Je ne connaissais Eva Joly que par son action décisive dans la mise en examen de Bernard TAPIE (qui fut pour Mitterrand ce que fut Vidocq pour Napoléon et Charles X, le génie en moins, quelques millions d’euros en plus) – Loïk LE FLOCH-PRIGENT, PDG de Elf (qui prenait le pétrole pour une fontaine de Jouvence personnelle) – Roland DUMAS, vieux compagnon de route de « la force tranquille », grand amateur d’opéras – comme Al Capone – et, néanmoins, distingué président du Conseil Constitutionnel. Comme Le Troquer fut président du Conseil.

Et quelques autres personnages de moindre importance.

C’est drôle, cela me fait prendre conscience qu’elle ne poursuivit jamais – à ma connaissance – de « personnalités de gauche« . Sauf à considérer TAPIE comme un homme de gauche, ce qui fait rire même le hamster de mon petit-fils.

Et pourtant de la MNEF aux finances du PS, de celles du PC aux officines « gauchistes », des « Associations anti-ceci » aux « Kollectifs anti-cela » Dieu seul sait si cette grande « madame anti-corruption » aurait trouvé de quoi faire. Distraction sans doute.

J’appréciais, nonobstant, son humour. Involontaire, je suppose car la famille d’esprits à laquelle je découvris qu’elle appartenait et dont j’esquisserai les contours un peu plus loin, ne se distingue pas par ce trait de caractère. Humour donc, qui lui fit dire – cela est confirmé de plusieurs sources : « DSK ? Je le connais bien, je l’ai mis en examen« .

Je savais aussi que son mari s’était suicidé après leur séparation (sans que je susse si c’était parce qu’elle l’avait quitté, ou parce qu’elle avait attendu trop longtemps pour le faire). Puis qu’elle avait collaboré à différentes structures internationales chargées de traquer la corruption financière; puis qu’elle avait contribué à nettoyer les écuries d’Augias de son propre pays (la Norvège) puis de l’Islande, ce dont – paraît-il – les Islandais lui sont très reconnaissants. Bref, une vraie « tornade blanche« .

Et je me demandais si elle avait servi de modèle à Claude Chabrol pour son film « L’ivresse du pouvoir » qui met en scène une femme, juge d’instruction spécialisé dans les affaires financières, d’une inémotivité et d’une férocité (badine et détendue) telle dans les rapports humains, qu’elle vous glace les sangs (aucune allusion à la Norvège) et que son mari finit, lui aussi, par se suicider en se jetant par la fenêtre. Bref.

A ce stade, s’imposait à moi l’image d’une femme intransigeante dans son action professionnelle mais qui me laissait perplexe sur ses motivations véritables. Qu’elle tentât une carrière politique n’excitait pas ma curiosité au-delà du raisonnable, car, arrivé à mon âge c’est un domaine dont je n’attends plus rien de bon depuis longtemps. Notamment des écologistes politiques de tout poil qui sont à la probité politique en matière de défense et de préservation de la Nature, à peu près ce que l’Ogre est au Petit Poucet en matière d’amour des enfants.

Mais cela m’ouvrit des perspectives sur les dites motivations.

De quoi une telle probité active et combative, un tel besoin de « flinguer » des « puissants« , des personnages arrivés au sommet de leur carrière (car dame EcoJoly ne s’attaquait jamais aux lampistes qu’elle dédaignait),  étaient-ils le symptôme ?

Par nature et par expérience, je me méfie de toute intransigeance doctrinale en quelque matière que ce soit : scientifique, politique, morale, idéologique, religieuse, etc…

Derrière les grandes idées affichées voire imposées, il y a toujours un élément négatif et dangereux qui se cache.

Et puis, le révélateur fut une phrase – après une ânerie sur le défilé du 14 juillet et un jeu de rôle avec Nicolas Hulot – qui circula tout à coup sur le « net ». Une phrase pourtant vieille de 9 ans qui se mit à courir les blogs. Ancienne sans doute, mais où les grandes oreilles et surtout les grandes dents du loup apparurent sous le bonnet de la grand-mère du Petit-Chaperon-Rouge (j’offre ces comparaisons à ceux qui aiment les contes pour enfants).

Que dit-elle, cette blanche incorruptible, dans son livre-profession de foi : « Où vont les juges » publié en 2002 ? Ceci :

« Cela peut paraître dur, mais je crois que, dans l’intérêt de la collectivité, chaque citoyen doit supporter de pouvoir être suspecté de temps en temps à sa juste mesure« .

Je ne sais ce que ces mots évoquent pour vous, mais pour ceux qui, comme moi, ont beaucoup lu et médité sur la révolution française et connaissent les horreurs innommables  dont elle s’est rendue coupable sous prétexte de « liberté » et d' »égalité« , et combien elle a justifié toutes les tyrannies et tous les totalitarismes qui se sont inspirés d’elle dans la suite de l’Histoire,  ce fut une sorte d’illumination.

Nous avions affaire à un Robespierre en jupons verts qui ne demanderait qu’à virer ouvertement au rouge, un jour ou l’autre.

Car il ne faut jamais oublier que l’ère de « liberté« , de « fraternité  » et d' »égalité » imposée par le fer, le feu, la guillotine, les noyades collectives, les massacres de femmes, de vieillards et d’enfants en Vendée, les scènes d’anthropophagie, les destructions massives de notre patrimoine culturel, architectural, voire scientifique (« la république n’a pas besoins de savants« ) ont commencé lorsque la Convention – après qu’on se soit fait un peu la main dans les années précédentes en massacrant en amateur – ait décrété « La loi des suspects » en 1793 qui allait ouvrir toutes grandes les vannes de l’assassinat collectif.

C’est cette loi qui a permis une véritable entreprise de « crimes contre l’humanité » en transformant chaque Français en décapité ou égorgé potentiel, du simple fait que la dite loi permettait de le suspecter de tout et de n’importe quoi (même s’il n’avait rien dit ou rien fait, mais du simple fait qu’on le « suspectait »), de l’arrêter et de le condamner avant même qu’il ait compris ce qui lui arrivait, sans autre forme de procès.

Et c’est cette philosophie. que je pensais définitivement condamnée dans le pays des « droits de l’homme » (rires…) que veuve[1] EcoJoly voulait nous ramener, bien conservée, dans sa patrie de glace.

« Voyons » – me ferez-vous observer – « Eva Joly n’est pas du bois dont on fait les sectaires fanatiques ! Ne précise-t-elle pas que la suspicion s’exercera « de temps en temps à sa juste mesure » ? »

Admirable réserve en effet qui me fait penser aux trémolos de Robespierre lorsqu’il combattait la peine de mort avant d’accéder au pouvoir. On sait ce qu’il en est advenu.

Que veut dire « suspecté de temps en temps » lorsqu’on ne sait pas quand cette suspicion risque de tomber sur vous, ni comment et pourquoi elle s’exercera contre vous ? Quels types de griefs peuvent-ils la susciter ?

Toutes les tyrannies s’imposent de cette façon : provoquer un climat de terreur qui justifie l’arbitraire et la suppression des libertés individuelles en vous rendant « coupable » par avance et par nature.

Et comment pourrait-on être suspecté à une « juste mesure » puisque la « suspicion » – excluant par nature la certitude et la preuve – repose  justement sur l’imprécision et l’arbitraire,  qui contredisent le concept même de « juste mesure » ?

Quand on omet de définir les critères sur lesquels on pourrait vous accuser, comment pouvez-vous éviter de devenir « suspect » ?

Qui pourrait accepter de subir une garde à vue de 48 H (ou pire) « de temps en temps » comme manifestation de la « juste mesure » qui lui est appliquée à partir d’une suspicion dont il fait l’objet et qui ne repose sur rien de concret mais sur la seule appréciation du premier commissaire politique venu ?

Ce n’est plus seulement du Robespierre, c’est du Staline inspiré par Kafka.

Et on sait comment ça se termine. L’égorgement au coin d’un bois.

Cette dame fut certainement très habile pour fouiller les comptes et les poubelles des tripoteurs de l’argent public et pour leur faire rendre gorge, mais elle a encore beaucoup de progrès à faire sur le plan de la rigueur philosophique.

Sans rien dire de la contre productivité d’une telle phrase chez quelqu’un qui sollicite le vote de « démocrates ». Avez-vous entendu Hitler ou Staline déclarer à leurs peuples avant leur arrivée au pouvoir, qu’il faudrait qu’ils acceptassent « d’être suspectés de temps en temps à leur juste mesure ? »

Je décidais alors de m’intéresser à son Thème Natal…et je ne fus pas déçu. On l’est d’ailleurs rarement avec l’AnthropoCosmologie).


Tentons une esquisse provisoire.


Eva JOLY-FARSETH est  née le 5 décembre 1943 à Oslo, sous le signe du Sagittaire. Je ne connais pas l’heure de naissance, je l’ai donc fait naître au lever du Soleil comme on le faisait autrefois en astrologie traditionnelle.

Nombre « d’ambitieux, de personnalités un peu redondantes – en politique ou dans d’autres domaines – appartiennent au signe du Sagittaire. Sans entrer dans le détail d’une analyse qui présuppose une bonne connaissance de la logique zodiacale dans son intégralité, disons que la phase Sagittaire prédispose (sur le plan des comportements) à une volonté permanente d’expansion de la personnalité, à un besoin de représentativité, de réussite sociale et d’autorité. Le Sagittaire demande le déploiement de l’homme dans le collectif auquel il tend à s’identifier. Alors que le Lion par exemple, veut briller pour lui même et par lui même, et peut à la limite se réfugier dans une sorte de retrait orgueilleux s’il ne se sent pas apprécié à sa juste valeur, le Sagittaire (et le jupitérien) en est incapable. En tant que signe d’automne (pour faire court : les signes d’automne régissent notre relation à la société, à la collectivité) le Sagittaire a besoin d’une validation permanente de la part de ses semblables; il lui faut le succès mondain, la notoriété, la reconnaissance publique sans lesquelles – quand il a de l’envergure – il ne peut vivre.  Et le meilleur moyen de satisfaire ce besoin irrépressible de « prendre toute la place possible » est d’en briguer et d’en obtenir une à sa mesure. Si possible la plus haute ou la première. Et, quand il n’a pas les moyens de ses prétentions, il les invente, il se vante, se gonfle comme la grenouille de la fable.

Quand il a de l’étoffe, il excelle dans le rôle de leader, de rassembleur, de notable, de capitaine d’équipe grâce à son entregent et son sens inné des rapports humains. Jacques Chirac, par exemple, représente le type quasi parfait de ce Sagittaire ivre de grandeur, de pouvoir et de reconnaissance sociale, dispositions qui hérissèrent tant ce malheureux Giscard qui ne sut jamais le dominer. S’y associe aussi, mais pas forcément, le besoin de réussite matérielle tapageuse : on voit grand et on veut vivre large. Le sagittaire « défoulé » – celui qui se réalise à travers des aspirations sans grande noblesse – est avide de toutes les satisfactions possibles, de toutes les possessions, « encore plus d’une chose est la seule façon d’apprécier la chose« . (comme le Type 7 en ENNEAGRAMME pour ceux qui connaissent cette discipline) Il revendique toutes les réussites, sans trop se soucier des moyens à utiliser car il substitue ses propres règles à celles de la collectivité. Il lui faut le quartier le plus cossu, les revenus les plus confortables, la voiture la plus représentative, le plus grand nombre de titres et de médailles, la meilleure place à l’opéra, la femme la plus élégante, l’appartenance au club le plus prestigieux et souvent les repas les plus pantagruéliques. N’avait-il pas été calculé que le passage de la petite famille Chirac à la mairie de Paris avait coûté 4000 F par jour dans les seuls frais de bouche ?…

Il lui faut être vu, reconnu, admiré, apprécié etc….

On peut penser au personnage de Charles Foster Kane, dans le film éponyme de ce génial Orson Welles (qui n’est pas Sagittaire mais Taureau….mais avec un Jupiter très fort dans son signe des Poissons, comme le défunt Georges Frèche chez nous, qui en connaissait un rayon sur le plan de l’inflation du « moi »).

Mais il est aussi possible d’assumer cette volonté d’expansion, cette ambition sagitairienne, cette volonté de briller, de dominer dans la société, de satisfaire le besoin d’exercer une autorité prestigieuse et reconnue, en adoptant des attitudes plus réservées, plus sobres, plus exigeantes. W. Churchill peut-être, et surtout De Gaulle faisaient partie de cette 2ème catégorie. « L’homme des tempêtes » affectant de s’effacer derrière le prestige de sa fonction ou le lustre de son personnage historique (d’où l’adoption d’un étrange uniforme de général dans les grandes occasions, véritable costume de scène) et affichant une pauvreté et un désintérêt matériel aveuglants qui obligeait tante Yvonne à vendre ses petites cuillers en vermeil.

Restons-en là pour le Sagittaire quand il tourne le dos à ses plus belles qualités….en les exagérant.

Approfondissant la carte du ciel de Mme EcoJoly, remarquons qu’elle présente en plus, un Jupiter en Lion. Configuration qui ne donne pas dans la « modestie » ou « l’effacement » mais signale, au contraire, une réelle volonté de paraître et surtout de paraître, de dominer, voire d’imposer. Ce qui ne peut manquer de renforcer le pôle jupitérien que je viens de décrire.

Jupiter (en Lion, sous la maîtrise du Soleil !) étant le maître du Sagittaire et ce même Soleil (la conscience de soi, la volonté, l’image sociale) accompagné de Mercure (la pensée, les idées, le mental) étant dans le Sagittaire, donc sous la maîtrise de Jupiter, on voit à quelle potentialisation de tendances convergentes nous avons affaire, en direction de l’ambition, de la fierté ombrageuse et du besoin d »autorité..

C’est sans doute dans ces configurations qu’il faut trouver l’explication des tentatives de la dame auprès de différents partis politiques où, la 1ère place sur la liste des Européennes lui étant refusée – les différents calife ne voulant pas lâcher leur place pour la Shéhérazade du Nord – elle finit par frapper à la porte des Verts qui, seuls, la lui accordèrent, et non seulement la mirent en tête de liste, mais semblent vouloir la choisir comme leur candidate à la Présidentielle.

Ce parcours en dit long sur les convictions politiques des hommes et des femmes qui nous gouvernent. Ils et elles vont là où ils sont susceptibles de se tailler la place du lion et, pour les plus convaincus, où ils pourront agir, quelle que soit l’étiquette qu’ils ou elles portent. Ce n’est pas très glorieux mais on peut les comprendre : c’est le système politique sous lequel nous vivons qui entraîne cette élasticité dans les convictions et cet opportunisme politique. Mais laissons là cet aspect des choses.

Tout cela – la marque combinée du Sagittaire et du Lion – ne suffirait pas à justifier la petite phrase qui m’avait alerté car, après tout, il y a des Sagittaires politiques très ambitieux, très portés à se prendre pour le nombril de l’univers et la référence incontournable pour leurs concitoyens, des Lions très fiers et dominateurs, mais qui ne font preuve d’aucun sectarisme. Au contraire, ces Sagittaires sont souvent très humanistes. Très démonstratifs, ils adorent les grandes tapes sur l’épaule, les accolades et les embrassades, les sourires chaleureux,  les poignées de main passionnées, sans oublier les promesses généreuses. Pourvus d’un grand sens politique, diplomatique et social, il ne leur viendrait jamais à l’idée de gouverner les citoyens en les menaçant de devenir des « suspects« . D’abord, ils trouveraient cela de la dernière bêtise pour se rallier des électeurs et, tout au contraire, leur méthodes consisterait à les séduire, les rassurer, leur donner une excellente image d’eux-mêmes, bref à les caresser dans le sens du poil, en excellents maquignons politiques qu’ils sont si souvent. Rappelez-vous Chirac au Salon de l’Agriculture….

Car le Sagittaire, avec la Balance peut-être, sont certainement les deux signes les plus doués en matière de sens politique. C’est fou d’ailleurs, ce qu’il y a eu de Balances ou d’Asc Balances sous la 4ème et la 5ème république. J’ai un peu perdu le compte, mais une petite statistique serait assez intéressante de nos jours.Ceci posé, qu’est ce qui fait que madame-propre ait pu s’exprimer aussi maladroitement ?

Une charmante petite commissaire du peuple

Un coup d’œil sur son thème nous renseigne.

Globalement on constate que le Soleil et Mercure en Sagittaire subissent une triple opposition de SaturneMars et Uranus en Gémeaux. Redoutable ensemble offensif. La Lune en Poissons étant prise dans la dissonance Mercure/Saturne et sans autre échappatoire……que la dissonance elle même.

Cette dissonance évoquer une sensibilité entièrement étouffée par un intellect analytique et classificateur épris d’une rigueur telle qu’il étouffe toute notion de légèreté, de fantaisie, de souplesse ou d’humour (les Gémeaux – signe de jeunesse d’esprit et d’ouverture – sont comme « asséchés » par la présence de Saturne qui est tout sauf un joyeux luron).

La dissonance est arbitrée par une très belle Vénus en Balance, qui semble apporter un peu d’humanité dans cette 1ère configuration de grande sécheresse d’esprit, mais, en fait, je soupçonne qu’elle récupère cette raideur intransigeante pour la mettre au service de ce que le sujet entend « esprit de justice » ou par « service de la justice » puisque le signe de la Balance est le symbole même de la « justice » inscrit au fronton de tous nos tribunaux.

D’autre part, n’oublions pas que l’axe Gémeaux/Sagittaire est celui de la pensée et de la communication. On voit donc à quelle famille d’esprit et de pensée nous avons affaire ici.

La raideur et l’intransigeance doctrinale semblent donc voilées sous les apparences aimables de la sociabilité et de l’affabilité, grâce à cette belle Vénus, grande manipulatrice. Pensez à Samson séduit et « castré » par la belle Dalila et à  Holopherne décapité par la voluptueuse Judith et vous comprendrez ce que je cherche à évoquer ici. Après tout, de la Bible à l’Histoire de France, même de pacotille à notre époque,

Mais reprenons notre schéma : les « facultés-planétes » n’agissent pas dans l’absolu. Elles le font sur le terrain zodiacal où elles se trouvent placées et au sein du réseau relationnel dans lequel elles sont prises, double situation qui conditionne l’exercice de leurs fonctions.

Ici, Saturne fonctionne sous la maîtrise de Mercure (comme Mars et Uranus d’ailleurs), Mercure lui-même ainsi que le Soleil étant placés sous la maîtrise de Jupiter en Lion comme je l’ai démontré plus haut.

Ce qui veut bien dire – au risque de me répéter – que Jupiter dans le signe du Soleil (le Lion) et le Soleil dans le signe de Jupiter (le Sagittaire) non seulement se potentialisent dans leurs tendances propres, mais commandent à tout l’ensemble.

Ainsi, Mercure, Mars, Saturne, Uranus et Pluton ne travaillent en fait, qu’à satisfaire le besoin d’autorité et de domination, la volonté d’expansion indéfinie, l’orgueil, du Soleil et de Jupiter réunis.

Seuls Vénus et Neptune échappent à ce dispositif proprement impérial et lui offrent la voie d’une canalisation possible : la justice (Vénus) l’idéologie humanitaire, révolutionnaire, le service de la collectivité (Neptune)…ou l’amour des solutions collectivistes.

Vous voyez que l’AnthropoCosmologie permet de rendre compte du programme qui cherche à se réaliser à travers un individu et dont il est souvent plus le prisonnier inconscient que le commanditaire.

Sa liberté consistant à en tirer le meilleur parti…ou le pire. Pour lui même et pour la collectivité quand il se mêle de vouloir faire le  bonheur des autres.

De la prison intérieure à la répression.

A quelle blessure, à quel handicap obéit le besoin de surcompensation de la dame ?

Nous les avons déjà rencontrés. Détaillons les. J’avancerais pour ma part :

–           un sentiment aigu de sevrage et de frustration affective, une sensibilisation particulière au manque, un sentiment d’enfermement, d’aliénation personnelle  (Lune en Poissons carré Saturne : configuration hyper-affective dans certains cas….ou défense et fermeture contre la sensibilité, inémotivité, froideur, dans d’autres. Ceux qui la connaissent pourront juger).

–           Puis, une difficulté à connecter cette sensibilité, le ressenti profond du sujet (Lune/Poissons) à la parole et à une pensée qui s’évade volontiers dans les grandes idées et les vastes perspectives. Probablement des difficultés à se reconnaître dans le langage familial. Sentiment d’impuissance à se faire écouter, comprendre et plus encore entendre. De même que l’on a du mal à  comprendre le ressenti, l’univers intime de l’autre (Lune carré Mercure). Peu d’ouverture vers le jeu, la fantaisie, l’humour, la légèreté; des éducateurs « pisse-froid » (Saturne/Gémeaux carré Lune/Poissons). Il est vrai qu’en Norvège….

–           Dans le contexte général du thème, cette inadaptation douloureuse de départ (au discours maternel, familial, éducatif) va transformer une souffrance et un handicap, en outil de domination (voire de persécution) mentale et intellectuelle.

–           En effet, comme Démosthène dépassant son bégaiement pour devenir un éminent orateur, le sujet, mû par son immense besoin de réussir d’une part (tout ce qui tourne autour de Soleil/Jupiter/Sagittaire/Lion) et enfin entendu,  saura dépasser le désarroi qui tient essentiellement à la carence du milieu d’origine en matière de communisation (pour des raisons qui nous échappent bien évidemment) en se dotant d’une « langue » de pouvoir qui lui assurera cette suprématie à laquelle il aspire et qui lui donnera « le dernier mot »: la précision définitive du langage juridique, la loi, le droit. La possession de l’arme, lui procurera le statut : magistrat !  celui qui « dit le droit », statut dans lequel notre sujet se taillera une réputation de rigueur, d’honnêteté scrupuleuse et d’intransigeance doctrinale …..Qui disait que « le Juge d’instruction était l’homme (ou la femme, de plus en plus souvent) le plus puissant en France » ???

–           Or nous savons déjà combien l’intransigeante et scrupuleuse honnêteté peut s’avérer outil – insoupçonnable – de persécution. Là encore je renvoie au film de Chabrol, vraiment très édifiant.

Cette hypothèse ne pourrait être validée que par le sujet lui même, bien sûr, mais je doute qu’il veuille me consulter un jour pour que nous puissions en discuter et que nous puissions nous aider l’un l’autre à décrypter le scenario dans toute son ampleur et sa profondeur, ce qui est le propre d’un bon travail anthropocosmologique. Nous n’avons pas affaire là à une personnalité médiocre, bien au contraire, mais à une personnalité sans doute trop rigide et trop sûre d’elle même et de son bon droit, pour se remettre en question

Les « flingues » d’Eva EcoJoly

Tout ce que  nous avons avancé jusqu’ici ne suffit pas encore à justifier la petite phrase qui a déclencherai cette réflexion (rassurez-vous je ne vous infligerai pas une telle étude pour chacun des candidats au hochet présidentiel).

Il nous faut maintenant considérer la configuration que je n’ai fait qu’évoquer : la conjonction Mars/Uranus opposée au Soleil dans le thème d’Eva EcoJoly.

C’est une configuration redoutable Pour faire simple et direct disons qu’elle réunit trois symboles du « feu » en une même configuration dissonante (tendue, explosive).

Le « feu » du Soleil : celui de la volonté, du désir de dominer et de plier orgueilleusement le monde à son propre désir. Napoléon 1erSoleil en Lion au Milieu du Ciel – pourrait en représenter le type achevé (dans le contexte général de son thème bien sûr).

Le « feu » de Mars : celui de l’énergie, de l’action mais surtout du combat, de la confrontation et – quand c’est nécessaire – de la destruction. Richelieu, en guerre contre l’immense empire autrichien et imposant le pouvoir royal aux féodalités intérieures qu’il détruit une à une, en est un exemple type : Mars à l’Asc en Scorpion (toujours en tenant compte du contexte du thème, ce qui n’est pas le propos dans cette étude).

Le « feu » d’Uranus : feu cérébral des idées dominantes, des principes, des certitudes qui conduisent un homme à adopter un idéal et à vouloir l’imposer aux autres sous couvert d’émancipation, de libération, d’individualisation : le feu de « Prométhée », celui de « Lucifer ».  On sait où cela peut nous conduire….

De Gaulle, qui parlait de lui à la troisième personne, avec sa politique de grandeur, ses « vastes desseins » la conviction profonde qu’il incarnait la France pendant la guerre et même au-delà, en est une excellente illustration : Uranus à l’Asc en Balance + un Soleil à l’intersection du Scorpion et du Sagittaire.

Bien sûr, on pourrait trouver d’innombrables autres exemples, mais essayons de ne pas être trop long.

Ne nous y trompons pas, cette configuration si offensive, si énergique, si « violente » même – car ces trois « feux » s’activent et se potentialisent les uns les autres – est souvent la marque d’une compensation à un sentiment intérieur de grande vulnérabilité.

Ce type de personnes se sent sans cesse « menacé » par plus ou moins réellement par un environnement hostile, peu accueillant (cela nous renvoie, chez la douce Eva, à cette pauvre Lune en Poissons bloquée par Saturne) et il développe une capacité défensive excessive, un peu comme dans les allergies où l’organisme réagit trop violemment au contact de certaines substances parfaitement inoffensives en elles mêmes.

Le pire, c’est que l’attitude intérieure méfiante, qui considère « les autres » comme des agresseurs potentiels et établit avec eux une relation défensive/agressive permanente, conduit souvent à provoquer et subir l’agression qu’on redoutait tant. C’est sans doute le cas de Mme EcoJoly qui, après ses exploits judiciaires en France, est retournée dans son fjord d’origine car elle se sentait menacée à Paris et n’ouvrait sa porte en rentrant chez elle, qu’en tremblant (sic).

Ainsi, cette attitude de défiance/agression va se cristalliser (c’est le propre de la fonction uranienne que de focaliser nos tensions à outrance) sur une idée, une attitude, un principe non négociable pour le sujet. Chez les plus intelligents ou les plus cultivés, cela prendra la forme d’une doctrine, d’une idéologie (fausse, comme toutes les idéologies, puisque insensibles à la diversité du réel et à son caractère infini) mais qui exclut puis condamne tous ceux qui voudraient échapper à la « ligne du parti« .

Le monde moderne qui a établi les règles de la démocratie et de la concurrence permanente entre tous ceux qui sollicitent nos suffrages, n’a jamais su résoudre le problème de la surenchère qui profite à des personnalités de ce type : celles qui vous alertent contre un danger collectif contre lequel elles se déclarent les seules à pouvoir vous prémunir….à condition que vous leur abandonniez votre volonté et la conduite de votre existence.

Tout ensuite est question de qualité d’âme, de conscience de soi et d’environnement collectif. Car un « profil » anthropocosmologique n’induit pas forcément la mise en œuvre de son actualisation la plus regrettable. En termes clairs : tous les  hyper uraniens/martiens ne finissent pas par devenir des Hitler ou des Lénine, tant s’en faut. Mais, si les circonstances leur en donnent l’occasion……..

Nous présentons tous un « profil » qui, s’il est de tendance agressive et se réalise jusqu’à son terme, ne peut aboutir qu’à la catastrophe. Pour nous et pour les autres. Mais nous disposons tous aussi de freins et de garde-fous que la plupart du temps nous arrivons à mettre en œuvre ou que les circonstances nous obligent à développer.

Quelquefois ces freins et ces garde-fous interviennent trop tard ou trop faiblement alors même que nous avons tous les éléments en main pour prévoir où certaines attitudes vont nous entraîner. Mais il n’est pire sourd……

Quand on lit Mein Kampf ou quand on réécoute les discours de Hitler entre 1923 et 1933 on ne peut pas ne pas deviner où il conduisait l’Allemagne et l’Europe. Mais on l’a laissé faire. Rappelons aussi que  Hitler avait été élu tout ce qu’il y a de plus démocratiquement…..

Ainsi en est-il de cette structure psychologique que je qualifierai de parano-mégalo-idéologico-fanatique. Reste à en déterminer le degré de manifestation possible chez un sujet qui présente le dit profil : structure en filigrane ou gravée à l’acide ?

Je ne répondrai pas pour Mme EcoJoly mais, faisant appel à mes souvenirs historiques, je me suis intéressé aux thèmes d’un certain nombre de personnages de l’Histoire qui se qualifiaient de révolutionnaires, qui se voulaient transformateurs et purificateurs de la société, créateurs d’une humanité nouvelle, redresseurs de tort, inventeurs de principes immortels, incorruptibles fossoyeurs du vice et des profiteurs, etc… assurant à coup sûr des lendemains qui chantent pour le plus grand bonheur de l’humanité….avant qu’ils ne finissent par se comporter comme ceux-là mêmes qu’ils avaient remplacés.

Des Grands Ancêtres à vous glacer les sangs : les « Révolutionnaires Serial-Killers »

Commençons par le premier:

Robespierre dit « l’incorruptible » né le 6 Mai 1758 – 02.00 – Arras.

Chez lui aussi on trouve un Mars agressant le Soleil (tendance nettement paranoïde) associé à Neptune (les fumées idéologiques) et un Uranus (maître de l’Asc Verseau du personnage : les verseaux ont une fâcheuse tendance à se prendre pour les éducateurs de l’humanité) au carré de Jupiter en Sagittaire : le bon centaure conduisant le troupeau, tendance mégalo prononcée, lorsque les circonstance eurent permis au personnage de se désinhiber.

 

Saint-Just « l’ange de la mort » né le 25.08.1767 (Heure Inconnue)

Un amas (plusieurs planètes) dans le signe de la Vierge (dont on connaît la tendance à l’hygiène, la sécurité et la probité) qui contient une conjonction Soleil, Mercure, Mars, Jupiter au trigone d’Uranus. Tous les ingrédients relevés dans le thème d’Eva EcoJoly sont là. Saint-Just s’était institué le grand purificateur de l’armée et il n’était pas bon de donner prise à sa « suspicion » qui n’était pas très difficile à éveiller.

Comme je le disais plus haut, les freins et les garde-fous finissent toujours par entre en jeu. Quand le sujet n’en dispose pas, c’est l’existence, les autres, qui les leur imposent.

Ces deux tristes personnages sont morts sur la guillotine où leur paranoïa avait et leur insensibilité avaient envoyé tant d’innocents par simple « suspicion« .

Graccus Baboeuf, le premier « communiste » de l’Histoire, guillotiné en 1797.Né le 23.11.1760 – 07.25 à Lille (H.I)

Soleil Sagittaire trigone Uranus/Saturne – Mercure/Pluton Sagittaire carré ce même Uranus.

Structure mentale particulièrement rigide et destructrice.

 

Voyons deux prototypes un peu moins inquiétants mais de même structure mentale : les « Révolutionnaires Militaro-Libérateurs »

 

Simon Bolivar, héros de la « révolution » et de la « libération » du Vénézuela,  né le 24.07.1786 – 22.00 – Caracas

Mars à l’Asc Bélier en conflit avec Uranus/Mercure et Saturne (au MC) – Soleil Lion opposé Jupiter Capricorne. Excusez du peu. Un véritable panzer à lui tout seul

 


José de San Martin (rien à voir avec moi !)  né le 25.02.1778 à 07.15 à Yapayu.

L’alter égo de Bolivar en Argentine q’uil a libérée de la tutelle espagnole

Mars/Asc en Bélier (lui aussi) opposé Neptune (côté don Quijotte ?) – Soleil Poissons carré Uranus Gémeaux (fermeture et intransigeance) – Jupiter est en Lion (tiens ! ça vous rappelle quelqu’un ?) opposé à la Lune (inflation du « moi »). Une sorte de somnanbule en action ?

Avançons dans le temps : les « Génocidaires »…

Lénine né le 22.04.1870 – 03.15 – Simbirsk.

Génial inventeur de la révolution permanente, des camps de concentration et grand inspirateur de Hitler qui fut un excellent imitateur

Mars/Soleil à l’intersection Bélier/Taureau carré Uranus en CancerJupiter Taureau angulaire au Descendant, trigone à la Lune (, agressivité, violence, fermeture d’esprit, sens de la propagande et popularité).

Plus près de nous : un cas « Ambigu »

Salvatore Allende né le 26.06.1908 à Valparaiso (Heure Inconnue)

Le « martyre » de la révolution chilienne

Soleil, Mercure, Mars en Cancer, opposé à Uranus en Capricorne. Sans commentaire sur la nature et les intentions profondes de ce grand « démocrate » qui finit par retourner son agressivité contre lui même.

Les Sociopathes

Che Guevara, né le 14.06.1928 – 03.05 à Rosario.

Le révolutionnaire sociopathe (il écrit à son père quel plaisir infini il prend à tuer en logeant une balle dans la tête de ses opposants) qui sème la haine, la terreur et la mort partout où il passe et dont le portrait décore le T-shirt de nombreux ahuris de par le monde

Jupiter/Lune à l’Asc Taureau ( Jupiter = exaltation du « moi » – conjonction à la Lune = popularité. Hitler possédait lui aussi cette marque de prestige populaire, liée à un sens aigu des rapports sociaux et au génie de la propagande).

Uranus/Mars en Bélier au carré de Mercure/Pluton. Belle configuration de violence et de cruauté – Vénus/Soleil opposés Saturne : frustration et immaturité affectives.

On arrête là ?

Je ne résiste pas à vous offrir une petite gâterie en prime. Celle d’un grand défenseur de certaines valeurs sociales auto-élues.

Anders BREIVIK né le 13.02.1978 à 08.09 à Oslo –

Norvégien comme la douce madone des « Verts » – et massacreur enthousiaste et fier de lui, de 77 personnes au dernier décompte.

Son thème se présente avec un Soleil en Verseau, Asc Verseau (les amateurs de réductions astrologiques qui nous bassinent avec « le sens de la fraternité du Verseau » devraient commencer à se raser le crâne). Le Soleil est accompagné de Mercure (le mental) et de Mars (la violence et la guerre) le tout au carré d’Uranus (les idées fixes, l’idéologie, le fanatisme) en Scorpion. On note aussi une conjonction Lune/Saturne en Vierge qui dénote une sécheresse d’âme associée à une radicale immaturité.

Comme vous le voyez, il n’y a pas que le pays d’origine et l’amour de la musique de Grieg qui relient analogiquement nos deux Norvégiens. Chacun se veut « liquidateur », « nettoyeur », « pourfendeur » et « rénovateur ». En utilisant des moyens fort différents, Dieu merci pour les « Verts » en particulier et les Français en général.

Je pense que cette petite démonstration d’AnthropoCosmologie Comparée, est assez explicite.

Les configurations qu’on trouve dans le thème d’Eva EcoJoly sont les mêmes qu’on retrouve dans le thème de « révolutionnaires », de « libérateurs » et « d’exterminateurs » de tout poil qui, pour un certain nombre d’entre eux, ont apporté ruine, malheurs et destructions à leur semblable sous couvert de les délivrer d’une oppression quelconque.

Sans doute parce qu’ils n’avaient pas assez fait la part – dans l’arsenal des rationalisations logiques qu’ils se donnaient à eux mêmes et offraient aux autres pour justifier leur action – de leurs motivations réelles insoupçonnées : la colère, la violence, l’intransigeance intellectuelle, la fermeture de l’esprit, le manque d’empathie, l’orgueil et la volonté de domination.

N’est ce pas Jung qui affirmait que « tout ce que nous ignorons de notre inconscient nous revient sous forme de « destin » ???

Certes – et je ne cesserai jamais de le proclamer, un « profil » représente une simple « prédisposition à« . Celle-ci peut être mise au service du bien ou du mal. Mais avec l’inconvénient majeur – dans ce cas précis – que ce genre de profil justement, possède une forte propension à se penser comme seule autorité valable dans la définition de ce bien et de ce mal. Il se penser « créateur de valeurs » intangibles et incontestables. Et c’est pourquoi nous le retrouvons si présent  dans le thème de ceux qui se donnent pour tâche de vouloir guider les autres et de leur apprendre à vivre…jusqu’à en mourir s’il le faut (les autres, bien sûr, pas eux autant que possible).

Mais sommes-nous obligés pour autant de laisser ce type de personnages compromettre notre propre destin en les hissant à des fonctions où, privés de contrôle ou de garde-fous, leurs qualités mêmes s’avéreraient catastrophiques ?

Une structure paranoïde, orgueilleuse, agressive et intransigeante est sans doute d’un secours précieux quand il s’agit de traquer la fraude financière ou la criminalité internationale sans s’en laisser conter. Mais à condition que son possesseur soit solidement encadré et doive rendre compte de son action et de ses méthodes à une autorité, gardienne des libertés publiques, éprise de bon sens et soucieuse du véritable Bien Commun. Une autorité qui préfère toujours les êtres de chair et de sang aux idées abstraites.

Mais, placée au sommet et privée de ces garde-fous, une telle personnalité, qui ramène toute chose à l’aune de ses propres projections ou de son idée-fixe dominante, peut s’avérer catastrophique pour la collectivité.

Conclusion provisoire

De toutes façons et en ce qui concerne la présidentielle de 2012, je n’aperçois rien qui puisse me faire vraiment penser à une élection dans le Thème de cette charmante dame.

Dans sa Carte du Ciel de naissance, aucun de ces grands mouvements ou de ces puissants aspects (comme dans celui de DSK par exemple, dont j’ai beaucoup parlé dans de précédentes études) qui viennent actualiser des positions natales prometteuses ou cruciales..et ne laisse envisager un succès quelconque (fût-il d’une aussi lamentable notoriété que celle du dit DSK).

Sauf – car il y a un sauf – le long séjour de Saturne sur Vénus avec qui, à la naissance, il se trouve en bon aspect.

D’abord, cet aspect – qui paraît positif dans le contexte, Vénus et Saturne étant en harmonie à la naissance – peut tout à fait concerner la vie privée de la dame dont j’ignore tout.

Mais, en matière politique, cela pourrait conduire :

–           soit au retrait de la vie politique (Saturne siffle souvent la fin de la partie) de la dame, après une élection ratée mais un score honorable et son entrée dans une retraite bien méritée à 69 ans. Avec les honneurs.

–           soit l’accès à une responsabilité (mot tout à fait saturnien) qui lui serait confiée. Par exemple une nomination comme Garde des Sceaux ou Ministre de l’Ecologie, après une victoire éventuelle de la gauche. Je me souviens que J. Chirac fut nommé premier ministre par F.M. en 1986, après la courte victoire de l’opposition, sous une conjonction Saturne/Soleil de mauvais augure. Il ne devait d’ailleurs pas s’en remettre en 1988…..

Quant aux différentes « révolutions » solaire et lunaire

–           la première (solaire – annuelle) est assez belle avec un magnifique triangulation dans les signes de feu qui montrent une campagne vigoureuse, énergique recueillant un certain succès populaire (du moins si Eva EcoJoly est bien la candidate des « verts », ce dont je ne suis pas assuré au moment où j’écris ces lignes) mais soumet le Soleil de la dame à une agression martienne de plusieurs mois qui me semblent devoir la priver du bénéfice de ses efforts.

–           la seconde qui considère le mois précis de l’élection (lunaire = mensuelle) présente une opposition Saturne/Soleil qui ne me paraît pas de très bon augure au moment précis du vote.

Ceci dit dans l’absolu, c’est à dire sans tenir compte des statistiques politiques de notre pays qui montrent qu’un « Vert » – fût-il d’une variété scandinave – n’a pas de grandes chances d’accéder à la présidence de la république.

Donc, pas de panique, nous ne sommes pas des « suspects » en puissance.

Quoique….

A bientôt pour la suite du feuilleton.

Louis SAINT MARTIN


[1] Personne n’a oublie, je pense, que la guillotine était surnommée « la veuve » dans les deux siècles passés.

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 440088Visiteurs Total:
  • 108Visiteurs aujourd'hui:
  • 103Visiteurs hier:
  • 1Visiteur(s) en ligne:
Archives