Yannick AGNEL est né le 9 Juin 1992 à 10.00 à Nîmes (où j’ai résidé pendant plus d’un quart de siècle et où je compte bien retourner dès que possible).
J’ai eu envie, d’explorer un peu son thème de naissance pour essayer de comprendre une telle réussite sportive en si peu de temps.
Je m’abstiendrai ici de toute considération psychologique inutiles à l’axe choisi dans l’interrogation de ce thème. C’est ainsi que j’exclurai  toute observation d’ordre intime, familial ou affectif par exemple.

La question est : qu’est-ce-qui peut rendre compte de cette personnalité exceptionnelle dans sa carte du ciel ?

Remarquons d’abord combien Yannick incarne bien les Gémeaux, étape zodiacale sous laquelle il est né et où il possède, outre le Soleil, deux autres corps céleste : Mercure (justement maître des Gémeaux) et Vénus.

Voilà une triade qui explique la finesse de la silhouette, l’acuité et la mobilité du visage, la stature longiligne de l’éternel adolescent qu’il restera (physiquement et moralement) même à un âge avancé, et le charme, la séduction qui émanent de son sourire. Les Vénusiens/Solaires comme lui aiment séduire et s’entendent très bien à y exceller.

Triade  qui exprime aussi, l’intelligence, la plasticité psychique, la curiosité, l’ouverture, la vivacité d’esprit (Mercure dans son signe). Elle peut aussi justifier un côté ludique, espiègle du personnage (Till unlenspiegel était certainement natif des Gémeaux). Cette unité entre les trois composantes de la sphère de la conscience : Volonté et conscience de soi (Soleil) pensée et objets de connaissance (Mercure) sentiment, goûts, choix des valeurs (Vénus) détermine bien entendu une grande unité psychique et une homogénéité dans les choix de vie. Yannick  est fait d’une pièce : il  fait sans doute de la natation parce que rationnellement il a de bonnes raisons d’en faire, mais il n’en aurait sans doute pas faite si, en plus, cela ne lui avait pas plu (comme il arrive pour certaines vocations forcées). Donc, si ça lui plaît et qu’il peut en tirer quelque plaisir, la volonté est au rendez vous. sans qu’il ait à se forcer.  Ce n’est sans doutepas l’homme des déchirements douloureux dans ses choix. Au contraire.

Mais cette importance des Gémeaux explique aussi la diversité des centres d’intérêt  de Yannick : il est sportif du plus haut niveau qui soit, mais sans aucunement négliger la dimension intellectuelle (ce qui nous change du foot-ball et de ses primates) : il a obtenu un baccalauréat scientifique, il lit beaucoup et je ne serais pas étonné qu’il dispose aussi de quelques dispositions artistiques.  Sans peut-être avoir le temps de les exploiter. De toutes façons je suis persuadé qu’il peut poursuivre des études brillantes où la sphère intellectuelle et les dispositions affectives trouveront leur compte.

Plus couramment on évoque, outre la facilité intellectuelle des Gémeaux, leur don de touche-à-tout et d’improvisateurs de talent, qui peut quelquefois se retourner contre eux par trop de facilité et manque de continuité; la curiosité, le goût du changement,  du mouvement, de la nouveauté et la virtuosité, la frivolité quelquefois, l’emportant souvent sur le besoin d’approfondir.

Nous allons voir qu’il n’en est rien ici.

On remarque que rien dans ce que je viens d’écrire jusqu’à présent, n’est spécifiquement en rapport avec le sport. Sauf peut-être l’aisance, la souplesse extrême – souvent tactile – de nombreux Gémeaux (plusieurs  virtuoses du piano, domaine auquel je m’intéresse particulièrement, sont natifs des Gémeaux ou possèdent des positions planétaires dans les Gémeaux) la mobilité et la rapidité qui ne peuvent que favoriser une carrière de champion.

Mais, en continuant l’exploration, nous ne pouvons pas ne pas remarquer la présence de Mars au plus haut du thème dans la zone sensible concernant la vocation et la carrière; Mars qui signale souvent les vocations de sportifs, de soldats et de médecins (voir les travaux statistiques de Michel Gauquelin….que je ne reprends pas à mon compte). Et un Mars, de plus, situé en Bélier, son propre signe,  dont les valeurs de combativité, d’ardeur, de courage, de vaillance même face à l’adversité n’ont pas d’égales.

Les Gémeaux plus Mars en Bélier plaident beaucoup plus pour la spontanéité, la primarité des réactions, la vitesse voire l’impulsivité, que pour la rigueur et la continuité. Toutes composantes plutôt nuisibles à une réussite à long terme.

Or Yannick semble échapper aux défauts majeurs de ces deux signes épris de vitesse et de mouvement d’une manière souvent excessive et paraît, au contraire, disposer à n’en exploiter que les données positives.

En effet, dans son thème le Soleil (principe d’idéal, de volonté et d’action) et Vénus (les valeurs qui font sens pour le sujet, ce qu’il aime : visiblement il est porteur d’une forte estime de soi) sont en aspect extrêmement positif avec Saturne.  Saturne : la sagesse, la maîtrise, la capacité à grandir et mûrir, à faire face durablement à des situations difficiles, à mettre le temps de son côté et à parvenir au bout d’un projet ou d’une entreprise. Un facteur de « secondarisation » et de sage persévérance qui vient en appui et en complément de la fougue, de l’énergie, du mouvement évoqués plus haut. Disons que Yannick sait se donner les moyens de réussir car il pressent naturellement que, malgré ses dispositions éclatantes,  rien ne s’obtient sans effort prolongé et répété. Il échappe ainsi aux inconvénients majeurs d’une « primarité » – très présente en général dans les dispositions Gémeaux et Bélier – mais largement compensée ici par une relation Soleil/ Saturne de très bon aloi. D’autant que Saturne lui aussi, (comme Mercure dans son signe des Gémeaux, Mars dans son signe du Bélier et même Pluton dans son signe du Scorpion) se trouve en domicile – le Verseau – au maximum de sa symbolique.

Quelques mots sur le Verseau qui apparaît ici. Pour faire court et schématique, disons que le Verseau peut se présenter sous deux formes d’expression et de comportements (avec toutes sortes de dégradés entre les deux) : ceux du détachement, de la sagesse et de la probité – ou ceux du dépassement de soi, de l’héroïque aventure, du rêve impossible. Rassurez-vous, tous les Verseaux ne sont pas des sages, des saints, des altruistes d’un côté, des aventuriers, des anticipateurs, des héros de l’autre. Il s’en faut de beaucoup. Mais, en fait, ils allaient au bout d’eux mêmes c’est dans une de ces deux attitudes existentielles qu’ils se réaliseraient.

Ceci posé, nous touchons au point fondamental de l’art de l’anthropocosmologie : la mise en relief du réseau de significations révélatrices aboutissant à des dualités ou, au contraire, à des tendances convergentes dans un même thème.

Trop de « Saturne » et l’inhibition l’emporte sur l’action, le doute sur la volonté de vaincre, le repli sur l’affirmation de soi, l’immaturité sur la plénitude de l’être accompli.

Pas assez de « Saturne » et nous avons la tête  brûlée qui compromet toutes ses chances par une sorte d’agitation impulsive, de réactivité incontrôlée qui conduisent eux pires déconvenues et toutes liées à une sorte de refus de grandir.

Or ici nous avons un dosage miraculeux qui dote Annick de cette nature de champion qu’il est en train de réaliser où la force et la sagesse (pour faire court) se confortent l’une l’autre.

En faveur de l’action, de l’énergie et de la volonté d’être, de vaincre, de réussir et de l’emporter, nous avons:

Mars dominant (ou culminant pour parler « boutique ») en Bélier, son propre signe.

– Nous avons aussi – et nous n’en avons pas encore parlé – l’Ascendant dans le signe du Lion qui imprime au sujet sa volonté de puissance, sa fierté, son tempérament Passionné (Emotif, Actif, Secondaire) et créateur qui ne trouve sa mesure que dans la grandeur d’une oeuvre, qu’elle soit physique, humaine ou spirituelle. Signalons, à ce sujet, que le Soleil – qui trouve naturellement son domicile dans le signe du Lion – traverse, comme vous le savez déjà, le signe des Gémeaux à la naissance de Yannick où il exacerbe l’aisance, la lègéreté, le  brio, la virtuosité, le mouvement, la rapidité d’une part. Mais où il assure d’autre part, une unité intérieure, une acceptation de soi, fort précieuses puisque le Maître de l’Ascendant habite le Signe Solaire du Natif. Quelle meilleure combinaison trouver en cette matière ?

– Ce n’est pas tout en faveur du feu, de la passion, de la volonté de domination : Mars culminant forme un carré (figure dynamique entre toutes) avec Uranus dans le signe du Capricorne et en Maison VI (celle du travail et de l’effort quotidien, pour faire court). Cela procure à la personnalité de Yannick une composante précieuse  : la capacité de mobiliser toutes ses forces en fonction d’un objectif à atteindre, donc beaucoup de puissance de mobilisation, une focalisation sur le geste et le projet unique qui permettront de libérer la prodigieuse énergie (physique et psychique) condensée dans l’aspect. Pensez à l’arc d’Ulysse qui se tend longuement avant de libérer sa flèche dans une brutale explosion d’énergie mortelle (mortelle pour les « prétendants » à la main de la malheureuse Pénélope).

Neptune présent dans l’aspect, intervient  ici comme pour mieux nous indiquer combien Yannick a besoin d’un idéal personnel, d’un rêve, d’une ambition pour orienter les forces considérables qui sont les siennes.

Attention cet aspect Mars/Uranus en lui même, aurait pu constituer un noeud de difficultés pour Yannick  : un pôle dur, excessif, intolérant et violent. Mais ce serait oublier ce que nous avons découvert concernant les dispositions fondamentales sur lesquelles cette personnalité est construite : les valeurs Soleil/Vénus/Mercure harmonieuses à Saturne sur lesquelles je ne reviens pas.

Si bien que, sans toujours éviter quelques uns des inconvénients relatifs à cette composante dure, sèche et explosive, l’aspect Mars/Uranus donne à Yannick la rage nécessaire pour  se hausser au sommet.

En effet Mars, l’affirmation aveugle de nos instincts agressifs, justement ceux qui nous poussent à bousculer l’adversaire, dans le meilleur des cas (pensez à la rage d’Achille quand son ami Patrocle est tué par Pâris et à la cruauté avec laquelle il va traiter le courageux Hector)  chauffé à blanc par le Bélier qui va dans le même sens, est comme hyper accentuée par Uranus qui, lui,  nous pousse toujours à nous émanciper de toute tutelle (Yannick a quitté sa famille à 14 ans), à renverser les obstacles qui s’opposent à notre volonté ou nos désirs. Il nous conduit à nous affirmer en tant qu’individu (souvent de manière excessivement égocentrique) et à exalter notre (supposée) supériorité personnelle contre vents et marées. Mal intégrée dans la personnalité, cette dimension est celle de tous les « fanatismes » , de toutes les « paranoïas » et surtout de toutes les  « mégalomanies ». On conçoit les dégâts que ces dispositions peuvent provoquer quand elles sont associées à Mars, synonyme de violence et de conflit : pour le moins, impulsivité et tempérament coléreux (nous l’avons déjà dit) mais aussi côté têtu, obstiné jusqu’à l’aveuglement. D’autant que le Bélier et Capricorne sont réputés pour leurs qualités d’obstination

Mais nous ne sommes pas dans ce cas de figure ici. Car, après les possibilités de la volonté et de l’énergie excessives et explosives que nous venons d’énumérer, voici les dons de maîtrise et d’énergie canalisée.

Uranus fonctionne en effet ici sur le terrain du Capricorne dont il reçoit : retenue, maîtrise, sens des responsabilités, résistance, opiniâtreté, orientation de la volonté vers le long terme.  Il faut ici signaler une des contradictions liées à  Uranus : ce symbole le plus explosif, le plus indiscipliné de tous, le plus intolérant à la contrainte de tous, devient le symbole de la discipline la plus haute et la plus exigeante lorsque le sujet se l’impose à lui même et par lui même en fonction d’un but qui le dépasse et donne sens à son existence.

– Si bien que le carré Uranus/Mars ici, va plus dans le sens d’une volonté de fer et d’une discipline quotidienne exigeante et librement consentie que vers des manifestations hystériques à la kadhafi ou à la Mungabé.

– En outre, le Soleil et Saturne dont l’harmonie vont dans le sens de la retenue, de la maîtrise et de la sagesse, car ce sont deux symboles d’idéal et de maîtrise de soi, donnent à ce thème de « bolide » ou de « missile » les freins solides qui lui sont nécessaires.  Remarquons aussi que Uranus, étant placé en Capricorne comme déjà signalé, agit sous la maîtrise d’un très beau Saturne en Verseau (probité, sagesse, retenue, morale exigeante souvent).  De même que Saturne, étant situé en Verseau, agit, lui,  sous la maîtrise d’Uranus et oriente d’autant plus son symbolisme dans le sens de cette aventure prométhéenne que j’évoquais plus haut. Ainsi, les deux symboles de la discipline et des contraintes acceptées :

– celles qui viennent de l’extérieur (saturne : l’éducation, la loi) et

– celles qui viennent de l’intérieur (uranus : la vocation, l’exigence personnelle)

vont dans le même sens,  se renforcent l’une l’autre et dotent Yannick d’une volonté d’acier.

Remarquons aussi un Jupiter (développement de la personnalité, épanouissement social) placé tout seul (c’est à dire sans aucun aspect) dans le signe de la Vierge (esprit pratique, rationalité, hygiène, mesure) où il signale les dispositions naturelles du sujet pour l’ordre et le contrôle de soi,  la volonté de puissance perdant en extensivité et gagnant en intensivité et se réalisant en accord avec la morale, la culture, le sens du devoir, l’hygiène du corps et de l’alimentation, etc…..

Qu’est-ce-qui pourrait alors émousser un outil aussi bien affûté dans lequel force et rigueur, jeunesse et maturité, énergie et discipline, force et souplesse, puissance physique et acuité intellectuelle, démesure et contrôle s’équilibrent si bien et font si bon ménage  ?

Le temps de la sagesse et du détachement viendront dans la vie de Yannick. Quand la lente diminution des forces physiques l’éloigneront des podiums, on peut penser que monteront en lui et demanderont à s’exprimer, de très belles qualités intellectuelles, humaines et relationnelles qui donneront du fruit et le porteront à jouer un rôle bénéfique et reconnu dans la vie sociale.

C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Et, puisque nous parlons de Yannick AGNEL, nous ne pouvons pas ignorer que l’année prochaine le champion affrontera les Jeux Olympiques de Londres qui se tiendront entre le 27.07 et le 12.08 si mes renseignements sont bons.

Quelles sont les perspectives astrales pour la période ?

Outre une magnifique révolution solaire qui évoque satisfaction, réussite et reconnaissance éclatante (je ne peux pas m’étendre ici  sur l’analyse détaiullée de cette RS)  je remarque les mouvements suivants dans le thème natal de Yannick:

Pluton au carré de la Lune – facteur d’angoisse. Cela évoque très certainement cette angoisse bien compréhensible avant une telle épreuve et qui pourrait presque se traduire par « vaincre ou mourir » tant elle me paraît mobilisatrice. Cet aspect pourrait aussi évoquer d’autres éléments de la vie privée de Yannick (un champion a aussi une vie privée et une famille) qui n’ont pas lieu d’être évoqués ici.

Saturne en revanche évoluant entre 29° et 22° de la Balance dans l’orbe du trigone aux positions de Yannick dans les Gémeaux évoque l’aboutissement et la réussite dans les projets sous réserve de travail, de sérieux et de rigueur. C’est une correspondance extrêmement constructive.

– Quant à Jupiter, facteur de succès, de reconnaissance publique, de réussite et de promotion, évoluant entre le 17ème et le 7ème degré des Gémeaux à partir de Juillet 2011, on peut penser qu’il symbolise une période particulièrement brillante dans la vie de Yannick, puisqu’il passe d’abord au trigone de la Lune natale (succès, notoriété – n’oublions que l’eau et la piscine sont des figures possible du symbolisme de la Lune) et arrive ensuite à l’aplomb de Vénus qui, dans le thème natal de Yannick est relation avec tout l’axe IV/X celui des finalités d’une existence, des réalisations, de la renommée et de la reconnaissance sociale, puis à l’aplomb du Soleil, aspect majeur de la réussite et de « la gloire » aurait-on écrit au XVIIème siècle.  Surtout si le Soleil est maître de l’Ascendant (qui repésente le sujet lui-même) comme ici.  Il est possible que des épreuves survenant en Octobre au lieu de fin Juillet/début Août, auraient sans doute correspondu à des possibilités jupitériennes  encore plus favorables à Yannick. Mais ne boudons pas notre plaisir : Jupiter se dirige à toute vitesse vers les positions importantes du thème au moment des compétitions et c’est un excellent signe.

– Mais, ce qui semble emporter la décision, c’est l’arrivée de Mars (l’énergie, la combativité, le goût de la compétition, la rage de vaincre) sur la conjonction Vénus/Soleil au moment des compétitions. Cet aspect me paraît signaler une énergie irrésistible, une force que rien ne veut arrêter. C’est une indication déterminante de grande réalisation personnelle me semble-t-il.

Si bien que je ne pense pas risquer grand-chose en félicitant Yannik Agniel dès maintenant (29.03.2011) pour ses brillants succès aux Jeux Olympiques de l’an prochain et, sans doute, pour son accès à la plus haute marche du podium.

Louis SAINT MARTIN

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 437357Visiteurs Total:
  • 28Visiteurs aujourd'hui:
  • 91Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives