CHEREAU Patrice - 02.11.2013 - 11.45 - f49 -On vient d’apprendre la mort de Patrice CHEREAU, homme de théâtre et, tout autant, de parti-pris pour les fumeuses idées dominantes de notre époque post soixante-huitarde.

Paix à son âme.

Maintenant qu’il se trouve face à la source de toute vérité, il doit bien sourire de certains de ces engagements. Et, confronté à l’Amour infini, je l’imagine soulagé d’être enfin délivré des obsessions et angoisses morbides qui coloraient son âme de Scorpion, né le Jour des Morts.

Mais je n’ai pour intention d’analyser le thème de cet homme, par ailleurs éminemment sympathique, que j’avais rencontré à Paris et avec qui j’avais eu une conversation des plus intéressantes, bien que ne partageant aucun de ses engouements, si ce n’est l’amour des lettres, du théâtre et de la musique. Ce qui est déjà beaucoup.

Ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est la leçon d’AnthropoCosmologie appliquée que nous offre le triste événement de sa mort : une  véritable démonstration magistrale pour les amateurs d’analyse de thèmes…et pour les sceptiques (en fait les ignorants en la matière) qui dénient à l’AnthropoCosmologie toute propriété prévisionnelle.

Bien sûr, il vaudrait mieux posséder quelques connaissances techniques pour suivre la démonstration, même si je vais m’efforcer d’être aussi clair que possible.

Patrice Chéreau naît sous une triple conjonction SOLEIL/MARS/MERCURE en Scorpion au carré de PLUTON situé en Maison VIII, analogique au 8ème signe.

  • Scorpion  & Maison VIII : le sexe et la mort, la mort et le sexe, la passion tant créatrice que destructrice.

  •  L’Ascendant occupe le signe du Sagittaire. Or l’axe Gémeaux/Sagittaire est l’axe respiratoire par excellence. JUPITER, maître du Sagittaire et « gouverneur » du thème, est non seulement en exil en Vierge (refus de la restriction, de la limitation, du contrôle, laisser-aller sur le plan de l’hygiène respiratoire) mais aussi au carré de l’Ascendant dans son propre signe. C’est comme si le sujet se rejetait lui même et allait à l’encontre des dispositions naturelles de ses caractéristiques anthropocosmologiques. Ce Sagittaire fait pour le grand air, le vent du large, la respiration à plein poumons, n’a vécu que dans l’atmosphère confinée de salles de spectacle et, je suppose qu’il devait fumer comme un pompier, puisqu’on nous apprend qu’il est mort d’un cancer des poumons.

  • L’éventualité d’un cancer est signalée deux fois dans le thème :

         le carré de Jupiter à l’Ascendant (manque de rigueur et prolifération anarchique)

         le carré de Pluton au Soleil (autodestruction).

 Mais ce qui m’intéresse particulièrement ici, c’est l’extraordinaire faisceau de tendances convergentes – et destructrices – qui signalaient clairement combien la période s’avérait critique pour le sujet.

Les repères relatifs aux questions de santé dans le thème de Patrice CHEREAU :

  • L’Axe VI/XII traditionnellement dévolu aux questions de santé dans l’astrologie classique, est (nous l’avons vu) situé en : Gémeaux/ Sagittaire : circulation et respiration.

  • Le maître de la XII (les grandes épreuves de santé) est JUPITER (qui est aussi le gouverneur comme déjà précisé)

  • Le maître de la VI (les maux chroniques, les faiblesses de l’organisme) est par MERCURE.

  • Le maître de la Maison VIII (en Lion) est le SOLEIL, en Scorpion accompagné de Mercure et Mars, ce dernier étant lui même maître de la Maison IV (la fin de l’existence)

Notons encore que si l’Ascendant de Patrice Chéreau tombe en Sagittaire, toute la première Maison de son thème – cruciale pour la vie et l’existence du sujet – intercepte le signe du Capricorne qui vient constituer un 2ème Ascendant. Ce qui vient encore accentuer les dualités et divisions de ce thème marqué par un signe « double » à l’Ascendant. Question sur laquelle je ne m’étendrai pas.

Conséquence de cette disposition : SATURNE devient le 2ème Maître du thème, ou le 2ème gouverneur si vous préférez et prend une importance toute particulière concernant la vitalité et la santé (qui nous occupe ici).

CHEREAU Patrice - Mort 07.10.2013 -Muni de ces quelques observations schématiques, observons ce qui se passe dans le thème de Chéreau dans la période qui précède puis qui accompagne son décès :

  • SATURNE céleste – la mise à l’épreuve, la note à payer, les conséquences logiques de nos comportements – entré dans le signe du Scorpion en fin octobre 2012 a longuement séjourné sur le Soleil natal (10° Scorpion) et à sa périphérie de janvier à octobre 2013, mettant à rude épreuve les défenses de l’organisme (avec les résultats que l’on sait)

  • Rappelons que le SOLEIL est le maître de la Maison VIII : donc un indicateur privilégié des dommages physiques, moraux et matériels, des crises et catastrophes qui peuvent atteindre le sujet. La Maison VIII est celle de la « mort »  et de tout ce qui la concerne dans l’astrologie classique.

Dans le même temps :

  • PLUTON – corruption, destruction, autodestruction, processus de désorganisation – qui vient de cette même Maison VIII et qui « maîtrise » le SOLEIL (situé chez lui en Scorpion) s’opposait à SATURNE natal (2ème gouverneur) situé à 10° Cancer, pratiquement depuis le printemps 2012, à partir des 9ème et 10ème signe du Capricorne – avec un long point d’orgue d’août à décembre 2013.

  • Quant à URANUS, qui intervient souvent pour radicaliser et cristalliser des tendances latentes, il était, lui aussi, en dissonance de ce même SATURNE natal, depuis le 10ème degré du Bélier depuis mai 2013 !

  • Rappelons qu’URANUS        présente des correspondances avec le spasme, la constriction, le resserrement. Dans le thème natal il est situé dans le signe des Gémeaux (bronches) et en Maison VI (maladies chroniques).

  • Enfin JUPITER céleste (ce fameux 1er Gouverneur) entré dans le signe du Cancer depuis juillet 2013 s’était installé sur la position de SATURNE natal. C’est comme une figure d’accomplissement qui se manifeste là : les deux pôles de la vie sociale, professionnelle, morale se rejoignant dans le signe du Cancer, qui est considéré par certains comme une « porte » qui nous fait accéder à l’infini.

Une Remarque

On pourrait peut-être s’étonner que le trigone envoyé par JUPITER à tout l’amas situé en Scorpion, n’ait pas signalé cette amélioration de la situation qu’on lui prête généralement. C’est mal comprendre le symbolisme de JUPITER que d’en faire un facteur de bonheur inévitable. La fonction de JUPITER est de développer, d’amplifier une tendance au maximum (comme celle de SATURNE est de la contrôler et de la maîtriser). Quand la tendance est mauvaise, il va de soi que le symbolisme jupitérien devient absolument catastrophique. Les victimes des mégalos jupitériens en savent quelque chose. C’est ce qui s’est produit ici.

URANUS a exacerbé le mal et JUPITER l’a amplifié et a accéléré des tendances destructrices en elles mêmes. D’autant plus que – ne l’oublions pas – JUPITER ici est le maître de la Maison XII : celles des épreuves majeures de l’existence….

Les deux « Révolutions Solaires » (ou Thèmes anniversaires) qui encadrent la mort de l’homme de théâtre sont très explicites et révélatrices aussi. Mais je ne les analyserai pas ici de façon à conserver à cet article des limites raisonnables.

Remarque d’ordre général.

L’anthropocosmologie est un merveilleux outil d’investigation psychologique, existentiel et spirituel. Ses qualités prévisionnelles ne sont  pas moindres; le cas que nous venons d’analyser en est un exemple parmi tant d’autres et j’aurai d’autres occasions de le prouver.

Mais il ne faut jamais oublier que ces ressources prévisionnelles qui nous sont offertes , doivent toujours se mettre au service du plus grand intérêt du consultant et jamais à celui de l’égo du praticien. Elles doivent servir à alimenter la réflexion et à éclairer l’action de la personne qui demande conseil, pour qu’elle puisse maîtriser sa destinée autant que faire se peut.

Dans le cas qui nous occupe, il est clair que si Patrice Chéreau s’était adressé à un praticien quelconque, celui-ci – découvrant le tableau alarmant et explicite que je viens de décrire, tableau qui ne laissait aucun doute sur l’épreuve que son consultant aurait à traverser en fin 2013, aurait dû mettre toutes les ressources de son esprit à aider  son consultant à traverser l’épreuve dans les meilleures conditions possibles.

Comment ?

  • D’abord en évitant de l’enfermer dans une prévision définitive qui aurait pris en fait, les couleurs d’une condamnation. Certain(e)s praticien(ne)s sont des spécialistes de ce genre de comportement qui n’est qu’une forme de domination du consultant : « moi je sais ce qui va vous arriver et vous pas; en fait, je tiens les fils de votre destinée en main et je vous suis supérieur(e)« . Je me souviens d’une consultante – devenue une de mes élèves par la suite – qui s’était vu « prédire » par une astrologue qui sévissait alors dans les colonnes de « Midi Libre », la mort dans l’année de son père, de son mari et ses enfants !

La pratique de la prévision, quand elle est amenée à pointer des périodes négatives ou dangereuses, doit s’apparenter à la pratique de la prévention en médecine : aider le consultant (ou le patient) à se mettre dans les meilleures conditions pour affronter et surmonter l’épreuve et non le condamner d’avance. Le reste appartenant à Dieu.

  • Ensuite en relevant dans la dynamique astrale et en indiquant clairement au sujet, ces périodes où les tensions s’effacent et où apparaissent des dynamiques harmonieuses susceptibles de l’aider à redresser la situation et à repartir du bon pied.

Une consultation digne de ce nom doit toujours se terminer sur un élément positif qui alimente l’espérance et la confiance du consultant au lieu de le vouer au découragement sinon au désespoir comme certains s’ingénient à y contribuer. Il ne s’agit pas d’inventer ce qui n’existe pas ou paraît impossible; il s’agit de montrer à la personne qu’il y a toujours un moment où ses efforts peuvent être couronnés de succès, quelles que soient les difficultés qu’elle aura à surmonter.

Car si les phases de notre existence sont parfaitement recensées dans notre thème natal, la façon dont nous les traverserons et les vivrons, l’expérience positive ou négative que nous en tireront ne l’est pas entièrement.  Cela appartient à la liberté humaine et au projet que Dieu a pour nous. Qui pourrait se permettre de préjuger de l’une et de l’autre ?

Louis SAINT MARTIN

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 534739Visiteurs Total:
  • 44Visiteurs aujourd'hui:
  • 171Visiteurs hier:
  • 1Visiteur(s) en ligne:
Archives