Quelques réflexions sur la  Précession des Equinoxes et le passage d’une  Ere  à  une autre.

Ce texte constitue la réponse à une question qui a été posée sur un  Forum ami.

Voici d’abord la question telle qu’elle a été posée par un certain

Richard-Coeur-de-Lion (beau pseudonyme il faut l’avouer)

Salut, Bon…well, je vois que mon message en a suscité d’autres, fantastic guys ! C’est l’heure du  Verseau, il faut en profiter: communiquons au delà des frontières, au de là des cloisons,  ouvrons-nous et laissons de côté ce que j’ai appelé pour rire le pouvoir du moment passé…je  lis souvent ces derniers temps que la Terre aurait achevé un cycle de 25000 ans, que la  fréquence de la Terre augmenterait, est-ce que quelqu’un peut m’expliquer ? Moi pas comprendre, moi pas trop scientifique, mais moi peut comprendre explications simples.

Plein de lumière.

Richard coeur de lion

Voici les quelques réflexions spontanées que la question posée concernant ce problème m’inspirent à titre purement individuel et sans aucunement prétendre à l’exhaustivité de la réponse que je vais apporter.

Tout d’abord, qu’est-ce-que la Précession des Equinoxes sur le plan astronomique ?

Imaginez deux cercles, emboîtés l’un dans l’autre et qui se coupent en deux points précis suivant un angle de 23°37′.

Vous pouvez maintenant imaginer que ces deux cercles sont dessinés sur une très grande sphère (ce qui d’ailleurs est le cas, d’une certaine façon).

Le premier cercle correspond à la route apparente suivie par le soleil autour de la Terre pendant sa révolution annuelle (365 jours

1/4 environ) et qu’on appelle  Ecliptique.

Le deuxième cercle n’est que la projection à l’infini de notre Equateur terrestre. Il devient donc l’Equateur céleste de cette grande sphère céleste idéelle que j’évoquais un peu plus haut.

Le premier point d’intersection correspond très précisément au degré (un cercle = 360 degrés) franchi par le Soleil au 1er jour de Printemps.

Le deuxième point d’intersection correspond au point opposé, c’est à dire au degré atteint par le Soleil au premier jour d’Automne. Ce que nous appelons les Equinoxes : égalité entre le jour et la nuit.

Le 1er point = 1° du Bélier en AnthropoCosmologie

Le 2ème point = 1° Balance.

Depuis que le monde est monde et tant que le système solaire sera ce qu’il est, le Soleil atteindra le 1° Bélier (et franchira donc le point d’intersection des deux cercles : Ecliptique/Equateur Céleste) au 1er jour de printemps (Equinoxe de Printemps)

Et il entrera au 1er degré de la Balance et franchira de même le point d’intersection (entre l’Ecliptique et l’Equateur Céleste, je le rappelle)  au 1er jour d’automne (Equinoxe d’Automne).

Ceci est immuable. A défaut d’être éternel, car rien ne nous dit ce qui se passera quand notre Soleil mourra dans environ 5 milliards d’années !!!).  Ce qui, d’ailleurs, est contesté par certains astrophysiciens. Passons.

Je vous rappelle au passage que durant sa révolution annuelle (révolution = tour complet et retour au point d’origine) le Soleil traverse chacun des 12 Signes du Zodiaque, bande idéelle de 360° découpée sur la  sphère céleste  et large d’environ 17° (largeur de la « chaussée » du Soleil)  sur laquelle se déplacent, avec le Soleil, mais chacune à son rythme, les différents corps célestes du système solaire.

Les douze signes du zodiaque n’ont pas grand-chose à voir avec les constellations dans le ciel (et il est dommage qu’ils portent le même nom car la confusion est constante entre les signes et les constellations) et occupent chacun un espace de 30° sur la bande zodiacale de 360°. Mais je n’aborderai pas cette question ici, la développant largement dans un autre article qui répond à la récente réapparition, dans la presse, de ce « serpent de mer » que constitue « le faux zodiaque des astrologues » ou « ce zodiaque qui ne correspond plus aux signes…. » la palme de l’ignorance revenant à TF1 et aux deux intervenants (un « scientifique » et une « astrologue ») sur la façon dont ils ont traité le sujet.

Pour en revenir aux Eres et à la Précession des Equinoxes, essayons d’y voir clair et de bien nous représenter la chose de façon simple.

J’évoquais plus haut ces deux cercles (Ecliptique et Equateur Céleste) qui restent indissolublement attachés l’un à l’autre en ces deux points équinoxiaux et qui forment un ensemble immuable. On pourrait tenter une explication en disant que cet ensemble lui même, tourne sur la sphère céleste et que le point de rencontre des deux cercles idéels emboités l’un dans l’autre qui le constituent, se déplace de manière rétrograde très lentement d’un degré tous les 72 ans sans que cela affecte en aucune façon le rapport constant que les cercles entretiennent l’un avec l’autre.

On pourrait dire aussi – et ce serait plus juste mais demandant un effort de représentation visuelle plus grand – que la Terre, qui ne tourne pas droit sur son axe mais accomplit une sorte de mouvement de « toupie », voit son Equateur céleste glisser sur l’Ecliptique de 1° tous les 72 ans dans le sens contraire de l’ordre des Signes.

Cela détermine une sorte de « Grande Année (différente de celle définie par Platon, mais ne compliquons pas les choses) de 360° X 72 ans = 25920 ans. Découpée en 12, cette Grande Année donne naissance à douze Eres de 2160 ans, auxquelles les hommes ont donné une signification symbolique majeure, car censées correspondre aux grandes évolutions  spirituelles, religieuses, philosophiques, anthropologiques, politiques et scientifiques de l’Histoire de l’Humanité, et définir le cadre le plus vaste des valeurs de civilisations qui la caractérisent pour la période donnée et auxquelles on accorde des dénominateurs communs.

Ainsi sommes-nous en train de quitter (ou avant nous déjà quitté) l’Ere des Poissons qui fut marquée essentiellement par les valeurs chrétiennes et entrons-nous (ou sommes nous déjà entrés) dans l’Ere du Verseau dont les droits de l’homme, l’égalitarisme, l’individualisme, le progressisme et la techno-science faustienne ou prométhéenne (sans tenir compte des contradictions qui affectent ces valeurs)   constituent pour le moment,  le catéchisme obligé et les valeurs les plus évidentes.

Ce qui veut bien dire que la vie (zodiaque veut dire « roue de la vie ») et la création (pour ceux qui acceptent ce mot) ne peuvent s’imaginer comme définitivement enfermées dans une sorte de cadre inflexible une bonne fois pour toutes, définies une bonne fois pour toutes et totalement répétitives, mais qu’elles obéissent à une loi d’évolution et de développement permanents et spiralés à partir du fiat, que nous attribuerons à Dieu, à l’Un, à l’Intelligence Cosmique, voire à la Matière pour certains, ou à tout autre « cause » suivant nos convictions, mais caractérisée par l’omniscience, l’omnicréativité, l’omnipuissance, l’éternité, l’illimitation, toujours féconde et actualisant de façon ordonnée et rythmée, son éternelle puissance de production.

Ce que nos esprits limités perçoivent dans le cadre des symboles et des méthodes de l’AnthropoCosmologie (grande écriture de la Sagesse universelle) n’est qu’une modélisation provisoire, jamais figée, jamais achevée d’un plan cosmique qui s’actualise dans l’existence d’un observateur impliqué qui y perçoit un sens pour lui. Mouvement qui ne s’interrompra que lorsque la « cause » (appelons cette puissance de création ainsi si vous le voulez bien) de ce prodigieux mouvement créateur, en aura décidé ainsi.

Dire quand débute et quand se termine une Grande Année  Cosmique pourrait paraître absurde car à chaque minute et à chaque seconde nous sortons d’un cycle de 25920 ans et entrons dans le suivant puisque, par définition, un cercle ne commence et ne se termine nulle part. D’ailleurs cette limitation serait contradictoire avec la perception de ce jaillissement créateur toujours fidèle à lui-même et engageant des expériences toujours différentes, évoqué par ces horloges et ces cycles qui s’emboitent les uns dans les autres à l’infini (infini : qui ne peut pas être mesuré, enfermé dans des limites, ce qui est le cas d’un Dieu créateur….puisque si Dieu avait des limites, elles ne pourraient lui être imposées que de l’extérieur, et c’est cet extérieur qui deviendrait lui-même Dieu bien entendu) mais toujours en un point différent de l’Espace et du Temps, puisque l’univers est en perpétuelle expansion et que tout se déplace avec lui.

