censé être l’héritier… Le pape François, lui, n’a pas hésité à parler du commencement d’une troisième guerre mondiale. A bon entendeur salut. »
(fin de citation)

Veuillez agréer, monsieur le Recteur, l’assurance de ma très haute considération.

 

LSM


[1] Extrait d’un article de «L’Homme Nouveau » – N° 1573 du 13 septembre 2014, p.11/12.

 [2] C’est une citation à retenir : « comme le dit le Coran » ! Le député prend bien garde de parler au nom du Coran et non en son nom propre.

[3] En plus, ce député « modéré » a de l’humour. Un adepte de Goebbels, sans doute….

[4] Suivant cette logique, le peuple qui manifeste dans les rues….commet donc un crime contre lui-même ! il est à la fois la victime et le criminel qu’il faut châtier ? A moins de ne considérer qu’il n’y a de « peuple » que musulman, et que tous les autres citoyens ne deviennent  effectivement que des « criminels ».

C’est exactement le genre de rhétorique qui prévaut dans tous les régimes totalitaires : la Convention française, le communisme, le socialisme, le maoïsme et maintenant l’islamisme.

6 réponses à to “LETTRE OUVERTE A M. DALIL BOUBAKEUR”

  • GRIMAULT P:

    Bonjour

    En lisant votre article mené avec courage, il me vient à l’idée le livre « NOUS SERONS TOUS UN JOUR MUSULMAN! »

    Cela traduit bien l’état d’abandon dans lequel nous nous trouvons face à l’entrée en masse en France des islamistes de toute nature et dont on impose à la France profonde et authentique, un islam pouvant cotoyé notre Histoire.

    Très cordialement

    P GRIMAULT

    • La leçon à retenir est contenue dans la déclaration de l’archevêque de Mossoul : les principes sur lesquels nous fonctionnons en occident (plus par soumission à une police de la pensée toute puissante chez nous que par conviction réelle la plupart du temps ) sont des principes suicidaires. Les « droits de l’homme », l’antiracisme, l’égalitarisme, la non-discrimination entre nationalité et citoyenneté appliqués sans discernement et utilisés sans vergogne par des populations qui ne demandent qu’à retourner ces principes contre nous pour mieux nous envahir, nous conduit tout droit à des catastrophes dont le Lybie, la Syrie et l’Irak nous donnent un avant-goût.
      Ouvrons les yeux avant qu’il ne soit trop tard.
      LSM

  • Cher Ami,
    toutes mes félicitations pour votre lettre ouverte si érudite adressée au Recteur Dalil Boubakeur.
    Je constate que nous sommes au sujet de « l’Islam hypocrite » sur exactement la même longueur d’onde….
    Est-ce une synchronicité correspondant à la gravité de la situation ? Car j’ai publié sur mon site fin septembre les mêmes conclusions que vous concernant l’Islam avec cette différence que vous interpellez longuement les intellectuels tandis que pour ma part je m’adresse aux gens de terrain d’une manière concise mais percutante qui leur convient… Je retiens le titre du livre de Régis Blachère pour l’ajouter à mon texte
    Voici l’url où l’on peut trouver directement mon texte sur Boubakeur https://twitter.com/BMFGallart
    Bien cordialement
    Bernard Lefèvre

    • Merci pour vos commentaires. Heureux de constater que nous sommes une fois de plus sur la même longueur d’ondes.
      Je prendrai connaissance de votre propre texte très rapidement et avec beaucoup d’intérêt.
      Avec mon fidèle souvenir

      LSM

  • Aregundis:

    Bonjour,

    Oh certes,que des responsables musulmans assortissent leurs déclarations publiques de pieuses restrictions mentales, les gens informés ne l’ignorent pas. On peut appeler cela de l’hypocrisie et c’est bel et bien de l’hypocrisie.
    Puisque vous lisez le Coran vous devez aussi savoir ceci :
    Dissimulation se dit taqiya en arabe. La dissimulation fait partie de la catégorie juridique chiite des choses permises aux musulmans par la charia. La taqiya est fondée sur la sourate 3, verset 28 : Que les croyants ne prennent pas, pour alliés, des infidèles, au lieu de croyants. Quiconque le fait contredit la religion d’Allah, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux.
    A moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux…
    – « Les musulmans ne doivent respecter les traités que si ces derniers sont avantageux pour l’Islam ».
    – « Si vous prêtez un jour serment de faire quelque chose et découvrez par la suite que quelque chose d’autre est mieux, alors dénoncez votre serment et faites ce qui est mieux ».
    Dans son livre Terroristes, les 7 piliers de la déraison, le juge d’instruction au Pôle anti-terrorisme Marc Trévidic écrit qu’une forme de taqiya, art de la dissimulation, est enseignée comme un art de la guerre dans les camps d’entraînement terroristes de djihadistes. (Libération.fr. 14 janvier 2013, cité par wikipedia)

    Cet art dans l’hypocrisie, diplomatique ou non, n’est pas spécifique aux seuls musulmans. Dans la tradition scolastique, il se dit restrictio mentalis, « restriction mentale ». Démentir en son for intérieur ce qu’on affirme de vive voix. User du double langage. Soutenir une proposition impossible à tenir dans les faits pour rendre toute négociation impossible. Et autres artifices rhétoriques d’emploi fréquent dans la culture arabe. Entendre Tarik Ramadan, par exemple, qui n’hésite jamais à utiliser les concepts occidentaux de démocratie ou laïcité pour justifier les aspects rebutants de la Charia. Ce n’est pas pécher si c’est pour la cause du bien… Et comme toute vérité n’est pas bonne à dire…

    Enfin, Monsieur, je tiens à dire ici que si l’attitude ambiguë d’un leader religieux tel que Dalil Boubakeur est à déplorer, elle n’en pas moins légitime, de son point de vue, s’entend. Et d’ailleurs peut-il devant sa communauté tenir un autre langage que le sien ? Les chances sont minces qu’il ait lu votre libelle.
    Combien alors est plus inqualifiable l’attitude d’une certaine intelligentsia – bien française, celle-là – éduquée, cultivée, imprégnée de culture judéo-chrétienne, qui se fait complice de ce nouveau totalitarisme. Une vieille habitude. Quasiment un réflexe. Depuis Sartre, l’intello français est dans le vide existentiel s’il ne peut lécher les bottes d’une tyrannie. Hier, c’était le communisme et tous les despotes possibles pourvu qu’ils fussent parés du label socialiste.

    Aujourd’hui, c’est l’islam. Cela procède exactement du même tropisme servile qui pousse depuis des temps immémoriaux une certaine catégorie d’humains dans l’esclavage volontaire. Il suffit d’écouter le piapiatage « progressiste » de chaîne Arte pour en être convaincu. Des gens véritablement dhimmisés avant l’heure. Ceux-là sont déjà prêts à verser le tribut. Et que dire encore d’un épiscopat qui encourage la construction de mosquée au nom d’une conception véritablement suicidaire du « dialogue » interreligieux ? N’est-ce pas encore un autre avatar du politiquement correct, de la pensée autorisée, qui pousse nos béni-oui-oui politiques à parler de « daech » pour ne pas avoir à dire islamique ? A dire « djihadistes », ou « insurgés », ou « rebelles », ou encore « islamistes », pour ne pas avoir à prononcer le mot tabou : musulman ? Car enfin ces gens qui s’étripent depuis 14 siècles, ils sont quoi sinon bel et bien des disciples de Mahomet ? Ils ont juste délaissé le sabre courbe pour le lance-roquettes.

    La question n’est pas de savoir si la communauté musulmane en France est désireuse ou pas d’infléchir nos lois démocratiques dans le sens de la charia. Ce n’est plus de savoir si un million ou deux millions ou cinq millions de musulmans envahiront l’espace public pour en exiger – et en obtenir – l’application. La question, c’est : quand cela arrivera ?
    Les égorgeurs sont parmi eux. Ils sont parmi nous. Des paumés, des glandeurs de quartier nourris de rap violent et sexiste ? Oui, certainement. Il serait même souhaitable qu’ils ne réduisissent qu’à ceux-ci. Mais la grande majorité est instruite, diplômée, intégrée, comme l’étaient Mohamed Merah et Mehdi Nemmouche. Nous les avons accueillis, hébergés, instruits, nourris, soignés et éduqués. S’agissant d’Arméniens, de juifs ashkénazes, de Polonais, d’Italiens ou d’Espagnols, ils en exprimeraient leur gratitude à la France. Mais il s’agit de Maghrébins et ils vont nous le faire payer.

    Nous vivons une époque où la population française, prise dans son ensemble et toutes opinions confondues, affiche sa lâcheté et sa veulerie. C’est dans une cathédrale que les femen sont venues pisser ; pas dans une mosquée. Je suis un vieil homme. J’ai vécu une époque semblable autrefois quand le peuple abrutit de pacifisme défaitiste n’était plus en état de combattre et a accepté le joug d’une tutelle étrangère. Or, s’il est une chose qu’un musulman – l’Arabe, en général – méprise absolument, c’est la faiblesse.Il ne respecte que la force.

    • Cher Monsieur,

      Votre commentaire est si riche et si pertinent que j’ai décidé de l’utiliser pour un nouvel article que je composerai et publierai dans les prochains jours (en conservant votre anonymat, cela va de soi).
      A très bientôt donc.
      Bien cordialement à vous

      LSM

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 481001Visiteurs Total:
  • 82Visiteurs aujourd'hui:
  • 132Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives