Cher Monsieur Saint-Martin,

Puis-je me permettre de vous soumettre un nouveau rebus ? (Mes autres patients sont à  peu près normaux ¦). Bien sûr, si ma question vous dérange, n’hésitez pas à  la jeter à  la poubelle !

  •  Il s’agit de : Hubert né le 26.06.1961 – 08.01 – M…..

 A régulièrement des phases dépressives insupportables qui le conduisent au bord du suicide.

A tout essayé : psychanalyse, médecins, yoga, sport etc…¦ Résultat : médiocre. L’acupuncture et l’homéopathie lui font «beaucoup de bien » (dixit), mais cela ne tient pas.

Il pense à un problème lié à  la psycho-généalogie. Moi non (du moins pas exclusivement), mais je préfère vous demander votre avis de spécialiste. Je crois qu’il mène tout le monde en bateau, moi y compris.

Infos le concernant : environnement familial sinistre. Ancien délinquant, voyou à la petite semelle. Après le décès de son bébé de 3 mois (mort subite du nourrisson) et de sa mère (cancer), changement complet. Il apprend un métier, rencontre la femme de sa vie, se marie, fonde une famille (2 enfants). Il est ……., sa société tourne bien, le foyer est très uni. Son but dans la vie : avoir un comportement modèle (cela en devient même parfois pénible). Très performant dans son métier.

Mon opinion : je ne pense pas à la psycho-généalogie (même si cela joue probablement un rôle indirect), je crois plutôt que cet homme a fait une « très grosse bêtise» qu’il n’a jamais avouée. Je n’exclus pas un acte passible de prison. D’où la raison de son revirement aussi radical. Je le pense poursuivi par le remords. J’espère bien crever l’abcès. Il me fait confiance, j’espère qu’il osera franchir le pas. J’ai, par contre, souvent l’impression d’avoir à faire à une personnalité double.

Je ne sais pas si l’AnthropoCosmologie peut m’éclairer, mais quelque part, ca m’intéresse.

  • Feed back sur le cas N°1 que je vous avais soumis : celui de Angelo.

Depuis mon changement de traitement sur Angelo, cet enfant se porte beaucoup  mieux. J’ai tout de même vivement conseillé à  la maman de remettre le problème entre les mains d’un spécialiste en psycho-généalogie. Pour être honnête, je pense que le fait de mentionner ces morts « ‘oubliés » a été bien plus efficace que mes aiguilles (tant pis pour mon ego de thérapeute). La maman a pris conscience du problème et cela a aidé l’enfant.

Cordialement…..

 Réponse concernant le « cas » de Hubert.

  •  Votre client n’a pas, du moins pas a priori, un thème de « dépressif« .

La seule configuration qui pourrait y faire penser concerne une conjonction entre Saturne (l’inhibition, la tristesse, la frustration, le manque, le « sevrage ») et Jupiter (la joie de vivre, l’ouverture, l’insouciance même). C’est un alliage très bivalent en effet.

Saturne est très fort dans le thème car il est en Capricorne (son propre signe). Les deux planètes sont situées dans la Maison VI : celle consacrée aux « maladies chroniques » dans l’astrologie dite médicale; donc, ici, prédisposant aux accès maniaco-dépressifs ou bipolaires souvent impliqués par la configuration. Le maréchal Lyautey qui « bénéficiait » d’un carré entre les deux planètes, était célèbre pour ses alternances entre l’enthousiasme, le débordement optimiste, le goût de la pompe et la déprime, la tristesse, la recherche de la solitude.

Je connais de nombreuses personnes – tant publiques que privées qui présentent une conjonction Jupiter/Saturne – qui peuvent présenter ces moments d’abattement, de frustration, d’aigreur, d’insatisfaction qui font pendant à d’autres moments beaucoup plus confiants et entreprenants : Louis de Funès (dans le contexte de son thème) ce comique agité, nerveux et constamment râleur qui fait rire par les malheurs et déboires qui l’affectent en permanence, en est un exemple caricatural qui a su donner à cette alliance contre nature, la réponse que nous connaissons et qui a fait son succès.

  • L’héritage psychogénéalogique peut-il expliquer son comportement ?

Comme vous l’avez parfaitement décelé il peut jouer son rôle de « toile de fond » à des problèmes beaucoup plus actuels. Pourquoi ?

D’abord parce que Hubert est Cancer (Asc Lion) signe qui nous place au coeur des conditionnements familiaux et transgénéalogiques.

Son Soleil forme trois aspects majeurs :

–         Une conjonction à Mercure qui n’intervient que pour souligner le pôle très mental de l’individu, sa propension éventuelle à calculer et « ruminer ».

–         Un trigone à Neptune (le brouillard, le non-dit provoquant fantasmes et illusions, les situations marginales, quelquefois la présence de l’alcool ou de la folie dans l' »héritage) dans la Maison IV (celle de la famille et des origines justement) et en Scorpion : les questions de sexe, de mort, de destruction et d’auto-destruction, sans oublier l’argent.

–         Le Soleil et Neptune forment tous les deux un sextile à Pluton en Vierge : esprit critique, intéressé, perspicace et éventuellement manipulateur. Bien sûr vous n’oubliez pas que Pluton est justement le maître du Scorpion. Ce qui ne fait que renforcer le côté sombre, l’introversion excessive du sujet et ajoute de l’importance aux éventuels secrets de famille, soigneusement tus et cachés, ceux dont on ne parle jamais qui mais qui « suintent » de multiples façons dans les comportements et les silences, comme le pus se développe sous la surface de la peau ou les cadavres signalent leur présence au fond des placards en émettant des senteurs diverses…

–         Revenant sur Neptune, je souligne qu’il gouverne la Maison VIII (analogique au 8ème signe : le Scorpion) redoublant les significations liées à la mort, le sexe, l’argent, la transgression, voire la perversion sous la forme d’héritages plus ou moins nocifs ou malsains……

Bref, les prédispositions héritées de la lignée familiale me paraissent bien favorables à l’apparition de névroses et autres problèmes psycho-émotionnels, en rapport avec « l’environnement familial sinistre » que vous évoquez et où les secrets de famille « honteux »  doivent être plus nombreux que les euros dans les caisses de l’Etat grec.

  • Abandonnons maintenant l’aspect transgénéalogique.

Il est une configuration qui, elle, me semble aller tout à fait dans votre sens : c’est la conjonction très réactive, hyper-volontaire, autoritaire, explosive, souvent violente et intolérante, un rien « fanatique » de Mars/Uranus en Lion.

Alliance un tantinet paranoïde, qui forme deux carrés (aspect de tension et de conflit) avec les deux symboles de la tendresse, de la féminité, du respect de la femme, de la vie et de la sexualité :

–         la Lune d’un côté (qui, outre les valeurs ci-dessus rappelées, pourrait en plus indiquer le désir de s’élever et de réussir par tous les moyens qui est propre aux Sagittaires dissonants, d’échapper aux conditions d’origine, de mener la « grande vie » toujours dans le contexte du thème)

–         Vénus de l’autre : l’amour, le rapport à la femme en tant que partenaire sexuel….et l’argent, qu’il ne faut pas oublier

En un mot comme en cent, cet homme a un thème:

– à avoir exercé des violences pour satisfaire un certain goût du paraître et de la démesure (type « braquages »)

– à avoir exercé cette même violence contre une ou des femmes (genre souteneur ou proxénète) voire à avoir commis un ou des « viols ».

L’un n’excluant pas l’autre bien entendu

  • Une autre possibilité d’expression de ce conflit tellement marqué entre les valeurs masculines et féminines sur le fond décrit plus haut

La possibilité d’une homosexualité – sans doute mal acceptée et mal vécue tant ce thème est « machiste » – tant le rejet du féminin (et donc de la femme) est marquée dans ce thème.

Il est assez connu que beaucoup d’hyper-machistes, un rien paranoïaques, sont des homosexuels refoulés. C’est du moins la thèse de Freud concernant la paranoïa, si je ne me trompe pas.

  • Quant à ce perfectionnisme excessif qui le pousse à devoir adopter « un comportement modèle » il est souvent très significatif d’un intense sentiment intérieur de faute; de lutte et de honte contre des tendances instinctives, voire « asociales », qu’on veut refouler à tout prix et dans lesquelles on ne veut pas se reconnaître (surtout avec une forte composante « Lion ») d’où la difficulté de passer « aux aveux ».

Je ne dis pas que Hubert a commis des violences ou des viols. Je ne dis pas non plus que c’est assurément un homosexuel refoulé qui se déteste de sa « faiblesse »; je dis simplement que le thème impose des conflits qui peuvent s’apparenter à ce genre de problèmes. Bien sûr il propose aussi des solutions entre lesquelles la conscience, suivant son degré d’évolution, peut choisir. Mais ces éventualités que je pointe ici, me paraissent tout à fait congruentes avec les configurations en présence.

Signalons que le Nœud Lunaire Nord tombe en plein sur son Mars natal soulignant la nécessité pour lui de transmuer violence et esprit de domination en une force créatrice et/ou réparatrice.  La profession que vous m’avez indiquée (et que je passe sous silence ici) s’y prête bien me semble-t-il mais partiellement. Il lui faut aussi « réparer » les fautes commises et les dégâts éventuels laissés derrière lui….à condition de commencer par les « reconnaître ». Alors, la culpabilité pourra disparaître et éloigner les dégâts possibles qu’elle pourrait lui causer ainsi qu’à ses proches. Comme le disait Ramakrishna je crois : « là où la haine, la colère et la culpabilité entrent, Dieu n’entre pas« . Et j’ajouterai, pour ma part, que là où Dieu n’entre pas, c’est Lucifer qui entre car la nature spirituelle, comme la terrestre, « a horreur du vide« . Et tout le monde sait désormais que le grand génie de Lucifer consiste à nous faire croire qu’il n’existe pas…..

  • Je remarque aussi que la Maison VIII, celle dévolue à la « ‘sexualité » par l’astrologie traditionnelle, tombant en Poissons, est placée sous la maîtrise du carré des deux maîtres des Poissons, Jupiter et Neptune :

–         Jupiter en Verseau : une sexualité expansive, affranchie de tabous, libre et non-conformiste. Une sexualité d’autant plus pressante que Saturne exerçant son œuvre de frustration intensifie les désirs sans les élaborer. Ou il les éteint (déprime) ou il les exalte et les libère sur un mode explosif (démesure).

–         Neptune en Scorpion : le fantasme, l’imaginaire, l’inflation, se mettent de la partie  et aboutissent à ces comportements caractérisés par l’absence de normes, le laxisme, le laisser aller, la recherche de l’inédit, de l’illimité, la marginalité, la transgression, l’anormalité….quoique dans nos temps actuels on se demande bien ce qui peut encore paraître anormal tant notre morale est devenue élastique.

Voilà ma perception de l’origine des problèmes tels que vous les évoquez.

Tout cela est en « potentiel » dans le thème. Reste à voir ce qui a été actualisé et quels dégâts ont été causés. Au sujet lui même et à ceux et celles qui ont traversé son existence.

J’espère ne pas être trop « à côté de la plaque » puisque les mêmes structures zodiacales et planétaires peuvent s’exprimer de multiples façons suivant les circonstances concrètes dans lesquelles un individu aura à naître, grandir et vivre et suivant ce degré de conscience que j’évoquais tout à l’heure et qui nous échappera toujours. Mais, à la description que vous m’avez faite, il ne me semble pas que Hubert ait su échapper à la pente naturelle que ce thème pouvait lui offrir.

Aussi, qu’il y ait eu un ou des épisodes violents, des transgressions volontaires causant des remords et de la culpabilité (je rappelle que Saturne est très fort qualitativement dans le thème) chez cet homme maintenant qu’il entre dans l’âge de la « sagesse » et du retour sur soi, ne me surprendrait pas.

 

Bien cordialement à vous

 

LSM

 

Réponse : Hubert a fait la sourde oreille suite aux explications astro. Nous verrons bien s’il reste en traitement… Il est difficile à traiter cet homme, j’ai vraiment l’impression qu’il ne joue pas le jeu.

N’oubliez que vous avez affaire, à la fois à l’extrême vulnérabilité cancérienne et à la vanité léonine, si je puis dire; en recherche de réconfort d’un côté, voulant sauver la face et maîtriser la situation de l’autre. En fait vous devez rassurer deux personnages opposés pour susciter la confiance et l’ouverture : un petit enfant et un « rouleur de mécanique »

Bien sûr, je ne lui ai pas fait part de l’intégralité de vos hypothèses. Juste ce qu’il pouvait entendre. Je suis très douce avec mes patients. Surtout dans une langue étrangère. Et je ne parle jamais de sexe (surtout « spécial ») si le patient n’aborde pas le sujet… Les gens sont en souffrance, je ne suis pas là pour en rajouter une couche. 

Tout à fait d’accord avec vous.

Je me suis juste permis d’insinuer le fait que sa dépression venait probablement de remords suite à un acte regrettable dans sa jeunesse. Le tout au conditionnel et le plus gentiment possible, en insistant sur l’aspect positif de sa vie actuelle. Le but est d’avancer peu à peu afin de le sortir de là. Après tout, il me casse les pieds en prétendant n’avoir aucune idée de ses envies « suicidaires » et je n’en crois pas un mot. Mais il n’est pas fou, il sait bien que je me doute de quelque chose.

Il n’a pas dû apprécier en effet sauf à avoir vraiment envie d’avancer…mais là est le problème : on finit par se sentir très bien avec ses blessures, ses béquilles et ses emplâtres et on n’a pas envie de s’en débarrasser.

J’entendais sur France Inter, avant-hier, la « confession » d’un homme complètement englouti dans ses addictions au sexe. Cette réjouissante activité et les fantasmes qui occupent son esprit tout au long de la journée et qu’il réalise fébrilement dès qu’il sort du boulot, constituent l’alpha et l’oméga de son existence. Mais quand la journaliste responsable de l’émission lui a demandé s’il voulait vraiment en être débarrassé, il a répondu, après une seconde d’hésitation : » non ! c’est trop bon » !!!!…

Cela me rappelle un patient qui fumait 50 cig. par jour et buvait 3 litres de bière (également par jour). Excédée, j’ai fini par le mettre à la porte en lui expliquent (poliment) que mon cabinet n’était pas  Lourdes… Impossible de lui faire réduire ses addictions.

On ne peut rien faire pour quelqu’un qui ne veut rien faire pour lui même.

Nous verrons bien, je soigne toute sa famille et j’aime beaucoup sa femme et son fils ainé.

 Pour en revenir à l’analyse de son thème, en toute bonne foi et à partir des pistes  que vous m’aviez indiquées, je ne pouvais pas vous donner une autre lecture que celle que je vous ai proposée  car elle m’apparaissait comme réunissant les hypothèses les plus plausibles.

 Je vous en remercie beaucoup et cela m’a été très utile.

Excellente journée.

4 réponses à to “CAS N° 2 – Collaboration Thérapeute/Anthropocosmologue : Culpabilité et Dépression…”

  • Antoine Jocelyne:

    Monsieur

    Merci de nous faire partager vos analyses, toujours très simples, essentielles et passionnantes. J’apprécie particulièrement votre humour et votre morale. C’est sans doute parce que je suis d’une autre génération, d’avant 68! cela est réconfortant de voir que d’autres la partage ; Très sincèrement J. ANTOINE

    • Chère Madame,

      Merci pour ce beau compliment qui me touche beaucoup puisqu’il s’adresse aussi bien au contenant qu’au contenu de mon site.
      Je crois que nous sommes beaucoup plus nombreux que vous le pensez à partager un certain nombre de valeurs morales qui ne peuvent pas se démoder car elles sont hors du temps : le respect de la vie, le respect des autres, la dignité, la pudeur, l’honnêteté, l’amour de la famille et de la patrie (qui est une grande famille), le rejet de voir le mariage profané par les manipulations de lobbies de « désorienté(e)s », la protection de nos mineurs contre une pseudo-éducation sexuelle qui leur est dispensée par ceux-là même qui ne rêvent que de les pervertir, la protection de notre identité et de notre liberté/souveraineté, la fermeté devant le cynisme, le laisser-aller, la cupidité et la forfaiture de toute une part de notre personnel politique, une économie soumise au politique et une politique soumise au Bien Commun (notamment moral et spirituel.
      Bref, il n’y a rien dans mes prises de position qui ne correspondent à ce qu’on m’a enseigné à l’école de la république et à ce qui était respecté par l’ensemble du peuple français avant que des groupes de pression fort bien organisés et très versés dans l’art de la communication et de la manipulation, ne prennent le pouvoir dans l’université et les médias; effectivement à partir des années 68 comme vous l’indiquez vous-même. Mais nous savons que le mal et le mensonge ne peuvent jamais l’emporter durablement. Alors il nous faut conserver l’espérance et attendre que les forces saines de notre pays l’emportent sur cette « peste » qui s’est abattue sur nous comme elle s’était abattue sur Thèbes à cause des transgressions multiples des Thébains (et pas seulement d’Oedipe).
      En attendant, disons à chaque fois ce qui nous paraît vrai et « crions par cent mille bouches » (sainte Catherine de Sienne) à chaque fois que nous en avons l’occasion.
      Bien cordialement à vous.

      LSM

  • Karine Schwinn:

    Bonjour,
    Je m’intéresse à l’astrplogie et souhaite m’abonner à votre blog.

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 568518Visiteurs Total:
  • 18Visiteurs aujourd'hui:
  • 117Visiteurs hier:
  • 2Visiteur(s) en ligne:
Archives