En fait, il est donc impossible de qualifier une Grande Année Cosmique car sa durée dépasse infiniment nos facultés d’appréciation. De plus, et pour rester logique, je ne crois que nous puissions dire que nous nous engageons actuellement dans une nouvelle Grande Année, comme se  le demande notre interlocuteur, car les signes du Zodiaque vont du Bélier  au Poissons, du 1er au 12ème signe, comme vous le savez. Si on considère  que la précession des Equinoxes, se fait à l’envers, il va de  soi que la précédente Grande Année, s’est achevée quand le point équinoxial est sorti du Bélier pour entrer dans le signe des Poissons. En effet le début du Zodiaque à l’envers commence au 30° Poissons, traverse les dits poissons pendant 2160 ans, le Verseau, le Capricorne, etc…et se termine au 30ème degré du Bélier !…!…! C’est à dire que la fin des Poissons devient, en fait, le début de la Grande Année Précessionnelle et qu’elle se termine à la fin du Bélier, celui-ci étant considéré traditionnellement come le « 1er » Signe du Zodiaque, c’est à dire ouvrant le Cycle complet ! Non ?

Donc, à l’envers, la Grande Année (25920 ans) recommence symboliquement au 30ème degré des Poissons (et non au 1er degré du Bélier) qui est justement   l’Ere que nous sommes en train de quitter. Logique je crois.

Si bien qu’on pourrait penser qu’avec l’entrée dans l’Ere de la Foi et de la Raison (raccourci commode pour l’Ere Poissons/Vierge – signe qui lui fait face) nous sommes déjà entrés dans une nouvelle Grande Année de 25920 ans qui marquera fortement les valeurs des douze Eres qui vont désormais se succéder. Nous  n’en sommes encore qu’au début de la 2ème Ere.

Mais je crois sincèrement qu’il est plus proche de nous, plus conforme à nos capacités limitées, d’entrevoir les lignes directrices d’une Ere (2160 ans) que celle d’une Grande Année.

Ainsi nous pouvons peut-être saisir quelque chose de l’Ere du Taureau qui a commencé il y a environ 6 ou 7000 ans, avec

–        l’apparition de l’agriculture et de la sédentarité

–        l’apparition de divinités taurines (comme Baal et le Minotaure) qui se caractérisent par leur appétit de chair fraiche; humaine autant de possible. L’axe Taureau/Scorpion étant (entre autres choses) celui où se rencontrent et s’exaltent l’oralité et la sexualité. L’incarnation et la mort physique. Axe orienté vers la vie physique et ses besoins (dont la et le sexe)  l’instinct de survie et le désir d’immortalité. Je résume à grands traits bien sûr.

L’Ere suivante – Bélier – verra se confirmer :

–        l’importance du nomadisme et de l’élevage des troupeaux qu’on mène paitre au gré des saisons et du cycle de la végétation. Ce sera la lutte du sédentaire – l’Egypte par exemple dont la civilisation appartient encore à l’Ere du Taureau – contre les différents envahisseurs auxquels elle eut à faire face et particulièrement à Rome, nation guerrière (fonction très Bélier) par excellence

Sur le plan religieux cette Ere s’ouvre et sera marquée par l’importance déterminante :

–        du sacrifice d’Abraham qui, fidèle au Dieu de Justice. Rapport dialectique à la Balance, signe de la justice, qui fait face au Bélier car, en fait quand nous entrons dans une Ere, nous entrons aussi complémentairement dans celle du signe qui lui fait face : ici la Balance. Abraham voit son fils, prêt à être sacrifié, remplacé par un Agneau (avatar du Bélier) symbolisant l’humanisation évidente (Balance) des moeurs religieuses et des liens (Balance) que l’homme entretient avec Dieu.

–        D’autres cultes, plus marqués de paganisme, prendront le bélier comme emblème. Je pense qu’une bonne Histoire des Religions et des Mythes pourraient vous renseigner là-dessus.

Plus tard, le culte du Bélier, trouvera son sommet et son achèvement dans le culte de l’Agneau (autre avatar du Bélier) sans tache cloué sur sa Croix et nous entrerons alors dans l’Ere des Poissons, marquée essentiellement, dans nos cultures occidentales tout au moins, par

–        l’apparition du Christianisme, et, complémentairement, grâce aux valeurs du signe de la  Vierge qui fait face aux Poissons, par la naissance de la philosophie grecque avec ses exigences de rationalité et de sagesse.

Valeurs « Vierge » qui d’ailleurs, dans la représentation chrétienne,

seront incarnées par la Vierge Marie (Marie = étoile de la mer; allusion évidente aux Poissons) qui acceptera, sans murmurer le sacrifice de son fils (les « poissons » sont le signe sacrificiel par excellence)  pour le salut de l’humanité (multiplicité des Poissons).

D’où l’évidence des liens indissolubles qui unissent deux signes opposés.

D’un autre point de vue, on peut dire que la raison et la foi,  la foi et la raison, leurs rapports, leurs oppositions et leurs complémentarité, me paraissent (entre autres choses de moindre importance sur le plan philosophique tout au moins) les valeurs majeures sur lesquelles la pensée humaine s’est interrogée au cours de l’Ere que nous venons de traverser.

On peut aussi évoquer la conscience du coté limité et dépendant, sacrificiel et utile aux autres de la vie humaine individuelle (Vierge). Et qui ne peut échapper à ses limites (les Poissons) qu’en les acceptant et en s’ouvrant à la grâce de plus grand qu’elle.

Opposition/complémentarité qui débouche sur

–        la vision concrète, pratique, productrice, utile à la vie manifestée, raisonnable et rationnelle du monde : la Vierge;

–        et sa vision poétique, mystique, religieuse, oblative, plus-que-personnelle, confiante et abandonnée à la grâce,  intuitive et visionnaire, aux Poissons.

Avec les dérives inévitables vers le rationalisme dogmatique, le pragmatisme, le pôle étriqué, hyper-analytique, ratiocineur, égoïste, productiviste, utilitaire et mercantile, sceptique, voire agnostique d’un coté.

Le coté erratique et illuminé, hallucinatoire et chaotique, magique et clinquant, la tentation des systèmes philosophiques à   prétention universaliste et messianique (en fait, totalitaire) niant la réalité des faits et la nature véritable des hommes, propres aux idéologies fumeuses et criminelles du XXème siècle, de l’autre coté.

Etc, etc, car il faudrait un volume pour tenter d’approcher les grandes valeurs qui – d’une façon ou d’une autre – marquent de manière unique tous les courants de pensée et de cultures dans leurs foisonnement et leurs diversités, en relation avec les axes de signes considérés.

L’Ere du Verseau est à inventer

Pour l’Ere Verseau (complétée par le Lion, ne l’oublions pas) dans laquelle nous entrons ou sommes entrés, je vous la laisse imaginer suivant vos perceptions, vos goûts, votre connaissance de la symbolique astrologique et vos orientations philosophiques.   Sans parler de vos illusions…

Je vous donnerai mon sentiment si vous le souhaitez dans un autre texte pour  ne pas allonger démesurément celui-ci.

Quant aux versions énergétiques, vibratoires, ésotériques etc, de cette réalité archétypale, elles m’échappent complètement car elles ne correspondent pas à mon univers intellectuel qui est essentiellement philosophique et religieux (ou spirituel, si on préfère; mais au sens vrai du terme j’espère).

Un dernier mot pour vous conseiller de ne pas céder à la tentation d’appréhender une Ere comme détachée de la précédente et de la suivante. Ou à croire que nous allons vivre quelque chose d’entièrement   nouveau dans l’Ere du Verseau/Lion.

Nous nous mouvons dans le zodiaque tout entier, et nous incarnons, chacun de nous, le zodiaque tout entier.

Indissolublement et totalement. Ce qui veut dire qu’à chaque nouvelle Ere il nous faut revisiter ou réactualiser (pour les améliorer j’espère) les valeurs supérieures de l’Ere dans laquelle nous entrons. En harmonie avec la totalité zodiacale qui continue à vivre en nous et par nous, ce qu’il ne faut pas oublier.

Un axe s’éclaire et se met en valeur, mais cet axe est relié au point central, immobile et éternellement jaillissant. Donc, à travers cet axe, c’est tout l’ensemble qui est enrichi (ou dégradé).

Pour vous donner un exemple très Vierge/Poissons (qui concerne la médecine et la maladie) : à chaque fois que nous améliorons le fonctionnement d’un organe, le purifions, le renforçons, le perfectionnons, c’est au profit du corps tout entier et non pour lui seul.

Inversement tous nos excès (table, tabac, alcool, drogue…) n’affectent pas seulement l’organe mis en première ligne (l’estomac, les poumons, le foie ou le système nerveux) mais compromettent la survie de l’organisme total.

Quand nous travaillons c’est dans la perspective d’être utile à   l’ensemble. De satisfaire, certes, à nos besoins individuels, mais en apportant la pierre à l’édifice commun. Etc…  Sans quoi notre action n’aurait pas grand sens.

De même, à chaque fois que les hommes entrent dans une nouvelle Ere, c’est pour en comprendre et en incarner les valeurs les plus hautes et les porter à leur point de perfection autant qu’il est possible à l’homme.

Et cela ne peut se faire que si nous avons parfaitement compris et assimilé  les leçons de l’Ere précédente et commençons à  anticiper les besoins de l’Ere suivante (toujours envisagées dans la dialectique des deux signes opposés et complémentaires).

Ce qui veut dire que nous vivrons d’autant mieux l’exaltation des valeurs individuelles, de liberté, de progrès, de créativité, d’inventivité personnelle et de fraternité de l’Ere Verseau/Lion, que nous aurons bien compris et assimilé la leçon d’humilité, de sens du service, d’indissoluble  unité entre les hommes et de dépendance à l’égard du « Transcendant divin », de l’Axe Poissons/Vierge.

Autrement cette Ere qu’on nous présente comme l’Ere de la libération et du  progrès de l’individu, se traduira par les pires cauchemars qui soient.

« 1984 » d’Orwell, « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley

nous donnent une image anticipative des plus justes quant aux dangers qui nous guettent sous « l’ombre » de l’Ere du Verseau : uniformisation universelle, éradication   des cultures, des nations, des communautés naturelles – asservissement de l’homme à la technique : robotisation, manipulations génétiques, clonisation –  immenses appétits de pouvoirs (le Lion en face) se dissimulant derrière la notion de progrès et de   simplification : technocratisme, économisme tout-puissants, prolétarisation indéfinie des entrepreneurs indépendants, imposant leurs diktats aux peuples, méprisant leurs cultures et s’appuyant sur les fantastiques possibilités technologiques qui permettront bientôt de contrôler chacun de nous dans ses moindres faits et gestes, ou pire, de nous concevoir et de nous programmer dans des éprouvettes, par un Big Brother de cauchemar dans le « pire des mondes ».

A nous tous de choisir et de participer à l’éclosion de l’Ere Verseau/Lion dans ses virtualités les plus hautes en restant vigilants, agissants et réactifs.

Louis Saint Martin

4 réponses à to “FIN DE L’ERE DES « POISSONS » ET ENTREE DANS L’ERE DU « VERSEAU ». Et c’est bon pour nous, ça ?…”

  • ROLLAND:

    On dirait que nous y sommes en plein!
    A lire ou relire « Pour une étude de l’humanité adamique »de Jacques D’Arès
    A bientôt.
    E.ROLLAND

    • Oui, vous avez sans doute raison. il est probable que nous finissions de vivre un grand cycle de l’historie humaine.
      Mais, au train où vont les choses, restera-t-il encore des hommes sur terre pour entamer le suivant ?
      Etant donné le degré d’autodestruction que nous avons atteint, il m ‘arrive d’en douter.
      Amicalement.

      LSM

  • barrela:

    Bonjour pour un néophite cela veut il dire qu’il faut s’attendre a un changement climatique important et à des tremblementts de terre et autres soudamis merci

    • Ce qui me passionne ce sont les questions philosophiques morales, sociétales, les changements de culture et de civilisation.
      Pour ce qui est des catastrophes naturelles, je laisse cela aux « scientifiques » qui sont mieux à même de répondre à vos inquiétudes.
      Bien à vous

      LSM

Laisser un commentaire

Statistiques
  • 440087Visiteurs Total:
  • 107Visiteurs aujourd'hui:
  • 103Visiteurs hier:
  • 0Visiteur(s) en ligne:
Archives