© Copyright 2012 CorbisCorporationUne équipe de mercenaires dont le coefficient intellectuel ne doit pas dépasser 80. Footeux qui ne sauraient même pas citer les quatre grands fleuves français ou chanter la Marseillaise et qui portent le mot « EMIRAT » en gros caractères sur leur maillot alors qu’ils sont sensés représenter Paris !

Une équipe qui a coûté je ne sais combien de millions d’euros qui auraient été les bienvenus pour  aider nos compatriotes dans la difficulté.

Un « propriétaire d’équipe » (comme il y avait des propriétaires de gladiateurs et d’esclaves sous la Rome décadente) qui ne connaît de la vie que le fric, le pétrole et le cul de son chameau. Une sorte de prédateur venu d’un autre âge, qui n’a quitté sa tente que pour jeter son dévolu sur les plus belles réalisations du génie architectural et décoratif français sorte d’Iznogoud à qui toute la classe dirigeante fait des courbettes au lieu de le renvoyer à ses chèvres et à ses babouches.

Représentant de surcroît d’un pays qui est un des principaux pourvoyeurs de fonds de cet islam radical qui cause, chaque année, la mort d’environ 105.000 Chrétiens de par le monde. Islamisme dit radical (y-en-a-t-il d’autre ?) contre lequel nous envoyons nos soldats se faire trouer la peau en Afghanistan et au Mali.  Sans parler des victimes (parmi lesquels des enfants en bas âge) massacrées sur notre propre sol de manière particulièrement lâche et barbare.

Un des plus beaux lieux de Paris investi par des groupes de vandales hystériques, manifestant par leur violence la haine du pays qui les accueille, les loge et les nourrit (souvent à ne rien faire…sauf dealer, taguer, rançonner, agresser, violer, insulter, profaner).

Une troupe de policiers et CRS qui n’hésitait pas il y a peu de temps à lancer des grenades lacrymogènes sur des femmes et des enfants venus manifester pacifiquement et en souriant contre le pseudo et grotesque mariage inverti.

Une police qui rafle (et avec quelle hargne) des dizaines de jeunes Français :

  • Parce qu’ils respectent les valeurs du droit naturel

  • Parce qu’ils ne lisent pas Têtu et ses pubs pour les lubrifiants et les capotes.

  • Parce qu’ils n’apprécient pas la tête de vieille grenouille haineuse de son fondateur. Celui qui, dans un tweet célèbre, espérait voir une bombe éclater dans la manifestation contre le « pseudo-mariage pour tous (les fêlés)

  • Parce qu’ils ne gobent pas les arguties délirantes des lobbies grassement subventionnés qui prônent la transgression et la perversion comme normes sociétales.

  •          Parce qu’ils trouvent les gesticulations des « femem »  plus ignobles et pitoyables que « signifiantes »…

  •     Une police qui, en cette occasion, a abandonné le terrain aux voyous ethniques et casseurs (d’après de nombreux observateurs), imitant ainsi les troupes égyptiennes abandonnant leurs chaussures pour fuir plus vite le champ de bataille devant nos soldats en 1956.

  •     Une police française qui a laissé le champ libre à ces « jeunes », ces tendres rejetons d’une immigration-invasion particulièrement prolifique qui est train de réaliser le « grand remplacement » des « sales Français » ou des « Souchiens » sans même avoir à faire la guerre. Ce qu’encouragent les suppôts de la subversion de notre pays par tous les moyens possibles : enragés de l’extrême-gauche, grand patronat qui y trouve son compte, libéro-libertaires de la « maçonnerie universelle » et surtout la grande masse des idiots utiles qui approuvent la situation sous prétexte de « diversité » de « tolérance » de « métissage » de « multiculturalisme » sans s’apercevoir qu’ils signent ainsi l’arrêt de mort de leur propre culture.  Une vraie « chance pour la France » comme ils disent.

Désormais la guerre que la révolution (et ses multiples métamorphoses : hier le communisme pur et dur, aujourd’hui le relativisme et le nihilisme formant une monstrueuse alliance avec l’islamisme) mène contre notre civilisation depuis trois siècles, ne se cantonne plus à nos banlieues. Il y a bien longtemps qu’elle a investi le centre de Marseille où d’ici quelques années la masse des immigrés de première, deuxième et troisième génération aura dépassé le nombre de Marseillais de souche. Et Marseille n’est pas la seule ville française dans ce cas car certaines portions de notre territoire n’ont rien à envier au Kosovo.

Cette guerre de conquête qui ne dit pas son nom, a franchi un pas de plus Dimanche, avec le centre huppé de Paris.

Elle ne s’arrêtera pas là.

Voilà la France telle que la souhaitent M. Hollande et tous ceux qui, comme lui, ont décidé de détruire notre société pour établir une humanité selon leurs principes…c’est à dire sur une absence totale de principes hors la promotion des désirs et satisfactions individuelles, avec toutes les dérives et aberrations que cela peut entraîner. Ainsi, tout ce qui peut « bousculer nos habitudes bien françaises » comme le disait déjà Mitterrand (et pour « bousculer » faisons confiance à ces sauvages » est bienvenu pour un parti et une idéologie qui ont décidé de tirer un trait sur la France historique.

Quand j’épingle M. Hollande (et Valls, Peillon, Belkacem, Delanoë et toute la kyrielle de ceux qui le soutiennent) je n’ai garde d’oublier qu’une large part de la situation dans laquelle nous nous trouvons d’avoir à subir désormais une véritable occupation étrangère, agressive, inassimilable et couteuse sur notre sol; d’avoir à nous protéger d’une immigration extra-européenne porteuse des germes d’une guerre civile, que cette situation donc ne vient pas que de lui, mais que Giscard (avec le regroupement familial), Chirac (celui qui se vantait de construire des mosquées tous les jours, sans le dire pour ne pas avoir à se justifier) Sarkozy (180.000 immigrés réguliers nouveaux tous les ans – suppression de la double peine – suppression de l’enquête des RG indispensable jusqu’alors pour toute demande de naturalisation – discrimination positive…et j’en passe) ont tous leur part de responsabilité dans cette situation.

Il se trouve simplement que les choses s’accélèrent et s’enveniment du fait de l’incompétence paradigmatique (et de la complicité évidente) de l’équipe au pouvoir.

 Que restera-t-il de la France historique dans quelques années ? Cette France telle que nous avons appris à l’aimer, grâce à l’Ecole Publique notamment avant qu’elle ne fût investie par les progressistes et soixante-huitards grâce à De Gaulle, Pompidou et Edgar Faure. Du temps où nos instituteurs nous apprenaient à admirer sa culture, son histoire, ses grands serviteurs au lieu de nous enseigner, comme on le fait actuellement, ce qu’est une fellation, de nous détailler la théorie du « genre »  ou de nous affirmer (comme le souhaitait Vallot-Belkacem il y a peu) que jamais Rimbaud n’eut été si grand poète s’il n’avait commencé par se faire sauter par le tendre Verlaine.

Pour se faire une idée de ce vers quoi on oriente notre pays, il est indispensable de relire toute affaire cessante « Le Camp des Saints » de Jean Raspail. Edité chez Robert Laffont en 1973. Disparu du catalogue des libraires pendant des décennies (et pour cause), il a été réédité et j’ai constaté par moi même qu’il y en avait plusieurs exemplaires d’occasion disponibles sur « Amazon ».

Lisez-le. Et vous verrez comment la fiction chez un grand auteur peut s’avérer encore plus éclairante que la lecture des journaux qui, de toute façon, appartiennent tous à la ploutocratie favorable au melting-pot planétaire censé assurer sa richesse et sa suprématie définitive.

Notre civilisation disparaîtra peut-être mais nous ne pourrons pas dire que nous n’avions pas été avertis et, de ce point de vue, les saccages et violences du 13 mai en plein Paris ainsi que la réaction de notre gouvernement devraient nous faire réfléchir.

Et, puisque j’ai cité Jean Raspail et l’ouvrage véritablement prophétique que constitue « Le Camp des Saints » décrivant la subversion de notre civilisation par une invasion « pacifique » encouragée et même favorisée par ces autorités morales ou politiques normalement chargées de s’y opposer (ce qui, en bon Français s’appelle une forfaiture et une trahison…mais ces deux attitudes sont devenues tellement courantes chez nous qu’on ne les remarque plus) je citerai aussi un ouvrage du même auteur, postérieur au « Camp des Saints  » et intitulé « Sire » (1990) qui nous indique les voies véritables de la restauration de notre identité, voire de la renaissance de notre pays et de l’Europe.

En fait les deux ouvrages sont très complémentaires et SIRE permet de retrouver, au fond de nous, la petite fée Espérance que « Le Camp des Saints » pourrait faire vaciller mais qui ne peut jamais nous quitter à condition de ne pas la séparerde la foi. Foi en Celui qui préside à toutes les destinées, foi en nous-mêmes, foi en notre capacité à vaincre la corruption, la trahison et l’adversité.

Il n’est peut-être pas anodin de constater que ces scènes d’émeute liées à une présence étrangère massive et hostile sur notre sol, surviennent le jour anniversaire de la naissance de la Ve République, le 13 mai 1958 lorsque la nation s’était soulevée pour renverser la IVe incapable de résoudre la crise algérienne et qu’on avait appelé le général De Gaulle au pourvoir pour la résoudre.

Las il l’a résolue de telle façon que cette Algérie et cette Afrique qu’il a abandonnées à leur triste sort – c’est à dire à des élites locales corrompues et d’une totale incompétence – on les retrouve maintenant dans nos banlieues où elles grossissent de façon exponentielle si bien que si l’Algérie et l’Afrique ne sont plus « françaises » c’est la France qui est en train de devenir maghrébine et africaine.

Je ne suis pas sûr que les uns et les autres nous y gagnions au change.

Inutile de rappeler que le « 13 mai » est la date anniversaire de l’explosion infantile qui – en 68 – nous a fait mettre au panier les valeurs constitutives et éducatives de notre nation, de notre culture, de notre société civilisée et qui a amené au pouvoir depuis cinquante ans des générations de bobos progressistes.

Il y a des dates comme ça qui, en Histoire, sont lourdes de signification : le 10 mai par exemple nous renvoie à la mort de Louis XV en 1774, au début de l’invasion allemande en 1940…et à l’arrivée de Mitterrand (et du socialisme idéologique) au pouvoir en 1981.

Je ne sais lequel de ces trois événements doit le plus nous contrister….

 

 

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 440087Visiteurs Total:
  • 107Visiteurs aujourd'hui:
  • 103Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives