C’est François HOLLANDE qui a été désigné au 2ème tour des « primaires socialistes » comme candidat du parti et non Martine AUBRY comme je l’avais supposé dans les pages de ce même « blog » (cf. « La primaire socialiste : pour qui la peau de l’ours ?« )

 Dois-je couvrir mes cheveux de cendres et aller, pieds nus, en pèlerinage sur le tombeau de mon vénéré patron, saint Martin évangélisateur de la Gaule, en la cathédrale de Tours ?

C’est une possibilité mais ce serait plus pour le plaisir (la Touraine est si  belle) que par acte de contrition véritable, car on n’a pas à être puni de chercher…même et surtout quand on ne trouve pas ou qu’on trouve mal.

 C’est ce que certains de mes correspondants devraient comprendre qui ont cru devoir déverser sur moi leurs excédents biliaires (pour rester poli), sans pour autant apporter le quart de la moitié du début d’un élément de critique positive. Mais, outre une prédisposition névrotique aux sarcasmes et à la vanité, je les soupçonne d’avoir peu apprécié ma vision d’un personnel politique qu’ils admirent peut-être. Et ils auront tenté de soulager leur prurit idéologique par des attaques personnelles navrantes sur ma pratique de l’astrologie….sans nous donner les moyens de juger de la leur. Seule façon, évidemment, de masquer la vacuité de leur pensée derrière quelques perfidies assassines.

 Vous dire que cela m’a affecté serait vraiment excessif. En revanche  je suis agacé de cette incapacité bien nationale à « réfléchir ensemble » à mépriser toute forme de respect et de bonne volonté dans l’échange quand les avis sont divergents. Je ne répéterai jamais assez que ce site est un site de réflexion et d’échanges. En étant le responsable, il est normal que j’aie l’initiative des articles qui y sont publiés. Mais je laisse à quiconque l’entière liberté d’analyser, commenter, voire contredire ces articles. A condition que ce soit dans un but de saine émulation en faveur de la connaissance et de la vérité et non pour le seul plaisir d’un défoulement personnel.

Au-delà même de la discussion possible sur les articles que je publie, j’engage ceux qui le souhaitent à me proposer des articles de leur crû (relatifs à l’AnthropoCosmologie bien sûr); articles que je publierai bien volontiers s’ils me paraissent devoir intéresser les visiteurs de ce site.

 Tirer et tenter de « descendre » quelqu’un dès qu’il a le malheur de vouloir s’exprimer sur quelque sujet que ce soit (et singulièrement en anthropocosmologie où les dérives sectaires sont tout aussi agressives que dans certains groupes religieux) est un exercice très prisé dans notre pays où chacun se croit en mesure de juger et décider de tout et de rien. C’est navrant, c’est regrettable et c’est souvent parfaitement imbécile.

De toute façon c’est un exercice voué à l’échec en ce qui me concerne.

D’abord parce que je possède ce qu’il faut en matière d’esprit polémique pour répondre aux agressions (on pourra en juger à travers certaines de mes réponses); ensuite parce que « tout ce qui est excessif [étant] vain » et  mes articles étant à peu près correctement pensés et écrits je pense, les pisse-vinaigres de tout poil n’ont aucune chance de m’impressionner et de me faire taire.

 Voilà. Je crois qu’il était utile de  bien repréciser les objectifs et les moyens mis en œuvre dans ce site.

  • Recherches, réflexions, études pouvant contribuer à mieux faire comprendre et apprécier l’AnthropoCosmologie en matière d’objectifs. Avec tous les risques que comporte un domaine d’une telle richesse qu’il épuise sans doute les ressources de l’esprit humain,

  • Entière bonne volonté, ouverture d’esprit, confiance et courtoisie en matière de moyens.

 –         Que ceux(celles) qui se sentent en désaccord avec ce projet et n’ouvrent la bouche que pour émettre des critiques stériles, évitent de fréquenter « www.pronoia.fr ».

–         Qu’ils(elles) s’activent même à décourager ceux de leurs ami(e)s et connaissances qui présenteraient la même tournure d’esprit qu’eux(elles) à venir le visiter. C’est d’ailleurs ce dont me menace un de mes « commentateurs » et je l’encourage vivement à mettre son projet à exécution. Je me fiche de n’être lu que par très peu de personnes si ces personnes sont de bonne volonté.

–         Que ceux, enfin, qui n’apprécient pas mon style volontiers ironique et mordant lorsque je traite de politique, veuillent bien m’excuser. On ne se refait pas, j’ai l’esprit d’un polémiste et je suis encore très loin d’écrire vraiment ce que je pense en matière de philosophie politique. J’avais ainsi publié une chronique dans la page « Opinions » du Figaro au début des années 90. J’y traitais du socialisme et du libéralisme que je présentais comme les deux « Jumeaux monstrueux » (c’était le titre de l’article) issus de la pensée des Lumières. J’y fustigeais leur égal mépris du sacré, leur vision mutilante de l’homme asservi à ses tâches de production et de consommation dans un univers réduit aux seules considérations économiques et mercantiles, c’est à dire matérialistes.

 Je n’ai pas changé d’avis. Bien au contraire. Et je ne trouve aucune parole chez les hommes et les femmes qui se présentent à nos suffrages – quelles que soient leurs éventuelles qualités individuelles – qui puisse m’inciter à penser qu’enfin nous nous trouvons en présence de quelqu’un qui défend une politique centrée sur l’homme intégral, c’est à dire un être spirituel créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. 

Bien pis, la plupart ont à coeur de défendre des mesures, des mœurs, des comportements, des choix de vie qui ont fait l’horreur et le dégoût des générations qui nous ont précédés mais qui sont aujourd’hui, protégés et encouragés par la loi. Une loi désormais mise au service du désordre et de la transgression.

 Tout ceci précisé, revenons à nos moutons : le match non des « All-Blacks » mais des différentes équipes « All-Pincks » du 16.10.2011.

 Je commencerai par rappeler les deux phrases qui figurent à la fin de cette tentative prévisionnelle :

 « En conclusion, après l’ensemble de ces observations, pour le plaisir du jeu et de ses « risques, je donnerais donc Martine AUBRY vainqueur de cette élection primaire, « devant François HOLLANDE.

« Au risque d’être démenti par les faits, ce que j’accepte bien volontiers, toute erreur « tant fertile en enseignements.

 On ne pourra pas me reprocher d’avoir joué au prophète ou au visionnaire.

En fonction des éléments dont je disposais et qui, je le reconnais, ne constituaient qu’une partie de la situation étudiée, Martine AUBRY, anthropocosmologiquement parlant me paraissait la plus apte à l’emporter.

 Il n’en a rien été. Pourquoi ?

 1ère réponse : je n’en sais rien. C’est la réponse la plus claire et la plus honnête qui soit. Mais elle est un peu courte.

 2ème réponse : son « pacte » avec DSK et ses attaques contre F.H ont plombé sa candidature et lui ont coûté des voix. Autrement dit elle aurait gagné si DSK n’avait pas révélé leur accord de désistement mutuel. C’est une explication comme une autre. Mais elle ne peut nous convenir car elle est uniquement conjoncturelle et politique et ne peut concerner notre domaine. Il faudra donc la traite d’un autre point de vue. Je m’y essaierai en fin d’article.

 3ème réponse : elle n’a pas joué ses atouts planétaires (je n’y reviens pas, je les expose longuement dans mon précédent article) comme elle l’aurait dû.

C’est une réponse encore insuffisante mais elle se rapproche, me semble-t-il, d’une leçon possible.

 4ème réponse : c’est celle que pourrait faire un de mes anciens formateurs en astrologie du temps qu’il n’était pas empêtré dans ses histoires de karma, de réincarnation et autres fantaisies pseudo-ésotériques où il se mêlait de « révéler » les vies antérieures de certains de ses élèves en observant leur coupe de cheveux par exemple ! Concernant notre sujet, il considérait – avec juste raison je crois – qu’était élu(e) celui ou celle dont le thème natal était le plus en phase avec la demande de l’opinion au moment de l’élection et non celui ou celle qui présentait les meilleurs aspects circonstanciels. C’est pourquoi certains étaient élus sur de fortes dissonances (ex: François Mitterrand en 1981) correspondant aux tensions et aléas qui attendaient la collectivité pendant leur magistrature. Pourquoi pas ? Je pense que c’est une vision très pertinente des choses et je la retiendrais assez volontiers.

 Mais, pour le prévisionniste, elle présente un inconvénient majeur : il ne peut disposer d’aucun outil – une carte du ciel en l’occurrence – qui représenterait « l’état de l’opinion » pour ensuite la comparer avec le thème des candidat(e)s et décider de celui de ces thèmes qui présenterait le plus d’affinités avec la dite carte du ciel. On en reste donc aux hypothèses et aux conjectures.

 Alors ? « No future » pour la prévision ?

Que non pas. Cela nous amène simplement à envisager très sérieusement qu’on ne peut pas toujours interroger le thème d’un ou d’une présidentiable ou de tout autre personne engagée dans une action collective d’envergure, comme on interroge le thème d’un simple particulier. Sans doute parce que les qualités véritables du candidat, la façon dont il comprend et conduit sa destinée, s’effacent derrière les attentes et les projections dont il ou elle est l’objet……et derrière les desseins de la Providence qui sont toujours impénétrables comme chacun le sait bien.

Il faut donc croire que, de ce point de vue, FH correspondait mieux aux attentes de ceux et celles qui ont voté le 16 octobre 2011, que M.A, quels que fussent les avantages anthropocosmologiques qu’elle pouvait présenter pour la période (j’y reviendrai).

 Il n’en va pas de même dans la prévision individuelle, fort heureusement.

J’ai trente ans de carrière, j’ai analysé le thème d’environ cinq mille personnes différentes pour une totalité de je ne sais combien de milliers de consultations toujours accompagnées de prévisions (nombre de ces cinq mille personnes étant revenues me consulter plusieurs fois) et j’ai pu apprécier la valeur prévisionnelle de l’outil anthropocosmologique tout au long de ces années avec toutes ces personnes. Valeur dont certaines ont voulu témoigner spontanément dans une série de lettres que je n’ai pas encore publiées car j’ai d’autres tâches plus urgentes et plus constructives à réaliser.

 Tout cela nous amène donc à plusieurs réflexions qu’il sera toujours bon de garder en mémoire.

 Un thème natal  n’est pas l’empreinte d’un destin tout tracé et d’expériences au contenu inéluctable que nous puissions toujours comprendre et deviner.

C’est d’abord et avant tout un héritage. Mais c’est un héritage dynamique, c’est à dire articulé dans le temps (d’où la prévision possible). A savoir que les déterminations qui y sont inscrites se révéleront et demanderont à être prises en compte et actualisées tout au long de l’itinéraire de la personne et en des moments que nous pouvons clairement prévoir.

Mais ce que nous ne pouvons apprécier (sauf à posséder des dons d’extra-lucides) c’est le contenu ou la forme que prendra l’actualisation de ces dispositions personnelles. Car elles sont tributaires de plusieurs paramètres :

–         les circonstances dans lesquelles la personne est placée (j’entends par circonstances tout ce qui qualifie une existence terrestre : hérédité, complexion physique, tempérament et caractère, hérédité, famille, culture, éducation, religion, circonstances collectives, etc, etc…)

–         le degré de liberté et de lucidité atteint par la personne concernant les déterminations que nous venons d’évoquer et qu’elle ne peut absolument pas contourner.

–         les objectifs qu’elle poursuit, le sens qu’elle veut donner à son existence

–         pour les providentialistes : les objectifs que la vie (ou l’Esprit) poursuit à travers elle et qui ne correspondant peut-être pas avec ce qu’elle même pense devoir réaliser.

 Tous ces paramètres entrent en jeu dans la conduite d’une destinée et c’est pourquoi la relation que nous entretenons avec  notre thème natal n’est pas de l’ordre d’un conditionnement absolu mais celle d’une interrogation, d’un dialogue et d’une négociation permanents.

L’AnthropoCosmologie est un outil qui sert à développer notre liberté et notre lucidité et non un programme d’accomplissement mécanique.

 Il arrive donc forcément que nous nous méprenions sur le sens, le contenu, la portée d’une expérience qui se présente dans notre vie et qui peut être clairement datée dans notre thème :

–         comment vivre tel ou tel transit ?

–         quel sens donner aux mouvements qui viennent brasser notre carte du ciel ?

 Ce n’est pas toujours simple de répondre à ces questions et on ne peut essayer de le faire – en toute humilité – qu’en prenant en compte toutes les données d’une personnalité et d’une existence : les buts d’un sujet, les circonstances dans lesquelles il se trouve, la phase de croissance qu’il a atteinte.

Faute de quoi on peut passer à côté de la signification profonde de ce que le thème cherche à nous dire.

 Cela a-t-il été le cas pour Martine AUBRY.

C’est probable. L’erreur ne consistait pas à remarquer les assez remarquables dispositions astrales que son thème présentait par rapport à celui de François HOLLANDE, elle a consisté à vouloir les rapporter à l’élection du 16 octobre. Sans tenir compte du fait qu’elles pouvaient s’actualiser d’une manière qui lui fût totalement étrangère.

Dans sa vie privée par exemple, que je ne connais pas et qui lui a peut-être apporté des succès et des satisfactions.

Dans sa carrière ensuite qui ne se limitait pas à cette sélection du 16 octobre, mais qui, au-delà, fait d’elle sinon le deus ex machina de l’élection éventuelle de Hollande l’an prochain, du moins le personnage clé de sa conquête du pouvoir. Mme Royal renvoyée à ses confitures, M.A reste la « patronne » toute puissante du PS sans lequel aucune élection à gauche ne peut être réussie. Qu’on se souvienne des déboires de Raymond BARRE privé du soutien d’un vrai parti de droite en 1988. Sans son appui inconditionnel, HOLLANDE ira inéluctablement dans les cordes en 2012. Et même s’il était élu sans elle, il pourrait difficilement constituer un gouvernement sans son aval, c’est à dire hors du PS. C’est dire que « l’homme fort » de l’élection à gauche : c’est elle. Cela ne correspond-il pas aux astralités que je décrivais dans mon article ,

François MITTERRAND, Jacques CHIRAC puis Nicolas SARKOZY auraient-ils pu être élus s’ils ne s’étaient assuré la mainmise complète sur leurs partis respectifs ?

 Allons, il est des défaites plus convaincantes que celle Martine AUBRY le 16 octobre passé. Et, en fait, devant l’ampleur des problèmes à résoudre, je me demanderais assez volontiers si la « victoire » que je supputais pour elle ne s’est pas effectivement réalisée en satisfaisant son désir secret d’éviter la première ligne en mai 2012 et les lendemains d’après élection qui ne seront pas roses du tout. Raison pour laquelle elle se serait elle même compromise par son accord avec DSK dont elle devait savoir, mieux que quiconque, qu’il la « flinguerait ».

En AnthropoCosmologie, comme dans la vie quotidienne, l’arbre d’un trompe-l’œil politique, peut cacher une forêt de calculs plus machiavéliques les uns que les autres.

Louis SAINT MARTIN

2 réponses à to “Zut ! L’Astrologue s’est « planté »….”

  • Françoise:

    Vous n’êtes pas le seul astrologue à vous être « planté » ! Je suppose que vous le savez. D’autres astrologues et je pense des « pas mauvais », des « rodés », comme vous ont fait la même prédiction… donc oui apparemment d’autres critères entrent en jeu, quand il s’agit d’événements collectifs…

    • Non, je ne le savais pas car je n’ai que très peu de contacts avec mes collègues à part un ou deux que j’estime particulièrement.
      Merci de m’apporter cette confirmation.

      Vous posez le problème exactement comme il faut le poser je crois en émettant l’hypothèse qu’en matière collective il y a des critères qui nous échappent.
      Mais, en fait, plus j’y réfléchis et plus je crois avoir approché d’une certaine vérité dans la conclusion de l’article.: « Zut ! etc… »
      Je veux dire par là que la « réussite » annoncée par les aspects favorables de M.A n’était pas celle que nous attendions naïvement en pensant à la primaire du 16 octobre. Cette dynamique favorable pour elle, s’inscrit entièrement dans « l’échec » à cette même primaire. En effet, cet « échec » la laisse en 2ème ligne, donc à l’abri du probable échec de la gauche à la présidentielle en 2012….mais en réserve pour 2017…tout en faisant d’elle le maître du jeu dans les mois à venir car rien ne sera obtenu sans l’appui du PS, donc de sa 1ère secrétaire. C’est ce qu’on appelle « reculer pour mieux sauter » ou encore « une retraite stratégique »…comme Napoléon à Austerlitz.

      C’est une hypothèse bien sûr, mais je ne serais pas surpris que l’avenir ne la confirmât.
      Bien cordialement à vous

      LSM

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 534738Visiteurs Total:
  • 43Visiteurs aujourd'hui:
  • 171Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives