viiolonVoici un petit article qui m’a été inspiré par la carrière du violoniste Maxime VENGEROV.  Pourquoi lui ?piano
Parce qu’il est actuellement celui qui se détache au-dessus de la mêlée.
Et de très loin d’après ce que j’ai pu apprendre par le biais d’une émission de France Musique.

A l’heure où la production discographique de la musique dite classique connaît de sérieuses difficultés, Maxime Vengerov voit la vente de ses enregistrements se diffuser par milliers d’exemplaires dans le monde entier. Et, chose encore plus remarquable, en couvrant un répertoire immense qui va de Mozart à Britten. On dirait que Vengerov peut tout jouer et avec une égale inspiration, un égal succès.

C’est d’ailleurs un peu la même constatation que celle qui peut être faite avec Martha Argerich, côté piano (mon domaine de prédilection) dont je vous parlerai un peu aussi.

Alors, comme toujours lorsqu’un personnage quelconque retient mon attention, je me suis demandé si son thème natal pouvait rendre compte de pareilles dispositions artistiques. Car, je ne le répéterai  jamais assez, une culture anthropocosmologique s’acquiert par ce que  nous pourrions appeler « la méthode expérimentale » et non par des suppositions hypothético-déductives à partir d’a prioris plus ou moins ésotériques. Mais je ne développerai pas ce point ici, car cet article veut simplement illustrer une possible méthode d’observation à l’intention des amateurs ou professionnels qui suivent mon travail.

  • VENGEROV Maxime - 20.08.1974 - H.I - Novossibirsk - 82E55 - 55N1 -Nous ne possédons pas l’heure de naissance de Maxime Vengerov

  • Je l’ai donc fait naître (comme cela se pratique traditionnellement) au lever exact du Soleil.

  • Tout de suite s’impose la triple présence SOLEIL/MERCURE/VENUS en Lion.

Le Lion nous met d’emblée en contact avec les capacités essentielles de création de l’être. Notamment artistiques. Ici cette puissance créatrice trouve un outil de choix dans la réunion sur le même terrain zodiacal, des trois symboles où convergent les fonctions les plus élaborées de la psyché : esprit et volonté avec SOLEIL, intelligence et facultés d’expression avec MERCURE, orientations affectives, émotionnelles et artistiques, sens des valeurs – notamment du « beau » – avec VENUS.

Cette réunion à l’intérieur du même signe assurant la grande unité intérieure, la grande cohésion intellectuelle, morale et artistique d’un être généreux, créé pour briller et rayonner, doué pour éclairer et représenter.

Qui dit virtuosité instrumentale, dit d’abord digitalité et, au-delà, dispositions purement corporelles.

  • Sur le plan général du corps, la LUNE est en Vierge sous la maîtrise de MERCURE. 

  • Sur le plan digitalité, MERCURE (qui régit les mains, les doigts, les bras) est particulièrement intéressant à observer.

– Celui-ci est conjoint au SOLEIL : le geste (comme la pensée) est entièrement soumis à la volonté d’expression.

– Il est à la jointure du Lion (éclat, couleur, chaleur d’expression, imagination) et de la Vierge (précision, contrôle, recherche de perfection mise au service de l’expressivité)

– Il est au sextile d’URANUS, rigueur, discipline, exigence, originalité.

Mais ce n’est pas tout car, par le jeu des maîtrises, il gouverne

– la LUNE, expressive à la fois de l’univers intérieur de l’artiste et de ses dispositions biologico-corporelles. En d’autres termes, le corps et l’âme de MV sont au service de la puissance d’expression SOLEIL/MERCURE.

– et MARS. C’est par MARS que nous agissons concrètement et physiquement. C’est pourquoi MARS régit l’appareil musculaire et, plus largement, la force qui nous pousse à nous exprimer (ex-primer = presser pour faire sortir). Si MERCURE représentant les doigts nous donne les moyens de jouer du violon ou du piano, instruments adaptés aux dispositions digitales, c’est MARS (les muscles mais aussi le besoin quasi passionnel de s’exprimer) qui nous permet de les faire bouger ! Et ce, avec plus ou moins de précision et de rigueur.

C’est pourquoi dans tous les thèmes de virtuoses que j’ai recueillis, la relation MERCURE/MARS s’impose d’une façon ou d’une autre. Ici, c’est par un jeu de « maîtrise » : MARS réside en Vierge, signe de Mercure et, nous l’avons vu, MERCURE est presque en Vierge lui même.  D’où une sorte de renforcement sur le plan de la dextérité et de la force d’expression digitale

Dextérité et rigueur encore renforcées par le sextile de MARS à SATURNE (symbole même de l’exigence, morale, professionnelle, intellectuelle ou physique…), les bons aspects MARS/SATURNE associant  » l’énergie à la réflexion, la force au sang-froid » et permettant de « faire face à des situations difficiles….d’être présent en face de l’épreuve » (A. Barbault) et Dieu seul sait si une carrière de virtuose et de concertiste peut s’avérer éprouvante et exiger, plus que tout autre, les qualités que nous venons d’énumérer et qui font d’un grand interprète quelque chose qui le rapproche d’une sorte d’ascète.

  • MARS est opposé à JUPITER en Poissons, dans le thème.

La planète avec laquelle une autre planète est en opposition constitue le but que chacune des deux veut atteindre :

– MARS cherche donc à atteindre la plénitude du jeu et de la technique, à dépasser les limites et les contraintes (Vierge) imposées par les dispositions physiques du jeu violonistique pour atteindre à l’absolu dans l’expression, pour se dissoudre et se faire oublier (Vierge : signe de « service ») dans la restitution la plus généreuse possible de l’œuvre musicale : JUPITER est maître de la Maison V : les créations artistiques et il est en Poissons, communion universelle par la musique.

– Inversement, JUPITER (planète la plus lente) polarise l’activité de MARS (planète la plus rapide, donc doublement au service de la plus lente)  vers une activité à la mesure de ses prodigieux moyens techniques consistant à cultiver et à développer ce que j’appelais plus haut, la recherche d’une communion universelle par la musique.

Mais des moyens techniques, aussi exceptionnels soient-ils, n’ont jamais suffi à donner naissance à un véritable artiste. Nous en avons l’exemple avec ses jeunes « prodiges » que la Chine et la Corée fabriquent de façon extrêmement coercitive, comme elles fabriquent des portables à la chaîne avec les méthodes appropriées (inhumaines) et qui disparaissent encore plus vite du paysage artistique que votre dernier androïde.

  • Il faut donc avant toute chose que nous ayons affaire à une véritable nature artistique.

Ce que j’ai dit de la triple conjonction  en Lion est déjà  très révélateur sur la réalité et la puissance de cette nature chez Maxime Vengerov.

Mais d’autres dispositions viennent encore confirmer une richesse artistique exceptionnelle :

  • VENUS en Lion, reçoit deux aspects majeurs :

– Un trigone de NEPTUNE en Sagittaire (signe d’élévation morale et intellectuelle) : inspiration artistique, poétique, quelquefois amoureuse ou mystique, en tout cas besoin de se donner à une grande passion où puisse s’exprimer la noblesse d’une belle âme (dans le contexte).

– Un sextile de PLUTON (en Balance, signe de VENUS, dont les orientations esthétiques et artistiques  sont bien connues) : c’est l’aspect même des âmes passionnées, celles qui tendent à exprimer de nos instincts vitaux (ceux qui nous relient à la vie et à la mort) que ce qu’ils peuvent présenter de plus généreux, de plus ouvert à une authentique évolution spirituelle en partant du pire et en allant vers le meilleur. Le pire étant la passion dans ce qu’elle peut vous faire vivre de plus violent ou de plus animal – le meilleur se traduisant par une sorte d’illumination spirituelle nous ouvrant à une lucidité nouvelle sur la nature réelle des choses. De la nôtre tout spécialement, en découvrant que nous sommes conçus pour accéder à la divinité et à l’immortalité, après les affres de la purification. Ce que les Grecs appelaient « catharsis ».

Visiblement c’et la musique qui, dans le cas de Maxime Vengerov, a été choisie pour exprimer les passions, toutes les passions, des plus sombres (Pluton) aux plus rayonnantes (Vénus en Lion) et pour en favoriser la catharsis.

  •  Notons encore (même si nous sortons du domaine précis de la musique) l’harmonie JUPITER/SATURNE sui souligne la profondeur (notamment humaine et émotionnelle puisque les deux principes sont en signes d’Eau : la sensibilité, l’âme) mais aussi de compétence et de réussite ordonnée et rigoureusement menée en contact avec le public (l’Eau pouvant tout aussi bien représenter la collectivité des mélomanes qui aiment Vengerov).

  • Remarquons encore la réception réciproque de JUPITER (Poissons) et de NEPTUNE (Sagittaire) qui va dans le sens de l’humanité, de la générosité, de la détente et de la religiosité, quelle qu’en soit le mode d’expression.

Je serai un peu plus rapide dans l’observation du thème de Martha Argerich pour éviter un certain  nombre de répétitions.

 

ARGERICH Martha - 05.06.1941 - 13.30 - Buenos-Aires.

Remarquons d’abord (puisque nous disposons de son heure de naissance) l’importance de l’élément « mercurien » dans son thème : elle est (super) Gémeaux, Asc Vierge, les deux « domiciles » de Mercure.

 

Au sommet du Thème, encadrant le MC, nous trouvons une triple conjonction (assez large, mais dans une conception globale, cela a peu d’importance).

  • SOLEIL de JUPITER et de VENUS : l’éclat et la réalisation du sujet (SOLEIL) l’art (VENUS) l’envergure et le succès (JUPITER).

Une petite comparaison s’est présentée à mon esprit à la lecture de ces dispositions; c’est celle qu’on peut établir avec le thème de Brigitte Bardot, qui présente, lui aussi, une triple conjonction encadrant le MC (non pas en Gémeaux mais en Balance, d’où la séduction du personnage) avec SOLEIL et JUPITER mais, avec MERCURE au lieu de VENUS comme chez Martha. D’où une orientation plus « orale » ou « verbale » propre à Mercure (comédienne) que « vocale » ou « musicales » propre à Vénus (le piano). Fermons la parenthèse.

 Si le Lion de Vengerov, exprime force, passion, créativité et expressivité intenses, les GEMEAUX de Martha sont plus orientés eux vers :

 

–         la fluidité, la légèreté, la brillance, la « facilité ». Facilité intellectuelle et tactile s’entend car, nous le verrons par après, Martha n’est pas du tout tentée par la facilité  au sens péjoratif du terme,

–         le jeu, la communication, la transmission, l’ouverture, la jeunesse d’esprit, la communication ….

Ce qui pourrait vouloir dire que là où Maxime Vengerov se met au service de l’œuvre pour exprimer de puissantes émotions personnelles, libérer des passions souveraines, Martha Argerich, elle, fait passer le message à transmettre, celui de l’auteur et de l’œuvre, avec toute la fougue et l’énergie nécessaires certes, mais en faisant peut-être passer celles de l’auteur avant les siennes propres. C’est une supposition, sans plus.

C’est un fait reconnu que les « Gémeaux » qui correspondant à la phase identification par imitation dans la construction de la personnalité, possèdent un registre fort impressionnant (dans les meilleurs cas) pour se couler dans la pensée des autres, pour les « imiter » ou les « singer » quelquefois, pour diffuser, vulgariser, informer, etc….

C’est un des signes privilégiés des journalistes, des écrivains, des enseignants, des représentants, des communicants et des comédiens. Bref de tous ceux qui possèdent une personnalité assez souple (celle de l’adolescent) – les mauvaises langues diront « assez peu structurée » –  pour agir et parler non en leur nom propre mais en lieu et place des autres, puisqu’ils sont réputés n’avoir pas de point de vue bien arrêté sur quoi que ce soit et se guider soit à l’opportunisme, soit à l’affectivité arbitraire (cf notre président Gouda 1er, Asc Gémeaux).

Ce n’est pas totalement le cas de Martha, je dois le dire, et nous verrons plus loin pourquoi.

Ce petit développement éclaire ce que j’entendais plus haut par « facilité ».

A ce sujet, je voudrais reproduire ici une phrase de la biographie de M.A parue sur Wilkipédia :  » Ses dons pour la musique sont remarqués dès l’âge de deux ans et demi. Elle est alors capable de reproduire au piano les partitions que son frère étudie, ou rejoue immédiatement sur un piano un air qu’elle a entendu chanter »

Et, quand on énumère le nombre de brillants concerts exécutés, et celui des prix internationaux les plus difficiles remportés avant même sa majorité, on reste absolument ébahi.

  • Les « Gémeaux », nous dit-on souvent, sont le signe le plus curieux et le plus ouvert du zodiaque.

Ils comprennent tout rapidement et facilement, mais ont du mal à approfondir, le côté « ombre » de leurs dispositions naturelles, s’exprimant par le goût excessif du changement, l’impatience, la frivolité, la superficialité quelquefois.

Est-ce le cas de Martha ? Je ne le crois pas…. sauf peut-être pour l’impatience et la réactivité, mais cela est dû dans son cas à une autre disposition zodiacale que j’expliciterai plus bas.

 On voit donc que l’approche de la vie (sinon de la musique), la structure générale de la personnalité, de l’être, sont bien différentes chez Maxime Vengerov et Martha Argerich pour aboutir cependant à une même perfection, à une même réussite dans un même domaine.

Personnellement, passionné de piano et à l’affût de tout ce qui concerne la pratique de cet instrument par les plus grands, je n’ai jamais été – je le confesse humblement – un des grands « fans » de Martha. Car je me méfie de ceux qui jouent tout indifféremment et qui le jouent trop « facilement ». Cela me fait un peu penser à cette plaisanterie qu’on échange à table quand quelqu’un hésite sur le choix du vin :  » Tu n’as qu’à prendre du rosé ! le rosé ça va avec tout….. »

Martha Argerich étant très bonne en toutes sortes de répertoires, n’est « marquante » en rien. Quand on pense Arthur Schabel on pense Beethoven, quand on pense Arthur Rubinstein ou Samson François on pense Chopin (même si d’autres le jouent merveilleusement aussi), Alfred Brendel c’est Schubert, Cortot c’est Chopin et Schumann, etc…..Martha ? Bien malin qui pourrait associer son nom à une interprétation magistrale, de celle qui marquent et originent une tradition….

Elle présente une technique infaillible, une virtuosité à toute épreuve (il paraît qu’elle est la pianiste qui « joue le plus vite au monde » d’après une de  mes amies et consultantes, professeur de conservatoire) une fougue légendaire….mais elle n’a jamais voulu s’enfermer (horreur pour un « Gémeaux ») dans une œuvre ou un auteur, elle n’a jamais enregistré une intégrale, elle n’a même jamais signé un contrat ! Tant elle voulait rester parfaitement libre et disponible de jouer quand elle voulait, ce qu’elle voulait et comme elle voulait..

« Les Gémeaux ! vous dis-je…. » comme M. Purgon s’écriait « Les poumons, vous dis-je… » dans la pièce de Molière.

Moyennant quoi il faut bien reconnaître que le thème que nous avons sous les yeux, prédispose à une carrière artistique et musicale exceptionnelle. Mais trop de facilité tue peut-être l’authenticité et la profondeur.

Nous avons donc l’écrasante présence des facultés géméliennes : facilité intellectuelle et digitale, souplesse, légèreté, fraîcheur, qualité d’improvisation quelquefois, d’adaptation souvent (pour accompagner un autre artiste par exemple).

  • Mais nous avons aussi – et c’est très heureux pour éviter que le thème ne sombre dans la mièvrerie – la force et la passion, la fouge : carré SOLEIL/MARS dont nous reparlerons.

  • Par VENUS, tout le groupe Gémeaux est harmoniques à la LUNE en Balance : sensibilité raffinée, ouverte aux émotions subtiles de l’art (Chopin avait une Lune en Balance….ainsi qu’une de mes meilleures amies, pianiste réputée, qui fut la condisciple de Martha auprès d’Arturo Benedetti Michelangeli) en recherche de communion amoureuse ou spirituelle et de complicité avec l’âme d’un auteur. Mais elle représente aussi, très souvent, une tendance à une sorte d’élitisme social à prétention artistique, qui tourne facilement au snobisme. Travers dont notre sujet ne fut pas exempté comme l’avoueront ceux qui ont un peu fréquenté les festivals qu’elle organisait avec ses amis dans le Sud de la France.

On devine néanmoins combien la personnalité de la pianiste – toute de recherche subtile d’équilibre, d’efficacité et d’harmonie sans négliger pour autant l’impérieuse affirmation du « moi », est parallèle àcelle de Maxime avec des itinéraires différents.

 Je vous ai parlé plus haut de l’importance de MERCURE et de MARS conditionnant les capacités techniques et la virtuosité d’un instrumentiste (mais aussi d’un chirurgien par exemple) je n’y reviens donc pas.

  • Observez que, dans ce thème, ils sont en trigone.

  • Et dans des signes d' »Eaux (le Cancer et les Poissons) c’est à dire directement « branchés » sur la sensibilité profonde, le moi intérieur, l’univers émotionnel du sujet.

 Observez aussi que :

  • MERCURE est dans le domicile de la LUNE : il est donc chargé de communiquer ses émotions.

  • La LUNE est dans le domicile de VENUS (et en aspect positif avec elle) : cela exprime une unité profonde, une sorte de complicité entre les deux principes : la LUNE, exprimant nos besoins essentiels, nos attentes fondamentales, trouvant dans VENUS (les orientations affectives et sentimentales) de quoi satisfaire sa demande.

  • Et, comme VENUS est dans le secteur de la carrière (la Maison X) et comme (si on observe attentivement ce thème) on s’aperçoit qu’elle est le 2ème maître de la Maison I (le sujet lui même) on comprend aisément que Martha se satisfait beaucoup plus de ses propres émotions en établissant un dialogue permanent avec elle même par le truchement de la musique, que des aléas d’une relation vraie avec un autre « moi » avec une autre personne. L’œuvre musicale servant de miroir à ses propres émotions.

  • Il y a dans ce cercle émotionnel fermé sur lui même, une sorte de « narcissisme » consubstantiel, un « égocentrisme » aimable, serait le terme juste me semble-t-il,  qui ne favorise pas, bien sûr, la vie affective et sentimentale. Du moins si on désire qu’elle soit solide et durable.

  •  Cet enfermement cénesthésique  est encore renforcé par la présence de NEPTUNE maître de la Maison VII (les autres, et l' »autre » en particulier) à l’Asc. Les autres ou l' »autre » doivent correspondre aux projections fantasmatiques du sujet…..qui, bien entendu, sera toujours soit déçu puisque dans l’autre il ne rencontrera jamais que lui même (ou elle même, ici) soit mécontent dans la mesure même où cet « autre » manifesterait vraiment sa différence, c’est à dire ses propres choix, ce qui ne peut convenir au sujet.

  •  Mais, sur un autre plan, celui qui nous occupe ici, il faut remarquer que NEPTUNE, principe essentiel de l' »indicible » et du « métalangage« , c’est à dire de tout ce qui est justement du rôle de la musique de nous faire entrevoir et partager, est à la base d’un triple  magnifique trigone :

  • à SATURNE (mise en relation avec les profondeurs de l’âme et du sentiment artistique), configuration portant à une forte introversion mais aussi

  • à JUPITER/URANUS, valeurs d’éclat, d’extraversion, de puissance, d’autorité, d’affirmation, d’ambition très souvent.

Comme quoi la ou les « dualités » qui caractérisent les « Gémeaux » ne sont pas un vain mot. La carrière de Martha Argerich a été marquée par des périodes éclatantes de vie publique, de grands succès professionnels (JUPITER/URANUS)…et de soudaines coupures où, pendant quelques années, elle se retirait loin du monde, cultivant les délices de l’intimité, se consacrant à ses enfants et se défendant jalousement de toute incursion extérieure dans son jardin secret (SATURNE/NEPTUNE)

  • C’est, bien sûr JUPITER/URANUS associés à SOLEIL et VENUS culminant, qui  expliquent la renommée universelle de Martha Argerich et c’est elle aussi qui expliquent en partie, certains attitudes très autoritaristes qu’elle a adoptées lorsque certains jurys internationaux osaient aller contre ses choix.

 Souple comme une anguille pour entrer dans l’univers musical de compositeurs très dissemblables, traduire leur pensée et la communiquer au plus grand nombre, mais volontiers agressive et conflictuelle quand on se permet de troubler ses choix, de contester le système de valeurs (à forte connotation subjective) qu’elle s’est constituée ou de vouloir lui imposer quoi que ce soit.

  •  C’est là qu’intervient le SOLEIL carré MARS

Cet aspect est chargé de mettre dans ce thème somme toute assez consensuel, une détermination farouche qui consiste essentiellement à « ne pas se laisser enfermer« 

  • En effet la dissonance occupe la relation GEMEAUX/POISSONS.

Tous deux sont réputés instables, insaisissables, doubles, déchirés quelquefois. Pourquoi ?

– Parce qu’aux Gémeaux, la conscience a besoin de s’ouvrir à son maximum d’ampleur, elle éprouve le monde (au sens le plus universel du terme) comme un vaste champ d’expériences dans lequel elle se réserve de pouvoir butiner à sa fantaisie, sans s’arrêter ni se fixer jamais.

– Aux Poissons, dernier signe du zodiaque (j’en ai beaucoup parlé dans mon dernier article consacré à Benoît XVI) c’est à dire au terme de son itinéraire, cette même conscience est revenue de sa naïveté et de sa juvénilité primesautière et printanière; elle éprouve durement le fait que, quoiqu’elle fasse elle porte ses limites en elle et ne peut les dépasser par elle même.

Elle projette alors sur le monde dans lequel nous évoluons (moralement et physiquement) ses propres contradictions. Les lui attribuant (et se plaignant sans cesse de son sort malheureux) elle refuse de choisir, soit en se  niant elle même et en adoptant la fuite et le naufrage,  soit en adoptant une attitude de révolte et en optant pour le conflit, souvent désorganisé. Ce qui veut dire qu’elle veut changer le monde au lieu de se « convertir » elle-même pour sortir de l’univers de dualités dans lequel elle s’est elle même enfermée par confusion, paresse, indifférenciation ou passivité. En un mot, refusant de changer de lunettes, elle est condamnée à une douloureuse et permanente insatisfaction qui peut aller du désespoir et de la déréliction totale à la révolte violente. Reste la troisième voie, bien sûr, celle des POISSONS fort évolués qui savent dépasser les contradictions apparentes et ouvrir un nouveau regard sur le monde.

  • Mais dans les deux cas courants, il s’agit bien de ne jamais se laisser enfermer.

Il s’agit de garder une sorte de disponibilité permanente (essentiellement adolescente et négative, c’est à dire par « non choix ») propre aux Gémeaux en se gardant de tout embrigadement dans un système quelconque, toujours ressenti comme « carcéral » aux Poissons.

– Aux « Gémeaux » on veut pouvoir tout choisir et ne renoncer à rien en restant dans une éternelle adolescence où la notion de « responsabilité » et d' »engagement » n’a aucun sens. C’est trop tôt

[Voici, pour illustration de cette idée, un autre extrait de l’article consacré à Martha :  » Artiste rebelle, son indépendance – qu’elle revendique farouchement – est parfois source de problèmes pour les organisateurs de concerts : elle peut se désister au dernier moment, se présenter pour son récital et décider de changer le programme ou encore cesser abruptement de se produire malgré un carnet de prestations rempli pour plusieurs mois « . L’auteur de l’article est bienveillant car il confond (comme Martha elle même) « indépendance  » et « inconséquence, immaturité » voire « mépris des autres » car une telle attitude atteint d’abord ceux et celles qui font vivre Martha et sans la contribution lesquels elle pourrait toujours jouer du piano dans son salon en attendant le RSA. Bref.]

– Aux « Poissons » on doute que tout choix soit souhaitable et valable et d’ailleurs on s’en f…moque. On reste donc dans le chaos, l’indétermination et l’attente de ce qui nous libérera du carcan existentiel. Il est trop tard pour reprendre en main le fil de sa propre destinée, si la métanoïa n’est pas intervenue avant (dans l’axe Cancer/Capricorne essentiellement).

Le mariage peut, en particulier, être ressenti comme « enfermant » sur de telles natures, plus soucieuses en fait de rester dans un état de totale disponibilité et d’indétermination, que d’affirmer une authentique liberté, car la liberté vraie implique choix et engagement.

Or c’est bien là ce qui rebute Gémeaux et Poissons 

Ceci explique peut-être les trois mariages de Martha Argerich, tous soldés par un échec et les douloureuses expériences vécues par les trois enfants issus des trois mariages. Notamment la fille issue du dernier mariage qui a tourné un films sur la vie et la carrière de sa mère (présentée sur Arte, je crois) et qui exprimait la souffrance qu’elle éprouvait de voir son père, le pianiste Stefen Kovacevich, la mener en bateau depuis des années  pour lui donner son nom alors qu’elle approche la trentaine si je ne me trompe pas. Cette souffrance était très émouvante et ne paraissait pas du tout affecter ou impressionner le dit papa, qui participait au tournage de ce film intimiste.

Comme quoi, les irresponsables attirent les irresponsables, mais n’arrivent pas à s’entendre avec eux, leur reprochant leurs propres déficiences. Mais ce sont toujours les enfants qui paient les pots cassés.

Inversement, dans les relations « sans engagement de part et d’autre » Martha Argerich se révèle une personnalité généreuse : elle aide de nombreux jeunes artistes dont elle se sent très proche (il y a toujours un « adolescent » derrière un « Gémeaux » caractéristique, d’où l’aisance dans les contacts avec les adolescents) et elle ne se consacre plus qu’à la musique de chambre où elle peut, sans risque, exprimer ses aptitudes pour les relations humaines basées sur l’entente, la sympathie, l’amitié même, en tout cas sur des affinités sociales, esthétiques, professionnelles où chacun continue à disposer de lui même en profitant de ce que l’autre a de meilleur à échanger dans le bref temps de la libre rencontre. Une vie de « bande de copains » en quelque sorte.

 

Je ne connais absolument rien de la vie personnelle de Maxime Vengerov, une comparaison, même sommaire, avec la personnalité de Martha Argerich m’st donc impossible.

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 428939Visiteurs Total:
  • 9Visiteurs aujourd'hui:
  • 99Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives